Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 08:12

Le réseau pour une paix juste au Moyen-Orient vous invite.

Le festival n'est pas fini !

Festival Palestine au coeur à Dole
Festival Palestine au coeur à Dole
Repost0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 08:00
Dans le n° de la Croix du 6 octobre 2015

Dans le n° de la Croix du 6 octobre 2015

Repost0
11 août 2015 2 11 /08 /août /2015 09:36

Dans le bloc-notes de la Vie du 6 au 13 août 2015 :

 

 

Le 6 août 1945, la forteresse volante américaine Enola Gay, qui transportait la bombe atomique baptisée Little Boy, larguait cette dernière sur ­Hiroshima. Ce jeudi, cela fait donc 70 ans. Curieusement, peu de monde aura commenté cet anniversaire-là. Il est pourtant considérable et le deuil est loin d’être fait. Cela pour deux raisons différentes.

 

D’abord, le souvenir d’Hiroshima hante toujours la conscience occidentale. En 1995, pour le cinquantième anniversaire, un événement considérable s’était produit. Un pavé dans la mare avait été jeté par le philosophe américain John Rawls, l’une des autorités morales les moins contestées outre-Atlantique. À ceux qui affirment toujours, contre vents et marées, que cette effroyable tuerie avait été « légitime » car, en obligeant le Japon à capituler, elle avait permis de raccourcir la guerre et donc d’économiser des vies, John Rawls opposa un démenti cinglant. Dans un article devenu célèbre – publié dans la revue Dissent (et en français par la revue Esprit de février 1997) – il affirmait que, tout bien pesé, Hiroshima était rigoureusement injustifiable. Et même criminel au regard de l’Histoire.

 

Nous savons aujourd’hui que ces bombardements massifs (ajoutés aux bombardements incendiaires de Tokyo et à celui de Dresde en Allemagne) ont marqué une véritable rupture dans l’histoire de nos démocraties. Un philosophe et théologien irlandais, Desmond Fennell, affirme même que ces crimes « démocratiques » marquèrent la fin d’une ère historique de 17 siècles, celle de l’humanisme d’inspiration chrétienne. L’Occident, en somme, a failli à ses propres croyances en choisissant d’opposer le crime au crime, le mal au mal. Cette question n’est pas seulement « historique ». Elle habite toujours le présent. Les terroristes se servent de cette faille morale pour justifier leurs propres crimes et mobiliser les fanatismes. Et ce n’est pas fini.

 

Une autre partie du deuil incombe aux Japonais eux-mêmes. Comment cela ? Par son horreur même, ­Hiroshima conféra au Japon tout entier un statut de victime historique. Et cela jusqu’à aujourd’hui. Un peu comme si le tragique bombardement de Dresde par les Britanniques (de 25 000 à 130 000 morts civils, selon les sources) avait rétroactivement innocenté les Allemands du nazisme. Autrement dit, un écran, un voile fut jeté, après Hiroshima, sur le militarisme nippon des années de guerre. À la différence de l’Allemagne, le Japon fut en quelque sorte dispensé d’examen de conscience. Il n’y eut jamais l’équivalent d’un tribunal de Nuremberg pour juger les crimes de guerre japonais en Asie. Et pourtant, ceux-ci furent eux aussi abjects. Il y eut les massacres de Chine et du Pacifique, les camps de concentration, l’emploi des gaz de combat, les expériences médicales pratiquées sur les prisonniers, les viols de femmes en Corée ou ailleurs, etc. Sur aucun de ces crimes de guerre, les Japonais ne furent contraints de s’expliquer.

 

Ce n’est plus le cas 70 ans plus tard. Tokyo se trouve sommé de présenter ses excuses à ses voisins asiatiques. Or le compte n’y est pas. Ce deuil-là, lui non plus, n’est pas fait. Faudra-t-il un siècle ?

 

Retrouver cet article sur le site de la Vie et vous pourrez lire d'autres articles sur l'arme nucléaire.

Repost0
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 05:00

Dans l'encyclique du pape François, nous vous proposons 2 paragraphes à lire en ce triste 70ème anniversaire de l'explosion de la bombe à Nagasaki.

 

57. Il est prévisible que, face à l’épuisement de certaines ressources, se crée progressivement un scénario favorable à de nouvelles guerres, déguisées en revendications nobles. La guerre produit toujours de graves dommages à l’environnement comme à la richesse culturelle des populations, et les risques deviennent gigantesques quand on pense aux armes nucléaires ainsi qu’aux armes biologiques. En effet, « malgré l’interdiction par des accords internationaux de la guerre chimique, bactériologique et biologique, en réalité la recherche continue dans les laboratoires pour développer de nouvelles armes offensives capables d’altérer les équilibres naturels ». Une plus grande attention est requise de la part de la politique pour prévenir et pour s’attaquer aux causes qui peuvent provoquer de nouveaux conflits. Mais c’est le pouvoir lié aux secteurs financiers qui résiste le plus à cet effort, et les projets politiques n’ont pas habituellement de largeur de vue. Pourquoi veut-on préserver aujourd'hui un pouvoir qui laissera dans l’histoire le souvenir de son incapacité à intervenir quand il était urgent et nécessaire de le faire ? ...

 

...

104. Mais nous ne pouvons pas ignorer que l’énergie nucléaire, la biotechnologie, l’informatique, la connaissance de notre propre ADN et d’autres capacités que nous avons acquises, nous donnent un terrible pouvoir. Mieux, elles donnent à ceux qui ont la connaissance, et surtout le pouvoir économique d’en faire usage, une emprise impressionnante sur l’ensemble de l’humanité et sur le monde entier. Jamais l’humanité n’a eu autant de pouvoir sur elle-même et rien ne garantit qu’elle s’en servira toujours bien, surtout si l’on considère la manière dont elle est en train de l’utiliser. Il suffit de se souvenir des bombes atomiques lancées en plein XXème siècle, comme du grand déploiement technologique étalé par le nazisme, par le communisme et par d’autres régimes totalitaires au service de l’extermination de millions de personnes, sans oublier, qu’aujourd’hui, la guerre possède des instruments toujours plus mortifères. En quelles mains se trouve et pourrait se trouver tant de pouvoir ? Il est terriblement risqué qu’il réside en une petite partie de l’humanité.

Repost0
7 août 2015 5 07 /08 /août /2015 22:10

Un premier souvenir de la journée du 6 août à Dampierre qui fut très…. chaude….intense…. passionnante.

Un grand merci à tous ceux qui se sont manifestés en venant en participant, en envoyant des messages.

Merci à JM MULLER qui est intervenu auprès de R.C.F. en direct à la radio. Quel bonheur de le sentir aussi proche !

N’oubliez pas que nous continuons dimanche et que nous comptons toujours sur votre soutien.

 

Jacqueline, secrétaire d'ADN

 

Photos d'André Siclet. Merci André !
Photos d'André Siclet. Merci André !

Photos d'André Siclet. Merci André !

Antoinette nous invite à répondre au sondage de BFMTV sur le désarmement nucléaire, 70 ans après Hiroshima et Nagasaki. CLIC ICI !

Repost0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 04:00

Dans le Progrès du 5 août, clic ici

Ne pas oublier ! ADN se mobilise...

RDV ce jeudi 6 août et dimanche 9 août,

de 10h à 20h à Dampierre, pour un jeûne et des débats.

Toutes les infos ICI

 

Pour lire le communiqué du MAN ICI

Repost0
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 05:00
Publié dans le Canard Enchaîné du 29  juillet 2015

Publié dans le Canard Enchaîné du 29 juillet 2015

On n'oublie pas les RDV à Dampierre les 6 et 9 août, de 10h00 à 20h00. (Info ici)

Apportez les journaux de la semaine que vous possédez, pour discutter ensemble de la façon dont la presse parle de ce funeste 70ème anniversaire des bombes d'Hiroshima et Nagasaki.

Repost0
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 22:41

à 20h55

HIROSHIMA, LA VÉRITABLE HISTOIRE 

Le 6 août 1945, le monde bascule dans l'ère nucléaire quand la bombe «Little Boy» explose au-dessus de la ville japonaise d'Hiroshima. 80 000 personnes périssent sur le champ et des milliers d'autres succombent de leurs blessures ou des radiations au cours des jours et des années qui suivent. Soixante-dix ans après cet événement, des questions continuent de se poser. Le bombardement d'Hiroshima, et celui de Nagasaki trois jours plus tard, ont été présentés comme un mal nécessaire par les Américains pour forcer les Japonais à capituler. Les objectifs de Truman étaient autres : tester la bombe sur le terrain et devancer les Soviétiques dans la course à l'armement.

extrait de telérama

 

Voir le commentaire de la Croix ici

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:47
Hiroshima-Nagasaki... Plus jamais ça !

Commémoration des 70 ans d’HIROSHIMA et NAGASAKI

 

 

A.D.N.

 

Association Franc-Comtoise

pour le Désarmement Nucléaire unilatéral de la France,

et son président Lucien CONVERSET

vous invitent, à 3 jours de jeûne et de réflexion,

 

le Lundi 3 août 2015,

comme tous les 1ers lundis du mois

de 16h00 à 19h00 à la salle de la mairie de DAMPIERRE

 

 et les Jeudi 6 août et Dimanche 9 août 2015

de 10h00 à 20h00

place du 8 mai, face à l’église de DAMPIERRE

 

sur le thème “Défi de la non violence dans le monde aujourd’hui” 

à partir des rencontres d’avril avec le philosophe J.M.MULLER.

 

 

Venez jeûner, écouter, participer, échanger, vous renseigner, cheminer avec nous pour mieux comprendre le chemin vers lequel s’engage notre société.

 

 

"Nos différences sont une force qui doit nous enrichir."

Repost0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 13:21

À propos de l’encyclique du pape François sur l’écologie

 

Jean-Marie MULLER*

L’arme nucléaire menace d’autodestruction notre maison commune

Le 18 juin 2015, le pape François a publié une lettre encyclique consacrée à l’écologie qui a été unanimement saluée comme un document majeur. Avec lucidité et gravité, l’évêque de Rome s’inquiète des dégâts irréversibles causés à la terre. Il demande aux hommes qui habitent cette planète de s’unir et de se mobiliser pour relever « le défi urgent de sauvegarder notre maison commune » et, pour cela, de « sortir de la spirale d’autodestruction dans laquelle nous nous enfonçons ». À travers une approche intégrale, le texte souligne les multiples dangers qui s’accumulent sur la nature et l’environnement.

 

Il souligne que le développement des sciences a donné aux hommes « un terrible pouvoir » : « Jamais l’humanité n’a eu autant de pouvoir sur elle-même et rien ne garantit qu’elle s’en servira toujours bien, surtout si l’on considère la manière dont elle est en train de l’utiliser. Il suffit de se souvenir des bombes atomiques lancées en plein XXe siècle, (…) sans oublier qu’aujourd’hui la guerre possède des instruments toujours plus mortifères. » 

 

Ainsi, parmi les menaces qui pèsent sur « notre terre opprimée et dévastée », François dénonce tout particulièrement « la guerre qui produit toujours de graves dommages à l’environnement ». Il souligne que « les risques deviennent gigantesques quand on pense aux armes nucléaires ainsi qu’aux armes biologiques ». Il cite alors Jean-Paul II qui, dans son message pour la Journée mondiale de la paix 1990, affirmait : « Malgré l’interdiction par des accords internationaux de la guerre chimique et biologique, en réalité la recherche continue dans les laboratoires pour développer de nouvelles armes offensives capables d’altérer les équilibres naturels. »

 

L’évêque  de Rome consacre un paragraphe entier à la Charte de la Terre. Ce document est une déclaration internationale qui entend affirmer les valeurs et les principes fondamentaux pour construire un monde juste, durable et pacifique au XXIe siècle. Le texte final a été approuvé dans les locaux de l’UNESCO à Paris en mars 2000. Parmi ces insistances, cette Charte énonçe ces recommandations qui rejoignent très précisément le sujet de l’encyclique :

 

«  - Démilitariser les systèmes de sécurité nationale, les amener à une position défensive non provocatrice et convertir les ressources militaires à des projets pacifiques, notamment à la restauration écologique.

 

 - Éliminer les armes nucléaires, biologiques et toxiques, ainsi que toutes autres armes de destruction massive. «

 

 Malheureusement, François se trouve obligé de reconnaître que les terriens n’ont pas été capables de relever ces défis. La Charte de la Terre, écrit-il, « nous invitait tous à tourner le dos à une étape d’autodestruction et à prendre un nouveau départ, mais nous n’avons pas encore développé une conscience universelle qui le rende possible ».

 

Lors de la Conférence des États parties chargée d’examiner le Traité de non prolifération des armes nucléaires (TNP) qui s’est tenue à New York du 27 avril au 22 mai 2015, l’archevêque Bernadito Auza, le représentant du Saint Siège auprès des Nations Unies, a fait une critique sévère de la politique menée par les États dotés de l’arme nucléaire. « L’échec à mettre en œuvre de bonne foi les obligations contenues dans le TNP constitue une réelle menace pour la survie de l’humanité. » Soulignant que la question de la sécurité nationale revient souvent dans les discussions portant sur les armes nucléaires, l’archevêque s’interroge en ces termes :  « N’est-il pas urgent de  revisiter de manière transparente la définition faite par les États, spécialement par les États dotés de l’arme nucléaire, de leur sécurité nationale ? » Enfin, Bernadito Auza souligne que « l’absence de mesures concrètes et efficaces en faveur du désarmement nucléaire conduira tôt ou tard à de réels risques de prolifération nucléaire ».

 

Il convient de noter qu’en mettant en avant la notion de « sécurité nationale », le représentant du Vatican interpelle chaque nation et non pas la communauté internationale. C’est donc à chaque Église nationale des États nucléaires qu’il revient de prendre leur responsabilité. Soit elles continuent à s’accommoder de la préméditation d’un crime contre la terre et l’humanité en ne dénonçant pas la dissuasion nucléaire comme étant moralement inacceptable et écologiquement intolérable, soit elles décident d’assumer leur responsabilité en exigeant – en toute laïcité, comme organisation de la société civile - le désarmement nucléaire unilatéral de leur pays.

 

L’Église de France est donc directement concernée.

 

* Philosophe et écrivain.

Lauréat 2013 du Prix international de la fondation indienne Jamnalal Bajaj

pour la promotion des valeurs gandhiennes.

www.jean-marie-muller.fr

 

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.