Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 10:00

Après l’échec de la Conférence d‘examen du TNP,

le désarmement mondial est désormais impensable

L’humanité est prisonnière des armes nucléaires

Jean-Marie Muller*

 

Du 27 avril au 22 mai 2015, s’est tenu à New York la neuvième Conférence des États parties chargée d’examiner le Traité sur la nonprolifération des armes nucléaires (TNP).

Cette Conférence s’est terminée par un échec total, aucun document final n’ayant pu être adopté à l’unanimité, mais surtout aucune perspective n’ayant été ouverte vers l’élimination des armes nucléaires. Cet échec est un événement dramatique qui est lourd des menaces les plus graves pour l’avenir même de l’humanité. La détermination affichée par les États dotés de l’arme nucléaire à vouloir maintenir leur arsenal condamne l’humanité à être prisonnière des armes nucléaires. Cet échec est véritablement l’échec même de la civilisation. Nos enfants vont devoir vivre sous la menace d’un crime contre toute l’humanité. À l’évidence, et tous les observateurs en conviennent, depuis la précédente Conférence d’examen de 2010, aucun progrès n’avait été réalisé par les États dotés de l’arme nucléaire pour mettre en œuvre l’obligation de négocier de bonne foi un désarmement nucléaire complet. Dans le document final de la Conférence de 2010, pour la première fois, les États membres du TNP reconnaissaient « les conséquences humanitaires catastrophiques de tout emploi des armes nucléaires », que celui-ci soit intentionnel ou accidentel. Et le même document pressait les États dotés de prendre les mesures nécessaires pour 2 éliminer les armes nucléaires. Dans leurs interventions au cours du « débat général » de cette Conférence de 2015, les représentants de ces États ont fait preuve de la plus parfaite mauvaise foi pour laisser croire qu’ils étaient fidèles à leur engagement de parvenir à un monde sans armes nucléaires. L’enfer nucléaire est pavé de bonnes intentions en faveur du désarmement. Mais la réalité, c’est l’enfer. À les entendre développer la même rhétorique pour exprimer leur autosatisfaction et leur autocongratulation, il était d’ores et déjà devenu clair que cette Conférence de 2015 serait un échec. Il est surréaliste d’entendre ces dirigeants politiques proclamer que l’arme nucléaire garantit la sécurité de leur nation alors qu’elle menace la sécurité du monde. Dès lors que les États dotés assurent qu’ils satisfont pleinement à leurs obligations de désarmement stipulées par le TNP tout en maintenant leur arsenal nucléaire, tout processus de désarmement multilatéral se trouve totalement bloqué. À travers ces déclarations, rien, strictement rien, ne permet d’envisager dans un avenir proche ou lointain un changement de politique de la part des États nucléaires. En réalité, le désarmement nucléaire mondial est désormais impensable. À vrai dire, cet échec était prévisible après l’échec de la troisième Conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires qui s’était tenu à Vienne les 8 et 9 décembre 2014. Et nous l’avions prévu.

 

Pour lire la lettre intégrale de Jean-Marie, un clic ici.

Partager cet article

11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 18:01

Edit du 26 mai : Il semble que cette lettre de Lulu publiée le 11 mai n'a pas été lue, certainement que ses lecteurs n'ont pas reçu de notifications. 

 

C’est bien volontiers que je vais vous en faire part. Beaucoup de pèlerins qui vont à Lourdes aiment aller se recueillir à l’endroit où la petite Bernadette venait ramasser du bois mort pour faire cuire la soupe dans la cuisine familiale. C’est dans cette grotte que la Vierge Marie est apparue à Bernadette.

Je reviens de Lourdes où j'ai eu une apparition

C’est étonnant ce qui se passe dans la conscience des gens qui viennent ramasser les morceaux de leur vie à cet endroit et les confier à la Mère de tout amour et tendresse.

C’est beau ce qui apparait dans l’être de ces femmes et de ces hommes, je suis de ceux-là, qui se mettent dans la peau de Bernadette, probablement par grâce. Tout le travail de conversion et de transformation de leur vie intime et relationnelle qui se réalise en eux, est merveilleux.

 

La Vierge Marie apparaissant à l’humble jeune fille Bernadette, lui a révélé qu’elle est l’Immaculée Conception. Je suis étonné de ce que, dans la profondeur de nos consciences, nous sommes à même de concevoir. Nous devenons capables de nous tenir à l’impossible, celui là même dont Dieu est le maître, et que l’homme peut maitriser à son tour dans la mesure où il se laisse habiter et travailler par la grâce, par la manière d’aimer de Jésus.

 

C’est là, au pied de cette grotte que j’ai eu le dernier jour du pèlerinage diocésain, une apparition. C’était très tôt le matin. Ma prière était très pacifiante… J’écoutais la Vierge Marie et Bernadette en train de causer. Ça ressemblait à ce qui s’était passé le jour de la Visitation lorsque Marie était venue voir sa cousine Elisabeth. L’une et l’autre attendaient une naissance. Bernadette disait à Marie : 

« D’où ça vient ?

Qu’est-ce qui se passe pour que la Mère de notre Dieu vienne jusqu’à nous Humanité ?

Pourquoi venez-vous nous apparaitre comme vous le faites ?

Dans quel but faites-vous cela, Mère de Dieu, à nous les humains ?

Qu’est-ce que vous désirez qu’apparaisse aux horizons de notre humanité ? »

 

 

Je reviens de Lourdes où j'ai eu une apparition

Et moi je disais comme Bernadette, comme Elisabeth :

« Qu’est-ce que je fais là à prier ?

Pourquoi suis-je venu à cette rencontre, à ce rendez-vous avec vous Vierge Marie ?

Qu’est-ce que vous me faites concevoir dans ma conscience de pauvre homme que je suis ? »

 

Ce qui m’apparaissait, c’est qu’il arrivait autour de moi, plein de gens de mon pays, la France. Ils priaient intensément. Mais il y avait aussi une multitude de gens venant d’autres pays. Ces gens-là arrivaient dans des conditions et avec des embarcations de misère…

Ils avaient les yeux hagards… Ils racontaient qu’une multitude n’avait pas réussi à faire le voyage, ils avaient coulé en mer…

 

Et je sentais que, pour que j’ouvre mes bras et mon cœur afin de les accueillir, il me fallait auparavant ouvrir ma conscience, pour la laisser habiter par la Parole du Fils de la Dame de la grotte. J’entendais Marie qui disait, non plus seulement aux apôtres, à Elisabeth et Bernadette, mais aussi à moi, à nous, à tous ces gens de France qui me pressaient de toutes parts : « Faites tout ce que vous dira mon Fils. »

 

Alors je me rappelais ce qu’Il avait dit dans son sermon sur la Montagne : « Soyez des artisans de paix… il n’y a que comme ça, en faisant la paix, en rendant possible que les autres trouvent une place… Il n’y a que par cette façon de faire que vous serez heureux…

Démunissez vous de vos pouvoirs… Ne vous faites pas appeler avec des titres et des noms qui maintiennent les autres dans l’humiliation… Défaites vous de vos avoirs… Ne faites pas de l’argent avec l’argent, mais faites du travail et des maisons avec les sous que vous avez… Ramassez sans amassez… Ramassez pour donner, ainsi rien ne sera perdu… Ne faites pas des armes avec le nucléaire car vous risquez de casser la Terre qui est le berceau de vos enfants. A laisser proliférer le nucléaire, vos enfants ne vont plus pouvoir concevoir d’enfants de manière humaine, digne, immaculée.

 

Je comprenais mieux ce que la Vierge Marie avait dit à Bernadette :

 « Je suis l’immaculée Conception »

Il m’apparaissait que nous ne pouvons concevoir l’Humanité, sa vie sur la terre, qu’à la façon de Dieu, dans l’amour et la tendresse, dans le respect et la dignité, pas dans le profit et l’exploitation, ni non plus dans le mépris et la violation des droits.

 

Et il y avait plein de gens de France qui disaient dans cette apparition : « La première en chemin, Marie tu nous entraînes… C’est à cause de cela que nous refusons la fabrication et la vente des rafales, à l’Egypte, à l’Inde et au Qatar… Nous demandons que notre pays la France arrête instamment l’armement nucléaire de manière unilatérale et que l’argent soit pulsé et reversé à ceux qui n’ont plus rien, sinon la faim au ventre. C’était interpellant cette apparition qui m’était offerte. Il y avait même à côté de moi une femme qui me faisait beaucoup penser à Bernadette et aussi à Thérèse de Lisieux… Et cette femme disait : Qu’est-ce que ça veut dire unilatérale ? Il y a quelqu’un qui lui répondait : « Qu’est-ce qu’elle est importante ta question, ça veut dire que c’est à nous de commencer à nous désarmer. il ne faut pas attendre que les autres le fassent pour nous y engager nous-mêmes… C’est comme ça qu’on va y arriver… Ça va donner envie aux autres de faire pareil… Alors, le désarmement pourra devenir multilatéral »

 

L’heure du train nous ramenant de Lourdes dans le Jura approchait, je me disais dans ma prière : « Est-ce que tu n’es pas en train de rêver ?

C’est alors que j’entendis la belle dame de la grotte, nous dire, à tous les gens qui étaient là et à moi : « Continuez de prier, de rêver et d’agir ainsi, votre rêve d’aujourd’hui est en train de devenir réalité de demain.

 

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Lettres de Lulu
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 00:58

Attention ! retenez les horaires d'été !

 

C'est de 16h00 à 19h00, à la salle de réunion de la mairie de Dampierre (39), que les militants pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France, se retrouvent pour échanger et approfondir leur réflexion.

 

 

Partager cet article

21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 11:57

ASSEMBLEE GENERALE

Samedi 25 avril 2015

Salle des Fêtes de Port-Lesney

 

 

14 heures, assemblée statutaire

Présentation des différents rapports

Débat

 

 

Vers 15 heures, Elisabeth Lamy nous partagera les témoignages recueillis lors de son voyage au Brésil en novembre :

Jovanir : Citoyenneté

Penha : Lutte contre la violence faite aux femmes,

Helena et Ana : La prison des jeunes,

Veronica : Protection des témoins de crime.

 

Vers 17 heures, recueillement sur la tombe de Gaby.

 

Lors de cette journée, vous pourrez acheter le livre de Gaby "Un prêtre français assassiné au Brésil"

 

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 00:33
Le salaire de la faim

Et pour ceux qui ne peuvent se rendre à Lons mardi, vous pouvez visionner ce film ICI.

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 13:26

Aujourd'hui, le groupe A.D.N. (Alerte pour le Désarmement Nucléaire) se retrouve de 14h00 à 17h00 à Dampierre (salle de la mairie)

- partage d'infos sur ce qui se vit ici ou ailleurs pour un monde sans violence.

- mises au point des rencontres avec Jean-Marie MULLER la semaine prochaine.

 

Vous pouvez vous associer à cette démarche par le jeûne ou toute autre action, par le partage d'infos, et en invitant vos amis et proches aux conférences de Jean-Marie : Le défi de la non-violence aujourd'hui.

 

Partager cet article

4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 19:13

« Entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! » :

 

« A travers la fenêtre, sans rideau, depuis longtemps je vois une petite étoile me luire. Je ne dors pas. Mais entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! Les montagnes et les forêts attendent, elles m’entourent dans une émanation lumineuse. La pleine lune, pas à pas, élève, suspend sa face pieuse... Le soleil n’est pas levé encore : il y a une heure encore de cette immense solitude ! Il n’y a, pour garder le tombeau, que ces millions d’étoiles en armes, vigilantes depuis le pôle jusqu’au Sud ! Et tout à coup, dans le clair de lune, les cloches, en une grappe énorme dans le clocher, les cloches au milieu de la nuit, comme d’elles-mêmes, les cloches se sont mises à sonner ! On ne comprend pas ce qu’elles disent, elles parlent toutes à la fois ! Ce qui les empêche de parler, c’est l’amour, la surprise toutes ensemble de la joie ! Ce n’est pas un faible murmure, ce n’est pas cette langue au milieu de nous-mêmes suspendue qui commence à remuer ! C’est la cloche vers les quatre horizons chrétienne qui sonne à toute volée !... Vous qui dormez, ne craignez point, parce que c’est vrai que j’ai vaincu la mort ! J’étais mort, et je suis ressuscité dans mon âme et dans mon corps ! La loi du chaos est vaincue et le Tartare est souffleté ! La terre qui, dans un ouragan de cloches de toutes parts s’ébranle, vous apprend que je suis ressuscité ! Ainsi soit-il ! »

 

Paul Claudel (1868-1955)

Joyeuses Pâques à tous !

Joyeuses Pâques à tous !

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Textes divers
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 17:15

Une association d'entrepreneurs, réunissant économie conventionnelle et économie sociale et solidaire, vient de voir le jour : Initiatives Développement Jura. Son objectif : mettre en évidence les besoins économiques et sociaux d'un territoire et bâtir des projets locaux soutenus par les pouvoirs publics...

Claude Chevassus et Laurent Assathiany se sont rencontrés lors d'une réunion sur le projet de Center parcs. Ils sont tombés d'accord : il faut un projet alternatif. Ph DB

Claude Chevassus et Laurent Assathiany se sont rencontrés lors d'une réunion sur le projet de Center parcs. Ils sont tombés d'accord : il faut un projet alternatif. Ph DB

Une dizaine d'entrepreneurs jurassiens viennent de créer une association destinée à « repérer des initiatives et soutenir des projets dans le respect des personnes et de l'environnement ». Présenté ainsi, cela ne dit pas forcément grand-chose, hormis que l'idée est belle et généreuse. En fait, le déclencheur de la création d'Initiatives Développement Jura, ID-39, est le projet de Center parcs de la forêt de Poligny. Lors de la première réunion publique organisée par le Pic noir, association d'opposants au projet, deux hommes dans le public interviennent dans le même sens : Claude Chevassus et Laurent Assathiany.

Ils ne se connaissent pas, mais partagent une conviction : « on ne peut pas seulement être contre le Center parcs, il faut travailler à un projet alternatif », explique le second. « Il s'agit de ne pas être clivant. On est pour le développement du territoire, mais aussi le développement des personnes, le développement de l'homme et de tous les hommes à partir de valeurs », ajoute le premier qui avait lancé : « Si on avait tous ces fonds publics pour l'économie, ce n'est pas 300 emplois qu'on pourrait créer, mais 3000 ! »

Quelque temps plus tard, l'ex-président du Conseil général, Christophe Perny, défend le projet devant 300 personnes. Un jeune vigneron, Valentin Morel, l'interpelle sur le montant des subventions publiques par emploi : « 230.000 euros selon vos chiffres, 350.000 selon les miens ». Le lendemain, Ulysse Charpentier, patron d'une petite affaire d'import-export de fromage à Poligny, prend contact avec lui : « On est pour quelque chose d'autre ».

 

40 ans de chômage pour 300 personnes

Tous s'interrogent sur le coût du projet de Pierre et Vacances en argent public. Interloqués par les 70 à 80 millions d'euros que les collectivités projettent d'injecter dans le projet et ses à-côtés pour créer 250 à 300 emplois, pas tous de bonne qualité, ils en parlent autour d'eux et créent un petit groupe où cohabitent entrepreneurs de l'économie sociale et solidaire et de l'économie conventionnelle.

Il y a parmi eux Frédéric Fraichot, un conseiller financier. Il préside la CGPME du Jura, mais c'est à titre personnel qu'il s'engage dans ID-39 : « il s'agit de voir comment on peut faire de l'économie avec moins d'argent, avoir un projet économique de territoire et voir ce qu'il coûte. 52 millions pour 300 emplois, c'est l'équivalent des indemnités de chômage de 300 personnes pendant 40 ans ! Le Center parcs est un OVNI qui nous est tombé dessus sans qu'on n'ait rien demandé... Quand on voit qu'une mission revitalisation sur le Haut-Jura a coûté 2 millions d'euros pour 300 emplois... » Deux millions dont un tiers d'argent public.

 

Répertorier les besoins non couverts par les secteurs marchands

Il doute aussi des retombées économiques et sociales annoncées, autant pour la filière bois que pour la viticulture, le tourisme ou encore la construction : « les entreprises du Jura n'ont pas l'ingénierie thermique pour la bulle ». Il estime que la forêt de Poligny est « l'endroit le plus mal choisi » : s'il l'a été, c'est parce qu'il était pratique pour le promoteur de « ne traiter qu'avec un seul propriétaire », en l'occurrence la ville de Poligny. Il trouve aberrante la perspective d' « une conduite forcée pour amener l'eau depuis Syam : pourquoi pas la tour Eiffel ! » Est sévère pour le modèle économique : « il faut dépenser mieux l'argent de la Caisse des Dépôts et consignation, c'est celui de nos retraites ! »

« Ce n'est pas le travail qui manque, c'est l'emploi », a coutume de dire Claude Chevassus, qui préside ID-39. Petit patron chrétien social d'un commerce de pneus, il est déjà à l'origine de la création de l'association de lutte contre le gaspillage, qui fait de l'insertion et du recyclage d'objets de toutes sortes, d'Ecofor, une école de seconde chance. ID-39 entend explorer les « gisements économiques dans trois secteurs : les personnes âgées, la jeunesse, les chômeurs de longue durée », résume Valentin Morel. Il s'agit notamment de « répertorier les besoins non couverts par les secteurs marchands », explique Claude Chevassus.

 

Dans une rivière, ceux qui sont à contre-courant sont les poissons vivants,

Comme le démarrage des travaux de la Commission particulière du débat public est imminent, il n'y a pas de temps à perdre. Une chargée de mission doit « mettre en musique les propositions, collecter les informations auprès des secteurs concernés et des habitants, les gens ont plein d'idées », dit Claude Chevassus. « On veut repérer les lanceurs d'idées, regardez les besoins non solvables, regarder par exemple vers l'affouage que beaucoup de gens ne vont plus chercher », complète Laurent Assathiany. « On est dans une démarche prospective à partir de ce qui se sur le territoire, on veut initier un projet de société à travers tout ça : le vivre ensemble», dit Claude Chevassus.

 

Il n'a pas peur d'être à contre-courant : « dans une rivière, ceux qui sont à contre-courant sont les poissons vivants, ceux qui se laissent aller sont morts... » Valentin Morel est ravi : « c'est génial, la sociologie de cette association qui réunit petits patrons et écologistes, tous partis sur des problèmes économiques ». Pour sa part, il a en tête les besoins de son secteur : « la viticulture a besoin de planter 300 hectares, mais comment faire ? » C'est le thème de la prochaine réunion thématique de l'association. Un sommaire calcul aboutit à la création d'une centaine d'emploi si l'on prend l'hypothèse de la création d'une soixantaine de structures de 5 ha, générant chacune un vigneron ayant besoin 0,7 à 0,8 équivalent temps-plein. A environ 20.000 euros l'hectare de vigne nouvelle, entre achat, terrassement et plantation, le budget théorique est de 6 millions... « Si ça permet de changer les idées des élus... »

 

Article de Daniel Bordür dans Factuel Infos

 

"publié avec l'autorisation de Factuel.info, journal franc-comtois d'information et de débat, sans publicité et par abonnement".

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 15:13

Rappel : à ne pas manquer ! Il reste Dole et Besançon pour écouter Jean-Marie Muller et participer au débat.

 

Alerte Désarmement Nucléaire

 

invite en Franche-Comté

 

 

Jean Marie MULLER

 

Pour une conférence debat

 

Le défi de la non-violence aujourd’hui

 

 

A POLIGNY

Le mercredi 15 avril 2015 à 20H00

A la salle des fêtes

 

A DOLE

Le jeudi 16 avril 2015 à 20H00

A la M.J.C.

 

A BESANCON

Le vendredi 17 avril 2015 à 20H00

A la salle Battant

 

Avec dédicaces - Entrée libre

Partager cet article

17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 14:55
Une pièce de Théâtre d'après l'oeuvre de Germaine Tillion
Info de dernière minute :
 
Mardi 17 mars, à 14H et 19H30, à l'espace Mandela (Planoise)  
 
  
 DIALOGUE est une adaptation théâtrale, de différents écrits de Germaine Tillion. Elle met en scène son implication extraordinaire dans la guerre d'Algérie et décrit merveilleusement l'universalité de sa démarche : tenter coûte que coûte d'amorcer un dialogue pour sortir de situation de conflits sans issues. "Le personnage de Germaine Tillion porte en lui une humanité exceptionnelle" qui l'a toujours poussée à rechercher le dialogue dans des circonstances épouvantables pour faire baisser la violence, sauver des vies individuelles, empêcher des exécutions capitales, arracher des personnes à la torture... sans jamais renoncer à son attachement pour le vrai et le juste.

____________________________________________________________

 

Cette pièce, d'une durée de 1H15 environ sera suivie d'un débat avec le metteur en scène et les comédiens du théâtre de l'averse.

La représentation de 14H est réservée en priorité pour les scolaires (élèves de terminale de Victor Hugo...).

Le 19, les comédiens se produiront devant les lycéens de Pergaud.

Et le dimanche 26 avril, pour la journée nationale du souvenir de la déportation, un concert-lecture sera donné au petit Kursaal.

 

Ce qui rend exceptionnel le personnage de Germaine Tillion (1907 – 2008) est la manière dont elle a su réunir travaux de connaissance et actions. Ethnologue dans l'est de l'Algérie (chez les Chaouias, population berbère de l'Aurès) dans les années trente, elle cherche à comprendre mais aussi à aider ceux qui l'entourent. Rentrée en France au moment de la débâcle, elle s'engage dans la résistance ; s'ensuivent arrestation, prison, camp de concentration (Ravensbrück) où elle cherchera encore à soulager la détresse de ses camarades. Au retour des camps, elle devient historienne de la déportation et de la résistance.

En 1954 éclate la guerre d'Algérie : elle luttera contre la misère, la torture et les exécutions pour “arrêter le terrorisme”. Elle expliquera que, "pour freiner les violences, il faut, sur les deux rives de la Méditerranée comme ailleurs, encourager la participation des femmes au pouvoir collectif".

Traversant les heures les plus sombres du siècle, elle n'aura jamais perdu la compassion pour ses semblables, ni son hospitalité, ni son humour légendaire.

 

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui !
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Mais tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. Merci.

Recherche

Où est LULU ?

Aujourd'hui, Lulu réside dans son village natal de Dampierre dans le Jura.

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.

Coup de projecteur

arton610-3e2d0 

 

 

photo-2015--9-janvier2.jpg

Clic sur les icônes