Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 21:36

Rappel !

Commémoration de l'assassinat de Gabriel Maire, de 10h à 17h.

mise à jour 11/12/2018

mise à jour 11/12/2018

Journée à la carte...

Chacun peut librement participer à un temps ou un autre.  Mais attention ! réservations pour le spectacle à 14h30 (10€/par adulte), contacter l'association "les amis de Gabriel Maire" : amisgaby@yahoo.fr ou par tél 06 28 20 17 20. 

Autres propositions gratuites pour ceux qui n'ont pas de place pour le spectacle.

 

Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 16:32
La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme a 70 ans !

Pour le 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, nous vous invitons à écouter Guy Aurenche sur RCF.

Guy Aurenche est avocat, il a notamment était l'avocat de la famille Maire après l'assassinat de Gabriel Maire. C'est un ardent défenseur des droits humains depuis 50 ans.

Il réagit à l'actualité avec le livre qu'il vient d'écrire "Droits humains, n’oublions pas nos droits communs !"

 

Stéphanie Gallet l'interroge tout d'abord sur la crise des gilets jaunes : 

- Que vous évoque la colère des gilets jaunes ?

- Plus que jamais un rendez-vous des droits humains ! autour de trois dimensions, le cap de la dignité, le cap de la responsabilité démocratique, et celui de la citoyenneté.

Allez écouter la suite ! (clic ici)

 

 

La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme a 70 ans !

Et sur le blog des amis de Gabriel Maire, un "Je crois en Dieu des droits de l'homme" par le père Jacques Lancelot.

 

 

Et n'hésitez pas à partager en commentaire des textes, des références, des événements en lien avec cet anniversaire.

Merci !

Repost0
4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 22:25
Lulu lors d'un précédent voyage en Algérie

Lulu lors d'un précédent voyage en Algérie

L’ALGERIE, LE PAYS Où JE SUIS Né à L’OBJECTION DE CONSCIENCE

 

C’est en Algérie, en plein djebels et dans le fond des oueds, que je suis né à l’objection de conscience. C’est là que dans quelques jours je retourne chercher et ramasser les graines d’action non violente qui ont été semées par les femmes et les hommes de bonne volonté, chrétiens et musulmans qui ont donné leur vie pour que la justice et la paix poussent et croissent sur cette terre.

 

Quand notre papa, petit paysan à Dampierre dans le bas du Jura, voulait semer un blé ou une orge qui pousse bien, il allait chercher un sac de ces graines de semence dans les plateaux du Doubs, à Belmont et Chaux les Passavant, là où notre maman et lui étaient nés. Et nous, les enfants, nous étions émerveillés de voir comment, humblement, ça poussait bien dans nos champs ces graines qu’ils étaient allés chercher dans leur pays natal.

 

De même, j’aime beaucoup chercher avec vous mes amis à ce que dans nos terrains de vie la non-violence, cette force d’aimer dont nous avons tous faim et soif, nous pousse et nous bouscule les uns vers les autres, dans un rapport les uns avec les autres, en sorte que nous fassions de la place à ceux qui n’ont pas encore trouvé la leur. Nous essayons d’ôter nos incompréhensions mutuelles très empêchantes, ces murs de séparation qui nous cassent les uns des autres. Elle est belle cette soif de bâtir des ponts entre nous, de créer au cœur de nos vies, de nos villages et de nos cités des terrains d’asile et d’accueil à ceux qui n’arrivent pas à trouver un coin de terre pour y enraciner leurs enfants, une école pour y apprendre le sens de leur vie, un hôpital pour y soigner leur santé.

 

C’est pour cela que je pars en Algérie à Oran le 8 décembre. Nous célébrerons et reconnaîtrons ce jour-là la façon non-violente dont les moines de Tibhirine et leurs 12 compagnons chrétiens ont donné leur vie à ceux avec qui ils essayaient d’exister… Nous nous dirons qu’il y eut en même temps beaucoup de musulmans et de gens de bonne volonté qui donnèrent eux aussi leur vie pour que les plus petits et les plus pauvres puissent donner le minimum de dignité à l’existence de leurs enfants.

 

Je pars en Algérie dans cette terre qui me vit naître à l’apprentissage du refus de la violence. Je pars voir, écouter, envisager une multitude d’agents de la non-violence. Je sais que les portes des maisons où loge la petite fille espérance me seront ouvertes.

 

Dans mon cœur, dans mon sac à dos, dans ma valise je rapporterai des petits sacs de graines de cette non-violence, de cette façon d’agir qui nous fait refuser l’implacable fatalisme de la guerre et de l’injustice. Je rencontrerai des femmes et des hommes travaillés par l’art de bâtir, guidés par une stratégie de l’action non violente. Nous ferons mémoire des gens qui ne se sont pas laissés vaincre par la haine, qui ont été des résistants à la violence des armes.


Je vous emporte tous dans mon cœur d’ami reconnaissant. Vous le sentez nous allons faire un beau voyage ensemble.

 

Je vous rapporterai ce que j’aurai ramassé afin de l’ensemencer dans nos terrains de vie.

 

Je vous raconterai tout cela avec d’autres personnes, le 16 décembre, à l’abbaye d’Acey durant la journée tournée vers ce sacré témoin de la non-violence qu’est Gaby Maire. Lui aussi a donné sa vie au Brésil pour nous tous, comme l’ont fait avec les Mères de Mai ; Léonie Duquet et Alice Domon en Argentine.

Lulu, le 3 décembre 2018

Repost0
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 16:42

à lire sur le site de la mission universelle :

Message des amis de Gabriel MAIRE :

 

Des Brésiliens, dont certains que nous avons connus par la présence là-bas du Père Gabriel Maire (assassiné en 1989), sont extrêmement inquiets et nous demandent instamment de prier pour ce pays.

Pourriez-vous intervenir (ou faire intervenir, par le prêtre ou les autres intervenants) à la messe de dimanche dans vos paroisses ?

 

Une idée  : 

"Aujourd'hui même, dans quelques heures, (à cause du décalage horaire), le Brésil risque d'élire un homme qui veut supprimer les libertés et même les moyens de vivre à toutes les minorités de ce pays (pauvres des bidonvilles, handicapés, Indiens etc.).
Des amis brésiliens que nous avons connu là-bas après l'assassinat de Gabriel Maire, prêtre jurassien, nous demandent instamment de prier pour que leur pays n'entre pas en dictature. Ils sont très inquiets.

Pour le Brésil, mais aussi pour tous les pays où la liberté est bâillonnée, Seigneur nous te prions."

Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 10:16

A l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère le 17 octobre et alors que l’on s’apprête à célébrer le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, ATD Quart Monde et ses partenaires appellent à se mobiliser pour que les droits fondamentaux – l’accès à la santé, au logement, à l’éducation… – soient réellement effectifs pour tous, notamment pour les personnes vivant dans la grande pauvreté.

 

Clic ici pour lire le message pour la Journée Mondiale du Refus de la Misère

Journée mondiale du Refus de la Misère

"De la Déclaration… à l’ACTION,

70ème  anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme"

 

  17 octobre 2018  

                 Journée mondiale du Refus de la Misère 


Le  Comité  17 octobre de Dole  vous invite à participer aux manifestations:

•    17 h 30 : Rassemblement citoyen autour de la réplique de la Dalle du Trocadéro, en l’honneur des victimes de la misère, Place des Tanneurs à Dole. A 19 h, repas partagé à la salle des Arquebusiers.
    
•    Du 16 au 19 octobre : EXPOSITION dans le hall de la Mairie de Dole : « Construire un monde où les Droits de l’Homme et la dignité seront respectés »


 

Repost0
28 septembre 2018 5 28 /09 /septembre /2018 15:06

Rosaline nous a partagé quelques photos, mais vous en saurez plus en consultant le site du diocèse.

La fête de la vie
La fête de la vie
La fête de la vie
La fête de la vie
La fête de la vie
La fête de la vie
La fête de la vie
La fête de la vie
Repost0
27 septembre 2018 4 27 /09 /septembre /2018 13:32
Lettre au président Macron

Dampierre, le 17 septembre 2018

 

Monsieur le Président de la République,

 

Quelle émotion porteuse de paix et de justice vous nous avez donné, à nous qui avons malheureusement fait la guerre d’Algérie, lorsque nous avons appris que vous êtes allé rendre visite à l’épouse de Maurice AUDIN.


Dans votre visite et dans la lettre que vous avez portée à Madame AUDIN et à ses enfants, vous reconnaissez au nom de la République, le combat qu’ils ont mené avec tout un collectif de personnes depuis soixante et un ans, pour que la vérité soit faite sur la mort de Maurice AUDIN. Après leur avoir demandé « pardon », vous reconnaissez que « Maurice AUDIN a été torturé puis exécuté, ou torturé à mort par des militaires qui l’avaient arrêté à son domicile … si la mort de Maurice AUDIN est en dernier ressort le fait de quelques-uns, elle a néanmoins été rendue possible par un système légalement institué … le système arrestation-détention, mis en place à la faveur des pouvoirs spéciaux qui avaient été confiés par voie légale aux forces armées à cette période. Ce système a été le terreau malheureux d’actes parfois terribles, dont la torture. En échouant à prévenir et punir le recours à la torture, les gouvernements successifs ont mis en péril la survie des hommes et des femmes dont se saisissaient les forces de l’ordre … ce système s’est institué sur un fondement légal »


Avec beaucoup de gens de notre République dont Monsieur Pierre LAURENT du parti communiste, nous saluons votre geste de président comme « une victoire historique de la vérité et de la justice »


Avec Madame Raphaëlle BLANCHE, nous nous félicitons que ce soit « la fin d’un mensonge d’état »


Avec Monsieur Benjamin STORA, nous pensons que « votre déclaration laissera une trace ineffaçable pour nous encourager dans la compréhension de notre passé, à parler de nos souffrances », de ce qui continue à torturer nos consciences d’hommes qui avons malheureusement fait cette guerre d’Algérie, et aussi la conscience de milliers d’hommes et de femmes de bonne volonté.


Justement Monsieur Cédric VILANI dit et nous le disons avec lui : « Grace à votre déclaration, c’est un soulagement, un moment historique, l’accomplissement d’une démarche qui permet enfin à la France de regarder en face, une partie de son histoire »


Mais, Monsieur le Président, il y a une autre partie de l’histoire de la France qu’il nous faut regarder en face, et ne pas attendre soixante et un ans pour le faire. C’est celle que nous sommes en train de vivre et de réaliser. Il y a quelque chose qui nous torture et nous abîme, et qui a son origine dans les décisions et les actes institutionnels de l’Etat. Vous en êtes le Président et nous les membres. C’est le fait de décréter et imposer que notre système de défense repose sur la menace de mort nucléaire et cela depuis autant d’années que ce qui « a justifié » la manière dont s’est faite « la bataille d’Alger »


Monsieur Maurice AUDIN et des milliers d’hommes et de femmes ont été torturés entre les années 1954 et 1962. Les essais nucléaires et l’éclatement de la bombe atomique de REGANE dans le Sahara ont eu lieu en même temps. 


Nous ne sommes pas d’accord de continuer à maintenir que vous ayez, Monsieur le Président, les pleins pouvoirs, ni vous ni qui que ce soit, de menacer de détruire une partie de l’humanité et de la planète et d’essayer de prouver à l’opinion publique que c’est ainsi que peut se réaliser la défense de la France. 


En 1956-1957, au cœur du drame algérien, les pouvoirs spéciaux de police n’auraient jamais dû être donnés à qui que ce soit et à plus forte raison à l’armée. Vous dites en effet que ce système légalement institué a favorisé la disparition, et a permis les tortures d’une multitude d’hommes dont celle de Maurice AUDIN. De même, nous ne devrions jamais détenir le pouvoir de détruire l’Humanité de quelque manière que ce soit. A plus forte raison, en fabriquant des armes nucléaires et en nous faisant croire que notre défense repose dans le pouvoir que nous nous octroyons de nous en servir pour détruire une partie de la planète.


Monsieur le Président, nous sommes une multitude de membres de la République à faire partie d’associations telles que le MAN, l’ADN, Stop Nucléaire etc … dans lesquelles nous vous demandons de manière instante et urgente, un geste, une parole, une décision semblables à celles que vous venez de prendre, à propos de ce que la France a fait de manière légale en Algérie particulièrement pendant la bataille d’Alger durant l’année 1957. 


Arrêtons dans l’immédiat l’armement nucléaire de la France de  manière unilatérale. Cette décision de stopper la fabrication des armes nucléaires et d’arrêter de nous menacer de nous servir de telles armes, c’est ce que nous attendons de vous, Monsieur le Président, aujourd’hui même, sachant que nous sommes en train de faire l’inverse de ce que nous avions promis dans le concert des Nations en signant le traité de non-prolifération des armes nucléaires ( TNP)


Le terreau dans lequel l’arme nucléaire continue de proliférer est un terreau légal, décrété par le parlement, le gouvernement, la présidence de la République, la vôtre et celle de vos prédécesseurs.


C’est ce que nous vous demandons de stopper. Nous cherchons de l’argent en France pour vraiment faire la guerre à la pauvreté et à la misère comme le disait l’Abbé Pierre. Arrêtons de dire qu’il n’y a pas d’argent pour stopper la pauvreté. Quand on dit cela, c’est un mensonge d’état. En effet, l’argent de l’Etat est pulsé dans l’armement nucléaire, sachez Monsieur le Président, que là aussi nous attendons de vous un geste historique. En arrêtant de verser l’argent du peuple français dans le nucléaire, nous pourrons éradiquer dans l’immédiat la pauvreté et l’illettrisme.  


Recevez, Monsieur le Président, mes sentiments respectueux et reconnaissants.

 Lucien Converset
 

Repost0
20 septembre 2018 4 20 /09 /septembre /2018 11:35
Journée internationale de la Paix

Chaque année à travers le monde, nous célébrons la Journée internationale de la paix le 21 septembre. Cette journée a été déclarée en 2001 par l’Assemblée générale des Nations Unies en vue de renforcer l’idéal de paix, tant au sein des pays et qu’entre les pays eux-mêmes.

Le thème 2018 célèbre le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Plus d'infos ici

 

Le Mouvement pour la Paix et d'autres associations nous invite tous à la marche pour la Paix le 22 septembre à Besançon. Le départ se fera à 14h aux Glacis. Venez nombreux !

 

Plus d'infos ici !

Repost0
22 août 2018 3 22 /08 /août /2018 15:30
Soir d'orage à Midelt

Soir d'orage à Midelt

Ce soir, j’ai appris un grand drame.

 

Dans mon beau Jura, à Dampierre, une fille de 11 ans a été tuée par sa mère. Sa sœur, blessée a été hospitalisée. Face à la stupeur, à la sidération, à l’incrédulité de cette nouvelle, les questions fusent dans ma tête. Pourquoi ?! Comment est-ce possible ?! Comment ont-elles pu en arriver là ? Comment une maman peut-elle en arriver à tuer sa fille ?

 

Je suis bouleversée. Les mots se bousculent.

 

Je pars faire le tour du monde me questionner sur la rencontre et le pardon entre nous, êtres humains, et aux portes de chez moi, je découvre cette terrible nouvelle.

Je suis effarée. Je prends conscience progressivement du drame de ce drame.

 

Les maux ont tués les mots, qui ont tué la Vie.

Ayant travaillé dans la protection de l’enfance, je sais que les maux sont parfois les nœuds horribles et solides qui tordent les mots et les empêchent de sortir ! Je sais que les sentiments étouffés crient davantage quand les liens du sang, si forts et proches, sont à la fois si conflictuels et éloignés par un fossé. Je sais aussi qu’avec un soutien, une oreille extérieure, une écoute qui se crée, les mots peuvent se dénouer, jaillir et se libérer, pour laisser exprimer la douleur. Puis reconnaître ce qui en chacun se joue. Se comprendre soudainement. Et avancer. C’est possible.

J’ai déjà pu vivre ces dénouements fabuleux avec des familles ! Je sais aujourd’hui que véritablement, c’est possible ! Mais je découvre ahurie que l’extrême inverse, malheureusement, est lui aussi possible. Aujourd’hui, je suis témoin comme tous les Jurassiens et les Français, que le manque de mots, de pas vers l’autre, peut créer une prison, qui devient enfer, et peut mener à la mort. Aujourd’hui, de manière dramatique, nous pouvons le voir entre une mère et sa propre fille.

 

Je veux vous lancer aujourd’hui un appel.

Le monde est là, maintenant.

Que tous ceux qui ont avec chance une certaine stabilité et sérénité dans leurs vies, puissent être des oreilles attentives et des cœurs accueillants aux blessures des autres. Nous ne pouvons plus vivre isolés et inconnus les uns des autres, entre nous. Entre membres d’une famille, entre amis, entre voisins, entre collègues. Nous sommes avant tout des humains qui vivons en Humanité ! Organisons des repas, prenons le temps de partager, osons téléphoner... Ne sous-estimez votre potentiel d'accueil, d'écoute et de soutien. Peut-être secrètement sauverez-vous quelqu'un.

Que tous ceux qui ont des pistes et des outils de dialogues les proposent autour d’eux, créent des espaces pour accueillir l’autre, des ateliers expérimentaux pour travailler à être acteurs de la non-violence ! Tant d’outils existent aujourd’hui ! Ils doivent être rendus accessibles à tous ! Développés ! Allez vous former et transmettez les outils que vous apprenez ! Les clés sont là, mais ne peuvent servir si elles restent sous le paillasson, pendant que dans la maison, tout explose et se tue, dans la prison dorée !

Car la maison devrait être un lieu de refuge, de bien-être et de construction pour chaque enfant et adolescent qui s’ouvre au monde ! Elle ne doit pas être le lieu de sa propre destruction et de sa propre mort ! Mort d’une famille détruite par le drame !

Pourquoi cette mère n’a-t-elle pas su trouver oreille attentive pour passer le relai avant ce drame ? Quelle détresse vivait-elle pour en arriver là ? Comment cette sœur blessée, dans sa chair et dans son âme, va-t-elle se réveiller et faire face à ce qu’il s’est passé ? Sans pouvoir revenir en arrière.

 

Nous avons des possibilités aujourd’hui de nous soutenir, de développer notre solidarité, de travailler sur la communication :

Il y a :

  • la Communication Non-Violente (CNV), pour apprendre à mieux se connaître, mettre en mots les maux, accueillir ses émotions, découvrir ses besoins, exprimer des demandes,
  • les Cercles Restauratifs, qui existent à Besançon et dans d’autres villes de France, qui sont des supports pour offrir des réponses puissantes à la résolution de conflit,
  • et tant d’autres outils encore, pour dénouer les nœuds, que l’on porte en nous, tel que l’EFT (Technique de Libération Emotionnelle) par exemple.
  •  

Ces espaces-là doivent se développer si nous ne voulons pas que des drames semblables se reproduisent.

Nous devons proposer ces outils dans les écoles, dans les collèges, les lycées. Que ces outils soient inscrits dans les programmes scolaires. Que les adultes, familles et professionnels soient mieux formés. Cependant, les instituteurs et professeurs, travailleurs sociaux ou religieux ne peuvent avoir à leur charge l'entière responsabilité de ce travail. Chacun, où qu’il soit, doit pouvoir avoir agir, se former et avoir accès à ces outils. Nous sommes tous acteurs de l’avenir de notre Humanité, de notre quartier, de notre maison.

Sans se sentir coupable, interpellons-nous à poursuivre le chemin et à agir à notre échelle, pour développer les liens, la communication, la rencontre ! Quels besoins cette mère n’a pas pu exprimer ? Quelles réponses aurait-elle pu trouver ? Comment aurions-nous pu l’accompagner ?

Il est urgent de remettre de la communication entre nous, et dans nos cœurs. Que chacun propose, invente, crée, et ose… Pour que des espaces de dialogues et de soutien s’ouvrent davantage… L’autre, mon frère, ma fille, mon voisin, ne doit pas rester pour moi un étranger.

Nous devons aller au-delà de nos peurs, déconstruire nos préjugés, et créer des liens de fraternité et de soutien entre nous. Aujourd’hui, mon voisin en a besoin ? Peut-être que demain ce sera moi. A qui pourrais-je faire appel dans ces moments-là ?

 

J’ai moi-même été effrayée de découvrir ma propre violence, là, à l’intérieur de moi. Avec et grâce aux autres, je peux avancer. Je peux accueillir ma souffrance sans la laisser m’envahir. Mais c’est un travail de tous les jours. Tellement plus beau et plus fort quand il est mené à plusieurs !

Ce soir, je pense à cette sœur, qui est en vie.

Je souhaite au plus profond de mon cœur, qu’elle trouve repères, soutien, écoute pour se construire à partir de ce qui est désormais son histoire, réussir à se relever pour l’avenir.

Quel chemin pourra-t-elle prendre ? Je lui souhaite de découvrir un jour le pardon. Seule possibilité de libération pour elle, dans sa propre vie. Et qu’elle témoigne. Qu’elle ose. Qu’elle trouve la force. Pour dire qu’il faut que ça cesse. Qu’il ne doit pas y avoir d’autres victimes comme sa sœur. Que pour cela, elle a besoin des adultes, bienveillants et soutenants autour d’elle, qui l’aide à apprendre à communiquer, avancer, se construire…

 

Nous ne pouvons pas rester seulement témoins d’un drame pareil.

Ce drame doit nous interpeller à agir et ouvrir de nouvelles portes, pour aller vers la « rencontre » vraie et réelle, pour dénouer les nœuds … Que ce drame nous pousse chacun à dénouer nos propres nœuds… et à agir autour de nous.

Pour que, par l’accueil des émotions

et la libération des mots,

des fleurs puissent germer et fleurir,

pour sortir des prisons.

Rachel Lamy

in Citoyens du Monde, Jardiniers de Paix

le 20 août 2018

Cet appel, ce cri est suivi du témoignage d'une maman ayant connu la détresse
 

Repost0
14 août 2018 2 14 /08 /août /2018 20:31

Marie-Charlotte LANG s'est éteinte le 8 août. La maladie a eu le dessus.
Elle était avec nous le 6 août 2017 à Dampierre, pour la commémoration d'Hiroshima.
Elle a mis ses compétences d'avocate au service des migrants.
ADN salue son engagement sans retenue malgré la fatigue et les difficultés. Nous penserons à elle.


Le jeudi 16 août, un  hommage amical lui sera rendu à partir de 14h30 au funérarium de Dole en haut du cimetière de Landon juste avant la crémation.
 

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.