Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 19:00

Samedi 1er décembre 2012 - Jagodina... Kovilj.

Chez-Boba.jpgTous les jours, où j'ai vécu à Jagodina du 13 au 30 Novembre, « en attendant que l'herbe repousse » j'ai entendu Boba dire (Slobodanka) chez qui je logeais me dire : « KISA PADA SUTRA » = « IL VA PLEUVOIR DEMAIN » . Et comme la pluie ne venait pas, Boba ajoutait : « Mozda! » = « Peut-être » durant ces 3 semaines, aucune apparition de la pluie ne s'est manifestée, mais voilà que ce matin aux informations, j'apprends : « Il pleut à Belgrade ! »

La speakerine qui nous offre cette information, s’est abritée en tenant son micro sous un parapluie.

Je regarde ce qui se passe sur les toits de la rue Igmanska à Jagodina. Une toute petite brume très fine arrive péniblement à humidifier les trottoirs. Nous faudra-t-il réellement un parapluie quand nous arriverons en milieu de journée par le car à Belgrade puis au nord-ouest de la capitale a Novi-Sad ?

Nicole et Bracha lorsqu’' ils viendront me chercher à la gare des cars de Novi-Sad, cacheront-ils leurs silhouettes fraternelles sous un parapluie ?

Autant je suis sûr qu’ils seront là pour m’accueillir et m’emmener chez eux à Kovilj, autant je crains qu’ils n’aient pas besoin de parapluies. Comme je voudrais me tromper ! Oh, comme je serais heureux qu’il nous tombe dessus des sacs d’eau !

Mais je n’ai pas l'impression que ça soit en train de devenir.

Les « au revoir se font avec un certain déchirement. Je salue Boba qui m’a hébergé pendant presque 3 semaines, comme sait le faire une soeur à l'égard de son frère. Je salue aussi Maya et son fils Yovan, ainsi que Sandra et ses enfants Yovana et Luka.

Ces amies ont deviné les sentiers qu'elles devaient me faire prendre pour que j'essaye de ne pas passer à côté de cet « essentiel, souvent dissimulé et caché à nos yeux, celui-là que l'on peut voir qu'avec le cœur » . Je me suis laisse toucher et marquer par ce fait, que si j’avais entendu parler de cet « essentiel » dans le livre du Petit Prince au chapitre XXl, et dans le livre de la Bible au premier livre de Samuel (16, 7), c'était pour voir comment ça transpirait et se manifestait dans la vie des gens d'ici. C'était devenu passionnant pour moi d'apprendre ces mots en Serbe : « On ne voit bien qu’avec le cœur : Covjek samo srcem dobro vidi, Bitno ocima nevidljivo », à condition toutefois de déceler dans quel tissu « existentiel » se faufilait ce fil conducteur « essentiel » à la réalisation de notre libération.

Tous ces adieux se pétrissaient d'émotion profonde. Je comprenais que mes amis me disent : “Pourquoi pars-tu si vite et si tôt après tout ce que nous avons vécu et réalisé ensemble ?! « Tu as entendu et vu, tu as été témoin de cet étonnant questionnement que tu as suscité dans ce groupe de jeunes lorsque Miljana (12ans) t'a demandé hier soir : « Est-ce que ça vous arrive de regretter votre choix d'être prêtre au lieu d'être père de famille...? » Tu as essayé de lui faire comprendre et accueillir que ton engagement dans le sillage de Jésus, jusqu’à vouloir arrêter l’armement nucléaire et la désamorcer, c’était pour élever tous les enfants de notre humanité, et pour que plus aucun ne meurent de « faim et de savoir » ici a Jagodina et aussi partout à travers le monde. C'est peut-être ça pour un prêtre être père ?!

Bien sûr que tout ce que nous venions de commencer et d'initier était appelé à se continuer. Mais il nous revenait d'entendre le mot qui était né dans l'esprit d'Anita à Apostag en Hongrie et qu'elle nous avait dit et donné : « MISSION ». « Ce que je viens de vivre grâce à vous comme témoin et artisan de notre élévation en humanité m’appelle à réendosser « mon manteau de camp volant » et à quitter ce lieu de sédentarisation. »

Vous m’avez fait commencer à connaitre quelques ruelles et dédalles par lesquels je dois passer pour me rendre dans les lieux et les mécanismes de la paupérisation des personnes éprouvées de votre cité.

Grâce aux contacts établis par et avec des membres d’A.T.D. quart-monde en France, les bases d’un début d’organisation de résistance ont été établies, afin d'empêcher ce qui n'est pas juste et pour arrêter l'humiliation.

Il me faut continuer à faire confiance aux personnes que vous êtes, à vos capacités de lutte et en ce qui me concerne, partir ailleurs.

Ami Jésus nous lisons dans l'évangile de Marc que tu ne cesses pas, d'aller et venir, de t'arrêter quelques instants et repartir. Tu veux que du ciel, que tu as déchiré lors de ta naissance et que l'on a découvert à ton baptême, (Marc : tout le chapitre 1 et particulièrement 1.10), nous entendions et comprenions que « Toi le VERBE tu t’es fait chair pour détruire notre mort et vivifier notre humanité.“(Saint Irénée), « toi le fils de Dieu tu t'es fait homme pour que tous les humains sans exception nous nous mettrions à vivre en fils et fille de Dieu ». (Saint Athanase)

Paul, Timothée, Irénée, Athanase, colonnes et pères de l'église vous avez marché sur ces sentiers de Macédoine, de Grèce, d 'Asie... où je me prépare à continuer l'aventure dans laquelle je me suis embarqué au pas de l'âne Isidore. Durant cet hiver nous refaisons nos forces grâces aussi à vous amis qui nous mettez en lien avec encore d’autres amis. J'éprouve un grand plaisir en calligraphiant vos merveilleux prénoms et vos “ paroles fortes“ dans mon cahier, à vous loger dans mon cœur. Ainsi me disiez-vous Sandra : « quand vous allez arriver à Bethleem avec votre âne, Nous arriverons nous aussi, avec vous dans l’étable où est né Jésus ». Oui, car, comme le dit Saint Paul dans sa lettre aux Phillipiens 1, 7 « Je vous emporte dans mon cœur ». Paul peut dire cela à des Macédoniens et qu’il en rencontre les habitants et partage avec eux leurs luttes et leurs espérances. 

Suite demain 

Partager cet article

Repost 0
Published by luluencampvolant - dans Lettres de Lulu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Où est LULU ?

Aujourd'hui, Lulu réside dans son village natal de Dampierre dans le Jura.

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.

Coup de projecteur

arton610-3e2d0 

Institut de recherche sur la Résoution

Non-Violente des Conflits

 

photo-2015--9-janvier2.jpg

Clic sur les icônes