Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 10:38
"Fraternité, je ne sais pas comment" (Jeannot)

Dampierre, le 20 janvier 2021

 

« FRATERNITÉ, JE NE SAIS PAS COMMENT » (Jeannot)

 

Quel grand bien ça a fait, à beaucoup de monde, quand la neige s’est mise à tomber, dans la nuit du samedi à dimanche. Nous avons eu l’impression qu’une sorte de repos était offert à la Terre notre Mère. Des connections et communications allaient pouvoir se réaliser entre nous tous. C’était comme un cadeau que la nature nous donnait afin de ne pas nous laisser casser les uns les autres en nous recroquevillant sur nous-mêmes. Les gestes barrières auxquels nous sommes astreints en ce temps de pandémie sont appelés à être effectués pour nous protéger contre le Covid 19, mais ne doivent pas nous séparer les uns des autres.

 

UN BEL OUVRAGE DE DÉBLAIEMENT PAR UNE ÉQUIPE D’AMIS

Jeannot est venu passer une semaine de congés à Dampierre. Nous sommes heureux du travail de déblaiement réalisé à l’endroit de la maison où sa chambre sera aménagée. C’est un bel ouvrage accompli sur l’initiative d’Alphonse et de Marc, avec la coopération de Pierre, Laurent, Joël et lui Jeannot. Benjamin qui est passé nous voir est en grande estime de l’œuvre accomplie. Désormais il pourra entreprendre la toiture. Nous nous racontons aussi combien la joie est grande dans la famille du petit Eliott, qui est en train de bien se sortir des conséquences du coup de pied de cheval qu’il avait reçu il y a un mois.

 

UNE BELLE GRANDE LETTRE À TOUS LES MEMBRES DE L’HUMANITÉ

Je montre à Jeannot la belle grande lettre que le pape François vient de nous envoyer à nous tous les membres de l’Humanité. Elle est là dans le livre que je tiens dans mes mains. François nous écrit cette lettre afin que nous ayons le souci de créer des ponts entre nous tous. Il revient souvent là-dessus dans ses messages.
Lucien : Est-ce que tu avais déjà entendu parler de cette lettre du pape François, contenue dans ce livre ?
Jeannot : J’ai bien vu le livre sur la table de la cuisine... mais j’ai pas fait le rapprochement...
Lucien : Tu avais vu le livre du pape François. Tu n’avais pas pensé que cette lettre est adressée à toi comme à tout le monde. « FRATELLI TUTTI » sont les premiers mots de cette lettre. Ce sont ces mots-là que François d’Assise avait entendu, de la bouche de sa maman quand celle-ci formait le comportement de ses enfants les uns à l’égard des autres. C’était fort probablement ces deux mots-là qu’elle employait aussi quand les gamins du quartier venaient jouer dans la cour de leur maison avec ses enfants et qu’il leur arrivait de se disputer et de se battre entre eux : « ne vous chamaillez pas... ne prenez pas toute la place... laissez les autres passer avant vous...
Allons... comme le dit Jésus, vous êtes tous frères ! »

 

FRANÇOIS D’ASSISE PARLAIT AU OISEAUX ET AU LOUP DE GUBBIO

Jeannot est à l’écoute de ce que contient cette lettre du pape François. Je lui dis :
Lucien : Tu connais la vie de Saint François d’Assise ?
Jeannot : Pas tellement... je sais qu’il parlait avec les oiseaux....
Lucien : Passionné que tu es par la lecture du Petit Prince, tu as apprivoisé une fleur... et elle t’a apprivoisé ton amie Béatrice... Vous vous êtes mariés... Tu as apprivoisé aussi le renard... Il t’a apprivoisé...
Jeannot : Oui c’est vrai...
Lucien : François d’Assise à apprivoisé le loup du village de GUBBIO, pas très loin d’Assise...
Jeannot : Quand je fais comme ça devant les oiseaux « Toui.... Toui... Toui... » et que je leur mets des miettes de pain, ils viennent à ma fenêtre...
Lucien : tu ressembles à Saint François...
Le Pape François comme François d’Assise et comme Jésus, nous font découvrir que nous sommes tous reliés et dépendants les uns des autres... C’est vital... Mais nous n’avons pas toujours conscience... voilà cette lettre... elle t’est adressée comme à moi... elle est dans ce livre.
Là, dans ce livre, FRATELLI TUTTI, le Pape François parle avec toi Jeannot... avec moi... avec nous tous... avec François d’Assise et ses nombreux amis, avec Jésus et tous les membres de l’Humanité, avec toutes celles et ceux que nous portons dans nos cœurs, avec ceux qui n’y sont pas encore, déjà nous sommes tous frères... FRATELLI TUTTI...

 

JEANNOT A ÉTÉ APPRIVOISÉ PAR GABY, MADELEINE, ODILE... ET LUI AUSSI NOUS APPRIVOISE

Jeannot saisit le livre « FRATELLI TUTTI » et en commence la lecture puisque le Pape François s’adresse à lui Jeannot. Je continue à écrire ce qui va sans doute continuer à jaillir entre nous.
Jeannot lit «  FRATELLI TUTTI » écrivait Saint François d’Assise ». Oh ! Saint François d’Assise ! C’est la maison où Gaby Bourgeois est en retraite à Lons Le Saunier.
Lucien : Gaby a une grande place dans ton cœur ! Avec la Sœur Madeleine et Odile ils ont fait un beau travail d’équipe éducative auprès de tes camarades et de toi.
Jeannot : il a été mon professeur éducateur... il aimait forger le fer… Il était relié au fer...
Lucien : c’est vrai qu’il aimait nous parler du fer. Il apprivoisait le fer et le fer l’apprivoisait. Il nous apprenait à forger le fer. J’entends encore le bruit très particulier que vous faisiez avec le marteau que vous teniez dans vos mains, quand vous marteliez le fer sur l’enclume, dans la forge du sous-sol de l’école Jean Bosco.
Gaby était très fier de vous. Combien de gens ont reçu de vous une œuvre sortie du travail de vos mains, un dessous de plat, une lampe de chevet...
Jeannot: c’est pour ça que Gaby est parti en retraite dans la maison François d’Assise à Lons le Saunier !!
Lucien : ça revient souvent dans ta bouche ces mots : « créer des liens... apprivoiser... relier les uns aux autres… »
Nous sourions Jeannot et moi. 


C’EST UN SACRÉ BOULOT DE REPRENDRE TOUT CE QUE LE PAPE A ÉCRIT

Jeannot a repris la lecture de la lettre qui lui est adressée par le Pape François... Puis il me dit :
Jeannot : c’est un sacré boulot de tout reprendre ce qu’écrit le Pape. C’est vrai que je le faisais avant avec le livre du Petit Prince et aussi avec l’Agenda de la JOC. Il y avait des paroles que je reprenais... Je les envoyais à la Béatrice.
Lucien : Béatrice est devenue ta femme... le jour où vous vous êtes mariés afin de fêter votre amour vous vous êtes beaucoup référés aux paroles du Petit Prince : «  l’essentiel...
Jeannot : l’essentiel est invisible pour les yeux... on ne voit bien qu’avec le cœur...
Lucien : pour toi le livre du Petit Prince c’est un peu, beaucoup comme une lettre que l’auteur du livre, Antoine de Saint Exupéry, adresse à toi...
Jeannot : je suis à fond dedans... quand avec la Béatrice on était parti en voyage en Tunisie on t’avait appelé. Je t’avais dit : « ici on est à mille miles de toute terre habitée... »
Lucien : et il y a ton petit camion décoré avec les motifs du Petit Prince.
Jeannot : Quand je suis parti avec vous à Midelt près des frères de TIBHIRINE au Maroc, j’ai emporté les dessins que la Béatrice avait fait pour les donner au frère Jean-Pierre SHUMACHER. C’étaient les dessins que la Béatrice avait faits du Petit Prince...
Lucien : C’était en septembre 2016. Et dans cette lette FRATELLI TUTTI qui t’est adressée, le pape François cite lui aussi le Petit Prince. Il dit : « Une terre sera féconde, un peuple portera du fruit et sera en mesure de générer l’avenir... dans la mesure où il crée des liens d’intégration entre les générations... » (F.T.53)

 

COMME SI ON EXTRAIT DANS UNE CARRIÈRE
La lente et profonde avancée dans la lecture de FRATELLI TUTTI réalisée par Jeannot lui fait penser à sa lecture d’autres livres. Entrer en lecture est une véritable entrée en carrière d’extraction de cailloux, de trouvailles de pierres toutes aussi précieuses les unes que les autres.

 

LES CAILLOUX DE LA DOULONNE

Je repense bien sûr à notre découverte des cailloux de la Doulonne en forêt de Chaux avec les ados de la petite équipe de JOC de la rue des Commards, lorsque Claude âgé de 13 ans avait dit « les cailloux de la Doulonne, c’est comme les hommes... »

 

L’ÉDIFICATION AU BOUQUILLON

Cette lecture de la lettre de FRATELLI TUTTI avec Jean-Luc me renvoie au moment féerique où nous remettions debout la ferme du BOUQUILLON avec les enfants et jeunes de la cité de Saint Germain. Nous apportions les belles pierres que nous trouvions à Joseph le maçon. Tout allait bien. Mais à un moment il n’y eut plus de belles pierres plates dans la carrière. Nous disions alors à Joseph : « il n’y a plus que des pierres biscornues. » Le merveilleux  maçon qu’il était nous dit : « apportez les pierres biscornues. Elles ont leur place dans la construction du mur au même titre que les autres. » Joseph redisait la parole du psaume 117 : « la pierre rejetée des bâtisseurs est devenue pierre d’angle... »
Joseph nous avait beaucoup impressionné par ses paroles d’artisan maçon de la maison du BOUQUILLON. Toutes les pierres avaient leur place et leur importance. Dans la construction de l’Humanité, le maçon de la maison-église nous interpelle à reconnaître, chercher et trouver une place à chaque être humain, à trouver un sens à la vie de FRATELLI TUTTI, que nous sommes tous.

 

LA SOLIDARITÉ DE GABY MAIRE A LA VEILLE DE L’ENTRÉE EN VIGUEUR DU TIAN
Grâce à ta venue Jeannot, grâce au travail que nous avons fait dans l’aménagement de la maison de Dampierre avec Alphonse, Marc, Pierre, Laurent, Joël et toi, j’ai retrouvé entre autres trésors qui étaient enfouis sous les décombres, la lettre que Gaby Maire m’envoyait le 29 juin 1972 afin d’exprimer sa solidarité et celle des M.P.C.D.M. dans le fait que Toto Bonjour et moi nous avions renvoyé nos livrets militaires afin de protester contre les essais nucléaires de la France dans l’océan Pacifique. Et dans deux jours Jeannot nous allons avec les gens qui ont reçu le prix Nobel de la Paix en 2017 d’ I.C.A.N. et d’ A.D.N. manifester à Dijon pour populariser que le T.I.A.N. entre en vigueur ce 22 janvier 2021 à travers le monde entier.

Lucien Converset

 

I.C.A.N. : Campagne Internationale pour l’Abolition des armes Nucléaires
A.D.N. : Actions pour le Désarmement Nucléaire
T.I.A.N. : Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires


 

Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 09:51
L'arbre aux mille écus à Dampierre en automne et en hiver
L'arbre aux mille écus à Dampierre en automne et en hiver

L'arbre aux mille écus à Dampierre en automne et en hiver

ADN 2021

VŒUX DU PRESIDENT

 

Chers amis d’ADN

 

« Tenir les uns aux autres » comme le font les petites branches du grand arbre qui est sur la place du village ou du quartier de notre ville. Voilà des souhaits de bonne année.

Voilà les miens.

Dans le grand arbre qu’est notre humanité il y a des branches qui ont pris des coups. Ça se comprend qu’elles aient du mal à se manifester.

 

Cependant la sève continue de couler, d’aller de l’une à l’autre branche que nous sommes. La sève nous tient en cohésion les uns avec les autres. Elle nous permet de résister ensemble et d’empêcher que des violences s’institutionnalisent.

C’est tout l’arbre qui est blessé.

C’est toute l’humanité qui souffre.

 

Ainsi nous continuons d’apprendre qu’une part importante de notre budget commun est dirigée dans la fabrication, le commerce et le transport d’armements de plus en plus dangereux, vers des pays affamés. Des millions de gens y meurent de ne pas avoir d’accès à un morceau de terre, à un travail qui permette de construire un toit pour sa famille : Les 3 T : terre - travail – toit.

 

Pour enrayer le coronavirus, nous nous soumettons à des gestes et des temps de confinement – barrières. Et si cela nous faisait chercher et trouver le temps, en ce début d’année, d’aller souhaiter une bonne année à notre Maire, aux membres du conseil municipal et de notre commune, en demandant instamment que le président de notre république signe le TIAN. Ce traité créé entre en vigueur dans les jours qui viennent1 . Ainsi nous travaillerons à sauver tout principe d’humanité.

 

Il est un autre fait qui doit nous toucher et nous faire réagir. Nous payons très cher la recherche du « soldat augmenté ». Ce n’est pas sa solde que l’on augmentera. C’est que des implants seraient inclus dans le corps et le psychisme de jeunes hommes et de jeunes filles. Ils seraient ainsi « sans peur et sans reproche » devant ceux qui sont décrétés ennemis et terroristes. Certainement que nous n’accepterions pas que de telles opérations se réalisent dans l’être des enfants que nous avons mis au monde. Et sur les enfants des autres, nous l’accepterions ? En faisant de nos enfants des «soldats augmentés » ne ferions-nous pas de nous tous une humanité diminuée ?

 

Des amis du groupe d’action non-violente de Dijon sont traduits le 12 février 2021 à 14h30 devant le tribunal de Dion parce qu’ils ont franchi les portes du sanctuaire nucléaire de Valduc où nous sommes allés manifester entre le 6 et le 9 août 2019 et 2020. Comment allons-nous nous organiser afin de signifier notre solidarité à l’engagement de ces militants ?

 

N’est-ce pas une sacrée belle année dans laquelle nous voilà engagés ?
 

 

PS : Aujourd'hui, 1er lundi du mois, jour de jeûne et de réflexion pour le désarmement nucléaire pour les membres et amis du groupe ADN. 

Repost0
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 13:52

Chers amis, 


Joie de me sentir en lien avec vous, et d’avoir été interpellé par les membres de l’association « Amis de Gaby Maire », d’essayer de travailler chaque jour d’ici le 23 décembre, une lettre Echos de Vitoria et de chercher une parole forte de Gaby, nous préparant à la venue de Jésus dans notre vie personnelle, relationnelle et intergénérationnelle. La réalisation qu’un enfant, le Prince de la Paix nous est donné, cela nous aide à voir comment changer, transformer nos comportements à la manière et dans le sillage de Gaby, nous préparer à nous laisser rencontrer par Jésus à Noël. Je trouve passionnant de relire les Echos de Vitória, un chaque jour, ça fait du bien, il y a de la sève de l’Evangile ! Heureux de vous la partager avec vous ! 

En Avent avec Gaby !

Lulu
 

Les phrases que j'ai relevées ces 2 premiers jours :

1) Nous européens, nous avons autant à recevoir qu'à donner !

2) "Quand le pauvre cherche le pauvre, déjà commence notre libération. "

Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 16:58

Message de Lulu : 

Au sujet de la page FB
Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 08:01

Dampierre le 16 juillet 2020


QU’EST-CE QUI VA NOUS ÊTRE ANNONCÉ ?


L’Angélus vient de sonner et en même temps le téléphone sonne aussi. C’est Régina qui est au bout du fil.

Régina vient de reprendre son travail aux ateliers de l’ESAT d’Arbois. Elle est encore très éprouvée par les conséquences de l’accident de vélo qu’elle a eu il y a un peu plus d’un mois.


Régina : J’ai eu 7 points de suture entre les gencives et les lèvres... Je n’ai plus de dents. Heureusement qu’il y a Dominique mon compagnon.
Lucien : Et tu as repris le travail ?
Régina : Oui ! Hier !
Lucien : Tu es très courageuse.
Régina : Quand c’est qu’on fera « la percée du jus de pommes ?
Lucien : J’espère qu’on pourra la faire cette année à Dampierre.
Régina : Bruno, qui te donne bien le bonjour me demande : Quand c’est qu’on va à Dampierre dans la maison de Lulu ? »
Lucien : Je suis très touché de ce que tu me dis. Parce que justement avec Jeannot nous continuons d’aménager la maison pour que nous puissions nous retrouver... faire un jus de pommes... une ballade au pas des ânes.
Régina : Oui, tu es revenu dans ta maison ?
Lucien : Oui et avec Jeannot, on fait tout pour qu’on puisse un jour se retrouver avec vous... On nettoie aussi la maison pour refaire une chambre à Jeannot...


Un petit moment de silence s’établit entre nous... Je sens Régina pensive et voulant exprimer une des questions habitent son être... et qu’elle est heureuse de faire sortir d’elle-même... pour nous l’offrir... Il faut que le moment vienne... je crois qu’il est venu...
Régina : Est-ce que quand on sera au ciel on aura chacun une chambre ? Je voudrais bien mon confort quand on sera au ciel !

 

Pour Régina et pour beaucoup de nos amis qui sont au foyer depuis leur jeunesse parfois depuis leur prime enfance, la question d’accéder à une chambre dans le foyer où ils sont placés est une question récurrente. C’est tellement fondamental pour tout être humain de pouvoir loger sa personne dans un endroit de la Terre que la société lui reconnaît bien à lui. Son intimité y sera protégée. De cet enracinement nous pourrons nous embrancher avec les autres. Pour Régina, le Paradis qu’elle espère est dans le prolongement de ce qu’elle aura connu de beau sur la Terre. Après avoir été si longtemps de foyer en foyer, qu’est-ce qu’elle a été heureuse d’accéder à une chambre, puis à un logement.


Régina : (née le 1er février 1966) Est-ce que là-haut on fête les anniversaires ?
Ce n’est pas tellement à moi que Régina demande de répondre aux questions qu’elle est en train de poser. C’est beaucoup à elle-même qu’elle pose ces questions.
La façon dont elle me les offre et dont je les reçois, silencieusement, lui donne réponse.
Elle pose une 3ème question mais il y’a la réponse qui s’y ajoute immédiatement : En effet Régina dit de manière affirmative :
Régina : Au ciel il y aura même la fête de Noël.
Lucien : J’ai l’impression Régina que c’est au Bon Dieu que tu poses ces questions... Tu me donnes la joie de les entendre... C’est une belle prière que tu as commencée. Je trouve très beau ton acte de foi-confiance en Dieu notre Père..

Je sens une profonde joie habiter l’être de Régina. Elle dit comme si on était au campement du Frasnois il y a 15 ans... Elle donne au temps... teneur d’éternité...
Régina : Attends... J’allume mon petit feu... Stéphane me dit : «  Oh Régina, pourquoi tu as le nez noir... parce que j’ai embrassé mon petit feu...


Lucien : Je vais bientôt voir Rachel. Avec elle et son ami Yohann nous allons bientôt camper au Frasnois...
Régina : Tu lui donneras le bonjour... Et puis son papa... il va comment ? Il marche ?
Lucien : Oh si tu voyais comme il marche !
Régina : J’ai prié le Bon Dieu pour qu’il marche... J’ai l’impression que le Bon Dieu me parle...


Et voilà Régina partie à laisser travailler en elle la présence de ce Dieu qui lui parle. Elle dit en nous emmenant près de Jésus, quand il était sur la croix... puis dans la tombe... Je me laisse embarquer... Elle dit :
Régina : C’était pas une religieuse qui avait des longs cheveux, qui pleurait sur la tombe parce qu’elle voulait qu’il ressuscite... ? C’était pas Elisabeth qu’elle s’appelait... ?
Lucien : C’était Marie-Madeleine.
Régina : Elle pleurait...
         

Et Régina poursuit son engagement de pensée, en faisant surgir en elle les évocations... Elle dit :
Régina : Ah oui...Elisabeth c’est la cousine de Marie... elle était tombée enceinte... Est-ce que c’est la cousine qui a accouché la première.
Lucien : Oui, c’est d’abord la cousine Elisabeth qui a accouché de Jean-Baptiste...
Régina : Et Jésus est né le 25 décembre... Parce que Marie était enceinte de Joseph... Marie a dit à Joseph... « J’attends un enfant de toi »
         

Régina dans la façon de me raconter la conception de Jésus accueille que nous nous situions en chercheurs de l’Evangile... Elle va accueillir que je lui dise « l’extraordinaire » de cette naissance de Jésus.
Lucien : Marie est tombée enceinte du Saint Esprit, de la force d’aimer de Dieu. Jésus est fils de Dieu. Et moi j’accueille de la part de Régina « l’ordinaire » de cette naissance.
Jésus est bien enfant de notre Humanité, enfant de la Vierge Marie, femme de chez nous... et... il est fils de Dieu.

 

« L’ordinaire » et « l’extraordinaire » sont entremêlés. D’ailleurs pour chacun des humains que nous sommes, est-ce que ces deux mouvements ordinaire et extraordinaire de l’enfantement, ne se sont pas emmêlés pour que nous venions au monde ?!
Régina :...Qui avait mis enceinte la Vierge Marie...? Je ne me rappelais plus... Ah oui... C’est l’Esprit Saint qui a mis enceinte la Vierge Marie... Elle a accouché dans une étable et tous les apôtres sont venus lui rendre visite... et il y avait des anges... c’est pour ça qu’on chante : « Les anges dans nos campagnes » chantent « il est né le divin enfant... il est ressuscité... »

 

Une fois encore je me laisse toucher par ce fait que ce sont les petits et les pauvres qui nous évangélisent. Comme les grands mystiques Régina emmêle la naissance de Jésus et sa résurrection... Bethléem, la grotte entrouverte et Jérusalem le tombeau ouvert.


Lucien Converset

Régina préparant le feu lors des campements au Frasnois en 2006.

Régina préparant le feu lors des campements au Frasnois en 2006.

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 13:40

Chaque 1er lundi du mois, le groupe ADN, Association franc-comtoise pour le Désarmement Nucléaire unilatéral de la France, se réunit à Dampierre autour de Lulu, président de l'association. Si à cause du confinement, le groupe ne peut pas se retrouver ce lundi, certains de ses membres jeûnent et continuent de réfléchir et d'agir chacun à sa manière. 

La dernière lettre de Lulu peut aider à la réflexion. 

Pour illustrer cette page, voici un chant "combien de route" en anglais, sous titré, mis en ligne ce dimanche 3 mai, et enregistré par 70 chanteurs et musiciens du monde entier...

Combien de temps les canons tireront-ils, avant d'être bannis à jamais ?

Dampierre le 1er mai 2020

 

« J’AI MAL AUX ENTRAILLES »

(Paroles de la Terre à ses enfants)

 

Ce sont les paroles de notre Mère la Terre que j’ai entendues, en ce matin du 1er mai, au même moment où sonnait l’Angélus au clocher de mon village.

Quelques-uns des enfants de Dieu que nous sommes tous, balbutiaient à la Sainte Vierge les paroles de l’Ange : « Vous êtes bénie entre toutes les femmes... Jésus le fruit de vos entrailles est béni... »

Et voilà qu’en même temps, j’entendais, alors que la cloche continuait à tintinnabuler : « J’ai mal aux entrailles... »

 

C’était le cri de la Terre qui nous disait : « Mes enfants, j’ai mal aux entrailles... depuis que vous avez recommencé les essais nucléaires la semaine dernière, en plein confinement... Pensez-vous que c’est ainsi que vous allez barrer la route au coronavirus. Or, vous vous étiez engagés à ne jamais les refaire en signant le T.N.P. (Traité de Non-Prolifération). Vous aviez arrêté le vacarme et les hurlements des mirages dans le ciel. Enfin j’avais trouvé un peu de repos. Et voilà que vous venez de recommencer !

Vous me rétorquez que ce sont « des essais simulés » que vous venez d’accomplir. Je vous réponds qu’ils n’en sont pas moins « la préméditation d’un crime contre l’Humanité, contre moi votre mère, et contre tous mes enfants, dont vous... »

 

La cloche de l’Angélus allait bientôt s’arrêter. Durant les derniers tintements... j’entendais : «... Le Verbe s’est fait chair... » Et pourquoi donc ? «... pour que de notre chair blessée jaillisse une parole qui nous libère... »

Oh ce que ça me faisait du bien de nous entendre dire que sur nos chemins de douleur durant ce confinement, la petite fille Espérance avait semé des petites graines qui commençaient à germer, à pousser... Des gens, beaucoup de gens avaient inventé, suscité des actes de solidarité... ils avaient ouvert des chemins de liberté... et pas rien que pour quelques privilégiés... Mais pour tout le monde... à commencer par les plus éprouvés... les réprouvés... les oubliés... les damnés... les condamnés...

 

Le silence s’était installé... C’est rigolo... la Terre continuait à me parler... comme une mère à son enfant... Elle me disait : « Tu as du temps devant toi... Prends le pour lire et laisser entrer dans ta chair, dans ta peau, dans ta « compreniotte » ce que les prophètes de ce temps ont su ramasser de la vie des « petites gens »... Ils sont « grandes gens » C’est dans leur vie que se loge la parole de Dieu »

 

Je passai une grande partie de la journée à continuer comme dans un tissage à lancer la navette du téléphone, où à la recevoir... afin de continuer en ce temps de confinement à créer des liens et à en maintenir avec beaucoup...

 

Entre ces appels et ces réceptions de coups de téléphone, j’ai pu lire sous la plume de Christiane RANCE, dans sa chronique du journal La Croix, la bouleversante histoire de NIKITA et VASSILI que TOLSTOÏ raconte dans son livre « MAITRE et SERVITEUR ». VASSILI le maitre, aura vécu une vraie vie, sa vie aura pris du sens au seul moment où il donnera sa vie pour sauver celle de son serviteur NIKITA dont il a fait son ami. »

J’ai un petit peu plus compris que même si je ne suis pas détenteur de beaucoup de capitaux, cependant est ce que je ne joue pas au « maître » dans un domaine où dans un autre ? Pour que ça change sur la planète, je pourrais arrêter de considérer les autres comme mes serviteurs et mettre le tablier autour de mes reins !

 

J’ai aimé relire quelques morceaux de l’histoire de la vie de Boris CYRULNIK... Comment chaque fois où un événement risquait de lui couper le souffle ou lui jouer un mauvais tour, il se solidarisait avec d’autres personnes menacées elles aussi. Ils entraient en résistance... Ils devenaient résilients : « sans doute quand la pandémie sera maîtrisée, nous réfléchirons. Nous discuterons pour savoir comment construire une nouvelle forme de vivre ensemble... A ma naissance, peu avant la seconde guerre mondiale, il n’y avait pas de sécurité sociale ni de système de retraite... Mais après chaque crise il y a des changements culturels... »

 

Puis je me suis demandé où notre ami le pape François va chercher les trésors de sagesse qu’il nous offre chaque fois qu’il endosse une part des événements qui nous tombent dessus. Comme disait le poète latin TERENCE à propos d’un bienfaiteur de l’Humanité, nous pouvons dire de François que « rien de ce qui est humain ne lui est étranger »

En ce premier mai le pape François s’adressait aux frères et sœurs des mouvements et organisations populaires. Avec quel respect et délicatesse je l’ai entendu dire que c’est « dans les périphéries oubliées que résident de véritables poètes sociaux. Je sais que c’est vous qui apportez des solutions dignes aux problèmes les plus graves de ceux qui sont exclus... Vous n’êtes pas reconnus comme il se doit. Dans ce système vous êtes véritablement invisibles. Mais vous revendiquez vos droits au lieu de vous résigner. Vous retroussez vos manches pour le bien commun... votre attitude m’aide, m’interroge et m’apprends beaucoup... »

 

J’ai beaucoup apprécié tout ce qui s’est manifesté de souffle de Justice en cette fête du 1er mai.

Ça m’a fait sortir du confinement, considérer le bien commun, envisager ceux qu’on ne voit pas, les considérer dans leur dignité, empêcher l’arrivée des rapaces et des vautours.

Qu’est-ce que j’étais heureux de percevoir dès avant le déconfinement que des chemins s’ouvraient à nous tous pour empêcher que notre Mère la Terre ait mal à ses entrailles, et qu’elle puisse continuer à nous enfanter.

 

Lulu

Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 08:12

Dampierre, le 25 avril 2020,

 

 

« VOUS AVEZ DE LA CHANCE D’AVOIR DES CURES COMME MARCEL, BERNARD, JOSEPH... »

 

C’est à l’automne 1956 que Marcel BLONDEAU arrive curé dans notre village de Dampierre. Marcel forme équipe avec Bernard BOISSON et ses parents Xavier et Marthe BOISSON. Pendant sept ans Marcel et Bernard font équipe avec Joseph MELCOT qui est curé à Fraisans depuis quelques années.

Nous avons déjà été beaucoup aidés dans notre découverte de la vie dans le sillage de l’évangile de Jésus, par Charles CUBY curé de Fraisans de 1947 à 1953, et Alexandre BOURGEOIS curé de Dampierre de 1947 à 1956.

 

 

ÉQUIPE DE PRÊTRES ET MOUVEMENTS D’ACTION CATHOLIQUE

 

1956 est l’année où je termine les huit années que j’ai réalisées et passées au Petit Séminaire de Vaux sur Poligny.

Je vais entrer au grand séminaire de Montciel, à Lons le Saunier, en ce même automne avec les amis : Maurice BOISSON, Claude DUCHESNEAU, Luc PERRODIN, Bernard BOUSSAUD, LOUIS BLANC, Jean LUX, Jean CRINQUAND, Maurice VERMOT, Philippe GUENELEY.

Souvent mes amis me diront ; « Tu as de la chance d’avoir comme curés : Marcel BLONDEAU et l’équipe qu’ils forment ensemble avec Bernard et Joseph »

 

Nous savions que ces prêtres aimaient les gens, suscitaient des équipes de mouvements d’Action Catholique : J.A.C., JOC (Jeunesse Agricole Chrétienne, Jeunesse Ouvrière Chrétienne) et M.F.R. (Mouvement Familial Rural) qui deviendra C.M.R. (Chrétiens en Monde Rural).

Nous savions que ces prêtres passaient beaucoup de temps à être à l’écoute des enfants et des jeunes, pas rien qu’au catéchisme, mais aussi au patronage et sur le terrain de foot. C’est le curé Joseph MELCOT qui offrira son sifflet d’arbitre au jeune Michel VAUTROT sur le stade de foot de Fraisans. Le monde entier a su un jour ce que ce gamin de Dampierre avait fait de ce sifflet d’arbitre.

Nos amis prêtres savaient travailler et faire équipe éducative avec les instituteurs, institutrices de nos villages, ainsi qu’avec les animatrices et animateurs de nos clubs culturels de théâtre et autres associations. Ils osaient aussi aller à l’encontre et à l’inverse du courant colonialiste qui empestait la France entière et nous embarquait nous jeunes qui avions 20 ans, à partir soldats pendant 28 mois afin de maintenir l’Algérie Française... Chacun à leur manière et en communauté, ces trois prêtres comme beaucoup d’autres en France et ailleurs, mettaient leurs mains dans le cambouis : « Les saints allaient en enfer » écrivait Gilbert CESBRON, des prêtres et des religieuses expérimentaient ce qu’était la condition ouvrière.

Joseph réparait des mobylettes et voitures dans le garage BIDAULT, Marcel et Bernard allaient aider aux champs ou aux écuries, enlever le fumier, traire les vaches, avaler la poussière à la batteuse... quand un paysan ou sa femme étaient malades. Marcel accompagnait à l’hôpital les personnes qui tombaient malades. Avec plusieurs de ces personnes, des liens de fraternité avaient été créés de manière très profonde. Certains de ces gens étaient « libres penseurs... communistes... »

 

Dans chacune de nos familles arrivaient parfois des drames, des disparitions. Dans ma famille nous avons vécu la disparition de ma sœur Christiane. Qui étaient là avec nos parents et les gens du village pour partir à sa recherche ? Marcel et Bernard et Joseph...

Quand quelqu’un du PC ou des libres penseurs mourait, Marcel allait à l’enterrement civil. Marcel disait : « C’est l’amitié qui m’appelle ».

A quelqu’un qui lui reprochait sa présence de curé en soutane derrière le cercueil de Léon G., dont le cortège funèbre était précédé du drapeau rouge du P.C. et de celui de la libre pensée, Marcel avait répondu : « Vous êtes amis de Léon me dites-vous ?

Pourquoi vous ne vous laisseriez pas appeler par l’amitié qui vous relie à Léon ? »

L’amitié et la fraternité s’étaient mises à beaucoup plus se faufiler entre nous tous.

Nous vivions aussi avec eux et grâce à eux, Marcel, Bernard, Joseph, de beaux moments de fête... les fêtes de la Terre... suscitées par la JAC (devenant MRJC, Mouvement Rural des Jeunes Chrétiens). Et à la cure, la belle cave voûtée était devenue salle de spectacle pour le théâtre réalisé par une équipe animatrice en liens avec le couple d’instituteurs laïcs.

 

 

UNE PLACE POUR TOUTE PERSONNE DE PASSAGE

 

Dans cette même cure il y avait une place pour toute personne de passage, qui était sans domicile et n’avait pas de quoi manger. Dans ma famille, chez nous, c’était pareil. Il y avait une place pour ces personnes à notre table. Nous étions chaque fois impressionnés par le respect de nos parents à leur égard. On écoutait un morceau de leur histoire... puis notre papa m’emmenait préparer le lit de cet homme, devenu notre hôte, dans le tas de paille, au-dessus de l’écurie des chevaux. « Étends la couverture pour ne pas que cet homme ait froid » me disait-il.

Je suis heureux d’avoir appris, grâce à mes parents, mes sœurs, mon frère et à ces prêtres, à être attentif à allier nos différences. Il y a des personnes avec qui c’est facile. Mais la vie et Dieu à travers, ne nous appellent-ils pas dans les terrains accidentés, faits de douleurs et cicatrices, dans lesquels je ne voudrais pas être, mais dans lesquels il est important que je m’approche humblement.

Quel bonheur ce fut de voir arriver cette équipe de curés dans nos villages de Dampierre, Fraisans, Evans, Salans, Courtefontaine... Ils ont aiguillé nos regards, nos manières de voir...

 

 

EN FAISANT COMME LUI, JE DEVENAIS MOI-MÊME

 

Durant les cinq ans de grand séminaire, les deux ans de la guerre d’Algérie, je vais connaître et expérimenter tout un cheminement avec Marcel, fait de découvertes et partages. Marcel était prêtre et j’étais séminariste. Nous découvrions le même Dieu en devenant ami avec Jésus. Nous apprécions la pédagogie de Jésus, sa façon de rencontrer et aimer les gens. Nous sentions que c’était dans ce sens qu’il fallait aller. Nous partagions nos découvertes. J’avais souvent envie de « faire et agir comme Marcel », mais je sentais qu’il respectait que je réalise ma propre découverte et expérience. Dans mon désir de l’imiter, je sentais que je devenais moi-même.

Il n’est pas étonnant que nous allions continuer de cheminer ensemble avec toute une grande équipe de prêtres du diocèse : Gaby MAIRE, Gil ROUX, Michel VOIRET, Michel COHENDET, Michel VANDEL, Jean-Claude BLANC, Michel DAMNON, Marc BAUDOT, Rambert FERREZ, Daniel TREUVEY, Philippe MERCIER, Raymond MERMET…. Nous retrouverons Bernard BOISSON dans l’accueil des migrants.

 

 

TU N’AS QU’À VENIR AVEC NOUS !

 

Les mouvements d’Action Catholique vont souvent être les catalyseurs de nos recherches pastorales ainsi que le service de catéchèse des personnes en difficultés.

Un jour que je me trouvais en grande difficulté et recherche, Marcel passa me voir. Presque dans l’immédiat du partage que ça n’allait pas en ce qui me concernait, Marcel me dit : « T’as qu’à venir avec nous ». C’était au printemps 1975. Marcel était curé de Foucherans avec Michel VOIRET. Et me voilà dans l’équipe avec Marcel et Michel. C’est Marcel qui avait fait ma nomination ! Gilbert notre évêque assuma l’acte nominatif avec beaucoup de respect et de délicatesse... à l’égard de Marcel et de moi-même. Nous allons vivre et rester en équipe, Marcel et moi de 1975 à 1997… 22 ans.

 

 

ANDRE SAUVAGEOT DONT NOUS AVIONS SOUVENT LA VISITE

 

Et c’est durant ce compagnonnage avec Marcel et sa maman, Madame Hélène BLONDEAU, puis Marie-Louise BICHET, sœur de Marcel que va se situer quelques-uns des moments de la vie de André SAUVAGEOT, dont nous avions souvent la visite...

Durant beaucoup d’années de sa vie André, (Dédé) n’avait pas de domicile fixe... Les cures du Jura mais aussi d’autres diocèses étaient ses lieux de refuge, ainsi que les évêchés et séminaires et les couvents ou abbayes.

Une belle amitié s’était tissée entre Dédé et le cuisinier de l’évêché : Joël, avec le diacre de la maison diocésaine : Jean et beaucoup avec l’évêque lui-même Gilbert DUCHÊNE. Aux yeux de Dédé, et ses yeux étaient d’une belle clarté et reconnaissance, l’amitié tissée avec l’évêque Gilbert était comme une consécration de toutes les autres amitiés. Marcel, sa maman, sa sœur et moi étions heureux de faire partie de ce tissage.

 

 

LA VIE DE SAINT BENOÎT LABRE... UN PSAUTIER ET UN PASSEPORT

 

Gilbert notre évêque avait offert un jour à André le livre racontant la vie de Saint Benoit LABRE. Dédé le portait dans son sac à dos. Il le lisait et consultait comme un livre de Psaumes... Avant que Dédé ne reçoive ce cadeau, peu de gens dans le département du Jura, connaissaient la vie de Saint Benoit LABRE. Quelques temps après l’offrande du cadeau, presque tout le monde dans le diocèse apprenait la bonne nouvelle, l’évangile de la vie de Saint Benoit LABRE. Dédé passait, demandait l’hospitalité. Il nous évangélisait sans que nous ne l’admettions trop. C’est pas évident quand on est prêtre de se laisser et faire évangéliser par un gars de la route.

« Les pauvres nous évangélisent » était le livre de Joseph BOUCHAUD auquel nous nous référions en ACO. De même avec le livre de Freddy KUNZ « l’ânesse de Balaam » en Amérique Latine. Le livre de la vie de Saint Benoit LABRE était devenu un peu comme un passeport dans l’esprit de Dédé et aussi dans le nôtre. C’est grâce à Dédé que j’ai connu la vie de Saint Benoit LABRE. Sûrement que Dédé m’a évangélisé et ce n’est pas toujours que je me suis laissé évangéliser par lui ainsi que par d’autres personnes dans la situation de Dédé. Or, afin de tendre à vivre l’évangile de Jésus, est-ce que la clef pour l’expérimenter, ne se trouve pas cachée dans la rencontre et la vie partagée avec les pauvres ?

 

 

PAGES DE CAHIERS RAMASSÉES SOUS LES DÉCOMBRES

 

Depuis très longtemps je me suis mis à garder des pages de cahiers où j’ai ramassé les paroles que m’ont données des personnes menant une vie éprouvée, dont l’existence est très blackboulée, remplie de bosses et de cabosses.

Souvent leurs paroles étaient vives. Elles m’ont apporté beaucoup de lumière dans la structuration de ma vie d’homme et prêtre. J’en ai beaucoup perdu dans l’incendie de notre maison familiale. Mais j’en retrouve sous les décombres. En voici justement quelques-unes venant de partages avec Dédé SAUVAGEOT. Je suis heureux de vous les offrir comme Dédé a fait avec moi.

 

 

ANDRÉ QU’EST-CE QUE SIGNIFIE VOTRE NOM SAUVAGEOT ?

 

Nous sommes à Damparis avec Marcel, sa maman Hélène et sa sœur Marie-Louise. L’accueil à la cure c’est sacré pour qui que ce soit qui passe. Nous sommes le 1er octobre 1987.

André s’est fait prendre son sac à dos, ses papiers et son argent, probablement par un autre gars de la route. Il est arrivé chez nous avec la faim au ventre. Il n’ose plus tellement circuler dans le centre de la ville de Dole depuis que Bernard s’est fait tuer il y a quelques semaines.

Nous cassons la croûte ensemble. Marie-Louise lui demande d’où il est originaire. Il nous dit : « d’Héricourt ». Elle lui dit qu’elle connaît un homme qui vend des roses et qui s’appelle comme lui « SAUVAGEOT ». Il lui dit qu’il voit bien qui c’est. Marie-Louise continue en lui demandant ce que signifie son nom « SAUVAGEOT ». Elle lui dit: « Ça veut dire Sauvage? » Je me dis en moi-même : « Comment va-t-il réagir ? » Et voici André parti à nous expliquer ce que veut dire « Sauvage ».

« Ça veut dire : rester comme on est, prendre du recul pour voir autre chose, vivre autre chose. Être sans cesse à l’écoute d’un autre monde. Je n’aime pas le capharnaüm des villes. Sauvage ça veut dire prendre un autre air. Je vais dans les villes parce que je suis obligé. Mais j’aime la campagne. Il faut continuer à créer des liens quand on a un certain âge. Pouvoir rester sans être indifférent, soi-même, tout en étant au contact de la société. Dans les siècles passés, du temps des seigneurs, les rois employaient des animaux sauvages pour envoyer des messages. Ils baguaient des oiseaux sauvages. En vérité ça veut dire qu’il n’y a aucune sauvagerie là-dedans. Eux seuls pouvaient suivre la destinée des messages. Tout animal qu’on dit « sauvage », ce n’est pas vrai.

C’est plutôt l’homme qui aurait l’instinct inconscient, plutôt que sauvage, cet homme qui détruit ces animaux, ceux qui vont à la chasse, pourquoi détruisent-ils ces animaux qui sont notre bien-être et nous aident à vivre ?

Beaucoup de saints sont restés imprégnés de ça.

 

Lulu

 

Dédé et Benoit Labre - Photo et montage Claude Chevassu

Dédé et Benoit Labre - Photo et montage Claude Chevassu

Repost0
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 12:33
Je voudrais être vétérinaire !

Dampierre le 17 avril 2020

 

« QUAND JE SERAI PLUS GRANDE, JE VOUDRAIS ÊTRE VÉTÉRINAIRE DES ANIMAUX DE LA MER... »  (Camille, bientôt 8 ans)

 

Ce sont les paroles de Camille qui va bientôt avoir 8 ans. Elle, et son jeune frère Côme, 5 ans, sont à la garde de leur tante Rachel dans leur maison familiale, sur les plateaux du Doubs. Confinement oblige. Leurs parents, personnels soignants, sont appelés à partir auprès des nombreuses personnes fragilisées dans leur être profond et en leur santé, dans leur psychisme et au cœur de leur vie relationnelle. Dure est l’épreuve du coronavirus qui plombe notre Humanité entière.

 

Camille m’a appelé ce matin au téléphone: « On voulait t’appeler Lulu parce que j’avais beaucoup aimé, il y a 2 ans, les ballades avec les ânes en forêt de Chaux avec mes cousines et mes cousins... et l’année dernière, à l’abbaye d’Acey, quand Rachel revenait de son tour du monde... Rachel nous raconte les belles histoires avec les enfants dans les campements... quand vous partiez l’été autour des lacs du Jura... je voudrais bien que tu me parles des ânes... comment ça s’est passé... quand on vous les a prêtés... puis donnés... quand ils sont devenus à vous... comment elles s’appelaient les mamans des premiers ânons ? »

 

Je suis prêt à raconter à Camille ce qu’elle est en train de me demander... Mais c’est un flot de paroles qui a besoin de sortir de sa bouche... et que je tiens à continuer d’écouter...

«... Il paraît que tu as plein de belles histoires à raconter... les grandes joies que les ânes ont donné aux enfants... les soins et les caresses que les enfants savaient donner aux ânes... parce que moi je voulais te dire que j’aime beaucoup les animaux... j’aime pas qu’on leur fasse du mal... »

 

J’essaye de commencer à répondre à ce que Camille me dit, qu’elle attend de moi au téléphone. Mais je sens qu’avant que j’intervienne, Camille a toujours des choses très importantes à me dire... et que ce n’est pas encore venu que je lui réponde. C’est là, qu’elle me dit :

«... Parce que tu vois, moi je voudrais être vétérinaire quand je serai devenue plus grande... je voudrais soigner les animaux de la mer... les poissons qui sont tout tristes parce qu’on a jeté des choses qui sont empoisonnées là où ils nagent... les oiseaux qui ne peuvent plus s’envoler dans le ciel, parce que leurs plumes, leurs ailes sont toutes collées avec les produits du pétrole que les gros bateaux rejettent dans l’eau de la mer... »

 

Là je pense que je vais pouvoir dire à Camille toute mon estime à propos de son projet et tout ce que je ressens en écoutant les paroles vibrantes et toutes remplies d’émotion qui sortent d’elle-même. Je sens certes tout un travail de conscientisation qui s’opère dans l’être de Camille, grâce aux partages que son frère et elle vivent avec leurs parents et leur tante, bien avant cette période de confinement. Pas de dramatisation ni de culpabilisation fatalisante. En écoutant Camille je comprends que je suis en présence d’une enfant dont la personnalité se développe profondément. Elle illustre pour notre joie à tous, membres de la famille et amis, ce que Madame Maria Montessori dit de chaque enfant, des nôtres et de ceux des autres : « L’enfant n’est pas un vase que nous adultes, nous serions chargés de remplir. L’enfant est une fleur dotée de senteurs, de couleurs et de capacités immenses. Nous, adultes sommes appelés à être les facilitateurs de leur éclosion et de leur fructification ».

 

En décryptant les paroles de Camille, je découvre en elle, comme dans l’être de beaucoup d’enfants et de jeunes, la recherche et le projet de réparer ce que nos courses effrénées au profit et au pouvoir ont cassé et brisé. En même temps que surgissent les paroles de la bouche de Camille, la vérité avec laquelle elles sont exprimées réalise comme une poussée d’espérance. Les semences que Camille fait pousser en son jardin intérieur sont en train de déborder dans les plates-bandes du jardin commun à toute l’Humanité. Ce que Camille réalise personnellement nous fait du bien à tous.

 

C’est alors que Camille me dit : « Pourquoi on a attendu que le coronavirus arrive pour arrêter la pollution de la Terre et de la Mer...? »

Oh Camille ! Je crois entendre la jeune fille Greta Thunberg et combien d’autres jeunes... Vous nous suppliez de changer nos comportements face à la Terre, dans l’économie, dans la gestion de ce qui est offert à toute l’Humanité des biens de la Terre. Tu as beaucoup d’espérance en l’Humanité dans la façon dont tu exprimes ta question. Nous avons l’impression en t’écoutant que durant cette période de confinement, nous sommes déjà en train de changer et transformer nos attitudes. Je le crois et fais confiance avec toi. Justement, je vais vous raconter à ton frère et à toi, comment les ânes nous ont été offerts, prêtés, puis donnés.

 

C’est vrai que c’est à moi Lucien que Jean qui avait les ânesses NENETTE et MONA a dit le soir du 29 août 1981 : « Ma famille et moi nous vous donnons nos ânesses ». Mais j’ai compris en mon cœur qu’il ne les donnait pas pour que j’en sois propriétaire, mais pour qu’avec les animateurs comme votre tante Rachel, nous rendions possible que tous les enfants qui marcheraient à leur pas, se laissent apprivoiser avec eux. Quand des fois, les enfants me disaient : « Qu’est-ce qu’ils sont gentils tes ânes Lulu !» je reprenais toujours les enfants. Je disais : « Qui c’est qui tient l’âne en ce moment ? Qui c’est qui le caresse ? Qui c’est qui marche au pas des ânes ? » Les enfants disaient : « C’est nous... » Je disais : « Les ânes sont pour vous. Les ânes sont à vous. Mais ils sont tenus et caressés par vous, afin que le campement terminé, vous prêtiez les ânes à d’autres enfants, à ceux qui vont faire un autre campement ».

 

Et les enfants étaient heureux et nous aussi les animateurs. Et on écrivait des cartes postales pour remercier Jean et sa famille de nous avoir prêté, puis donné les ânes. Et on leur racontait comment on ne gardait pas les ânes rien que pour nous. On ne jouait pas aux propriétaires.

 

Alors il y a des gens qui ont appris comment nous nous y prenions pour que les ânes soient au service de tous les enfants qui avaient des projets... Alors il y a eu d’autres gens qui nous ont donné leurs ânes pour qu’ils servent à tous.

Je trouve que ça ressemble beaucoup à ce que tu veux faire une fois devenue grande « vétérinaire pour soigner les animaux de la mer » qui sont à tout le monde.

 

Côme, Camille, cousins et amis, dites à votre tante Rachel qu’à la prochaine ballade au pas des ânes nous nous raconterons que l’âne et le bœuf qui ont soufflé sur les pieds du petit enfant Jésus quand il est né dans la grotte de Bethléem, c’étaient des animaux qui avaient été prêtés. De même l’ânon AOUI sur le dos de qui Jésus est monté pour entrer à Jérusalem le jour des Rameaux, l’ânon AOUI avait été prêté par des gens de Bethfagé.

 

C’est comme ça que le monde tourne bien. « Quand ceux qui ont des belles choses dans leurs mains, les prêtent, les donnent et les partagent... » (Actes des Apôtres 2, 44) Nous nous raconterons aussi qu’il y a eu au XIIIème siècle un homme qui a su merveilleusement se détacher de ce qu’il avait, pour le donner à ceux qui en ont le plus besoin que lui : c’est Saint François d’Assise. Il n’a pas fondé de foyer mais il a bâti une grande famille de frères et de sœurs en épousant Dame Pauvreté. Quand il traversait une rivière à pieds nus, il aimait tellement l’eau, qu’il l’appelait « Sœur eau ». Il causait avec les oiseaux. Et les oiseaux, « les uccellis » lui répondaient. C’était un véritable concert qu’ils lui offraient. Il parlait aussi avec les poissons. Déjà il voulait que l’on respecte « leurs parcours dans les sentiers des eaux »comme il est chanté au psaume 8,9, comme tu le veux en devenant vétérinaire des animaux de la mer, Camille.

Camille, le projet de François d’Assise et le tien se ressemblent beaucoup. L’un et l’autre vous voulez réparer les blessures qui sont faites aux côtes de notre mère la Terre, là où ça se touche entre la Mer et la Terre, là où poussent les arbres, où nichent les oiseaux et là ou frayent les poissons.

 

Quand Jorge BERGOGLIO a été élu pape en mars 2013, il a voulu prendre le nom de FRANCOIS. Il empruntait ce nom pour que lui-même et nous tous en Église et en Humanité, nous changions la façon d’organiser la marche du monde. Il n’a jamais arrêté de demander à Jésus du Lac de Tibériade et à François des côteaux d’Assise, de nous aider à ce que les plus riches se défassent d’une grande part de ce qu’ils ont pour que le plus pauvres trouvent leur place. Un jour il a écrit une lettre en 2015 à tous les gens de bonne volonté du monde entier. Elle commence par les mots que Saint François d’Assise utilisait pour remercier Dieu de la beauté de la Terre, de la mer, des oiseaux, des poissons « LAUDATO SI ». Il supplie les enfants de Dieu que nous sommes, de prendre conscience que nous sommes aussi fils et filles de la Terre. Elle est notre Mère. Il dit les mêmes paroles que celles que tu dis Camille à propos des oiseaux et des poissons. Un grand penseur, Edgar Morin disait, après lecture de cette lettre de François, que si on s’orientait dans le sens de ce qui y est écrit, nous pourrions sauver la Terre.

C’était en 2015.

Nous n’avons pas dû faire assez.

 

Et si nous nous remettions à lire « Laudato Si » et à en vivre. Alors en correspondance avec Jésus, François, celui d’Assise et celui de Rome, avec Edgar Morin et tous les gens de bonne volonté, si on se reliait à l’appel, à celui de Camille et à celui de tous les enfants du monde, et qu’un changement commence à s’opérer... dans nos comportements... à commencer par moi... par nous... que j’arrête, que nous arrêtions d’inventer et trouver et de nous munir de ce qui nous donne du pouvoir, de l’avoir, du savoir sur les autres - ça pourrait contribuer à ce que dans notre pays la France, nous arrêtions, non pas le travail dans nos entreprises, mais la fabrication de ce qui tue et humilie l’autre, et nous abîme nous-mêmes.

 

Lulu

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 15:27
dessin de François Pageaut, au temps des campements

dessin de François Pageaut, au temps des campements

Dampierre, le 14 avril 2020

 

« C’EST LE PETIT BROC D’EAU VENU D’AILLEURS QUI N’EST PAS TOUJOURS FACILE A TROUVER »

(Martine)

 

Avec les enfants des MESNILS PASTEUR et des cités ST GERMAIN de DOLE, chaque été nous aimions grimper dans les plateaux du JURA.

Durant nos randonnées au pas des ânes, nous marchions de chalets que nous rebâtissions, en fermes d’alpage où nous nous arrêtions afin d’abreuver nos ânes et nous restaurer nous-mêmes.

Nous avions remarqué quel esprit inventif avait habité les constructeurs de ces bâtisses merveilleuses. Ce qui nous ébahissait, c’était surtout la façon dont ils avaient résolu le problème de l’alimentation en eau de leurs fermes.

 

En effet sur ces plateaux jurassiens nous ne trouvions aucun point d’eau naturel.

Les sources se trouvaient au pied des falaises. Les toits de ces maisons étaient immenses afin de stocker dessous le fourrage et la paille durant les longs mois d’hiver. Et lorsque la saison des pluies et la fonte des neiges survenaient, à la base des toits, des chéneaux recueillaient le précieux liquide et le faisait rigoler dans une impressionnante citerne.

Cette citerne était bien enterrée. Elle gardait l’eau comme on garde un trésor. C’est qu’il en fallait de l’eau pour alimenter les vaches laitières du troupeau. Et l’été il fallait faire très attention à ce que l’eau ne vienne pas à manquer lorsque la soif tenaillait les animaux au corps.

Mais comment, par quel moyen nos mains et nos bras pouvaient bien accéder à ces lieux-réservoirs qu’étaient les citernes ? C’était la pompe, qui souvent était abritée par un petit toit protecteur, en raison de son importance, qui permettait de tirer l’eau pour la faire parvenir à l’abreuvoir.

Mais ce n’était pas forcément chaque jour que cette pompe était actionnée. En effet le troupeau était conduit de temps en temps dans un autre alpage. Alors la pompe se désamorçait.

Pour remettre la pompe en marche afin que l’eau remonte de la citerne il fallait « un petit broc d’eau venu d’ailleurs », que le berger faisait couler dans le mécanisme de l’engin. Alors seulement l’homme pouvait actionner le balancier de la pompe et l’eau apparaissait.

 

Un jour, durant un de nos campements itinérants alors que nous passions à proximité d’une ferme d’alpage, nos ânes et nous-mêmes avions soif. De loin nous avions aperçu le toit de la ferme. Les enfants et nous-mêmes nous disions : « nous allons trouver de l’eau. », puisque nous percevions un toit. Mais les fermiers et les bergers n’étaient pas là depuis plusieurs jours. Donc, la pompe de la citerne était probablement désamorcée. Parvenus aux abords de la citerne nous sentions que sous nos pieds une réserve d’eau s’offrait à nous, à condition que la pompe soit réamorcée, nous nous souvenions de ce que nous avait dit le vieux paysan de CHAUX-NEUVE : « Sur nos plateaux, si vous voulez avoir de l’eau de nos citernes, il faut toujours que vous ayez un ou deux litres d’eau dans une gourde sur le dos de vos ânes afin de réamorcer la pompe ». C’était « le petit broc d’eau venu d’ailleurs »

Nous étions en plein midi. Nous avions soif et nos ânes aussi. Oh l’émotion contenue dans l’être des enfants et en nous-mêmes animateurs, lorsque la gourde d’eau tirée du bât de l’âne fut confiée à un des enfants. Très délicatement sans en perdre une goutte, il fit dégouliner l’eau de la gourde dans le conduit de la pompe… un silence impressionnant accompagnait l’attitude de l’enfant. Aussitôt un autre des enfants se mit à actionner le bras de la pompe… à trois reprises… et l’eau sortit du goulot et vint se jeter dans l’abreuvoir… nos yeux étaient émerveillés… le museau et les narines des ânes étaient tout émoustillées…

Oh qu’elle était belle l’eau des plateaux du Jura. Rien que de la voir, déjà elle étanchait notre soif avant même que nous la buvions. Le dessus de la citerne ressemblait à une voûte de cave. Toutes les pierres se tenaient les unes contre les autres un peu comme celle des cathédrales. Et les enfants se mirent à causer :

«- Il doit y avoir des litres d’eau dans la citerne… mais t’as vu, on n’aurait pas eu avec nous la gourde d’eau pour réamorcer, on n’aurait pas pu en tirer les seaux qu’il nous fallait…

- C’est vrai ce que disait le vieux berger de CHAUX-NEUVE : « pour tirer l’eau de nos citernes il faut toujours un petit broc d’eau venu d’ailleurs. »

- Meureusement que l’Amélie ce matin a pensé à mettre une gourde d’eau sur le bât de l’âne… »

 

C’est cette histoire qui me revenait hier soir, en ce temps de confinement alors que le Président de la République venait de parler à la T.V. Il nous appellerait sans doute à un temps de confinement très prolongé. Tous nous serions appelés et nous le sommes déjà par notre conscience, à apporter chacun notre part à la résistance commune au fléau que vient souligner et provoquer le coronavirus.

Chacun de nous a en lui comme une réserve de compétences et possibilités, une citerne de trésors. Nous ressemblons aux fermes des plateaux jurassiens.

 

En ces jours je me laisse beaucoup marquer et interpeller par ce qui est arrivé aux moines capucins du monastère de CREST dans la Drôme. Hubert, un de leurs frères de la communauté de TIARET en Algérie est venu les voir courant Mars. Le coronavirus a surgi aux portes du monastère à ce moment-là, et a provoqué le confinement. Hubert n’a plus envisagé de repartir devant ce qui arrivait à ses frères. Il est resté pour les soigner et les accompagner… Cinq d’entre eux jusqu’à leur mort …

A Marcel, l’un d’eux, Hubert saura dire humblement : « Tu peux t’en aller tranquillement, si c’est l’heure Marcel, ou rester encore un peu avec nous si tu veux. »

Ton attitude et tes paroles, Hubert, relayées par nos amis journalistes de la CROIX et du MONDE, m’aident à trouver dans ma citerne intérieure ce que j’ai à offrir et à donner à celles et ceux qui m’appellent, parfois longuement, parce qu’ils sont profondément seuls. Hubert, tu m’aides à trouver le temps et les mots qui sont en moi et à les faire sortir pour les donner, « comme le petit broc d’eau venu d’ailleurs. »

 

Il y a quelques années j’avais demandé à François un de nos amis animateurs de campements, qui était aussi dessinateur, de dessiner tout ce qui est beau devant les fermes du Haut Doubs, sur les plateaux jurassiens : la citerne, la pompe, l’auge et le petit broc d’eau venu d’ailleurs.

J’avais dit à François « Tu écriras la parole du papy PAGNIER, le berger de Chaux-Neuve : « elle est belle et abondante l’eau dans nos citernes… mais pour en bénéficier il faut un petit broc venu d’ailleurs. »

 

A ma cousine Martine et à sa famille, il y a quelques jours à Pâques, pour leur souhaiter une bonne fête de la Résurrection de Jésus et de remises debout et de resurgissement de nos êtres en ce temps de confinement, j’avais envoyé la carte réalisée par François. Elle est toute simple mais qu’est-ce qu’elle est expressive !

Martine m’a répondu dans l’immédiat « elle est parlante la carte… mais c’est le petit broc d’eau venu d’ailleurs qui n’est pas facile à trouver. »

 

Et voilà que plusieurs petits brocs d’eau m’arrivaient d’ailleurs.

- Celui-là d’Hubert Le BOUQUIN de CREST

- En même temps celui-là de François, le Pape notre ami à tous, de ROME, qui dit URBI et ORBI : « de l’argent, des compétences, des intuitions, de technologie on est meublés de tout cela… mais il faut arrêter de les pulser dans la fabrication des armes, chimiques et nucléaires, et les propulser pour enrayer la famine et secourir les migrants… L’Arabie Saoudite fait cesser le feu contre le Yémen…

- et encore un petit broc d’eau venu d’ailleurs pour faire jaillir tout ce qu’il y a d’inventivité et possibilité dans nos citernes intérieures, c’est le témoignage de ASIA BAÏBUTOVIC :

« Je suis restée enfermée 30 mois au printemps 1992 en Yougoslavie… (Elle nous raconte ce qu’elle a cherché à inventer et trouver durant ces 30 mois de confinement et enfermement de la guerre de YOUGOSLAVIE). Pour moi aujourd’hui, c’est décidé je ne sortirai pas pendant le confinement. Chacun d’entre nous possède en soi des ressources insoupçonnables, une imagination et une créativité incroyables. Elles sont en vous. Vous pouvez leur faire confiance. Allez les chercher au fond de vous. C’est le moment. Faîtes-le. Et restez chez vous. Merci pour les vies que vous sauverez. »

 

Lulu

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 09:31

Dampierre le 7 avril 2020

 

« LA VIE EN HLM C’EST PAS POSSIBLE

ET PUIS AVEC LE CONFINEMENT C’EST ENCORE PIRE QU’AVANT »

 

C’étaient les paroles au téléphone d’un jeune adolescent qui habite en HLM avec sa famille... le soir du dimanche de rameaux. Et il continuait :

Igor : ... J’ai peur qu’il y en ait qui se battent... là ils viennent de s’insulter... Tu ne peux pas savoir ce qui se passe la nuit... le bruit que ça fait dans l’étage du haut... on n’arrive pas à dormir... là, maintenant, il y en a qui ont appelé les gendarmes... ils vont arriver... j’espère que ça va se calmer... les gendarmes sont déjà venus l’autre jour... Ça y est les gendarmes sont arrivés... ils causent avec des gens dans le bas de la cage...

 

Parce que Igor ne peut pas sortir du confinement, il est important que les paroles qui portent ce que vivent les membres de sa famille et lui-même et tous les gens de l’HLM... que tous ces cris et ces appels soient entendus...

Igor continue...

 

Igor : Tu te rappelles je te racontais l’autre jour... Il faudrait qu’on ait quelque chose à faire. Alors avec mon papa... parce que l’entreprise où il travaille a fermé, on s’est mis à bêcher le bout de jardin... qu’on nous a prêté tout à côté de l’HLM.

Comme on voulait préparer les plantations de pommes de terre et de haricots, nous voilà partis avec mon papa au magasin... C’était il y a plus de 15 jours... On s’est fait arrêter... on n’avait pas l’attestation de déplacement. « PV de 135€. Et puis vous n’avez pas le droit d’être deux » que nous dit un des gendarmes... Ça a été dur à avaler... on n’a déjà pas de sous... Et mon papa il a besoin que je l’aide, donc que je sois avec lui.

 

Lucien : J’écoute Igor tout ce que tu me partages et qui vous accable...

 

Igor : Moi je voudrais bien qu’on s’entende dans mon HLM entre voisins... Mais il y a de la jalousie et les paroles partent vite...

 

Lucien : Tu les voudrais constructives ces paroles et elles partent trop vite dans la violence... Tu fais bien d’appeler... tu redis bien à tes parents que quand vous recevrez le papier du PV de 135€ vous m’appelez et on fait une lettre pour demander l’annulation... Continue Igor d’être auprès de tes parents comme tu le fais...

 

Igor : Oui parce qu’il y a des gens â l’extérieur. Quand ils parlent de nous qu’on habite dans l’HLM, ils disent qu’on est tous des « cas sos » des cas sociaux. Pour moi c’est une injure à notre égard.

 

Lucien : Je comprends combien ça vous humilie... Ils ne vous considèrent pas dans votre dignité.

 

Igor : On ne veut plus l’entendre...

 

Lucien : Continue Igor d’être auprès de ta famille comme tu l’es... et continues aussi à avoir des projets, comme de faire le jardin avec ton papa.

 

Igor : Justement à propos de projets il y en a un dont je voulais te parler...

 

Lucien : Tu vois ce qui te sauve, ce qui te donne des perspectives et te permet de traverser l’épreuve du confinement et les autres difficultés de la vie, de rester tout proche de ta famille, c’est que tu essayes de concevoir et bâtir des projets... c’est ce qui te permet de trouver des clefs pour ouvrir des portes, pour t’en sortir et ainsi aider d’autres à trouver eux aussi un chemin de libération. Dis voir le projet dont tu voulais me parler.

 

Igor : J’ai le projet de passer mon permis de conduire un scooter.

 

Lucien : Mais tu as déjà un bon vélo avec lequel je te vois venir à Dampierre de temps en temps. Et tu sais te débrouiller pour monter ton vélo dans le train quand tu veux aller plus loin.

 

Igor : C’est vrai... Mais il y a des endroits où je voudrais aller et qui sont encore plus loin...

 

Lucien : Je comprends... tu veux ouvrir ta vie à de plus larges horizons encore... et tu reviendrais dans ton HLM ?

 

Igor : Bien sûr. Je ne m’évaderais pas pour toujours... Ça me permettrait d’aller voir ma copine qui habite loin, où le train ne passe pas... et je pourrais revenir facilement dans ma famille, dans le HLM.

 

Lucien : Je comprends... voilà encore un projet qui habite en toi et te permets de traverser les moments difficiles et éprouvants...

 

Quelques temps après ce partage avec Igor, je m’informe en lisant et le Progrès et l’Est Républicain. En même temps, j’apprends la mort de deux amis prêtres, Gilbert Chopard à Bretonvillers dans le Doubs et André Germain chez les petites sœurs des pauvres à Lons le Saunier. Grande épreuve pour les familles et pour nous les amis de ne pas pouvoir accompagner nos amis. Car les rites nous permettent de structurer nos vies, de nous appuyer sur les points de repères dont ils sont signes. Les rites rythment nos vies. Je partagerai cela avec Igor.

D’apprendre qu’en ce moment le coronavirus est une épreuve qui frappe à beaucoup d’endroits de la Planète, ça peut aider à traverser les dures difficultés de la vie en HLM que connaît Igor, sa famille et leurs voisins.

Je raconterai à Igor que dans le journal qui m’annonçait la mort de mon ami, j’ai trouvé juste à côté une citation d’Albert Camus dans « La Peste » un livre où il raconte l’envahissement de cette épidémie dans la ville d’Oran en Algérie. Il écrit : « Il y a dans l’homme plus de choses à admirer qu’à mépriser »

Ça pourra aider à la traversée de l’épreuve que de chercher et découvrir chez mon pire voisin quelques-uns des trésors d’humanité qui l’habitent.

 

Igor me dira, comme il me dit des fois quand nous nous affrontons afin de nous démunir de nos violences : « J’aime bien quand tu dis des mots qui relient »

 

Alors je lui raconterai l’histoire de Julos Beaucarne, ce chanteur et bateleur des années 1980, ce qu’il a fait le soir où il a appris la mort de sa femme, sa « Loulou » comme il l’appelait avec tendresse. Elle venait d’être tuée à coups de couteaux par quelqu’un qui sans doute avait perdu la tête et la raison. Julos a pris un crayon et un cahier et il s’est mis à écrire, à nous écrire : « Amis, il nous faut continuer à aimer à tort et à travers, à temps et à contre temps. Il nous faut nous démunir de nos violences et de l’esprit de vengeance. Amis, il nous faut reboiser l’âme humaine. »

Lulu

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.