Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 10:51

Samedi 27 février 2016

 

Philippe et Patrick m'avaient accompagné par la rue des Gardes et la rue Jules Machard jusqu'à la gare de Dole. Nous avions vécu une belle journée ensemble, au foyer des Paters où ils m'avaient invité à dîner. A plusieurs reprises, Philippe m'avait partagé son estime pour l'attitude du pape François vis à vis des gens dans l'épreuve, des pauvres, des blessés de la vie, des migrants : « Il ne nous laisse pas tomber », m'avait il dit en souriant humblement.

Nous voici tous les trois entrant dans la salle d'attente de la gare de Dole.

Il est aux environs de 16h15. Mon train pour Ranchot est à 16h49. Nous avons donc un bon moment devant nous.

Notre regard est attiré par un panneau publicitaire représentant le pape François.

Philippe en voyant cet affichage dit : « Qu'est ce que nous dit le pote à Guy Gilbert ? »

Nous lisons sur le panneau une parole sortie de la bouche de François, probablement quand il a ouvert dernièrement le jubilé : » Notre humanité blessée a besoin de miséricorde … Le nom de Dieu est miséricorde »

 

Il a du coeur pour ceux qui sont dans la misère

Je suis très touché par plusieurs choses en cet instant où nous venons d'entrer en gare avec Philippe et Patrick : C'est la disposition donnée en ce lieu public, au visage de François le pape, et la mise en valeur de son affirmation:  « Notre humanité blessée a besoin de miséricorde. » Mais il y a quelque chose qui me chagrine. C'est que je sens que le mot  «  miséricorde » a du mal d'accrocher notre attention. Nous ne tardons pas à nous en rendre compte. J'aperçois sur le quai Jean-Pierre. Nous nous connaissons bien et nous sommes heureux de nous saluer de temps en temps dans la ville de Dole. Je vais pour ouvrir la porte afin d'aller lui dire Bonjour. En même temps il entre dans la salle d'attente, et nous nous présentons les uns aux autres.

Jean-Pierre : ( à Philippe et Patrick ) Je le connais bien Lulu. C'est lui qui m'a fait la communion … Il a perdu son grand ami Marcel Blondeau …

Lucien : «  On était en train de lire Jean-Pierre les paroles du pape avec Philippe et Patrick. Ce sont des amis avec qui je viens de passer une bonne journée.

Philippe : « Ça ! tu peux le dire … on a passé une sacrée belle journée … »

Lucien : « On était en train de nous laisser dire par le pape François que Dieu nous donne sa miséricorde … Il est miséricordieux à notre égard … »

Nous regardons à nouveau le panneau d'affichage, les quatre ensemble. Beaucoup de gens passent entre nous. Car le panneau se trouve à deux pas du poste de compostage des billets de chemin de fer, et deux trains viennent d'être annoncés, l'un partant sur Dijon et l'autre sur Besançon. C'est Philippe qui relit ce qui est écrit sur le panneau, les paroles de François : «  Notre humanité blessée a besoin de miséricorde … Le nom de Dieu est miséricorde … »

 

Nous nous regardons les uns les autres avec des airs dubitatifs et Jean-Pierre, comme ça, simplement dit : 

Jean-Pierre : «  Je ne sais pas ça veut dire quoi … »

Lucien : « J'écoute bien ce que tu dis Jean-Pierre. C'est un mot un peu difficile … Cherchons voir ensemble ce qu'il veut dire. »

Je ne me doute pas de l'ampleur qui va être donnée à notre recherche. A l'instant arrivent dans la salle d'attente de la gare  trois jeunes filles qui causent entre elles. Elles restent à rire à quelques pas de nous … Et voici que spontanément Jean-Pierre leur dit.

Jean-Pierre :  «  Les filles, y a quelque chose qu'on comprend pas … »

Et Jean-Pierre désigne notre petit groupe en direction du panneau publicitaire … Les trois jeunes filles s'approchent de nous, pensant peut être que nous les appelons à notre aide pour une démarche à propos d'un billet  ou pour un renseignement à propos d'un transport … Je sens bien que dans l'immédiat, il faut donner à ces jeunes filles des précisions à propos de l'interpellation de Jean-Pierre.

Lucien : « Nous venons d'entrer en gare … Nous sommes marqués par ce panneau publicitaire représentant le pape François et nous lisons ce qu'il a dit il n'y a pas très longtemps : «  Notre humanité blessée a besoin de miséricorde … le nom de Dieu est miséricorde … Nous cherchons ensemble ce que peut bien vouloir dire : «  la miséricorde »

Une des trois jeunes filles, accueillante à la parole de Jean-Pierre, se retrouvant comme nous et avec nous et ses deux copines, dit :  « Je ne sais pas ce que veut dire miséricorde … Puis, souriant me dit : » Vous connaissez ma famille. Je suis la petite fille de …

Lucien : «  Je suis très heureux de te rencontrer … Tes grands parents nous ont beaucoup aidés dans nos cheminements avec les enfants au pas des ânes … »

La jeune fille : «  C'est vrai que mon grand-père avait des ânes … Tenez voilà ma maman qui arrive. »

Et voilà la maman qui arrive avec une petite fille qui s'appelle Rose.

Heureux de nous retrouver, nous cherchons ensemble, en pleine salle d'attente avec cette maman, sa petite fille Rose et toutes ces personnes ce que veut bien dire « miséricorde ».

Jean- Pierre jubile d'avoir créé un tel mouvement et nous nous disons ce que nous devinons, ce dont nous avons intuition.

Quand nous expérimentons ce qu'est la galère et la misère, le cœur de Dieu est tout proche de nous, de notre misère . Il est débordant d'amour et de tendresse à notre égard. Quand est ce que nous le sentons bien ?

C'est lorsque les autres ne nous laissent pas tomber. Quand est ce que c'est que nous expérimentons que Dieu est miséricordieux ? Quand est ce que nous sentons que son cœur est tout proche de notre misère ? C'est quand les autres nous sont solidaires de notre misère et aussi quand nous ne faisons qu'un avec ceux qui sont dans la misère.

Philippe : «  ( avec Patrick) Lulu t'entends ? Y a ton train pour Ranchot qui va arriver en gare, faut pas que tu le loupes … On va t'accompagner sur le quai 

Lucien « A la Re-voyotte mes amis »

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.