Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 08:01

 

D’ALGER à OUED FODDA,  le 8 mars 2014

 

VOS NOMS SONT GRAVES SUR LES PAUMES DE MES MAINS (ISAIE 49 )

 

Les panneaux routiers nous indiquent que nous approchons de CHLEF, l’ancienne ORLEANSVILLE. Comme je comprends qu’au moment de l’indépendance en 1962, le peuple algérien ait voulu effacer les noms des villes et villages qu’avait imposés  l’administration colonisatrice.

En effet, durant la guerre d’Algérie, la petite ville que nous dénommions (LAMARTINE), ne s’appelle plus ainsi. Elle a retrouvé son nom originel : (KARIMIA).

Je suis peiné et heureux en même temps de chercher et trouver, grâce au jeu des cartes Michelin, l’ancienne et la nouvelle, ces noms chargés du poids de notre histoire et ceux, nouvellement porteurs de nos aspirations et de nos espérances. Ne sont-ils pas désormais des signes du respect d’une civilisation et de la recherche de la véritable libération et identité d’un peuple ? 

 

Au moment où nous quittons la station service de TIBERKANINE , où nous avons fait halte afin de remplir le réservoir de la voiture, Monsieur Sid ALI le chauffeur du taxi nous dit : «  Pendant que nous buvions le café, je me suis fait expliquer par des gens de la région avec qui j’ai causé, quel chemin il nous faut prendre pour parvenir au barrage de l’OUED-FODDA, là où vous espérez retrouver vos amis de 1960. Il nous faut bien traverser la petite ville de KARIMIA, elle n’est plus guère loin … Tenez … Est-ce que ce ne serait pas ces habitations que nous voyons ? 

Je réponds : «  Oui, Oui. Voilà l’endroit où nous avions cantonnés en août 1960 … là sous ces eucalyptus … là le long de cette rivière OUED-FODDA, qui descend du barrage appelé aussi barrage du STEEG … Oh, comme cette eau coule encore ! 

 

Quelle émotion se met à travailler mon être profond !

C’est là en effet que j’avais beaucoup « miséré », c’est sous ces eucalyptus que j’avais mûri la manière et la façon qu’il me faudrait employer pour affronter mon capitaine et oser lui dire ma réprobation à propos de ce qui s’était passé dans l’opération d’où nous revenions.

J’avais écrit alors sur un carnet ce que nous vivions d’éprouvant, ce dont nous parlions avec les copains, nos réactions et aussi ce que je pensais et essayais de faire. J’ai conservé tous ces carnets, gardiens et révélateurs de ce que nous découvrions. Quelle lutte nous avions entreprise, afin de ne pas nous laisser « déglinguer » et démolir. Combien de fois chacun de nous s’était retrouvé à certains moments isolé et seul. Et cela, malgré les belles amitiés vécues et réalisées entre copains, au sein du groupe d’amis que nous formions dans la compagnie. Souvent, tout seul, en face de ma conscience.

Pourquoi qu’à deux, trois ou quatre, nous ne nous étions pas dit : « Avec ce qui vient de se passer, il nous faut en conscience rendre nos armes et nos bagages … ? 

Pourquoi ne sommes nous pas allés jusque là ? Pourquoi n’avons-nous pas pu le faire ?

 

Nous traversons KARIMIA et nous ne tardons pas à emprunter une route escarpée que je reconnais bien. Etablie dans les années de la construction du barrage en 1932, au flanc d’une montagne stable, cette route est toujours la même. C’est celle-là que nous empruntions avec nos G.M.C. en 1960 pour partir et revenir d’opérations dans le djebel. Elle est toujours aussi bien entretenue. Accessibilité au barrage hydro électrique oblige.

 

Un panneau : « Barrage de l’OUED-FODDA » apparait puis peu de temps après, encore un avec la même indication. Nous sommes vraiment sur la bonne route. Nous n’allons pas tarder de parvenir en cet endroit où rien ne semble avoir bougé d’un centimètre. Mais peut-être que des choses ont bougé mais qu’elles ne le paraissent pas dans l’immédiat. Ce seront probablement mes amis dont la situation aura bougé. De toute façon, je devrai garder, ancré en moi, l’attitude de Madame  Germaine TILLION, qui, lorsqu’elle réalisait en 1937 ses travaux d’ethnologue dans les AURES, disait à propos des CHAOUIAS qu’elle rencontrait : «  Je veille à ne pas leur faire dire ce que je voudrais bien qu’ils me disent, mais qu’il disent, ce que réellement ils ont à dire et veulent me dire » Mais peut-être que je ne retrouverai pas mes amis, parce que leur place aura changé.

 

100

Ça y est, la guérite du gardien du barrage est en vue, sur le même petit promontoire où elle se trouvait en 1960. Je n’ai pas à préparer ce que je vais dire, ça vient tout seul. Je grimpe les marches d’escaliers qui me mettent en présence d’un homme en armes … Au moment où je lui explique en présence de mes trois amis Claude, Nelly et Bernard et du chauffeur de taxi Sid ALI : «Bonjour Monsieur, j’étais soldat de l’armée française ici en 1960. J’étais devenu ami avec Monsieur Mohammed   H. , je sais qu’il est mort en 1984 … »

Je m’apprête à lui demander s’il peut m’aider à rencontrer le fils de Monsieur Mohammed   H. qui travaille au barrage : Abdelkader, lorsque les hommes qui viennent de s’adjoindre au gardien me répondent et me font comprendre qu’il n’y a plus ici au village du barrage de gens qui portent le nom de famille   H.  et me disent «  Il faut redescendre à KARIMIA pour trouver quelqu’un qui s’appelle du nom de  H. … » Tout cela me décontenance …  ça me surprend qu’avec la grande famille que Monsieur H. a fondé, il n’y ait plus personne de leur famille qui réside ici. En fait, je suis en train de faire une erreur d’investigation dans ma recherche … Il n’y a peut-être plus personne qui porte le nom de famille de H. mais il y a probablement issus de la famille H. qui portent un autre nom. En effet, les filles de Monsieur H se sont mariées, elles ont mis au monde des enfants. Cela serait bien surprenant qu’il n’y ait pas quelques uns des petits-enfants de Monsieur Mohamed H qui habitent ici …

101.JPG

Justement,  je suis en train d’expliquer pour la 4ème ou 5ème fois à des jeunes qui viennent de s’adjoindre aux hommes qui entourent le gardien , que j’ai été soldat ici il y a 54 ans … que j’avais lié amitié avec un homme père d’une grande famille qui habitait là et dont le nom est Monsieur H. … quand, voilà qu’un jeune d’une vingtaine d’années se met à sourire en entendant ce que je balbutie …

Il nous regarde, il a compris et il nous dit «  Venez avec moi, on va descendre au bas du village … »

Et  je me mets à dire les prénoms des enfants de Monsieur Mohamed H. , Abdelkader, Fatima, Yasmina … Parvenus très vite au bas du village, le sourire du jeune homme s’épanouit davantage encore sur son visage puis sur le mien, le nôtre, quand je redis les prénoms de Fatima, Yasmina. En effet, ce jeune homme me dit «  Voilà le mari de Fatima ! » C’est monsieur B. je comprends qu’il n’y a plus de gens qui portent le nom de Monsieur Mohamed H. mais il y a des gens de sa famille qui habitent là : ce sont les familles de ses filles, et ses filles elles-mêmes.

Je demande alors : « Et Fatima, est-ce que je pourrais la saluer ?» Le jeune homme me répond « Justement, la voilà qui arrive.»

Quelle joie et quel bonheur de nous saluer avec Fatima, Yasmina, Alia, avec leurs maris, leurs enfants et petits-enfants.

 

102

103

 

En un court laps de temps, beaucoup de gens de la famille de Monsieur Mohamed H. se sont rassemblés autour de nous. Une merveilleuse fête de retrouvailles se réalise il y a plus de cinquante ans que nous ne nous étions pas revus. Et nous nous nous souvenions de nos prénoms ! Cela n’avait pas bougé. Je repensais à la parole du prophète Isaïe, (49) : «  pour que mon salut atteigne aux extrémités de la terre. Cieux, criez de joie ! Terre, jubile ! Moi, je ne t’oublierai jamais. Je t’ai gravé sur les paumes de mes mains, je t’ai caché dans l’ombre de ma main. «  Isaïe (49) 2, 6, 13, 16.

Il y avait quelque  chose dans nos regards et sur les traits de nos visages, qui n’avait pas changé, qui était resté et qui nous habitait.

Oh, le bonheur de nous retrouver !

Quels moments de fraternité étaient suscités entre-nous.

C’est alors que je leur redis «  Votre Papa m’avait dit, ici tu es loin de ton Père, je suis comme ton Père, tu es comme mon Fils »

Cinquante ans après qu’elles aient été dites, ce sont ces paroles fondatrices qui nous font  nous rencontrer et nous regarder en frères et sœurs, avec vous Fatima, Yasmina, Alia, vos maris, vos enfants et petits-enfants.

Je sentais comment Claude, Nelly et Bernard, mes compagnons de voyage, étaient associés à cette fraternité. Ils avaient tant fait pour que nos retrouvailles aboutissent.

Nous expérimentions que ces paroles étaient vraies, une fois encore «  Le Verbe se faisait chair »

 

Cinquante ans après qu’elles soient sorties de la bouche de leur Père et qu’elles aient été ramassées par eux les enfants et par moi, ces paroles qui fondaient notre relation d’amitié et de fraternité, n’avaient pas bougé d’un iota.

Ni les années, ni les distances, ni la guerre que nous avions faite, subie, traversée, n’avaient  donné un seul coup de ciseau à ce qui nous reliait.

Pendant près d’une heure, nous sommes là à nous exprimer notre émotion et notre joie les uns aux autres.

Nous nous prenons à témoins les uns en présence des autres et nous reconnaissons ce qui nous relie les uns avec les autres aussi  intensément depuis tant d’années, et qui ressurgit en plein midi de ce jour.

 

C’est alors que, demandant des nouvelles de leur plus jeune frère Abdelkader, ses trois sœurs me répondent : «  Abdelkader est mort ! C’était durant ces années qu’on ne veut plus revoir … Les années noires de 1990 à 2000. C’est durant cette décennie terrible qu’a été déchirée la vie des moines de TIBHIRINE, celle de Pierre CLAVERIE et son chauffeur Mohammed et de combien d’autres, 150 000, 200 000 qui sont morts. Les noms de tous ces gens ne sont-ils pas écrits dans les paumes des mains de quelqu’un comme l’est le nom d’Abdelkader. Je veux y adjoindre le nom de Jean-Marie BUISSET, l’ami des Ardennes tué le 29 mai 1959, celui de l’homme de l’Oued EL ARDJEM tué dans l’embuscade que nous avions montée et le nom de l’enfant que j’avais enterré … Sa mère ne l’ayant peut-être jamais retrouvé.

La famille de mes amis, comme beaucoup d’autres familles, avait été déchiquetée en raison de questions de pouvoir, d’argent et de violence.

En 1960, l’attitude, l’accueil et les paroles de leur Papa et grand-père m’avaient ouvert les yeux et le cœur et fait entrer en objection de conscience.

Nous avions essayé de faire obstacle à la guerre.

Dans les années 1990-2000, ils avaient maintenu leur lutte afin de pouvoir vivre.

Qu’est ce que j’aurais  voulu connaitre ce qui s’était passé, mais ça ne se demande pas comme ça, il faut de longs partages afin de pouvoir commencer à y parvenir.

Peut-être qu’un jour ils me partageront ce qui leur a ôté leur frère Abdelkader.

Et voilà que nous sommes interpellés à la table préparée, pendant que nous causions.

Ainsi les filles et les petites-filles de Monsieur Mohamed H. ont préparé pour Nelly, Bernard, Claude et moi un repas chaud, du lapin, des légumes et du couscous : » Asseyez-vous … Vous allez manger ! « La fraternité qui nous relie se célèbre  et se fête par le repas de l’hospitalité »

 

 104.JPG

Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 20:48

04-19 Mars 2014

 

Une fois encore, en m’émerveillant, j’ai envie de dire : « d’où ça vient cette possibilité d’être partis en camps volants sur nos chemins d’humanité, comme nous venons de le faire en allant en ALGERIE avec Claude, Nelly et Bernard, guidés par leur fils Luc du 04 au 19 mars 2014 ? !  D’où ça vient et pourquoi faire ? »

Luc nous avait dit : «  En raison de mon travail à FLORENCE et à TOULOUSE, je ne pourrai pas faire le voyage avec vous, mais quand vous arriverez à l’aéroport HOUARI BOUMEDIENE à ALGER, il y aura Sana, une amie qui vous attendra… Elle vous conduira chez Saïd et Aziza, ses beaux parents… Ensuite elle vous emmènera à la maison diocésaine d’Alger au 22 chemin d’Hydra à EL BIAR… Et  quand vous arriverez par le train à ORAN, il y aura aussi mes amis qui vous attendront et vous conduiront… Vous allez être marqués par l’accueil des Algériens, et par la manière dont ils vont vous recevoir. »

A la façon dont Luc allait continuer de nous guider, nous sentions que lui, Luc, fait partie de ce peuple Algérien… Il est des leurs… Un de ceux qui avec eux, cherchent un chemin de libération pour tout le monde. Ses parents, Nelly et Bernard sont humblement heureux de leur fils. Son oncle Claude et moi, leur exprimions de temps en temps, qu’ils pouvaient l’être. C’est ainsi qu’un pont s’établit entre les deux peuples Algérien et Français, de chaque coté des deux rives de la MEDITERANEE… C’est par des liens comme ceux-ci, que nous entreprenons une culture de la non violence qui empêche la guerre.


Durant ces 15 jours, notre voyage en Algérie a été de cette teneur, touchant à la fraternité. Nous n’allons pas pouvoir tout vous raconter. Vous vous en doutez.

Je vais essayer de vous partager ce qui fut pour moi, et pour nous, tout le long de notre chemin, comme des sources de vie, dans le champ labouré de violence et de guerre, qu’est l’ALGERIE !!!


Trois points de repères, lieux-sources vont nous attirer plus que d’autres. Je vais vous raconter mes émotions, mes impressions et mes réactions et engagements.

Je les unirai à ceux de Claude, Nelly et Bernard. Ce sera particulièrement quand nous allons nous trouver :

A Oued FODDA : dans la région de CHELEF, en plein djebel ou ouarsenis, où j’avais connu et lié amitié avec un homme, Mohamed et sa famille, pendant la guerre en 1960… Est-ce que nous allions pouvoir les retrouver 53 ans après ?

A TIBHIRINE : où ont vécu jusqu'au 26-27 mars 1996, et reposent maintenant  les sept moines, qui ont « donné leur vie pour Dieu et pour l’ALGERIE ». Allions-nous pouvoir nous y rendre ? Nous comptions beaucoup sur « les jardiniers » de ce lieu, « où les Hommes et les Dieux » se rencontrent, parce qu’ils sont désarmés.

A ORAN : c’est là que nous pensions le plus facilement parvenir, mais là aussi, c’était avec l’espérance  que nous trouverions « des Algériens par alliance », et qu’à cette alliance nous serions conviés, et que nous pourrions trouver nourriture. Etonnant comment le souffle de Pierre CLAVERIE et Mohamed nous y attendait. Dix huit ans après leur assassinat, leur esprit est plus que jamais créateur d’humanité.


A mon retour de Bethléem, en juin 2013, j’avais senti que j’aurais toujours à intensifier la prise de conscience, qu’il est urgent de résister, au sein de la part d’humanité, qui est mienne, qui est nôtre et que c’est par moi, par nous, qu’il me faut, qu’il nous faut commencer. Entrer en résistance contre tout ce qui n’est pas juste, et qui abîme les êtres que nous sommes. Pour avancer vers ce but, la nécessité germe de « la terre des hommes » et nous pousse à entrevoir et promouvoir tout ce qui peut nous désarmer et démunir de nos violences, les uns en présence des autres.


Comme des milliers et des milliers d’hommes de ma génération en France, nous sommes allés faire la guerre en ALGERIE, il y a maintenant un peu plus de 50 ans. Afin de « pacifier » et de « maintenir l’ordre », le pouvoir de vie et de mort que l’on nous avait alors attaché sur le dos, n’avait jamais été pour moi, un titre de gloire et d’honneur, mais un poids écrasant tout, les autres et nous-mêmes, une charge dont il fallait nous défaire et nous démunir.

Je me souviens avoir senti en 1959 dans l’immédiat où je débarquais pour la première fois en tenue de camouflé, à la CASBAH d’ALGER, portant une arme, combien j’avais à me démunir et me déligoter de ce pouvoir odieux qui nous collait à la peau. Pouvoir qui consistait à décréter qu’un tel était suspect, complice du F.L.N.  donc ennemi, et que je devais le saisir, le prendre, l’enlever, contribuer à le faire disparaitre… Il m’avait fallu beaucoup de temps pour commencer à devenir objecteur de conscience.


Aujourd’hui, en partant en ALGERIE, j’y allais avec mes amis Claude, Nelly et Bernard, confiants qu’il y avait là bas, des gens qui veulent et aspirent de tout leur être, à la paix. Ils habitent des endroits dans les villes et les Djebels, dont ils ont fait de véritables lieux-sources de la non-violence. Ils sont hommes et femmes de bonne volonté qui nous apprendraient à nous défaire de nos préjugés et de nos violences, et sur quels chemins de justice et de droit, nous aurions à nous engager pour continuer à devenir des créateurs et artisans de paix.

SALAM ALEIKUM.

 

 

Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 11:04

Mardi 4 mars, Lulu est parti avec des amis en Algérie pour une quinzaine de jours.  Nous recevons des nouvelles ce jour :

 

Lundi 10 mars,

jardin thibirine2

 

jardin-thibirine.JPG

 

Nous venons d'arriver dans le jardin de TIBHIRINE: Claude, Bernard , Nelly et moi. Nous sommes accueillis par Jean -Marie Lassausse et Patrick Morvan. Nous sommes très touchés par quelque chose qui est comme une grâce: le souffle d'action non violente qui a animé les sept moines de Notre Dame de l'Atlas, travaillle en nous au plus profond de nos êtres. Nous laissons entrer en nous cette parole de Léon Etienne DUVAL: " la seule violence qui puisse sauver le monde , c'est la violence de l'amour fraternel."Nous sommes heureux de vous offrir tout cela . " A la revoyotte

Lulu

 

Voici les mots que nous souhaitons partager aves vous tous qui êtes dans nos coeurs à cet instant exceptionnel. Merci de faire apparaitre ces mots sur le blog. Nelly et les autres

 

Photos empruntées au blog de Anne et Hubert qui ont vécu presque 2 ans à Tibhirine en 2012 et 2013

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.