Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 09:21

Dampierre le 28 octobre 2016

 

« LES ANES, VOUS VERREZ, C'EST UNE VERITABLE MEDIATION » ( Jean et Michou)

 

Quelle belle journée nous sommes en train de vivre avec mes amis de la Savoie : Jean et Bernadette. Ils sont venus fêter auprès de moi à Dampierre les 90 ans de Jean, avec leur fille Laure et ses deux enfants Nathan et Erin.

 

Je suis allé chercher mes amis ce matin à Ranchot, à l'hôtel « Le Galoubin » où ils ont dormi cette nuit. Surprise pour les enfants, je suis venu avec les ânes Gamin et Rameau, afin de revenir en ballade avec eux à Dampierre par le chemin de halage le long du canal du Rhône au Rhin.

 

Par petites étapes nous accomplissons ce trajet que je réalise si souvent avec des enfants au pas des ânes. Laure saisit et permet de graver de manière inoubliable au profond de nos êtres, ces moments de fraternité en prenant de nombreuses photos. Avec beaucoup de doigté, elle prend le temps de nous aider à ne pas passer à côté de tant de merveilles sans les voir. Jean le grand-père, en marchant d'un pas lent et mesuré, garde tous ces temps forts dans son cœur de contemplatif. Il saura les partager à son épouse Bernadette qui fait chauffer la soupe à Dampierre, préparée avec les légumes du jardin bio d'Adrien et Guenièvre. Bernadette nous attend elle aussi de tout son cœur.

Les ânes sont une véritable médiation
Les ânes sont une véritable médiation
Les ânes sont une véritable médiation

Comme elle est belle l'ambiance des 90 ans de Jean que nous sommes en train de fêter de cette humble manière. Nous n'arrêtons pas de nous émerveiller tout le long du chemin devant le fait que les deux ânes Gamin et Rameau apprivoisent les enfants Nathan et Erin. Et nous disons en citant Jean et Michou : » Nous le voyons … Les ânes, c'est une véritable médiation » C'est inouï ce qu'ils vont permettre, rendre possible, faciliter. En longeant ce beau cours d'eau qu'est le Doubs, et particulièrement en passant devant l'abri préhistorique de l'époque du magdalénien, nous disons en riant « Ah ! Si Michel et Andrée étaient là pour placer à leur juste endroit et moment, ces traits de notre histoire et de notre géographie ! »

 

Le soleil, dont je suis allé guetter très tôt le lever ce matin, a du mal à nous apparaître, c'est pourquoi nous disons aussi en riant :

« Ah ! Si Alain et Danielle étaient là pour nous traduire avec passion et espérance, qu'il n'y a que messire soleil pour assurer de manière non-violente l'énergie à laquelle notre humanité aspire. Il n'y a que lui le soleil, qui puisse trouver et offrir « la place au soleil », à laquelle justement a droit tout petit enfant de notre humanité.

 

Vous êtes là tous les amis, logeant au profond de nos cœurs, avec vos enfants et petits-enfants, vous qui nous avez offert vos ânes Nénette, Mona, Martin et Prunelle, solidement bâtés, en ce merveilleux jour du 29 juillet 1981, au pied du grand relais de Foncine le Haut. Quel don étonnant vous nous avez fait afin de chercher et trouver humblement l'attitude pédagogique si utile et nécessaire dans nos cheminements avec les enfants des Loisirs Populaires de Dole, avec ceux de l'école Jean Bosco et des écoles des villages traversés maintes fois.

 

 Il y a un peu plus de deux heures que nous avons quitté Ranchot. Nous arrivons à Dampierre au moment où l'Angélus de midi sonne au clocher du village. Bernadette nous accueille les bras grands ouverts et toute souriante.

Les ânes sont une véritable médiation
Les ânes sont une véritable médiation
Les ânes sont une véritable médiation

Bien sûr, qu'en mettant les ânes pâturer sur le petit terrain communal qui jouxte l'église, nous regardons avec considération le petit Ginkgo Biloba. Nous l'avons planté le 9 janvier de cette année. Ses feuilles commencent à jaunir. Elles ne tarderont pas à nous faire dire de lui qu'il est lui aussi, comme ses ancêtres « un arbre aux mille écus d'or » Le regard de Nathan est attiré aussi par ce qui est gravé sur le petit écriteau planté au pied de l'arbre. Je l'invite à lire tout fort pour que nous entendions tous, ses grands-parents, sa maman, sa petite sœur et moi, le texte que les amis de notre groupe ADN du MAN ont fait écrire sur ce petit panneau.

Les ânes sont une véritable médiation

J'explique qu'avec un nombre important d'amis, de parents et grands-parents, tous remplis d'amour pour leurs enfants, petits-enfants et tous les autres membres de notre humanité, nous avons planté ce petit Ginkgo, le 9 janvier, à l'orée de l'année 2016 sur un terrain communal. Monsieur le Maire et des membres du conseil municipal étaient présents. C'est sur ce terrain, vieux cimetière, que je venais m'amuser avec mes frères et sœurs, jouer à la cachette avec mes copains et copines d'école et voisins, quand j'étais enfant. Nous avons planté ce petit arbre pour signifier et dire à ceux qui malmènent le monde violemment, d'arrêter de le conduire à la catastrophe. Nous continuons de nous adresser aux gens que nous avons élus et délégués politiquement pour être nos représentants, qu'il faut tout de suite en France arrêter de nous faire fabriquer et trafiquer des armes et particulièrement les armes nucléaires. Elles ne peuvent pas nous défendre, mais au contraire elles nous font sombrer dans un gouffre sans fond. Elles font tomber notre humanité dans l'abîme. Nous ne voulons plus laisser abîmer notre humanité.

 

Nous avons vécu une fête sympathique et en même temps très grave, quand nous avons voulu inaugurer de manière officielle la plantation de ce petit arbre. Nous avons choisi le 6 août, jour anniversaire de l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima. Ce sont les mains d'enfants et de leurs parents, nos mains qui ont planté le petit arbre. Ce sont des enfants qui ont dévoilé la plaque d'inauguration. Il y avait ces jours-là une petite brise qui soufflait. Nous étions dans le souffle de la petite fille Espérance dont parle Charles Péguy. Elle nous dit que l'humanité a des capacités inouïes. Nous pouvons nous arrêter de nous casser la figure les uns aux autres et commencer de nous envisager, si nous nous laissons accompagner et travailler par le souffle de cette humble, forte petite fille Espérance.

 

Au moment où nous sommes en train de nous dire cela, la petite fille Erin donne une pomme et une poire à chacun des deux petits ânes … et nous entendons la voix de la mamie Bernadette qui nous dit depuis la fenêtre de la maison : « La soupe est prête ! »

 

Nous venons dîner, savourer le repas de midi à la table que Bernadette nous a préparée. Je suis heureux de raconter en montrant les photos des moines de Tibhirine, comment à Midelt, entre les deux Atlas marocains, nous avons fait le jus de pommes avec une quinzaine d'amis jurassiens. En même temps, nous avons ramassé dans nos sacs à dos et rapporté dans le profond de nos cœurs, une profusion de graines de non-violence. En écoutant le frère Jean-Pierre, survivant de Tibhirine, nous avons emmagasiné au profond de nous, le sens que peut avoir le fait de traverser de grandes épreuves, d'en sortir et d'en être survivants.

 

Un peu avant de prendre le dessert, Erin 6 ans, demande à sa maman si elle peut sortir de table et aller caresser et brosser le dos des ânes, particulièrement celui de l'âne Rameau qu'elle a trouvé très doux et très calme à son égard. Erin a aimé tenir la longe de l'âne Rameau en marchant à ses côtés. Il y a une belle relation qui s'est établie entre Erin et cet âne. Elle veut lui exprimer sa reconnaissance d'enfant en lui donnant une récompense ainsi qu'à l'âne Gamin, car lui aussi a été un très bon âne en les portant sur son dos chacun à leur tour, elle et son frère Nathan. Comme il faisait bon sur un dos d'âne.

 

Une à une, tout le fond du cageot de poires que j'avais ramassé l'autre jour au verger va disparaître dans la bouche des ânes, grâce à l'agilité de la main d'Erin. Nous rions beaucoup Laure et moi, en découvrant le cageot vide. Nous comprenons encore un peu mieux, que si les enfants aiment partir marcher avec les ânes, les ânes eux aussi apprécient de sortir de leur pâture, afin d'aller fouiner ça et là en compagnie des enfants. Comme Jean et Michou avaient raison quand ils nous disaient à propos des ânes, en nous les offrant pour les enfants, il y a 35 ans : « Vous verrez, les ânes, c'est une véritable médiation ! »

 

Pendant un moment nous quittons la table, Jean, Laure et moi pour retrouver les enfants auprès des ânes tout à côté du petit Ginkgo Biloba. Nous entrons encore un petit peu plus dans tout ce qui se passe de merveilleux sur ce terrain communal.

Les ânes sont une véritable médiation

Nathan se dirige vers moi. J'ai l'intuition qu'il a quelque chose d'important à me dire. Il a dû entendre et il a gardé en lui que ma maison a brûlé il y a quelques mois. Il regarde le petit Ginkgo Biloba, puis il s'adresse à moi et me dit : « Autour de ta maison maintenant, il faudrait planter plein de petits arbres comme celui-là pour te protéger de la bombe atomique. »

 

Je dis à Nathan : « Ça me touche au fond de mon cœur ce que tu me dis là, Nathan. Je vais écrire sur mon cahier ce que tu viens de dire, pour que tes paroles ne soient pas perdues. Je vais les recueillir. Elles sont pour moi toutes ressemblantes aux perles de la rosée du matin. Elles me donnent beaucoup de fraîcheur et de douceur. En les gardant écrites sur mon cahier, elles resteront gravées pour toujours dans mon cœur. Elles continueront à me faire voir ce que mes yeux d'adulte ont du mal de maintenir et de garder à voir, et qui est si important pour notre humanité. »

 

Je contiens les pleurs d'émotion qui essaient de sourdre de mes yeux. Une impression très forte est en train de m'envahir. Elle est assez semblable à celle qu'a ressenti Antoine de Saint Saint-Exupéry, quand il a vu lui apparaître le Petit Prince dans le désert du Sahara, et qu'il l'a entendu lui dire : « S'il vous plaît, dessine-moi un mouton … » La douceur et le respect protecteur du Petit Prince que j'ai en face de moi dans la personne de Nathan me tire du fond de ma misère et de ma détresse d'homme. Je me sors de l'enfouissement provoqué par les violences qui nous accablent en ce moment. Nathan est en train de me dire lui aussi en ce moment, à sa manière de Petit Prince : « S'il vous plaît, dessine-moi un mouton qui dure longtemps. » Il me dit, il nous dit, en union avec tous les enfants du monde : « Dessinez-nous, faites-nous les plans d'une terre des hommes. Suscitez-nous une société où les relations sont pétries et constituées de douceur et de vérité entre nous tous… et non pas, de profit, d'abus et d'exploitation. Nous les enfants de la terre, nous vous supplions d'arrêter de faire tomber la terre dans l’abîme. »

 

Après avoir ramassé les paroles de Nathan sur mon cahier je lui dis : « Il y a très longtemps, les gens de mon village de Dampierre, ont eu la sagesse de planter un Ginkgo Biloba. Pour l'aider à pousser, ils l'ont entouré d'autres arbres, particulièrement de deux arbres qui poussent très haut, un cèdre du Liban et un Séquoia d'Amérique. Une fois encore, le Ginkgo Biloba n'a pas pris ombrage de la puissance des autres arbres. Au contraire, il leur a permis de devenir ce qu'ils sont appelés à être, de merveilleusement pousser pour la joie de nos yeux et la respiration de nos poumons. Et lui-même a continué de nous donner à chaque automne, un petit morceau de son manteau de résistance. En effet, les gens qui viennent à la mairie, à la poste, à la maison de retraite ou encore faire leur marché le dimanche matin, sont charmés par l'arbre aux mille écus d'or. Ils ramassent ses feuilles et en les remportant chez eux, ils comprennent, nous comprenons tous, qu'à la ressemblance de cet arbre, il nous faut résister par la non-violence, aux agressions qui nous sont faites. Avec de plus en plus d'amis, nous plantons dans nos cœurs, des graines de non-violence et nous les faisons pousser. Nous nous poussons pour faire de la place aux autres. Pendant que vous les enfants, vous allez chercher vos copains qui sont restés tous seuls au fond de la cour ou à l'autre bout de la classe, pendant que vous les invitez à jouer avec vous, vous leur faite de la place. Pendant ce temps-là, nous qui pensons être devenus des adultes, nous faisons de la place dans nos cœurs et dans nos maisons à ceux qui n'en ont plus ou qui n'en ont jamais eue, par exemple aux migrants, aux gens sans domicile, sans travail, isolés et seuls. Nous résistons à la violence. Comme le Ginkgo a fait il y a 150 millions d'années, lorsque les dinosaures ont disparu, lui a tenu, en résistant aux violences qui tombaient sur la terre.

 

De même à Hiroshima quand la bombe atomique a tout détruit la cité en tuant plus de 145 000 personnes, l'arbre Ginkgo Biloba a résisté. Il est devenu un survivant. Il a été témoin des désastres que provoquent la violence des armes et de la guerre, et particulièrement de l'horreur que répand sur la terre des hommes, la menace, le risque et l'éclatement de la bombe atomique. Le Ginkgo Biloba nous dit : « Plus jamais ça ! Arrêtez de fabriquer ces armes et de vous en menacer et de vous tuer. Vous êtes capables de tout autre chose. »

Les ânes sont une véritable médiation

Nathan m'écoutait. Il me dit : 

« C'est beau ce que tu dis Lulu ! « 

Lucien : « J'ai l'impression que c'est toi Nathan, c'est vous les enfants de notre humanité qui nous dites cela, qui nous interpellez nous les adultes, dans nos capacités d'agir tout autrement que ce que nous faisons en ce moment. »

Nathan : « Oui, car les gens qui fabriquent les bombes, ils peuvent se détruire avec. C'est beau qu'ils résistent. »

Lucien : « Notre manière de résister, c'est d'empêcher d'en faire à nouveau. »

Nathan : « Ils ont raison, mais ils ont tort. Ils ont raison, car ils risquent de mourir, c'est pour ça qu'ils en fabriquent. »

Lucien : « Ils ont peur » 

Nathan : « Mais ils ont tort, car si ils n'arrêtent pas d'en fabriquer, ça va tout détruire la planète »

 

Cet enfant me faisait grand bien, j'avais véritablement l'impression que c'était lui et tous les enfants de notre humanité qu'il représente lui et sa petite sœur, qui me faisaient dire ce que j'essayais de balbutier. C'était eux qui créaient et émettaient ces mots d'espérance. Ils me faisaient voir et dire l'essentiel que mes yeux d'adulte ne voyaient plus. Une fois encore « Le verbe venait se loger dans la chair de notre humanité »

 

Et comme pour nous communiquer une part de la petite espérance qui l'habitait, Bernadette me dit :

Bernadette : « Il y a une rue à Annecy qui est toute bordée de Ginkgo Biloba de chaque côté. »

 

Jean le grand-père et Laure la maman nous avaient rejoints. Lorsque l'on est parents, grands-parents, on se réjouit que nos enfants rencontrent quelqu'un d'autre, qui avec nous, reconnaît les trésors de fraternité universelle qui sont dans l'être de nos enfants. Au moment où ils arrivent près de nous, Nathan et moi, nous leur faisons part de notre échange. Je leur dis mon émerveillement.

Laure : « Oui, la rue d'Annecy dont parle Bernadette, ma maman, c'est la rue Henri Bordeaux »

Jean : « Les arbres ont été plantés il y a une quarantaine d'années »

Lucien : « Déjà des gens de votre cité veillaient à ce que l'on n’abîme pas notre humanité. »

Nathan : « Tu aimes écrire, toi Lulu »

Lucien : « Oui, pour que, ce qui est semé et planté dans nos cœurs et qui apparaît et s'exprime comme aujourd'hui, je voudrais que le monde entier le reçoive. Ça nous pousse les uns vers les autres.

Vous êtes venus vers moi aujourd'hui. Quel cadeau d'anniversaire vous êtes en train de me faire pour les 90 ans de Jean votre grand-père chers Erin et Nathan. Ça nous pousse les uns vers les autres pour que nous battissions la paix. En écrivant et en mettant sur le blog « lulu en camp volant » ce que nous nous offrons, ce sera semé et planté dans d'autres jardins intérieurs et communaux. Tu m'as dit Nathan que c'était beau ce que je disais. Je crois bien que c'est toi Nathan et ta petite sœur Erin et tous les enfants de la terre, qui êtes en train de « faire advenir en notre chair le Verbe de vie » (1 Jean 1, 1-4 )

Partager cet article

Repost 0
Published by luluencampvolant - dans ginkgo biloba Non-violence ânes
commenter cet article

commentaires

Patricia 25/11/2016 21:15

Merci Lulu pour ces mots...
Oui, les ânes, c'est une véritable médiation... Merci à ses amis qui ont offert le beau et gentil Martin qui a permis à de nombreux enfants à la colo de Noël-Cerneux de vivre de beaux moments en sa compagnie, et qui m'a fait rencontrer de très belles personnes également et vivre des moments très forts..
Elle est belle aussi la parole des enfants...
Merci Lulu pour tout ça, à bientôt j'espère,
bien à toi,
Patou.

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Où est LULU ?

Aujourd'hui, Lulu réside dans son village natal de Dampierre dans le Jura.

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.

Coup de projecteur

arton610-3e2d0 

Institut de recherche sur la Résoution

Non-Violente des Conflits

 

photo-2015--9-janvier2.jpg

Clic sur les icônes