Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 13:26

Aujourd'hui, le groupe A.D.N. (Alerte pour le Désarmement Nucléaire) se retrouve de 14h00 à 17h00 à Dampierre (salle de la mairie)

- partage d'infos sur ce qui se vit ici ou ailleurs pour un monde sans violence.

- mises au point des rencontres avec Jean-Marie MULLER la semaine prochaine.

 

Vous pouvez vous associer à cette démarche par le jeûne ou toute autre action, par le partage d'infos, et en invitant vos amis et proches aux conférences de Jean-Marie : Le défi de la non-violence aujourd'hui.

 

Partager cet article

4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 19:13

« Entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! » :

 

« A travers la fenêtre, sans rideau, depuis longtemps je vois une petite étoile me luire. Je ne dors pas. Mais entre le Samedi-Saint et Pâques, la nuit n’est pas faite pour dormir ! Les montagnes et les forêts attendent, elles m’entourent dans une émanation lumineuse. La pleine lune, pas à pas, élève, suspend sa face pieuse... Le soleil n’est pas levé encore : il y a une heure encore de cette immense solitude ! Il n’y a, pour garder le tombeau, que ces millions d’étoiles en armes, vigilantes depuis le pôle jusqu’au Sud ! Et tout à coup, dans le clair de lune, les cloches, en une grappe énorme dans le clocher, les cloches au milieu de la nuit, comme d’elles-mêmes, les cloches se sont mises à sonner ! On ne comprend pas ce qu’elles disent, elles parlent toutes à la fois ! Ce qui les empêche de parler, c’est l’amour, la surprise toutes ensemble de la joie ! Ce n’est pas un faible murmure, ce n’est pas cette langue au milieu de nous-mêmes suspendue qui commence à remuer ! C’est la cloche vers les quatre horizons chrétienne qui sonne à toute volée !... Vous qui dormez, ne craignez point, parce que c’est vrai que j’ai vaincu la mort ! J’étais mort, et je suis ressuscité dans mon âme et dans mon corps ! La loi du chaos est vaincue et le Tartare est souffleté ! La terre qui, dans un ouragan de cloches de toutes parts s’ébranle, vous apprend que je suis ressuscité ! Ainsi soit-il ! »

 

Paul Claudel (1868-1955)

Joyeuses Pâques à tous !

Joyeuses Pâques à tous !

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Textes divers
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 17:15

Une association d'entrepreneurs, réunissant économie conventionnelle et économie sociale et solidaire, vient de voir le jour : Initiatives Développement Jura. Son objectif : mettre en évidence les besoins économiques et sociaux d'un territoire et bâtir des projets locaux soutenus par les pouvoirs publics...

Claude Chevassus et Laurent Assathiany se sont rencontrés lors d'une réunion sur le projet de Center parcs. Ils sont tombés d'accord : il faut un projet alternatif. Ph DB

Claude Chevassus et Laurent Assathiany se sont rencontrés lors d'une réunion sur le projet de Center parcs. Ils sont tombés d'accord : il faut un projet alternatif. Ph DB

Une dizaine d'entrepreneurs jurassiens viennent de créer une association destinée à « repérer des initiatives et soutenir des projets dans le respect des personnes et de l'environnement ». Présenté ainsi, cela ne dit pas forcément grand-chose, hormis que l'idée est belle et généreuse. En fait, le déclencheur de la création d'Initiatives Développement Jura, ID-39, est le projet de Center parcs de la forêt de Poligny. Lors de la première réunion publique organisée par le Pic noir, association d'opposants au projet, deux hommes dans le public interviennent dans le même sens : Claude Chevassus et Laurent Assathiany.

Ils ne se connaissent pas, mais partagent une conviction : « on ne peut pas seulement être contre le Center parcs, il faut travailler à un projet alternatif », explique le second. « Il s'agit de ne pas être clivant. On est pour le développement du territoire, mais aussi le développement des personnes, le développement de l'homme et de tous les hommes à partir de valeurs », ajoute le premier qui avait lancé : « Si on avait tous ces fonds publics pour l'économie, ce n'est pas 300 emplois qu'on pourrait créer, mais 3000 ! »

Quelque temps plus tard, l'ex-président du Conseil général, Christophe Perny, défend le projet devant 300 personnes. Un jeune vigneron, Valentin Morel, l'interpelle sur le montant des subventions publiques par emploi : « 230.000 euros selon vos chiffres, 350.000 selon les miens ». Le lendemain, Ulysse Charpentier, patron d'une petite affaire d'import-export de fromage à Poligny, prend contact avec lui : « On est pour quelque chose d'autre ».

 

40 ans de chômage pour 300 personnes

Tous s'interrogent sur le coût du projet de Pierre et Vacances en argent public. Interloqués par les 70 à 80 millions d'euros que les collectivités projettent d'injecter dans le projet et ses à-côtés pour créer 250 à 300 emplois, pas tous de bonne qualité, ils en parlent autour d'eux et créent un petit groupe où cohabitent entrepreneurs de l'économie sociale et solidaire et de l'économie conventionnelle.

Il y a parmi eux Frédéric Fraichot, un conseiller financier. Il préside la CGPME du Jura, mais c'est à titre personnel qu'il s'engage dans ID-39 : « il s'agit de voir comment on peut faire de l'économie avec moins d'argent, avoir un projet économique de territoire et voir ce qu'il coûte. 52 millions pour 300 emplois, c'est l'équivalent des indemnités de chômage de 300 personnes pendant 40 ans ! Le Center parcs est un OVNI qui nous est tombé dessus sans qu'on n'ait rien demandé... Quand on voit qu'une mission revitalisation sur le Haut-Jura a coûté 2 millions d'euros pour 300 emplois... » Deux millions dont un tiers d'argent public.

 

Répertorier les besoins non couverts par les secteurs marchands

Il doute aussi des retombées économiques et sociales annoncées, autant pour la filière bois que pour la viticulture, le tourisme ou encore la construction : « les entreprises du Jura n'ont pas l'ingénierie thermique pour la bulle ». Il estime que la forêt de Poligny est « l'endroit le plus mal choisi » : s'il l'a été, c'est parce qu'il était pratique pour le promoteur de « ne traiter qu'avec un seul propriétaire », en l'occurrence la ville de Poligny. Il trouve aberrante la perspective d' « une conduite forcée pour amener l'eau depuis Syam : pourquoi pas la tour Eiffel ! » Est sévère pour le modèle économique : « il faut dépenser mieux l'argent de la Caisse des Dépôts et consignation, c'est celui de nos retraites ! »

« Ce n'est pas le travail qui manque, c'est l'emploi », a coutume de dire Claude Chevassus, qui préside ID-39. Petit patron chrétien social d'un commerce de pneus, il est déjà à l'origine de la création de l'association de lutte contre le gaspillage, qui fait de l'insertion et du recyclage d'objets de toutes sortes, d'Ecofor, une école de seconde chance. ID-39 entend explorer les « gisements économiques dans trois secteurs : les personnes âgées, la jeunesse, les chômeurs de longue durée », résume Valentin Morel. Il s'agit notamment de « répertorier les besoins non couverts par les secteurs marchands », explique Claude Chevassus.

 

Dans une rivière, ceux qui sont à contre-courant sont les poissons vivants,

Comme le démarrage des travaux de la Commission particulière du débat public est imminent, il n'y a pas de temps à perdre. Une chargée de mission doit « mettre en musique les propositions, collecter les informations auprès des secteurs concernés et des habitants, les gens ont plein d'idées », dit Claude Chevassus. « On veut repérer les lanceurs d'idées, regardez les besoins non solvables, regarder par exemple vers l'affouage que beaucoup de gens ne vont plus chercher », complète Laurent Assathiany. « On est dans une démarche prospective à partir de ce qui se sur le territoire, on veut initier un projet de société à travers tout ça : le vivre ensemble», dit Claude Chevassus.

 

Il n'a pas peur d'être à contre-courant : « dans une rivière, ceux qui sont à contre-courant sont les poissons vivants, ceux qui se laissent aller sont morts... » Valentin Morel est ravi : « c'est génial, la sociologie de cette association qui réunit petits patrons et écologistes, tous partis sur des problèmes économiques ». Pour sa part, il a en tête les besoins de son secteur : « la viticulture a besoin de planter 300 hectares, mais comment faire ? » C'est le thème de la prochaine réunion thématique de l'association. Un sommaire calcul aboutit à la création d'une centaine d'emploi si l'on prend l'hypothèse de la création d'une soixantaine de structures de 5 ha, générant chacune un vigneron ayant besoin 0,7 à 0,8 équivalent temps-plein. A environ 20.000 euros l'hectare de vigne nouvelle, entre achat, terrassement et plantation, le budget théorique est de 6 millions... « Si ça permet de changer les idées des élus... »

 

Article de Daniel Bordür dans Factuel Infos

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 15:13

Rappel : à ne pas manquer ! Il reste Dole et Besançon pour écouter Jean-Marie Muller et participer au débat.

 

Alerte Désarmement Nucléaire

 

invite en Franche-Comté

 

 

Jean Marie MULLER

 

Pour une conférence debat

 

Le défi de la non-violence aujourd’hui

 

 

A POLIGNY

Le mercredi 15 avril 2015 à 20H00

A la salle des fêtes

 

A DOLE

Le jeudi 16 avril 2015 à 20H00

A la M.J.C.

 

A BESANCON

Le vendredi 17 avril 2015 à 20H00

A la salle Battant

 

Avec dédicaces - Entrée libre

Partager cet article

17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 14:55
Une pièce de Théâtre d'après l'oeuvre de Germaine Tillion
Info de dernière minute :
 
Mardi 17 mars, à 14H et 19H30, à l'espace Mandela (Planoise)  
 
  
 DIALOGUE est une adaptation théâtrale, de différents écrits de Germaine Tillion. Elle met en scène son implication extraordinaire dans la guerre d'Algérie et décrit merveilleusement l'universalité de sa démarche : tenter coûte que coûte d'amorcer un dialogue pour sortir de situation de conflits sans issues. "Le personnage de Germaine Tillion porte en lui une humanité exceptionnelle" qui l'a toujours poussée à rechercher le dialogue dans des circonstances épouvantables pour faire baisser la violence, sauver des vies individuelles, empêcher des exécutions capitales, arracher des personnes à la torture... sans jamais renoncer à son attachement pour le vrai et le juste.

____________________________________________________________

 

Cette pièce, d'une durée de 1H15 environ sera suivie d'un débat avec le metteur en scène et les comédiens du théâtre de l'averse.

La représentation de 14H est réservée en priorité pour les scolaires (élèves de terminale de Victor Hugo...).

Le 19, les comédiens se produiront devant les lycéens de Pergaud.

Et le dimanche 26 avril, pour la journée nationale du souvenir de la déportation, un concert-lecture sera donné au petit Kursaal.

 

Ce qui rend exceptionnel le personnage de Germaine Tillion (1907 – 2008) est la manière dont elle a su réunir travaux de connaissance et actions. Ethnologue dans l'est de l'Algérie (chez les Chaouias, population berbère de l'Aurès) dans les années trente, elle cherche à comprendre mais aussi à aider ceux qui l'entourent. Rentrée en France au moment de la débâcle, elle s'engage dans la résistance ; s'ensuivent arrestation, prison, camp de concentration (Ravensbrück) où elle cherchera encore à soulager la détresse de ses camarades. Au retour des camps, elle devient historienne de la déportation et de la résistance.

En 1954 éclate la guerre d'Algérie : elle luttera contre la misère, la torture et les exécutions pour “arrêter le terrorisme”. Elle expliquera que, "pour freiner les violences, il faut, sur les deux rives de la Méditerranée comme ailleurs, encourager la participation des femmes au pouvoir collectif".

Traversant les heures les plus sombres du siècle, elle n'aura jamais perdu la compassion pour ses semblables, ni son hospitalité, ni son humour légendaire.

 

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 22:58

Appel de Père Patrice Gourrier, de Mohammed Chirani, du Rabbin Avraham Weill, et de Matthieu Ricard, et soutenu par la Vie

 

Du 7 au 14 mars.

http://www.lavie.fr/images/2015/02/10/60411_logo-jeune-interreligieux_440x260.jpg

 

"Deux mois après les attentats survenus à Charlie Hebdo et à l’Hyper Casher de la porte de Vincennes, aux côtés des réponses nécessaires sur la sécurité, l’éducation, la prévention…, nous croyons qu’il y a un indispensable combat spirituel à mener contre toutes les divisions, qu’elles soient collectives, comme le terrorisme et le radicalisme, ou individuelles, au cœur même de notre être. Les religions, dans le cadre de l’espace laïc, peuvent apporter ces réponses particulières que sont le jeûne, la prière, le partage. Et ce, tous ensemble, ceux qui croient au ciel (chrétiens, musulmans, juifs, bouddhistes…), et ceux qui n’y croient pas.

 

Nous avons choisi le jeûne, la prière et le partage non seulement parce que ce sont des pratiques communes aux religions, mais aussi parce qu’elles peuvent unir tous les individus de bonne volonté.

 

Vous pouvez vous associer du 7 au 14 mars à cet appel :

 

● Individuellement, en vous engageant à jeûner chez vous le temps d’un repas le jour que vous aurez choisi (par exemple le mercredi ou le vendredi pour un chrétien ; le lundi ou le jeudi pour un musulman…).

 

● Collectivement, en organisant une rencontre interreligieuse (repas, prière…) dans votre communauté ou association, avec vos voisins (de toutes confessions), vos amis, en famille… en osant inviter des personnes de confessions différentes. Une manière de créer ensemble de nouveaux réseaux contre la violence et la division."

 

........................

 

Le groupe des Amis de La Vie de Besançon organise une rencontre interreligieuse jeudi 12 mars à 18h, dans une salle de la paroisse Sainte Jeanne Antide (église Saint Pie X). Contact : amisdelavie.org

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 16:08

Comme chaque premier lundi du mois, nous sommes invités à nous unir au jeûne et (ou) la réflexion du groupe A.D.N. (Alerte Désarmement Nucléaire) le lundi 2 mars.

 

Pour ceux qui le peuvent, RDV à la salle de réunion de la mairie de Dampierre de 14h00 à 17h00, ce lundi 2 mars.

 

Au programme :

- lecture et échange à partir de la lettre de Jean-Marie MULLER : La foi nucélaire de François HOLLANDE. 

- Pour alimenter notre débat, Yves nous invite à écouter l'émission "A quoi sert la dissuasion nucléaire française ?" réalisée par Francetv Info. 

 

Mirage.jpg


- Préparation et organisation de la visite de Jean-Marie MULLER du 14 au 18 avril 2015.

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 15:38

« Le danger le plus redoutable, ce n’est pas tant que la bombe explose, c’est qu’elle existe déjà. Le danger, ce n’est pas le feu nucléaire, mais la foi nucléaire. »

                                                                                 Paul Virilio[1]

 

Hollande Istres Le Parisien Le 19 février 2015, François Hollande s’est rendu sur la base aérienne d’Istres pour vanter les mérites de la dissuasion nucléaire française. Tout au long de son intervention, il a proclamé les articles de foi du catéchisme nucléaire et récité les dogmes de la théologie nucléaire sur le ton d’une conviction qui n’entend laisser place à aucun doute. Cette cérémonie fut en quelque sorte un culte voué à la divinité nucléaire qui comble la nation française de tous les bienfaits et la protège de tous les maux. « Le temps de la dissuasion nucléaire n’est pas dépassé, affirme le Président de la République, Il ne saurait être question, y compris dans ce domaine, de baisser la garde. » ; « La dissuasion nous permet de préserver notre liberté d’action et de décision en toute circonstance, parce que c’est elle qui me permet d’écarter toute menace de chantage d’origine étatique qui viserait à nous paralyser. » ; « L’intégrité de notre territoire, la sauvegarde de notre population constituent le cœur de nos intérêts vitaux. Quels que soient les moyens employés par l’adversaire étatique nous devons préserver la capacité de notre nation à vivre. Tel est le sens de la dissuasion nucléaire. » ; « Il s’agit, à travers la force de dissuasion, de la survie et de la souveraineté de la France. » ; «  Ce que la Force de dissuasion permet, c’est d’assurer à une Nation, à la France, à votre pays, ce qu’il y a de plus cher, de plus précieux, de plus essentiel, c'est-à-dire son indépendance. Et il n’y a pas d’indépendance s’il n’y a pas de liberté pour choisir son destin. La Force de dissuasion, c’est ce qui nous permet d’avoir la capacité de vivre libres et de pouvoir, partout dans le monde, porter notre message, sans rien craindre, sans rien redouter, parce que nous sommes sûrs de la capacité que nous avons à nous défendre. » ; « Indépendance, liberté, capacité à faire prévaloir nos valeurs, voilà pourquoi nous devons chaque jour, assurer la permanence de la dissuasion nucléaire et être capables, à chaque instant, d’en améliorer encore l’organisation, le fonctionnement et les armes. »


Ainsi, rien ne semble pouvoir venir dérégler la mécanique de la dissuasion nucléaire qui, en toutes circonstances, permettrait à l’État français d’assurer la sécurité de la population. Pourtant, il existe une difficulté majeure, décisive, irréductible, qui vient non seulement mettre à mal le beau dispositif décrit par le Président de la République, mais lui enlève toute pertinence et toute crédibilité. Cette difficulté réside tout simplement dans un éventuel emploi de l’arme nucléaire. Car, il  ne faut pas s’y tromper, contrairement à ce qui est dit parfois, l’arme nucléaire n’est pas une arme de non-emploi et François Hollande, comme malgré lui, est obligé de le reconnaître. « En raison des effets dévastateurs de l’arme nucléaire, affirme-t-il, elle n’a pas sa place dans le cadre d’une stratégie offensive, elle n’est conçue que dans une stratégie défensive. » Mais comment François Hollande feint-il de ne pas avoir conscience que les effets de l’arme nucléaire seraient également dévastateurs dans le cadre d’une stratégie défensive ? « Les forces de dissuasion, précise-t-il encore, permettent de garantir que les engagements internationaux de la France seront toujours honorés, même si l’emploi de l’arme nucléaire n’est concevable que dans des circonstances extrêmes de légitime défense. » Et dans le cas de l’échec de la dissuasion qui n’aurait pas été capable de retenir un adversaire étatique d’entrer en conflit avec notre pays, la France n’hésiterait pas à déclencher une « tir d’avertissement » : « La France peut, en dernier ressort, marquer sa volonté à défendre nos intérêts vitaux par un avertissement de nature nucléaire ayant pour objectif le rétablissement de la dissuasion. » Même dans les situations extrêmes envisagées par le Président de la République, l’arme nucléaire n’est pas une arme légitime de défense, mais une arme criminelle de terreur, de destruction, de dévastation et d’anéantissement.

 

Cependant, François Hollande semble n’avoir aucune conscience que tout emploi de l’arme nucléaire constituerait un « crime contre l’humanité et la civilisation » (résolution  des Nations Unies du 24 novembre 1961) qui discréditerait la France aux yeux du monde entier. Surtout, il est remarquable que le Président n’envisage aucunement quelles seraient les conséquences catastrophiques irréparables de ces frappes nucléaires pour les autres et pour nous-mêmes, pour la terre et pour l’humanité.  Combien de milliers, combien de millions de morts ? Il est dans le déni le plus total de la réalité des destructions illimitées qui seraient provoquées. Ce déni confine à l’irresponsabilité. À aucun moment, dans aucune crise internationale, la menace de l’emploi de l’arme nucléaire ne pourrait être opérationnelle. La menace serait dépourvue de toute crédibilité parce que l’emploi provoquerait la pire des catastrophes humaines qui serait totalement ingérable.

 

Il est remarquable que dans tous les conflits dans lesquels la France a été engagée ces dernières années – que ce soit en Afrique, au Moyen-Orient ou à l’Est de l’Europe -, il ne soit venu à l ‘idée de quiconque de faire valoir l’argument nucléaire.

 

Il est toujours facile de proclamer sur une estrade une rhétorique vantant les mérites de la dissuasion nucléaire en assurant qu’elle est garante à la fois de la grandeur de la France et de la sécurité des Français. Mais lorsque surviendrait le moment du passage à l’acte qui est l’épreuve de vérité de la dissuasion nucléaire, il apparaîtrait clairement que la rhétorique n’a aucune prise sur la réalité. La rationalité supposée de la doctrine s’effacerait alors pour céder la place à l’irrationalité la plus totale. On peut gager qu’aucun Président de la République française ne prendra jamais la décision de passer à l’acte nucléaire. Celui-ci serait totalement insensé, une pure folie.

 

À l’évidence, le réalisme conduit à affirmer que la dissuasion nucléaire ne protège la France d’aucune des menaces qui pèsent sur elle. Tout particulièrement, l’arme nucléaire n’est d’aucun recours conte la menace terroriste. La puissance apocalyptique de l’arme nucléaire sera toujours dérisoire face au pouvoir assassin de la kalachnikov. Le passage raisonnable à l’acte nucléaire est impossible tout simplement parce qu’il est impensable. Face à la préméditation du crime nucléaire qui fonde la dissuasion, les impératifs de l’éthique de responsabilité rejoignent très précisément ceux de l’éthique de conviction pour affirmer l’impensabilité de l’acte nucléaire. Dès que la raison veut penser l’acte nucléaire, elle se heurte à un obstacle infranchissable. C’est cela qui est décisif : l’acte nucléaire ne peut pas être pensé. Et cela est définitif.

 

En poursuivant la modernisation de son système d’armes nucléaires la France ne peut qu’accroître la probabilité d’une catastrophe nucléaire accidentelle du fait de la double prolifération verticale et horizontale. C’est pourquoi le renoncement à l’arme nucléaire est un impératif catégorique tant du point de vue de l’exigence éthique que du réalisme politique. Notons également que l’argument économique plaide fortement en faveur du renoncement à l’arme  nucléaire. Les milliards d’Euros dépensés en vain chaque année au profit de l’arsenal nucléaire pourraient être investis dans d’autres domaines socialement utiles.

 

Alors que les propos de François Hollande laissent croire que le renoncement à l’arme nucléaire porterait atteinte à la « grandeur de la France », c’est certainement tout le contraire qui se produirait. Comment ne pas croire en effet qu’il en résulterait un surcroît de prestige pour notre pays ? « Le prestige, déclarait M. Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, lors de l’allocution qu’il prononça à Hiroshima le 6 août 2010, appartient non pas à ceux qui possèdent des armes nucléaires, mais à ceux qui y renoncent. » Sans nul doute la capacité de notre pays de faire entendre sa voix dans les grands débats de la politique internationale ne serait non pas affaiblie mais fortifiée. On peut gager que partout dans le monde des femmes et des hommes salueraient la décision de la France comme un acte de courage qui leur redonne un peu d’espérance.

 

La France est l’un des cinq États dotés de l’arme nucléaire qui sont membres du Traité de Non-Prolifération (TNP). L’article VI de ce traité précise : « Chacune des parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée. » Mais ces cinq États nucléaires violent délibérément cette obligation, non seulement en n’ouvrant aucune négociation sur lé désarmement nucléaire, mais en menant une politique délibérée de modernisation de leur arsenal nucléaire. C’est ainsi que le 5 février dernier, lors d’une conférence de presse, François Hollande a déclaré : « J’entends que notre force de dissuasion soit modernisée autant qu’il est nécessaire. » Á Istres, il n’a pas osé utiliser le mot de « modernisation ». Pour traduire dans les faits les évolutions technologiques dans le domaine des armes nucléaires, il parle de leur « adaptation », ce qui signifie la même chose. « Et puis, précise-t-il, il y a ce qui doit être fait pour renouveler les armes, sans effectuer d’essais nucléaires. C’est donc le programme de simulation qui est en pleine conformité avec le traité d’interdiction complète des essais nucléaires. » En réalité, le programme de simulation du Laser Mégajoule n’a d’autre fonction que de contourner l’interdiction des essais nucléaires.

 

François Hollande évoque la question du désarmement nucléaire, mais c’est essentiellement pour assurer que son heure n’est pas encore venue : « La France doit être lucide. Elle sait qu’il ne suffit pas de proclamer le désarmement nucléaire immédiat et total, il faut que la réalité des actes de chacun soit cohérente avec les discours. » Cela est vrai assurément. Mais, précisément, le drame c’est que cette cohérence fait gravement défaut : « Dans un monde dangereux – et il l’est – la France n’entend pas baisser la garde. Mais en même temps qu’elle est prête à se défendre, elle ne veut pas pour autant renoncer à l’objectif même du désarmement, y compris du désarmement nucléaire. La France, c’est une puissance de paix, et c’est pourquoi elle se défend, pour la paix ! (…) Je partage donc l’objectif, à terme, de l’élimination totale des armes nucléaires, mais j’ajoute : quand le contexte stratégique le permettra. La France continuera d’agir sans relâche dans cette direction. Elle le fera avec constance, avec transparence, avec vérité, j’allais dire avec sagesse et en bonne intelligence avec les Alliés. » Mais il ne s’agit que de l’hommage que le vice rend à la vertu.

 

Le problème c’est que tous les États dotés – au premier rang desquels la France – sont unanimement déterminés à maintenir et à moderniser leur arsenal nucléaire et que, par conséquent, le désarmement mondial est impossible dans un avenir prévisible. La déclaration de François Hollande est la preuve française qui confirme, s’il en était besoin, que la prochaine Conférence d’examen du TNP qui doit se tenir cette année a déjà échoué et qu’elle ne parviendra sûrement pas à signer une Convention d’élimination mondiale des armes nucléaires. C’est pourquoi, il est de la responsabilité de chaque citoyen français de décider s’il consent ou non à cautionner le choix nucléaire du Président de la République. S’il n’y consent pas, il lui appartient alors d’exiger le désarmement nucléaire unilatéral de la France.

 

Dans une démocratie, ce sont les citoyens, et non les dirigeants, qui sont dépositaires du pouvoir souverain. C’est donc à eux qu’appartient la responsabilité de ne pas accepter l’inacceptable. Mais encore faut-il qu’ils décident d’exercer leur pouvoir…

 

Jean-Marie MULLER, Philosophe et écrivain.

Auteur notamment de Libérer la France des armes nucléaires, Face à la préméditation d’un crime contre l’humanité, Chronique Sociale, 2014.

Lauréat 2013 du Prix international de la fondation indienne Jamnalal Bajaj pour la promotion des valeurs gandhiennes.



[1]

                 Paul Virilio, L’insécurité du territoire, Paris, Stock, 1976, p. 143.

 

 

Note du Webmaster : D'autres réactions se font entendre, notamment le mouvement de la paix, voir ICI.

 

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 11:16

Comme tous les 1ers lundis du mois, vous êtes invités à vous associer par le jeûne et(ou) la réflexion, à l'action du groupe ADN "Alerte Désarmement Nucléaire" qui se réunit à la salle de la mairie de Dampierre (39). 

 

Chaque le 1er vendredi du mois à Paris, d'autres militants jeûnent aussi et se manifestent silencieusement devant le ministère de la défense. CLIC  ICI !

 

 

« Nous ne voulons plus de guerres,

Nous ne voulons plus de sang,

Halte aux armes nucléaires

Halte à la course au néant.

Devant tous les peuples frères

Qui s’en porteront garants

Déclarons la PAIX sur terre

Unilatéralement » (Jean Ferrat)

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 14:29

Homélie de Père Daniel Federspiel, provincial des Salésiens, 4ème dimanche du temps ordinaire B bi-centeanire de la naissance de Dom Bosco. (Messe télévisée sur France 2)

 

Logo-bicentenaire-DB-240.jpg

 

Qui a peur ? Qui fait peur ? Dans cette rencontre que nous raconte l’Évangile entre Jésus et un homme, s’installe une véritable crainte. En effet, un esprit mauvais habitait là, aux prises avec ce pauvre homme. Et cet esprit devant Jésus se lève et se met à crier ! Jésus était paisible, il écoutait, il enseignait, il priait… Et voilà qu’il est violemment pris à partie.

Aujourd’hui encore, le mal peut être présent. Il peut nous enchaîner. Il est contagieux dans nos esprits. Par nos paroles. Il occupe nos pensées et nous entraine vers la crainte. Doucement mais sûrement… Le mal se donne à voir dans nos réseaux d’informations. Il se met en scène par des gestes obscènes. Des paroles assassines qui nous révulsent jusqu’à l’indignation ou nous effraient jusqu’au scandale.

Dieu qui se révèle en Jésus est tout le contraire de ce mal qui sévit. Car Jésus est le Fils. Il est l’aimé du Père. Il « révèle » même l’Amour du Père. Alors que se passe-t-il ? Il n’y a pas de combat ! Dieu n’entre pas en guerre… mais il libère avec autorité. L’autorité de l’amour. L’immense force du pardon : « Sors de cet homme ! »

Quelle joie ! Quelle force dans cette parole d’autorité ! Et Dieu parle encore aujourd’hui à ton cœur. Il se manifeste encore aujourd’hui, pour peu qu’il puisse se donner à entendre dans ton regard, tes paroles, tes baisers de tendresse, ta volonté à vouloir du bien…

Dans le monde de 2015, nous fêtons un témoin de cette tendresse : Don Bosco. Un prêtre de Turin qui est né il y a maintenant 200 ans. Je le vois pleurer dans la prison de Turin lorsqu’il croise ces jeunes. Lorsqu’il entend ces adolescents incarcérés. Lorsqu’il s’imprègne de leur souffrance… Don Bosco n’a pas la force, ni l’autorité de Jésus, pour dire : «Sors de ce jeune ! » Alors, il rassemble autour de lui des hommes et des femmes à qui il demande d’aimer les adolescents. De les comprendre. De les écouter pour leur donner leur chance. Le droit d’exister et la capacité de réaliser leurs rêves. Ce sont les Salésiens.

Aujourd’hui, les jeunes de nos villes sont là, par milliers. Les adolescents de nos familles. Blessés pour beaucoup d’entre eux… Mais ils risquent de ne même pas croiser le regard de Jésus aux moments de leurs détresses si nous n’avons pas l’audace d’aller à leur rencontre. Si nous faiblissons dans nos prières… Si nous continuons à ne voir en eux que du « mal » ou tout ce qui nous fait peur.

Oui, mes frères, la Parole de Dieu, qui nous illumine aujourd’hui, nous invite à la nécessaire « révolution de la tendresse ». Celle qui redresse nos peurs. Celle qui nous rappelle qu’un adolescent, un jeune, quel qu’il soit, où qu’il vive, est d’abord un enfant. Un enfant d’une mère, un enfant d’un père… un enfant de Dieu. C’est le message du Christ, relayé par Don Bosco et la Famille salésienne, jaillit de son audace apostolique. C’est la prise au sérieux de la révélation de Dieu qui marque le visage humain.

Je confie à votre prière tous les enfants. Ceux que vous chérissez comme ceux que vous ne connaissez pas. Ceux qui jaillissent devant vos écrans de télévision, arme au poing. Soldats de nos guerres d’adultes ou ventres creux affamés par nos systèmes économiques. Oui, ne fermons pas les yeux, ne les maudissons pas. Comme Don Bosco, éduquons-les ! Ayons le courage de dire que nous aimons les jeunes, car Dieu les aime.

 

Partager cet article

Published by luluencampvolant - dans Coup de projecteur
commenter cet article

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui !
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Mais tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. Merci.

Recherche

Où est LULU ?

Aujourd'hui, Lulu réside dans son village natal de Dampierre dans le Jura.

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.

Coup de projecteur

arton610-3e2d0 

 

 

photo-2015--9-janvier2.jpg

Clic sur les icônes