Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 19:40
Oh ! Qu'il est beau ce tas de fumier !

A l'orée de la forêt de Chaux, lundi 27 juin 2016

 

Ce sont les paroles des deux ânes Rameaux et Gamin avec lesquels je suis en partance, afin de traverser la forêt de Chaux, en direction de la Vieille Loye.  Nous venons de quitter le village de Rans. Nous passons en bordure d'un champs. Et là, sur un tas de fumier, pousse en se dodelinant dans le frémissement de la bise, toute une pelouse de coquelicots.

 

Ça fait du bien à nos yeux d'ânes et d'homme, de les voir ainsi danser dans le vent. On s'arrêta pour mieux les contempler.

 

C'est l'âne Rameaux qui tout en exprimant son admiration, demanda aux coquelicots : «  Comment ça se fait que vous êtes venus pousser ici sur ce tas de fumier » 

 

Les coquelicots :  «  Ce n'est pas souvent que des ânes passent par là et prennent le temps de causer avec nous »

 

L'âne Gamin :  «  L'homme que vous voyez avec nous et que nous accompagnons, nous invite souvent durant les ballades que nous réalisons avec les enfants, leurs institutrices et leurs éducateurs, à contempler et à reconnaître les merveilles à côté desquelles nous passons. Nous partons aux baraques du 14, retrouver en ce jour, à côté de la Vieille Loye, tout un groupe d'enfants de l'école Montessori de Mesnay-Arbois. Nous leur raconterons ce que nous sommes en train de vivre avec vous. Nous le dirons aussi aux enfants du village de la Vieille Loye qui sont en train de préparer leur petit campement qui aura lieu à la fin de la semaine prochaine à la maison forestière du grand contour. Ils le répéteront sans doute à leurs parents sur lesquels ils comptent beaucoup pour la réalisation de ce temps fort du début de leurs vacances, avec Stéphanie et Joël, Bénédicte et Ludovic.  »

 

L 'âne Rameaux : «  Coquelicots si beaux, dites-nous donc comment c'est venu que vous ayez trouvé domicile sur ce tas de fumier ? »

 

Les coquelicots :  «  C'est par un beau jour de grand vent, que les graines dont nous sortons, ont été apportées jusque là. Plusieurs graines avaient été répandues dans ce grand champ de blé que vous voyez. Elles avaient poussé en même temps que nous. Nous venions du même coin de la terre. Nous étions heureux de pousser ensemble, elles dans le champ de blé, et nous, sur notre tas de fumier.

Nous nous faisions des signes de joie et de bonheur.

Après un jour d'orage, un homme est arrivé dans un gros tracteur.

Il déploya à l'arrière de son engin des bras articulés et tuyautés immenses.

Un produit vaporisé ressemblant à une nappe de brouillard, fut répandu à profusion sur le champ de blé.

Lorsque l'homme fit tourner son tracteur à ce bout ci du champs, nous avons craint que des giclées de ce produit tombent aussi sur le tas de fumier.

Puis, très vite, nous n'avons plus reçu aucun signe de la présence de nos voisins coquelicots du grand champ de blé.

Ils avaient été anéantis par le produit. Ils avaient disparu ...

Quelques personnes en vélo s'arrêtent, comme vous venez de le faire et nous prennent en photo. Ils disent comme vous «  Qu'est ce qu'il est beau ce tas de fumier ! » Nous essayons de causer avec elles comme nous sommes en train de le faire avec vous, mais ça ne dure pas longtemps. C'est dommage ! Au jour d'aujourd'hui, qu'est ce que les grandes personnes sont pressées ! Elles disent, même alors qu'elles se promènent : « Faut qu'on y aille ! On n'a pas le temps de s'arrêter davantage … le temps presse… »

 

L'âne Rameaux : «  L'homme que nous accompagnons dit des choses très ressemblantes à ce que vous dites. Il se réfère souvent à un homme qui existait il y a longtemps  mais qui est très d'actualité : C'est Saint François d'Assise. Il le surnomme le Povorello. Il causait avec les fleurs, les petits oiseaux et les poissons . Il parlait même avec le loup, dont les gens de Gubiot avaient très peur.  François disait que ça lui faisait apprivoiser le loup qui était en lui. Ça l'aidait à arrêter la violence à lui-même …

Les coquelicots : « Arrêter la violence à nous-mêmes ? Qu'est ce que c'est important ce que vous dites ! C'est donc ça que vous allez répandre comme ambiance quand vous partez comme aujourd'hui. Qu'est ce qu'elle est belle et vraie votre attitude. Et vos paroles aussi ! »

 

L’âne Gamin : « Vous nous faites du bien, coquelicots si beaux ! Vous nous confortez dans les raisons que nous trouvons de faire ces randonnées, d'aller à la rencontre les uns des autres, de planter des graines de non-violence, les uns entre les autres, de tout faire pour nous aider les uns les autres à pousser dans la tendresse et le respect de la vie qui anime chacun de nous. »

 

Les coquelicots : «  Avant que vous ne partiez, nous avons encore une belle histoire à vous raconter. Promettez-nous de la transmettre sur votre passage. C'est notre frère le vent qui nous l'a apprise l'autre jour, car il vient sou-vent nous voir le vent ! Il est assez fier de l’œuvre qu'il a accomplie en cet endroit où vous êtes en train de vous émerveiller. Et il nous a appris aussi une très belle histoire qui s'est passée dans un village du pourtour de la Serre. Une femme qui lutte et milite pour la sauvegarde de la bio-diversité, a dû demander à l'employé communal, de ne pas répandre, au moins devant chez elle, le sulfate de ce maudit poison issu de Monsanto, surnommé Round-Up. Elle a dit à cet homme, avec beaucoup de délicatesse et de respect pour son travail : «  Savez-vous ce que vous répandez dans la commune ? Un produit qui tue tout : les fleurs au pied des murs, les herbes des fossés et des trottoirs, les vers de la terre, les escargots et les batraciens dans les caniveaux, les poissons dans les ruisseaux ... Ce produit est en train de vous faire du mal à vous-même et à moi. »

L'employé communal avait écouté la dame. Il n'avait pas répandu le produit funeste devant chez elle et il avait ajouté qu'il voudrait bien n'en répandre nulle part ailleurs et qu'il en parlerait au maire de la commune.

Devant chez la dame, quelques temps après, quelques touffes de coquelicots, nos frères, avaient poussé. La dame avait dit en souriant, que c'était à la fois un cadeau du ciel qui lui était fait, mais elle avait aussi ajouté que l'employé communal y avait été pour quelque chose.

Le vent nous a même raconté que l'autre soir, durant la réunion du Conseil Municipal de cette commune, la fenêtre de la salle étant ouverte, il avait entendu qu'une des principales questions en débat était : «  Ne faut-il pas arrêter de répandre le Round Up dans notre commune, même s'il a changé de nom »

 

Les ânes Gamin et Rameaux : «  Au revoir merveilleux coquelicots qui rendez si beau ce tas de fumier ! Merci pour tout ce que vous nous avez raconté. Promis ! Nous transmettrons. »

 

Les coquelicots : «  Merci à vous aussi les ânes et à l'homme que vous accompagnez, ce que vous nous avez dit, donne du sens à notre présence sur notre si bon tas de fumier ! »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by luluencampvolant - dans Lettres de Lulu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Où est LULU ?

Aujourd'hui, Lulu réside dans son village natal de Dampierre dans le Jura.

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.

Coup de projecteur

arton610-3e2d0 

Institut de recherche sur la Résoution

Non-Violente des Conflits

 

photo-2015--9-janvier2.jpg

Clic sur les icônes