Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 06:37
Homélie de Lulu à Midelt
Homélie de Lulu à Midelt
Homélie de Lulu à Midelt
Homélie de Lulu à Midelt
Homélie de Lulu à Midelt
Homélie de Lulu à Midelt
Homélie de Lulu à Midelt

MIDELT, dimanche 18 septembre 2016

 

Frères et sœurs, chers amis, vous tous,

Grâce à vous amis de Midelt, de la communauté de Notre Dame de l’Atlas, des religieuses franciscaines, missionnaires de Marie, nous avons appris que nous sommes héritiers…

Vous avez pour nous, un testament… Un héritage inouï nous est donné, venant de Tibhirine. Cet héritage est là chez vous, et il parait que vous ne voulez pas le garder rien que pour vous.

Plein de graines de la non-violence peuvent être ramassées par nous en vous rencontrant… Autant que nous le voulons… Oui, nos noms à tous sont couchés sur ce testament. Pas d’exclus pour l’héritage. Tous invités au festin.

 

Qu’est-ce que nous avons bien fait en quittant la France, le mardi 13 septembre, de faire de la place, non seulement dans nos valises et dans nos sacs à dos, mais aussi dans nos cœurs, au plus intime et profond de nos êtres, là où se fait le travail de la conscience. Nous avons essayé de lâcher prise, par rapport à beaucoup de choses bien empêchantes. Ce travail, moi en premier, j’ai senti que j’avais à le faire. Nous avons commencé à nous réjouir, que des fois, ce sont les autres qui réussissent à réaliser, ce que je pensais être le seul capable de faire. Mais aussi toute une lutte, un combat, que nous avons commencé, et maintenu, dans la préparation de notre séjour à Midelt. Nous avons alors découvert, que le seul combat qui compte dans l’existence, ce n’est pas celui de « l’avoir », d’accaparer les biens et de mettre de côté de l’argent… « Nous ne pouvons pas servir deux maîtres à la fois : Dieu et l’argent. » (Luc16 13) mais d’avancer les uns grâce aux autres, en approfondissant et développant nos qualités « d’être », de tout faire notre possible, et même l’impossible, pour nous démunir de nos pouvoirs, de nos avoirs, et de nos savoirs, en les mettant au service des autres, de tout faire, pour que celui qui n’a pas de place, en trouve une, où il va s’épanouir… Nous avions même deviné, que ça pouvait nous demander un jour, de donner notre temps… Un peu… Beaucoup… De notre emplacement… Afin de faire la place à l’autre, et peut être un jour de notre vie… Donner notre vie.

 

Nous avons pas mal lu de ce que vous avez écrit… On a beaucoup su, grâce au film « Des Hommes et des Dieux », que certaines personnes qui vous sont chères, ont écrit cela en lettres de sang… pas avec le sang des autres, dans la violence… mais avec leur propre sang dans l’amour. Et ils ont réalisé cela, parce que dans leurs prières, comme celles que vous nous rendez possible dans cette messe, ils demandaient à Jésus, lorsque surgissait tant de violence, qui les assaillait : «  Désarmes-les Seigneur… arrête leurs armes et leurs violences… », mais ils s’étaient repris dans leurs prières et s’étaient mis à dire : « Désarme-moi tout d’abord… aide-moi à ôter la violence qui est tapie au profond de mon être… »

 

Nous sommes heureux aujourd’hui, de vous dire, qu’en repartant de chez vous, demain, nous ne serons pas tout à fait les mêmes que lorsque nous sommes arrivés. Fort probablement parce qu’il y a eu entre vous et nous, écoute mutuelle et rencontre. Le creux que nous avions fait en nous, s’est rempli de votre présence et de celle des amis partis devant, dont vous êtes les messagers. Les livres et les mails que nous avions lus de vous, nous avaient préparés à vous voir, à vous entendre, et à vivre avec vous l’embrassement. Nous nous sommes reçus les uns des autres, dans une sorte d’immédiateté, que nous pouvons appeler : la fraternité, la communion, le fait de nous découvrir et reconnaitre, enfants bien aimés du même Père. Qu’est-ce que nous avons bien fait de réaliser un vide grenier, de faire de la place pour loger dans notre pâte humaine, le levain et ferment que nous avons découvert dans vos manières de vivre, d’aimer, de chanter, de rire, rigoler et prier. Vous nous avez aidés à devenir « Héritiers de Tibhirine ».

 

En vous écoutant tous, moines et habitants de Midelt, Omar, Baha, Soufiane, Corinne… En vous regardant sœurs franciscaines missionnaires de Marie, Barbara et Maria à Tatiouine, où nous aurions tant voulu aller, il y a plein de graines de non-violence, d’amour et de tendresse, dans un climat de justice et de respect du droit, comme le dit et le vit le prophète Amos… Tout ça est venu de vous à nous… Avant-hier, nous avons été heureux d’entendre se confirmer les bonnes nouvelles de la santé de Paul, ami de Rosaline, de la santé de Jacques, le mari d’Elisabeth, les parents de Rachel, de la santé de Béatrice l’épouse de Jean-Luc. Mais pour être vrais, nous continuons de lutter pour traverser les moments difficiles de la réalisation de notre petite communauté… Comme à Tibhirine, lorsque tes compagnons et toi Jean-Pierre, vous vous demandiez : « Faut-il nous en aller, et fuir, ou bien rester et aimer ?» « Petits oiseux sur la branche… ? Ou bien branche pour les petits oiseaux ? »

 

Tu nous as beaucoup marqués Jean-Pierre, par ce que tu nous as dit de votre vie dans votre communauté de Tibhirine, dont nous sommes les héritiers. Nous sommes en train de nous dire aujourd’hui à Midelt : « Est-ce que nous continuons de changer nos cœurs et nos comportements ou si nous en restons au point où nous en étions lorsque nous sommes arrivés ? Est-ce que nous assumons notre héritage de la non violence, ou si nous nous en désintéressons ? »

 

Il y a des moments où j’ai eu peur de moi… J’ai eu peur de ne pas tenir… J’ai eu peur de vous aussi à certains moments, chers amis. Et puis voilà qu’est venu comme un grand vent… Qui nous a fait du bien à tous… chacun en a reçu sa part… surtout après le moment merveilleux où nous avons parlé avec toi Jean-Pierre… C’est incroyable ce que tu nous as donné quand tu nous as confié ton questionnement : « Pourquoi Amédée et moi, nous n’avons pas été pris, et emmenés dans l’enlèvement avec nos sept frères ? »

 

Alors on a ressenti comme un souffle porteur de douceur et de recherche de ce qui est droit et juste en même temps. Nous avons un peu mieux compris, pourquoi Jean-Pierre, vous avez été survivants Amédée et toi. Nous sommes en train de continuer à faire de la place dans nos êtres à cet héritage  de Tibhirine. Il y a quelque chose qui nous vient de là-bas, qui traverse la frontière entre l’Algérie et le Maroc, cette frontière que l’on dit impossible à traverser.

 

Davantage que quelque chose, ce souffle ne serait-il pas l’esprit de quelqu’un ? Celui-là qui nous pousse à trouver notre place, en donnant notre place aux autres : « Après vous les amis ! »

Est-ce que ce ne serait pas pour cet héritage, que nous sommes survivants nous aussi, de combien de naufrages et de difficultés que nous avons traversés.

Héritage de l’amour,

Héritage pour nous : « Laissons les autres nous aimer »

Héritage pour les autres : « Aimons nous les uns les autres. »

A cette force d’aimer, les autres aussi ont droit d’accès et de connaissance, dont ils sont les héritiers.

Est-ce que ce n’est pas ça qui donne sens à la traversée de nos épreuves, qui nous laisse survivants nous aussi afin de donner ce que nous ont légué les amis partis devant.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by luluencampvolant - dans Midelt
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Où est LULU ?

Aujourd'hui, Lulu réside dans son village natal de Dampierre dans le Jura.

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.

Coup de projecteur

arton610-3e2d0 

Institut de recherche sur la Résoution

Non-Violente des Conflits

 

photo-2015--9-janvier2.jpg

Clic sur les icônes