Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 12:47

Messe d'action de grâce pour le ministère de Lulu, ce dimanche 18 mars 2012 à l'Eglise Saint-Maurice de Salins-les-Bains.

 

 

 

Merci de nous informer si vous ne pouvez pas lire cette vidéo en laissant un message à contact dans la colonne de droite.

Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 09:15

Voici quelques tableaux exposés ce samedi 17 mars pour la fête de départ de Lulu.

Ils ont été réalisés par sa soeur Babeth sa 1ère supportrice...

 

Babeth-sa-1ere-supportrice.jpg

 

Les cailloux de la Doulonne en forêt de Chaux :

Les cailloux de la Doulonnne

Lulu et ses ânes

 

Lulu et "ses ânes"

 

Lulu et

 

  Lulu en colère par sa soeur 

 

Ce tableau de Lulu a été "emprunté"... Ce serait sympa que sa soeur puisse le retrouver...

 

 

Lulu par sa soeur Elisabeth

 

75 iris pour ses 75 ans :

75 iris pour ses 75 ansPour faire un âne 

Pour faire une âne...

 

Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 20:54
Lulu s'adresse à ses amis, lors de la fête de son départ...
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 00:31

2 mars 2012

Je suis venu hier soir, habiter durant quelques heures à l’endroit de la terre où nos parents sont nés, dans le lien d’où ils ont été tirés du néant grâce à l’acte d’amour qu’a été leur conception puis leur naissance. Je suis venu me mettre devant la maison où notre papa Marius est né le 20 Mai 1910 à BELMONT, devant la maison où notre maman Suzanne est née le 6 Octobre 1911 à CHAUX les PASSAVANT.

Je suis venu marcher à l’heure de l’angélus ce matin à l’endroit charnière entre le village de BELMONT et celui de CHAUX les PASSAVANT.

J’ai pris le chemin que prenait notre papa pour descendre de BELMONT à CHAUX partager le même catéchisme que notre maman écoutait.

Je me suis arrêté devant l’église, devant la mairie et l’école de BELMONT où notre papa a été reconnu enfant du pays et puis enfant bien aimé de Dieu à travers l’amour de ses parents Lucien et Delphine, de son frère et de ses sœurs : Henri, Henriette, Yvonne et Marie-Rose. J’ai ressenti la présence de Louis PERGAUD, né dans l’école du village à deux pas de la maison où est né notre papa, condisciple d’école de notre grand-mère, auteur de « La guerre des boutons », fauché lui-même en 1915 par la guerre, folie de notre humanité.

Je me suis arrêté devant l’église, devant la mairie et l’école de CHAUX les PASSAVANT où notre maman a été reconnue enfant du pays et puis enfant bien aimée de Dieu au sein de l’amour de ses parents Octave et Léa, de ses frères et sœurs Jules, Emilie, Marie, Georges, Louis et Antoinette. J’ai ressenti la présence du frère de notre maman : Georges, tué à la guerre à 18 ans ! J’ai écouté le vent de paix qui venait de l’abbaye de la GRACE DIEU… Je rends grâces de vous et pour vous maman et papa.

Je suis venu grâce à l’accueil de mes cousines et cousins de l’un et l’autre village, plonger mes racines dans une terre travaillée d’amour mais aussi labourée de souffrances (j’entends en ce moment où j’écris le bruit assourdissant des obus de mortiers, les tirs saccadés de mitrailleuses dans le camp du VALDAHON tout proche… tout cela est en train d’éclater et déchirer un paysage qui devrait être pacifiant. Depuis des années la paix continue de voler en éclats en ce si beau coin de la terre qu’est le mien.

Je suis là afin d’unir mes luttes à celle des gens que je rencontre pour faire pousser ensemble la petite espérance ensemencée en cette terre de genèse : les primevères, les crocus et perce-neige sont en train de montrer le bout de leur nez.

J’ai réalisé le voyage de DAMPIERRE à CHAUX les PASSAVANT que faisait notre papa en 1935-1936 « lorsque, nous disait-il, je venais à bicyclette chercher de l’avoine de semence pour la semer à Dampierre… En fait je venais surtout pour voir votre mère… Nous nous sommes mariés le 12 Mai 1936. »

Nous Christiane, Edwige, Elisabeth, Bernadette, Georges et moi, nous sommes nés beaucoup de cette terre-là et beaucoup par la suite de cet autre terrain qu’est le village de Dampierre.

Je suis venu continuer ce trait d’union d’un lieu à l’autre.

C’est de ces lieux, dans ces souffles d’amour et d’espérance que je veux partir en direction de la Palestine, l’endroit de la terre où tu as été conçu et où tu es né Seigneur Jésus, de l’union de Marie ta maman, une jeune femme de notre Humanité, avec la grâce de l’Esprit Saint de Dieu, en des jours de grand vent, de l’HISTOIRE, entre NAZARETH et BETHLEEM.

Avec le profond espoir que ça aille tout autrement que ça ne va en ce moment en SYRIE et dans tous les endroits que je vais traverser.

Je chercherai à guetter les lieux de résistance et à rencontrer les personnes habitées de résilience, attelées à ce travail passionnant d’interjeter sa conscience entre ce qui ne devrait pas se faire tellement ça abîme notre Humanité, et la plénitude de possibles en nous engageant pour que ça pousse et élève, pour que tout petit de notre Humanité puisse être conçu, naître et croître « d’amour et d’eau fraîche », comme papa le petit sauvageon de la BOULOIE et maman la petite fille de la GRACE-DIEU.  

Repost0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 14:16

Les habitants de Port-Lesney organisent un banquet pour aider financièrement Lulu dans son projet de pélerinage. Clique ICI.

 

 

Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 13:34

anes.jpg

 

Donne-nous Seigneur de garder les pieds sur terre…

Et les oreilles dressées vers le ciel pour ne rien perdre de ta parole.

Donne-nous Seigneur, un dos courageux…

Pour supporter les hommes les plus insupportables.

Donne-nous, d’avancer tout droit,

En méprisant les caresses flatteuses, autant que les coups de bâton.

Donne-nous, Seigneur d’être sourd aux injures et à l’ingratitude…

C’est la seule surdité que nous ambitionnons.

Ne nous donne pas d’éviter toutes les sottises,

Car Aristote dit qu’un âne fera toujours des âneries.

Donne-nous simplement, Seigneur,

De ne jamais désespérer

De ta miséricorde si gratuite

Pour ces ânes si disgracieux à ce que disent les pauvres humains

Qui n’ont rien compris aux ânes

Ni à toi mon Dieu qui as fui en Egypte avec un de nos frères

Et qui a fait ton entrée prophétique à Jérusalem

Sur le dos d’un des nôtres.

Amen

Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:50

« MONTAGNE » et « JERICHO », c’est le nom de deux petits ânons jumeaux qui viennent de naître à OUHANS, là où la Loue prend sa source, chez nos amis Marc et Geneviève et leurs enfants, amis de notre association des « Loisirs Populaires Dolois ». C’est l’ânesse MONA et son compagnon FANFAN qui viennent de nous faire ce cadeau de la vie. On pourrait se demander pourquoi tant se réjouir de la venue ay monde de deux petits ânes ?

C’est en raison de ce que ça fait naître dans le vie de beaucoup d’enfants et d’adolescents avec qui nous cheminons dans l’association des Loisirs Populaires ou à l’I.M.E. des Hauts Mesnils, ou avec des adultes du C.A.T. Depuis maintenant 15 ans, grâce aux amis de Savoie et du Vercors qui  nous ont offert ces ânes, grâce à tous les amis franc-comtois qui continuent de les élever et de les soigner, nous expérimentons que les ânes sont catalyseurs de la marche et de la randonnée. Combien de fois nous nous sommes mis à goûter les randonnées en raison de la « médiation » de l’âne avec des enfants et des jeunes qui au départ n’avaient pas du tout envie de se mettre en marche. Que de choses très compliquées et entortillées au fond de nos êtres se sont mises à se dénouer, à se déligoter parce que nous nous étions mis à marcher au pas de l’âne. Les enfants le perçoivent bien. C’est pourquoi ils sont demandeurs de ce type de ballades. Il arrive même que dans un raccourci de paroles certains me disent : « Quand c’est qu’on fait les ânes ? » Les enfants veulent dire bien sûr : « Quand c’est qu’on part se promener avec les ânes ? »

L’âne et l’homme ont naturellement le même pas, le même rythme de marche. Mais voilà, l’homme a perdu ce rythme, et en le perdant, il a beaucoup oublié les réprouvés de la vie. L’âne a eu la sagesse de le garder. Nous nous rendons bien compte que quand nous marchons au pas de l’âne, nous dénouons le profond de nos êtres. Nous goûtons ce que c’est que de  nous trouver mieux pour nous relier aux autres en leur offrant le meilleur de nous-mêmes. Que d’agressivités se cachant au fond de nous ont pu se désamorcer parce que nous étions partis nous promener avec les ânes au cours d’un campement dans les plateaux du Doubs ou dans le pourtour des lacs du JURA, ou encore en traçant autour du massif de la SERRE ou sur le chemin de halage le long du DOUBS, ou en gravissant les pentes du MONT-ROLAND, afin d’y devenir croqueurs de pommes et planteurs de pommiers. Avec combien de gens nous nous sommes reliés grâce à la médiation des ânes, au cours de la réalisation d’un jus de pomme à DAMPIERRE, ou de l’animation de la fête des jonquilles à MALANGE, des châtaignes à SERRE-LES-MOULI7RES, du houx et du gui sur la Place aux Fleurs à DOLE, ou encore au cours d’un carnaval dans les différents quartiers de notre cité.

Nous sentons dans notre association combien il est important que dans nos quartiers populaires, les enfants et les jeunes puissent envisager et projeter des démarches libérantes. Nous n’allons pas « absolutiser » la venue au monde de deux petits animaux. Mais ce qui est « absolument » nécessaire, c’est que les enfants de nos quartiers puissent faire des projets. Sinon, nous butons dans l’enfermement.

Peut-être que l’âne en nous mettant en marche de façon, à la fois « déliante » et « reliante » nous adresse ainsi un message, si nous avons la sagesse d’accepter et recevoir ce dont il est porteur et signifiant. Nous commençons dans notre société à sortir du mépris et de l’humiliation dans lesquels, nous les humains, nous avions enfoncé et relégué les ânes. Nous nous apercevons de la gravité d’un tel mépris de notre part et de l’urgence d’entrer dans l’attitude de respect, de la reconnaissance de la place de l’âne dans notre tissu social. En vous annonçant amis humains, la naissance de deux petits ânons jumeaux, je lance un appel pour que dans notre société, nous ne fassions pas aux plus petits des hommes ce que nous avons fait aux plus méprisés des animaux et qu’en même temps, nous nous mettions en chantier pour faire place à celles et ceux qui sont sans travail, sans maison et sans pain, à celles et ceux qui sont sans papiers… à celles et ceux qui ont tout perdu…

A propos, ont-ils réellement tout perdu ? Ne sont-ils pas au contraire porteurs et prophètes de ce qui serait le plus important pour notre humanité ?

Nous nous rendons compte effectivement en faisant contrat-ville avec les plus défavorisés de nos quartiers, en faisant place aux petits, aux blessés de la vie, en prenant le temps de marcher à leur rythme, que l’essentiel n’est pas que certains puissent courir dans des cadences effrénées pendant que d’autres sont laissés loin derrière, mais de cheminer ensemble, que ça ne sert à rien d’être performants.

En effet, on écrase tout, et soi-même et les autres. De marcher au pas de ânes, ça nous apprend à nous mettre au diapason de ceux qui sont essoufflés par les épreuves. Ce sont ces personnes-là qui sont « porteuses de sens », « porteuses du sens de la vie ». Elles nous font percevoir à quelle allure marcher, dans quelle direction aller. Ces personnes-là sont « porteuses de l’essentiel ». Amis humains : « Si nous faisions les ânes ! »

 

Lucien Converset 1996

 

Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:40

20 février 2012

 

Quelle journée de transition nous venons de réaliser avec Rachel et ses amis, en partant à Vienne conduire chez nos amis de la famille WULLSCHLEGER les 2 ânes jumeaux Montagne et Jéricho.

 

Montagne et Jéricho

Nous partons offrir les 2 ânes jumeaux aux enfants de chez Thierry et Françoise WULLSCHLEGER, Laura, Marie et Lucas. Il y avait dans cette transmission comme une restitution pétrie de reconnaissance.

Il y a un peu plus de 30 ans, le soir de la fameuse journée du 29 juillet 1981, les familles MICHEL-BECHET, WULLSCHLEGER, et LASSERRE rencontrés au pied du grand relais de télévision de FONCINE-LE-HAUT, nous offraient leurs ânes : NENETTE et MONA, puis MARTIN et PRUNELLE… au pas desquels immédiatement nous nous mettions à cheminer. Un événement qui porta des fruits.

Sur le plan pédagogique dans nos associations, LOISIRS POPULAIRES DOLOIS, FLORIÂNE principalement, mais aussi dans beaucoup d’autres associations et mouvements. Nous voulons aujourd’hui être reconnaissants à nos amis d’avoir permis et rendu possible par leur don que beaucoup d’enfants et de jeunes, d’adultes aussi aient pu déligoter au pas des ânes ce qui était ficelé au fond de leur être. Et nous sommes de ceux-là avec plein de personnes devenues des amis. Nous avons pu alors créer des lieux d’Humanité, humbles, et étonnants en même temps. Nous avons pu étoffer et développer ces 2 dimensions de nos êtres que sont la sédentarisation : le fait d’aimer revenir chez nous, dans nos maisons, d’y faire une place aux passants, et le fait d’être camps-volants, d’aimer partir à la recherche d’autres horizons, et à travers tout cela de devenir des passeurs.

Merveilleuse  médiation de l’âne, avait dit notre ami Jean en nous donnant Nénette et Mona, puis Martin et Prunelle.

Nous faisons cet acte de donation dans un esprit et souffle de réciprocité.

« Pendant plus de 30 années, vous avez tellement marqué nos démarches pédagogiques en nous donnant vos ânes, qu’aujourd’hui, nous arrivons chez vos petits-enfants avec une remorque porteuse des petits des ânes que nous nous avez offerts et donnés… »

Nous entendrons une fois arrivés là-bas, sûrement quels projets de continuation habitent l’être et l’imaginaire de nos amis…

Transition, transmission, continuation d’une plénitude de réalités merveilleuses qui ont marqué nos vies, nos manières de cheminer, nos façons de vous libérer et nous relier les uns aux autres afin de vous élever en Humanité. Et cela va se continuer pendant que je marcherai au pas de l’âne Isidore en direction de BETHLEEM, là où Jésus le fils de Dieu a cherché son chemin de libération et celui de notre Humanité, toujours en marchant, en allant de chez les uns chez les autres et à plusieurs reprises au pas de l’âne. Je chercherai de cette manière à continuer par la médiation de Jésus, et par sa grâce, par sa manière de marcher de l’un à l’autre, à libérer du fond de mon être la part encore emprisonnée, pas encore totalement donnée…. « Tu n’auras jamais terminé et fini ton entrée en objection de conscience…. »

La beauté de notre voyage est assombrie par le fait que dans l’Ain, nous traversons la région du Bugey dans l’ombre funeste des centrales nucléaires. Nous n’aurons jamais fini de lutter pour empêcher les profiteurs-prédateurs d’abîmer la planète.

centrale

 

Nous ne tardons pas d’arriver à bon port. Le voyage a été bien préparé et la connexion par téléphones portables avec Thierry et Françoise se sont merveilleusement bien réalisés. Il est midi moins le quart quand nous arrivons.

 

Montagne et Jéricho2 

Un repas fraternel chez Thierry et Françoise et leurs enfants, où dans le joie du don mutuel nous entendons nos amis nous raconter ce qui est spécifique et découle du compagnonnage et de la proximité des ânes.

Marie : Avec Pauline et grâce à elle, nous avons une pâture pour les ânes.

Thierry : et ça y est… on a déjà vu ou nous partons en randonnée ce printemps et puis cet été.

Nous l’avions deviné : rien que de savoir que les ânes Jéricho et Montagne allaient leur parvenir, nos amis de la famille WULLSCHLEGER projetaient, et c’était précis, de partir prochainement en randonnée loin, très loin à partir de leur lieu de vie.

Thierry : à propos : les bâts… ?!

Lucien : Je vous restituerai les bâts que nous nous aviez offerts en même temps qu vous nous donniez vos ânes en 1981-86.

Thierry : nous les prendrons le samedi 17 mars quand nous viendrons te dire au-revoir.

Lulu 02

 

A notre retour, je trouve ce texte que j’avais écrit lorsque les 2 ânes jumeaux Montagne et Jéricho étaient venus au monde en 1996 chez Dan et sa famille à OUHANS, là où la Loue prend sa source.

Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 20:46

Sur le site "eglisejura.com" vous pourrez lire une interview de Lulu : "Etre un trait d'union" et un autre article sur ses ânes : "L'âne si doux".

 

J'aime beaucoup cette photo de Lulu accompagnant cette interview. On y voit son sac à dos posé sur une chaise, et Lulu avec sa Bible ouverte. Il manque peut-être son agenda avec son carnet d'adresses !

 

Et encore...

 

Quelques recherches sur le net...

 

Un article datant du 28 avril 2005 dans Voix du Jura : Des ânes et des pommes

 

Dans le progrès, si vous êtes abonnés, vous pourrez lire en intégralité quelques articles :

 

   - L'âne Isidore a conduit le défilé carnavalesque

   - Chacun donnait ce qu'il voulait...

 

Et sur le blog de Laurent...

Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 20:35

Voici quelques infos concernant la fête pour dire au-revoir à Lulu :

 

Le samedi 17 mars 2012 à partir de 19H00 au SIVOM de Salins-les-Bains,

(vers les HLM de la Gare, rue Général de Gaulle)

      - repas et soirée festive

 

Le dimanche 18 mars :

       - Messe à 11H00 à l'église Saint-Maurice

      - repas tiré du sac au Rayon de Soleil

 

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.