Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 21:11

Journées de jeûne à Dampierre.

 

Dimanche 6 août et lundi 7 août 2017

 

autour du petit Ginkgo près de l'église

 

Temps de partage et d'échanges sur les thèmes de la non-violence

 

et du désarmement nucléaire unilatéral de la France.

 

Commémoration 2016

Commémoration 2016

Repost 0
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 20:00

Lettre de Jean-Marie MULLER* du 21 juillet 2017

 

 

Lors de son discours au Congrès de Versailles, Le 3 juillet 2017, Emmanuel Macron a présenté les principes qu’il entend mettre en œuvre pour construire la paix dans « un monde dangereux ». « Notre environnement, précise-t-il, y compris notre environnement proche, se caractérise par l’accumulation des menaces. (…) Les mouvements terroristes se développent dans de multiples régions avec des moyens qui augmentent leur capacité de nuisance. » Il souligne alors que « notre outil militaire revêt dans ces circonstances une importance majeure » en précisant que la dissuasion est « la clé de voûte de notre sécurité ». Cette formule se voudrait  décisive, mais elle reste une affirmation idéologique qui risque fort de n’être que formelle et de n’avoir aucune prise sur la réalité des menaces qui pèsent sur notre société.

 

 

Le lendemain, alors même que le Premier Ministre présentait la politique de son gouvernement devant l’Assemblée Nationale, le Président de la République se faisait hélitreuiller à bord du Terrible, un des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la base de l’Île Longue dans la rade de Brest. Il tenait ainsi à « rencontrer celles et ceux qui oeuvrent à la nécessaire permanence de la dissuasion nucléaire ».  Une séquence de lancement simulé était au programme, mais on ne nous a pas dit quel était le scénario envisagé. On peut s’interroger sur l’opportunité d’une telle initiative à un tel moment. En venant s’enfermer dans un sous-marin nucléaire, le Président  de la République se faisait prisonnier du monde ancien que, par ailleurs, il prétend combattre.

 

 

24 heures après la démission du chef d’état-major des armées, Emmanuel Macron s’est rendu sur la base aérienne 125 d’Istres qui est un maillon essentiel de la dissuasion française. Mise en œuvre au cœur de la guerre froide, cette base abrite la composante aéroportée constituée des missiles ASMPA (missiles air-sol de moyenne portée améliorée) installés sur des Mirage dont la visibilité traduit, selon le ministère  des armées, la « détermination française à agir ». Au cours de son intervention, le Président déclare : « La dissuasion nucléaire est au cœur de notre défense, elle est la garantie de nos intérêts vitaux et j’en suis le garant. » Et il rappelle l’effort financier de l’Etat en faveur des investissements militaires : « Dès 2018, nous augmenterons notre effort de 20 %. Le budget sera porté à 34,2 milliards d’euros dès 2018. Aucun budget autre que celui des armées ne sera augmenté. » Mais l’immense paradoxe c’est qu’une crise majeure soit survenue à propos d’une réduction de 180 millions du budget des armées, alors que des milliards sont consacrés à l’arme nucléaire qui s’avère parfaitement incapable d’éradiquer les menaces terroristes. À aucun moment, dans aucun conflit, non seulement l’emploi mais la menace même de l’arme nucléaire ne sauraient être envisagés. Ils sont véritablement im-pensables, étant donné l’ampleur de la catastrophe humanitaire qui serait provoquée par tout usage de cette arme de destruction aveugle.

 

 

On connaît l’affirmation du Président François Mitterrand : « L’arme nucléaire, c’est moi ! ». Pour sa part, Emmanuel Macron entend faire comprendre au monde entier que « l’arme nucléaire, c’est lui !. » Cette priorité politique et stratégique affichée par le Président de la République en faveur de l’arme nucléaire est d’une gravité exceptionnelle qui est décisive pour mettre en échec la politique de renouveau qu’il voudrait conduire. Elle constitue une faute et une erreur qui impliquent la négation et le reniement des valeurs éthiques qui fondent la civilisation. Et cela d’autant plus qu’elle semble bénéficier d’un consensus populaire. Au demeurant, il ne s’agit que d’un consensus par défaut dès lors qu’aucun débat démocratique n’accompagne ce choix. Et, pendant ce temps, les clercs, qu’ils soient religieux ou laïcs, continuent de trahir leur mission en s’accommodant de la préméditation du crime contre l’humanité qui fonde la dissuasion nucléaire.

 

 

« Le prestige, déclarait M. Ban Ki-Moon, le Secrétaire général des Nations Unies, lors de l’allocution qu’il prononça à Hiroshima le 6 août 2010, appartient non pas à ceux qui possèdent des armes nucléaires, mais à ceux qui y  renoncent. »  Il est mal-heureux que le Président Macron se trompe de prestige.

 

 

* Philosophe et écrivain

Auteur  de Libérer la France des armes nucléaires, 2014, Chronique Sociale.

www.jean-marie-muller.fr

E. Macron au Congrès de Versailles

E. Macron au Congrès de Versailles

Repost 0
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 13:08

Lettre de Jean-Marie MULLER datée du 10 juillet

 

Du 15 juin au 7 juillet s’est tenue à New York une Conférence des Nations Unies pour la négociation d’un instrument juridiquement contraignant visant à interdire les armes nucléaires en vue de leur élimination complète. Le texte retenu affirme que les Etats Parties au présent traité sont « profondément préoccupés par les conséquences catastrophiques sur le plan humanitaire qu’aurait tout recours aux armes nucléaires » et estiment par conséquent nécessaire d’éliminer complètement ce type d’arme : « Chaque Etat Partie s’engage à jamais, en aucune circonstance, à mettre au point, mettre à l’essai, produire, fabriquer, acquérir de quelque autre manière, posséder ou stocker des armes nucléaires, employer ni menacer d’employer des armes nucléaires » Il est encore précisé : « Chaque Etat Partie qui est propriétaire d’armes nucléaires les retire sans délai du service opérationnel et les détruit dans les meilleurs délais ».

 

L’interdiction des armes nucléaires semble ainsi radicale, mais, curieusement, le texte reconnaît à chaque Etat Partie le droit de se retirer du traité : « Chaque Etat Partie, est‐il écrit, dans l’exercice de sa souveraineté nationale, a le droit de se retirer du présent Traité s’il décide que des événements extraordinaires, en rapport avec l’objet du présent Traité, ont compromis les intérêts suprêmes de son pays. Il doit alors notifier ce retrait au Dépositaire. Ladite notification doit contenir un exposé des événements extraordinaires dont l’Etat en question considère qu’ils ont compromis ses intérêts suprêmes. » Ce droit au retrait du Traité par pure convenance vient remettre en cause le principe même de l’interdiction de posséder des armes nucléaires car il fonde le droit à se retirer avant d’entrer c’est-à-dire, en définitive, à ne pas y entrer également par pure convenance...

 

Les participants à la négociation du Traité ont eu parfaitement consciences de cette contradiction. Lors de leur rencontre du 5 juillet, la majorité d’entre eux, selon Ray Acheson, ont fait « un effort concerté pour éliminer la 2 formulation problématique actuelle », aucun « événement extraordinaire » ne pouvant justifier un retrait. La Palestine et l’Afrique du Sud ont plaidé en faveur du retrait et « un applaudissement enthousiaste les a soutenus ». « La Présidente avait donc l’assentiment de la salle pour une modification » mais une petite minorité l’en a dissuadée. Le texte a donc été adopté tel quel.

 

Carte publiée sur ICAN France

Carte publiée sur ICAN France

On peut certes se réjouir de l’interdiction formulée, mais la question est de savoir quelle sera l’effectivité de cette interdiction. D’aucuns ont cru pouvoir affirmer qu’il s’agit là un événement « historique » qui serait de nature à changer le cours de l’histoire. Mais le plus grand nombre des commentateurs ont souligné son caractère « symbolique ». « L’adjectif symbolique, précise le dictionnaire Le Robert, s’applique à tout ce qui, tout en étant réel, n’a pas d’efficacité ou de valeur en soi ». Le fait est qu’aucun des pays dotés de l’arme nucléaire n’a voulu s’investir dans la négociation de ce traité et qu’aucun ne souhaite s’impliquer dans sa mise en œuvre. Et il serait imprudent de penser qu’ils seront sensibles aux arguments avancés pour justifier les interdictions formulées.

 

Comme il fallait s’y attendre, le gouvernement français a émis un avis négatif sur ce traité. « Il s’agit, affirme le Ministère de l’Europe des Affaires étrangères dans un communiqué, d’un texte inadapté au contexte sécuritaire international, caractérisé par des tensions croissantes et la prolifération des armes de destruction massive (…) La France n’a pas participé aux négociations de ce traité et elle n’entend pas y adhérer. Ce traité ne nous lie pas et ne crée pas de nouvelles obligations. » Le communiqué poursuit en justifiant la politique nucléaire  de la France : « La dissuasion vise à protéger notre pays de toute agression d’origine étatique contre ses intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne, et quelle qu’en soit la forme. Le contexte international n’autorise aucune faiblesse. Un traité d’interdiction des armes nucléaires risque à cet égard d’affecter la sécurité de la région euro-atlantique et la stabilité internationale. »

 

Contrairement à ce que croient pouvoir affirmer ceux qui font l’éloge de ce Traité, ce n’est pas la première fois qu’un texte de l’ONU condamne tout recours à l’arme nucléaire. Le texte du Traité ne dit rien de plus que la résolution adoptée par l’Assemblée Générale du 24 novembre 1961. On pourrait même soutenir qu’il en dit plutôt moins. Le texte de cette résolution souligne que « les négociations sur le désarmement n’ont pas jusqu’ici abouti à des résultats satisfaisants ». Il estime que « l’emploi d’armes de destruction massive telles que les armes nucléaires et thermonucléaires est la négation directe des idéaux et objectifs élevés que l’Organisation des Nations Unies a, lors de sa création, reçu pour mission d’atteindre ». La résolution déclare que l’emploi d’armes nucléaires « constitue, en tant que tel, une violation de la Charte des Nations Unies ». Elle précise que « l’emploi d’armes nucléaires est une guerre dirigée non seulement contre un ennemi ou des ennemis, mais aussi contre l’humanité en général ». Enfin et surtout, la résolution affirme que « tout Etat qui emploie des armes nucléaires doit être considéré comme violant la Charte des Nations Unies et commettant un crime contre l’humanité et la civilisation ». Il est difficile d’être plus clair et on ne peut que s’étonner que le texte du Traité d’interdiction ne fasse aucune référence à cette résolution du 24 novembre 1961.

 

Soulignons enfin que ce traité présente un intérêt majeur pour les citoyens français que nous sommes : Il dilue les différences d’appréciation qui opposaient les partisans d’un désarmement multilatéral et ceux qui privilégiaient le désarmement unilatéral. C’est précisément parce qu’ils ont constaté l’échec du désarmement multilatéral par la signature d’une convention internationale que les Etats non dotés qui s’opposent à l’armement nucléaire ont changé de stratégie pour proposer un désarmement multi-unilatéral par la signature d’un Traité international. Cet argument est décisif et il devient raisonnable d’envisager un accord entre tous les partisans français du désarmement nucléaire afin qu’ils exigent ensemble un désarmement mondial à commencer par le désarmement unilatéral de la France. L’impératif stratégique rejoint l’impératif éthique pour affirmer que désarmement bien ordonné commence par soi-même… La prise de conscience de cette nouvelle donne est essentielle : le mouvement anti-nucléaire français peut alors libérer toute sa dynamique…

 

Lors de  son discours au Congrès de Versailles, le 3 juillet 2017, Emmanuel Macron a présenté les principes d’action qu’il entend mettre en œuvre pour construire la paix. Analysant les différentes menaces qui pèsent sur la sécurité des Français, il a souligné que « notre outil militaire revêt dans ces circonstances une importance majeure » en précisant  que la dissuasion est la « clé de voûte de notre sécurité ». Cette formule se voudrait décisive, mais elle reste une affirmation idéologique qui risque fort de n’être que formelle.

 

Le lendemain, alors même que le Premier Ministre présentait la politique de son gouvernement devant l’Assemblée nationale, le Président de la République se faisait hélitreuiller à bord du Terrible, un des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la base de l’Ile Longue, dans la rade de Brest. Il tenait ainsi à « rencontrer celles et ceux qui œuvrent à la nécessaire permanence de la dissuasion française » :

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170704.OBS1652/photos-a-bord-du-sous-marin-le-terrible-macron-l-a-sur-joue-super-heros.html. Une séquence de lancement simulé était au programme. On peut s’interroger sur l’opportunité d’une telle initiative à un tel moment.

 

L’analyse la plus rigoureuse de la situation internationale fait apparaître que l’arme nucléaire est une menace pour la paix en France et dans le monde et non pas une sécurité. À aucun moment, dans aucun conflit, non seulement l’emploi mais la menace même de l’emploi de l’arme nucléaire ne sauraient être envisagés. Ils sont véritablement im-pensables. L’ampleur de la catastrophe humanitaire provoquée par tout usage de l’arme nucléaire constitue une totale dissuasion qui pèse sur nos propres décideurs. Ainsi, la dissuasion s’inverse-t-elle et se retourne contre elle-même : ce sont les décideurs des Etats nucléaires qui sont dissuadés d’employer l’arme nucléaire.

 

La menace terroriste est la principale menace qui pèse sur nos sociétés, mais l’arme nucléaire s’avère totalement incapable de l’éradiquer. Les terroristes qui viennent frapper mortellement nos sociétés peuvent rire de nos armes nucléaires. En outre, la préméditation du crime nucléaire constitue la négation et le reniement de toutes les valeurs morales, éthiques, intellectuelles et spirituelles qui fondent la civilisation. Bien qu’on  refuse d’en prendre conscience, ce reniement empoisonne en profondeur la vie morale des Français. 

 

Notons que l’Etat français s’est déjà engagé à renouveler son arsenal nucléaire. Cette modernisation fera passer le budget à 6 milliards à partir de 2020. Il y a là un véritable détournement de l’argent public au profit d’œuvres de mort. Combien de temps encore les Français supporteront-ils ce gigantesque gâchis ?

Face à toutes ces  dérives, seule une mobilisation de la société civile a le pouvoir de faire entendre raison aux responsables politiques. Et cette mobilisation concerne chaque citoyen.

 

 

Jean-Marie MULLER

Auteur de Libérer la France de l’arme nucléaire, 2014, Chronique sociale.

www.jean-marie-muller.fr

 

 

 

Pour télécharger la lettre de Jean-Marie au format PDF, un petit clic ci-dessous :

Lettre de Jean-Marie MULLER 

Repost 0
Published by luluencampvolant
commenter cet article
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 07:23

Lettre de Lulu au Président de la République Française, Mr Emmanuel MACRON

 

Dampierre, le 8 juillet 2017

 

Monsieur le Président,

 

C’est avec une joie profonde, où est venu se loger quelque chose d’existentiel, que j’apprends que 122 états du monde, en session à l’O.N.U., viennent de s’engager dans un traité pour demander et exiger que nous arrêtions la fabrication et le commerce des armes nucléaires. N’est-ce pas un signe fort que nous voulons arrêter de tomber dans une attitude criminelle les uns par rapport aux autres, en nous menaçant de la mort nucléaire ?

 

Mais en même temps que la joie prenait place dans mon cœur à l’annonce de cette bonne nouvelle, une grande et profonde tristesse venait se loger à ses côtés. J’apprenais que la France qui se veut ambassadrice de paix ne signait pas le traité et qu’elle doublera le budget de l’armement nucléaire.

 

Alors je vous écris Monsieur le Président. J’espère profondément que le secrétariat auquel cette lettre arrive vous la fera parvenir. C’est un droit à mes yeux de vous écrire et c’est même un devoir. Je suis citoyen de la France. J’ai voté pour vous quand vous vous présentiez à nous pour devenir président de la République, les 23 avril et 7 mai 2017. Mais mon vote n’est pas un blanc-seing.

 

Je vous écris pour vous dire que ce que vous décidez entre autre par rapport à l’armement nucléaire de la France a un tel impact sur l’avenir de notre humanité que par conséquent vous ne pouvez être seul, avec une petite oligarchie autour de vous, à prendre de telles décisions qui menacent de mort notre humanité. Votre attitude est peut-être constitutionnelle. Elle n’en est pas moins injuste et usurpatrice. Vous êtes-vous déjà dit en conscience qu’il est criminel pour nous, la France, de menacer ainsi de mort certaine et atroce notre humanité ?

 

Où puisez-vous ce droit de décider de doubler le budget de l’armement nucléaire de la France ?

Pensez-vous que c’est ainsi que nous enrayerons le terrorisme ?

Croyez-vous mettre la France en marche  en agissant ainsi ? En marche pour accélérer notre décadence humanitaire ?

 

Avec mes amis œuvrant à un désarmement nucléaire de la France de manière unilatérale, nous vous soufflons à l’oreille que vous seriez un vrai président de la république si vous vous engagiez à faire stopper l’adage latin « si vis pacem para bellum », en préparant la paix par des actes de paix, celui notamment de ne pas alimenter le budget militaire nucléaire de la France, mais d’entrer effectivement dans le traité qui vient d’être signé à l’O.N.U. par 122 états.

 

Dans plusieurs de vos déclarations vous nous dites que vos personnes référentes sont Paul Ricœur, Emmanuel Mounier. Ils ont été et demeurent les aiguilleurs de ma prise de conscience d’homme. Déjà pendant le drame de la guerre d’Algérie que j’ai faite avec deux millions d’hommes de France, c’est sur eux que je m’appuyais pour résister, et refuser que la fin justifiât les moyens dans notre triste vie de soldats.

 

Croyez-vous que ces penseurs bâtisseurs de notre humanité avec des Théodore Monod, Jean-Marie Muller, Albert Camus, Georges Bernanos soient fiers de vous quand vous vous faites héliporter afin d’entrer dans un sous-marin nucléaire français il y a quelques jours ?

 

Il est fort probable que le général De Gaulle auquel vous aimez vous référer aussi a pu dire au moment de mourir : « Je n’aurais pas dû engager la France dans la fabrication et l’éclatement de la bombe nucléaire dans le Sahara algérien, ni non plus penser pouvoir être fier de devenir capable de faire disparaître de la vie des cités entières d’hommes, de femmes et d’enfants. 

 

Les conséquences en sont trop graves pour l’avenir de notre humanité. » Comme le général Massu avait dit à propos de la torture pendant la guerre d’Algérie, quelques temps avant de mourir : « C’est vrai que nous aurions pu ne pas nous laisser entraîner à torturer sous prétexte de désarmer le terrorisme. »

LA FIN NE JUSTIFIE JAMAIS LES MOYENS

 

Monsieur Emmanuel Macron, devenez un « déclareur » de paix, vous serez alors un véritable président de la république.

 

Croyez à mes sentiments respectueux, et à ceux des amis du mouvement ADN MAN avec qui je vous écris cette lettre.

 

Lucien Converset

 

Lire aussi sur le blog de Paul Quilès :

Repost 0
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 11:35

Sur le site de la Radio Télévision Suisse, on peut lire :

 

Un traité interdisant les armes nucléaires a été adopté vendredi aux Nations unies, mais les puissances nucléaires ont refusé de participer au processus limitant de facto la portée de ce texte.

Le traité a été adopté par 122 votes pour, une voix contre (les Pays-Bas, membre de l'Otan) et une abstention.

Les partisans du traité y voient une réalisation historique, mais les Etats nucléaires le jugent irréaliste, estimant qu'il n'aura aucun impact sur la réduction du stock mondial actuel de quelque 15'000 têtes nucléaires.

 

Levier de pression

 

Emmenés par l'Autriche, le Brésil, le Mexique, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, 141 Etats ont pris part aux trois semaines de négociations du traité, qui préconise une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d'utilisation d'armes nucléaires.

Ses partisans espèrent que le traité accentuera la pression sur les Etats nucléaires pour qu'ils prennent le désarmement plus au sérieux.

Aucun des neuf pays détenteurs de l'arme nucléaire (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France, Inde, Pakistan, Corée du Nord et Israël) n'a pris part aux négociations en vue de ce traité.

 

Un traité mort-né?

 

Aussi louable soit son intention, ce traité est-il voué à l’échec? "C'est ce que souhaitent tous les Etats nucléaires et tous les lobbies militaro-industriels qui se nourrissent bien à partir de cette arme extrêmement dangereuse pour l'humanité. Il faut savoir qu'entre 1945 et 1990, on est passé de trois ogives - dont deux utilisées contre le Japon - à 70'000", a déploré dans Forum Paul Quilès, ancien ministre français et président d’Initiatives pour le Désarmement Nucléaire.

 

Ecoutez l'interview de Paul Quilès, ancien ministre de la défense en France.

Photo reprise sur l'interview de Paul Quilès sur RTS

Photo reprise sur l'interview de Paul Quilès sur RTS

Vous pouvez aussi visiter le blog de Paul Quilès

 

Autre site à visiter ; IDN

Repost 0
Published by luluencampvolant - dans Paul Quilès
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 17:12
 
COMMUNIQUÉ
 

 du Mouvement de la Paix

 
Un premier succès grâce à vous ! 

Le Traité d'interdiction des armes nucléaires vient d'être adopté à l'Onu
 
 
Aujourd'hui Vendredi 7 juillet, les Nations Unies ont approuvé un Traité d'interdiction des armes nucléaires. La Présidente de la Conférence des Nations Unies sur l'interdiction des armes nucléaires, Elayne Whyte Gómez, du Costa Rica.a indiqué hier que « c'est un moment historique, c'est le premier traité multilatéral de désarmement nucléaire à être conclu en plus de 20 ans », a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse organisée au siège de l'ONU.
 
Selon le projet de texte, le traité couvre toute l'éventail des activités liées aux armes nucléaires, interdisant à tout État partie de s'engager dans le développement, le test, la production, la fabrication, l'acquisition, la possession ou le stockage d'armes nucléaires ou d'autres dispositifs nucléaires explosifs.(Source ONU)
 
Les interdictions s'appliquent également à tout engagement à utiliser ou à menacer d'utiliser des armes nucléaires ou d'autres dispositifs nucléaires explosifs.

C'est une grande victoire pour les peuples du monde entier. Après les armes chimiques et les armes bactériologiques ce sont les armes nucléaires qui sont interdites en tant qu'armes de destruction massive, sur la base d'un Traité d'interdiction.
 
L'humanité dispose désormais d'un instrument juridique contraignant pour interdire les armes nucléaires en déclarant, sans ambiguïté, que les armes nucléaires ne sont pas seulement immorales, mais aussi illégales.
 
Tant d'années et tant de travail acharné de générations de militants contre les armes nucléaires sont couronnés par un succès.
 
Ces luttes conduites depuis 1950, ont mobilisés des dizaines de millions de personnes à travers des rassemblements multiformes, mais aussi des appels souvent initiés par les survivants d'Hiroshima et de Nagasaki (les hibakushas). Ainsi avons obtenu successivement l'arrêt des essais nucléaires dans l'atmosphère, sous la mer, puis un traité d'interdiction définitif des essais nucléaires et des Zones exemptes d'armes nucléaires sur les ¾ de la surface du Globe.
 
Aujourd'hui c'est un traité d'interdiction des armes nucléaires, élaboré dans le cadre de l'ONU par 135 Etats qui concrétise l'article 6 du Traité de Non- Prolifération signé par la France.

L'existence de ce traité va imposer à la nouvelle Assemblée Nationale de ratifier ce traité et de bannir des arsenaux français les armes nucléaires et les stratégies suicidaires qui les accompagnent.
 
Cette question va avoir un retentissement et susciter débat dans tout l'espace public, puisque le traité interdit tous les soutiens, techniques, financiers, logistiques qui participent à l'existence des armes nucléaires. Les élus locaux, administrant les riverains des sites nucléaires militaires devront eux aussi participer au débat, car le traité affirme sans ambigüité, que par leur seule présence, les armes atomiques constituent un risque majeur de catastrophe humanitaire.
 
Le Mouvement de la Paix, conscient que ce traité marque une rupture historique au sein des relations internationales en offrant l'opportunité de raviver l'esprit de la Charte des Nations Unies pour construire un processus pacifique de sécurité collective, est déterminé à mobiliser l' opinion publique en France pour que le gouvernement respecte ses engagements et ratifie ce traité en choisissant la raison contre l'enfer.
 
Le Mouvement de la paix invite ses comités et amis ainsi que la population et toutes les organisations investies dans le combat pour un monde sans armes nucléaires à:
- Propager et fêter dès à présent cette bonne nouvelle partout en France en particulier à travers des initiatives publiques.
  - 
Signer la pétition demandant l'arrêt des programmes de modernisation des armes nucléaires pour lesquels il est prévu de doubler les crédits consacrés aux armes nucléaires dans le budget de la France.
- Participer (et/ou initier) partout en France aux marches pour la paix qui auront lieu le samedi 23 septembre à l'appel du collectif en marche pour la paix qui a parmi ses objectifs la mise en œuvre du traité d'interdiction des armes nucléaires et le gel des programmes de modernisation de ces armes.
- Participer aux mobilisations qui auront lieu le Dimanche 7 octobre autour des sites liés aux armes nucléaires en France. (Île Longue, Valduc, Istres, Le Barp, etc).

Le texte adopté : https://www.mvtpaix.org/wordpr ess/blog/2017/07/07/communique -de-presse-le-traite-de-non- proliferation-nucleaire-un- espoir-davenirs

Saint Ouen le 7 juillet 2017
Traité d'interdiction des armes nucléaires adopté à l'Onu
Repost 0
Published by luluencampvolant - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 16:42

Une conférence à ne pas manquer !

ce mardi 13 juin à 20h30 à l'église St-Jean à Dole.

 

"Rencontrer le faible, 

source de vie et de guérison.

 

Pour mieux connaître le projet de l'Arche en pays Comtois, rendez-vous sur le site de l'Arche, créée par Jean Vanier en 1964.

 

Jean Vanier à Dole demain mardi
Repost 0
Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 07:57
Pieds nus sur le sol rouge

Un film à voir ou revoir sur France TV (France Ô) pendant toute la semaine...

Pieds nus sur le sol rouge

En 1988, le père Casaldaliga, évêque de São Félix, au Brésil, se rend à Rome pour y rencontrer le pape Jean Paul II et alerter ce dernier sur les conditions de pauvreté extrême que subit le Brésil. Il participe, au préalable, à une audience avec le cardinal Ratzinger, au cours de laquelle il raconte son arrivée au Brésil vingt ans plus tôt. Volontaire pour fonder une mission à São Felix et accompagné de Daniel, le père Casaldaliga se heurte très rapidement à la misère du peuple brésilien, à la tyrannie des propriétaires terriens et à la corruption des autorités. Révolté par ces injustices, il décide de lutter au côté du peuple...

 

 

Repost 0
Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 07:15

Mgr Takami, archevêque de Nagasaki, présent au 80ème anniversaire du bombardement de Guernica.

Guernica 1937

Guernica 1937

Venue renforcer l’armée du nationaliste Francisco Franco au cours de la guerre civile (1936-1939), l’aviation nazie, le 26 avril 1937, à 16 h 30, bombardait la petite ville de Guernica dans le pays basque espagnol. L’Histoire a retenu dans cet événement le premier bombardement massif contre une population civile sans défense. Une délégation japonaise conduite par Mgr Joseph Takami Mitsuaki, archevêque catholique de Nagasaki, comprenant 29 personnes dont neuf victimes du bombardement atomique de Nagasaki du 9 août 1945, s’est rendue sur place cette année pour participer à la commémoration du 80ème anniversaire du bombardement de la ville.

La délégation japonaise a participé le 25 avril à des réunions de partage et d’interrogations concernant la transmission de ces événements à l’avenir du fait du grand âge de la plupart des survivants. Pour ce faire, des dessins, des photos ou encore une grande fresque confectionnée par les enfants de Nagasaki représentant leur volonté de paix ont été utilisés. Le 26, tous les participants se réunissaient pour une cérémonie commémorative avec offrandes de fleurs et grues en papier plié (origami) au cimetière Zolio de la ville.

Les statues marquées par les bombardements de la Vierge Marie

On se souvient qu’en 2010, un groupe de pèlerins de l’archidiocèse de Nagasaki avait emmené une copie de la statue de la Vierge de Urakami retrouvée après le bombardement atomique de 1945 pour l’offrir à la paroisse de Guernica. En 2012, un groupe de volontaires qui avait subi le bombardement atomique s’était rendu à Guernica signer un accord de partage d’expérience et de coopération au mouvement d’opposition à la guerre. En 2015, le diocèse de Nagasaki avait invité l’évêque du diocèse de Guernica à se rendre à Nagasaki ; ce dernier, à cette occasion, offrit une copie de la partie supérieure d’une statue de la Vierge qui avait été bombardée à Guernica pour qu’elle soit déposée dans l’église de Urakami à Nagasaki.

En 1982, à New York, à l’occasion de la seconde assemblée générale extraordinaire de l’ONU pour le désarmement, le maire de Hiroshima de l’époque, Araki Takeshi, avait lancé un appel aux maires des villes du monde, par-delà les frontières, pour leur proposer de donner leur accord solidaire à un projet d’éradication des armes nucléaires. En 1991, l’« Assemblée des maires pour la paix », constituée des villes qui avaient donné leur accord à ce projet, fut inscrit comme ONG au conseil d’administration de la société économique de l’ONU. En 2010, l’Assemblée des maires pour la paix a reçu le prix Guernica de la Paix et de la Réconciliation.

Pour souligner l’importance de cette Assemblée des maires pour la paix, l’ancien maire de Hiroshima, Akiba Tadatoshi, explique que la solidarité des villes du monde entre elles pour réaliser « un monde sans armes nucléaires » s’appuie sur la constatation qu’une ville est un lieu de vie et comporte cet élément déterminant de ne pas posséder d’armée. C’est au niveau d’un pays que cette dernière existe avec la tentation de l’utiliser et cette réalité représente une grande menace.

Pour la paix et le renoncement à l’arme nucléaire

L’Assemblée des maires pour la paix comportait quatre cent villes en 1999, cinq mille en 2011 et sept mille maintenant et l’« Objectif 2020 » qu’elle s’est fixé est l’éradication des armes nucléaires.
Pour les évêques japonais, si toute action visant à œuvrer pour un monde sans armes nucléaires est souhaitable et bienvenue, elle ne peut aller sans une réflexion aboutie sur les leçons que nous a laissées la Seconde Guerre mondiale ainsi que sur les mesures à prendre aujourd’hui pour préserver la paix.

La ligne de conduite de l’épiscopat japonais sur ces sujets s’appuie sur l’appel à la paix lancé par le pape Jean-Paul II lors de sa visite à Hiroshima le 25 février 1981. Depuis la cité martyrisée par la bombe atomique, le pape dénonçait la guerre comme « une œuvre de l’homme », synonyme de « destruction » et de « mort ». Il avait aussi exhorté les Japonais à savoir « revenir sur le passé pour préparer l’avenir de manière responsable ». Depuis, pour les 50ème, 60ème et 70ème anniversaires de la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1995, en 2005 puis 2015, les évêques japonais ont avec constance saisi l’occasion pour redire non seulement leur attachement à la paix, mais aussi la nature prophétique pour le monde du renoncement à la guerre, inscrit dans l’article 9 de la Constitution japonaise, qualifié par eux de « trésor dont le Japon peut être fier » – un trésor que l’actuel Premier ministre nationaliste Abe Shinzo souhaite remettre en cause.

Par ailleurs, en visite à Rome au début de ce mois de mai, Yuzaki Hidehiko, gouverneur de Hiroshima, la ville bombardée à l’arme atomique le 6 août 1945, a été reçu par le secrétaire d’Etat, le cardinal Pietro Parolin ; à cette occasion, il a invité le pape François à se rendre en visite dans sa ville afin d’appeler le monde à la paix, une paix débarrassée des armes nucléaires.

 

Source ici

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 18:32

Le 2 juillet 1966, une bombe atomique de 28 kilotonnes (deux fois la puissance de celle lâchée sur Hiroshima) explose au large de Mururoa, en Polynésie française. Le premier essai atmosphérique français dans le Pacifique Sud vient d'avoir lieu. Trente-quatre autres suivront jusqu'en 1974, puis cent quarante-sept souterrains jusqu'en 1996. Pour les populations des atolls, dont Tureia, c'est aussi le début de «la pluie qui déverse le mal atomique». Ils sont les sacrifiés de l'atome au nom de la constitution d'une force de frappe dissuasive française. Une population dont le sort ne préoccupe guère en métropole, mais fait réagir bien au-delà des frontières. Ce documentaire s'arrête justement sur l'histoire méconnue d'une lutte : celle du Fri, un navire de fortune parti de Nouvelle-Zélande pour rejoindre Mururoa en 1973. A bord : trois femmes et dix hommes, dont le pasteur français Gilbert Nicolas. Ils seront rejoints sur la fin par des personnalités françaises, dont l'écologiste Brice Lalonde. Leur périple de cinq mois s'achève en juillet 1973 face à une armada de la marine française. Un ultime face-à-face qui fait la une de l'actualité grâce notamment aux images 16 mm fournies par un membre de l'équipage.

Ces archives nourrissent le récit, ponctué de nombreux témoignages d'activistes, de politiques ou d'habitants de Tureia touchés par les retombées radioactives. Le tout donne un réquisitoire contre l'Etat français, qui pourrait d'ailleurs prochainement répondre d'une accusation de « crime contre l'humanité », après le dépôt d'une plainte de l'église évangélique Maohi auprès du tribunal de La Haye en août 2016. —

Etienne Labrunie (Télérama)

à revoir toute la semaine sur franceTV : un clic ici !

 

PS : Jean-Marie Muller, Jean Toulat et le général Paris de la Bollardière faisaient partie de cet équipage du Fri

Photo du site mururoa.org

Photo du site mururoa.org

Repost 0
Published by luluencampvolant
commenter cet article

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Où est LULU ?

Aujourd'hui, Lulu réside dans son village natal de Dampierre dans le Jura.

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.

Coup de projecteur

arton610-3e2d0 

Institut de recherche sur la Résoution

Non-Violente des Conflits

 

photo-2015--9-janvier2.jpg

Clic sur les icônes