Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 09:56

Cet article est reposté depuis Le blog de Paul Quilès.

Paul Quilès reprend sur son blog les points développés par Jean Ziegler dans son livre "Lesbos, la honte de l'Europe"

Repost0
8 mars 2020 7 08 /03 /mars /2020 14:15

Lulu et le groupe ADN, sont en lien avec Jean Ziegler. Ils continuent d'espérer que Jean Ziegler répondra à leur invitation pour des conférences dans le Jura. En attendant, lisez cette interview, et si ça vous parle, procurez vous son dernier livre : 

 

Repost0
17 juillet 2019 3 17 /07 /juillet /2019 11:57

Lulu a corrigé son article le 18 juillet...

On n’aurait jamais atteint le possible, si on ne s’était pas toujours et sans cesse attaqué à l’impossible . (Max WEBER)

Empêcher des expulsions !

Dole-Dampierre, le 18 juillet 2019

 

Comme plus de 2 millions de jeunes de 20 ans, mon pays, la France m’a envoyé faire la guerre en Algérie, soi-disant pour maintenir l’ordre, qui était un désordre établi, le désordre de l’injustice par l’expulsion.


En effet, parmi tous les crimes et les exactions que l’état et l’armée nous ont obligés d’accomplir, j’ai participé à des opérations qui ont consisté à expulser de leurs mechtas des centaines et des milliers de familles. Nous les parquions de force (manu militari) dans des camps de regroupement, selon le plan du général Challes. Ce n’était pas pour leur sécurité, mais afin d’empêcher leur résistance à l’occupant (nous, soldats français) Ainsi, serions-nous plus forts, pensait le président De Gaulle, à la table des négociations qui se préparaient.


Je n’ai pas pu empêcher les expulsions ni m’y opposer, j’ai été forcé d’y prendre part, puisque nous traquions ceux qui se cachaient pour y échapper.


Je n’ai trouvé que quelques petits créneaux pour amoindrir ces actes barbares.

  • En Kabylie, avec une humble audace, j’ai traversé à pied un oued où nous avions poussé femmes et enfants afin de les livrer à une autre compagnie qui les attendait sur l’autre rive. Dans la bousculade, une maman s’est mise à crier : elle avait perdu les quelques affaires qui appartenaient à ses enfants et à elle. Ses affaires étaient restées de ce côté-ci de la rive. J’ai traversé l’oued pour les leur rapporter.
  • Dans l’Ouarsenis, avec un camarade, j’ai enterré un résistant que nous avions tué en embuscade pendant la nuit. Une loi parachutiste nous empêchait d’enterrer les gens tués dans ces conditions, nous devions les laisser pourrir sur le terrain. 
  • En petite Kabylie, je me suis opposé, j’ai empêché le viol d’une femme par un des camarades de ma section. Il venait de la déshabiller violemment devant ses deux filles. Elle était revenue chercher des olives dans son champ vers sa mechta dont elle avait été expulsée et qui était déclarée en zone interdite. 
  • J’ai refusé de manger de la viande de mouton qu’un groupe de mes camarades venait de voler à un petit paysan.  Nous venions de l’expulser de son village.

 

Aujourd’hui, 17 familles de migrants commençant à s’insérer dans notre pays Dolois, sont expulsées de notre sol.


Je dénonce l’acte grave que nous laisserions les forces de l’ordre exécuter l’expulsion, justifiant leur acte derrière des lois injustes.


Une seule loi régit notre attitude en humanité : l’HOSPITALITE !


Ainsi le décrète l’Organisation des Nations Unies. Toutes les autres lois que nous promulguons en dépendent.


Aujourd’hui, je peux et je dois m’opposer à de telles exactions. En Kabylie et dans les Aurès, prisonnier de l’ordre militaire auquel l’état avait donné tous les pouvoirs, je ne le pouvais pas.


Aujourd’hui, je peux et je dois m’opposer à de tels faits inhumains.
A l’impossible ne sommes-nous pas tenus ?


Je donne les clefs de ma maison – dont on a pu réparer une partie après l’incendie – à une famille expulsée. 


Je dors sous une tente devant les trois instances que sont l’Eglise, la Sous-Préfecture et la Mairie, tant qu’elles ne se seront pas concertées, pour stopper l’arrêté d’expulsion, espérant être rejoint par tous ceux qui le peuvent.


Aujourd’hui, je peux et je dois m’opposer à l’expulsion de ces familles.


En conscience, je m’engage moi-même à commettre un acte de désobéissance civile à ces lois injustes et j’appelle à faire de même.


« Il est parfaitement exact de dire, et toute l’expérience historique le confirme, qu’on n’aurait jamais atteint le possible si on ne s’était pas toujours et sans cesse attaqué à l’impossible. »


Cette parole de Max Weber, nous appelle dans le sillage de Marcel Blondeau et de Gretta Tuhnberg, à dire et à vivre qu’ « A l’impossible, nous sommes tenus »

 

Lucien Converset


 

Repost0
30 juin 2019 7 30 /06 /juin /2019 20:52
Notre ancêtre n'était-il pas un araméen errant ?  (Dt 26,,5)

Dimanche 30 juin 2019

 

Aujourd’hui, deux hommes d’origine indienne, deux migrants JEGANI et LIGORI, sont ordonnés diacres en notre église de Dole.
C’est un événement pour lequel nous rendons grâce à Dieu et remercions le peuple indien.


Mais aujourd’hui à Dole, il y a un autre événement, c’est l’expulsion de 17 familles de migrants de notre territoire, familles intégrées et faisant du bien à toute notre société.


Nous avons porté atteinte à leur dignité en les expulsant.


C’est un événement pour lequel il nous faut demander pardon à Dieu ainsi qu’aux enfants et aux parents de ces familles qui sont expulsées.  


Nous nous souvenons comme c’est écrit dans le livre du Deutéronome chapitre 26, verset 5, que notre ancêtre Abraham était un araméen errant.


Nous devons réparation.


Lundi dernier, nous avons porté des tentes devant la mairie de Dole.
Ces tentes ne sont pas pour y loger les familles de migrants.
Mais nous donnons les clefs de notre appartement à nos associations qui les transmettent à l’une et l’autre de ces familles avant leur expulsion.


Et nous logeons nous-mêmes sous ces tentes la nuit dans la rue, ce soir devant la sous-préfecture de Dole, demain soir devant la mairie de Dole et le surlendemain soir devant cette église.


Nous faisons cela jusqu’à ce que les responsables de ces trois instances se coordonnant, aient trouvé un logement pour ces 17 familles, ainsi qu’une possibilité de travailler.


A l’impossible nous sommes tenus !


Nous sommes interpellés dans nos consciences de chrétiens au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et aussi dans notre conscience de citoyen au nom de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité et de l’Hospitalité.

Repost0
7 janvier 2019 1 07 /01 /janvier /2019 11:04

Le Collectif Dolois des associations de soutien aux migrants organise une conférence- débat avec

 

Rony Brauman

 

 

Jeudi 24 janvier 2019 à 20h30
à la salle Edgar Faure (Mairie de Dole)

 


« Nous sommes tous des réfugiés potentiels »

 


Conférence précédée d’une séance de dédicace de ses livres, à partir de 19h30 dans le hall de la mairie.
Ouvrages mis à disposition par la librairie la Passerelle, proposés à la dédicace :
« Pour un autre regard sur les migrations construire une gouvernance mondiale » Bertrand Badie, Rony Brauman éd. La Découverte
" Parlons Immigration en 30 questions " de François Héran éd. La Documentation française.
« Guerres humanitaires ? Mensonge et intox. Rony Brauman. Ed. textuel

 

Participation au chapeau pour contribuer à l’aide juridictionnelle et à l’hébergement des migrants de Dole.
Merci de votre générosité.

Rony Brauman à Dole le 24 janvier

ASSOCIATIONS DU COLLECTIF DOLOIS DE SOUTIEN AUX MIGRANTS :

ACR accueil citoyen des Réfugiés

ADM

Association ADN

ATD quart monde

Attac 39 Dole

LDH

CPDA DOLE

Restos du coeur Dole

Réseau Education sans frontière

Cercle de silence Dole

Secours Populaire 39

Terres des Hommes

Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 13:50

Le 10 mai, nous vous avons informés de cette marche qui va de Vintimille à Calais. Clic ici. 

 

Plusieurs Jurassiens se référant au groupe ACR (Accueil Citoyen des Réfugiés) participeront à la marche "Nuits-Saint-George/Dijon", le vendredi 1er juin. 

 

3 possibilités :

  • marcher toute la journée (environ 20 kms) entre Nuits St Georges et Dijon
  • marcher 5 kms entre Chenôve et Dijon après 16H
  • venir directement à Dijon retrouver les marcheurs et des militants locaux

Co-voiturage au départ de Dole à 7h30 ce vendredi 1er juin, à la passerelle sur le port de DOLE (Av Lahr)

Pour s'inscrire, contacter Françoise CHATTOT, 03 84 72 72 57 ou par mail chattot.francoise@orange.fr

 

Arrivée de la marche le jeudi 24 mai à Lyon et rencontre avec la marche Pax Christi

Arrivée de la marche le jeudi 24 mai à Lyon et rencontre avec la marche Pax Christi

Repost0
10 mai 2018 4 10 /05 /mai /2018 20:03
Marche citoyenne et solidaire

Une marche citoyenne et solidaire pour les migrants est organisée par deux associations, La Roya Citoyenne et l’Auberge des Migrants. Elle est partie le 30 avril à Vintimille pour se terminer le 8 juillet à Douvres et comprend au total 60 étapes.

Cette marche a pour objectif l’amélioration des conditions d’accueil des migrants, la fin du délit de solidarité, l’ouverture de centres d’accueil inconditionnel, l’ouverture des frontières franco-italienne et franco-britanniques, la liberté de choix du pays dont les migrants veulent demander la protection…

Elle a également pour objectif de valoriser le travail des citoyens, des associations, des collectifs qui aident les migrants, dans les villes-étapes, tout en créant du dialogue avec les citoyens.

Plusieurs façons de soutenir cette marche : dons, accueil des marcheurs, participation à la marche, parrainage... tous renseignements ici !

 

Marche citoyenne et solidaire

Dans ce même esprit, ce mercredi 9 mai à Dampierre, une vingtaine de personnes a participé à une marche au pas des ânes, avec des migrants. Une autre marche sera organisée quand les marcheurs qui vont de Vintimille à Londres, arriveront sur Beaune.

Marche citoyenne et solidaire
Marche citoyenne et solidaire
Marche citoyenne et solidaire
Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 13:30

Pendant plusieurs semaines, le Studio consacre une partie de sa programmation à des films, fictions ou documentaires, qui abordent l'exil, cet arrachement provoqué par la guerre, la pauvreté, la persécution, et l'accueil des réfugiés ici, en Europe. Des films pour mieux comprendre les enjeux politiques et humains ainsi que le travail mené sur le terrain par les institutions et les associations.

flyer MJC

flyer MJC


UN PAESE DI CALABRIA de Catherine Catella et Shu Aiello

(France, Italie, Suisse - 2017 - 1h31)


Comme beaucoup de villages du sud de l'Italie, Riace a longtemps subi un exode rural massif. Un jour, un bateau transportant 200 Kurdes échoue sur la plage. Petit à petit, migrants et villageois vont réhabiliter les maisons abandonnées, relancer les commerces et assurer un avenir à l'école. C'est ainsi que chaque jour depuis 20 ans, le futur de Riace se réinvente.

 

SÉANCES :

Jeudi 29 mars 20h : Cette séance sera suivie d'un débat organisé par le Collectif des Associations de soutien aux migrants de la région doloise.
N'hésitez pas à inviter les migrants que vous accompagnez !

Dimanche 1 avril 16h30

Lundi 2 avril 18h30


UN JOUR ÇA IRA de Stan Zambeaux, Edouard Zambeaux

(France - 2018 - 1h30)


Djibi et Ange vivent dans un centre d'hébergement d'urgence au coeur de Paris. Avec l'écriture et le chant ils trouvent un peu de quiétude. Une plongée dans la vie de ce foyer…


SÉANCES :

Vendredi 30 mars 18h30

Samedi 31 mars 16h30

Mardi 3 avril 18h30


L’ORDRE DES CHOSES de Andrea Segre

(France, Italie, Tunisie - 2018 - 1h55)


Rinaldi, policier italien de grande expérience, est envoyé par son gouvernement en Libye afin de négocier le maintien des migrants sur le sol africain. Sur place, il se heurte à la complexité des rapports tribaux libyens et à la puissance des trafiquants exploitant la détresse des réfugiés.


SÉANCES :

Vendredi 6 avril 18h30 

Samedi 7 avril 20h30

Dimanche 8 avril 18h30

Lundi 9 avril 15h et 20h30

Mardi 10 avril 20h30


UNE SAISON EN FRANCE de Mahamat-Saleh Haroun

(France - 2018 - 1h40)


Abbas, professeur de français, a fui la guerre en Centrafrique pour bâtir une nouvelle vie en France. En attendant d’obtenir le statut de réfugié, le quotidien d’Abbas s’organise : ses enfants sont scolarisés et il travaille sur un marché où il a rencontré Carole… Mais si le droit d'asile lui était refusé, qu'adviendrait-il d'Abbas et de sa famille déracinée ?


SÉANCES :

Mercredi 11 avril 20h30

Samedi 14 avril 18h30

Dimanche 15 avril 20h30

Lundi 16 avril 18h30


HUMAN FLOW de Ai Weiwei

(Allemagne - 2018 - 2h20)
Plus de 65 millions de personnes ont été contraintes de quitter leur pays pour fuir la famine, les bouleversements climatiques et la guerre : il s'agit du plus important flux migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale. La société mondialisée parviendra-t-elle à s'extraire de la peur, de l'isolement et du repli sur soi ?


SÉANCES :

Mercredi 18 avril 20h30

Dimanche 22 avril 16h

Lundi 23 avril 18h

Repost0
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 15:59

Droit de réponse du Collectif des Associations de soutien aux migrants à Monsieur le Préfet du Jura suite à l’article du Progrès paru le 01/03/18

 

A plusieurs reprises en audience, M. le Préfet, vous avez reconnu le travail des associations sur le terrain comme essentiel pour que l’accueil des demandeurs d’asile se passe au mieux et contribue à créer des liens entre les populations.

 

Oui, quitte à être comme vous le dîtes, idéologues ou naïfs, nous continuons à penser que la France est une terre d'asile.

 

Oui, l’engagement des associations sur le terrain, traduit des convictions et des valeurs humanistes, partagées plus largement qu’on ne voudrait le faire croire, par nos concitoyens.

 

Oui, nous pensons que ceux qui arrivent chez nous, démunis de tout, ne sont pas des profiteurs mais des victimes.

 

Oui, les associations regroupées en Collectif, respectent la loi et aident les demandeurs d’asile à accéder aux droits que le législateur français a prévus.

 

Oui nous défendons un droit français qui permette le respect de la dignité et de la liberté de chacun.

 

Le Collectif des Associations de soutien de Jura Nord aux migrants

Repost0
9 janvier 2018 2 09 /01 /janvier /2018 12:41
Jamais de tels actes en notre nom

Comme dans beaucoup d’endroits en France, à Poligny et à Lons dans le Jura, le cercle de silence  a été institué à Dole le premier samedi de chaque mois où il a lieu à 10 heures. Il a pour but d’exprimer les cris des gens exclus et rejetés de notre société, et d’empêcher que des familles sans papiers soient mises en centre de rétention ou expulsées.


Ce samedi 6 janvier 2018 nous apprenons qu’une famille kosovare de Dole a été expulsée le 29 décembre « manu militari » par un cordon de 8 policiers.


Sous le régime de Vichy, par les décrets de lois injustes et scélérates,  le gouvernement français envoyait ses gendarmes traquer de jeunes ouvriers, étudiants et paysans pour les emmener au S.T.O. en Allemagne. De même pour la capture d’enfants juifs ou de nombreux résistants cachés dans les fermes de nos villages, afin de les déporter en camps de concentration. L’écoute de ces faits m’a toujours blessé et fait mal. Longtemps après, c’est avec une profonde émotion que j’apprenais comment s’étaient constitués des réseaux de résistance à des actes odieux.


Les gendarmes d’une brigade s’entendaient intimer par leur hiérarchie  l’ordre d’aller chercher tel jeune dans tel village à telle date. La gendarmerie à l’époque se déplaçait à vélo. Un de ces gendarmes, pensant en conscience qu’il ne pouvait accomplir un tel acte, prenait son vélo personnel, partait en civil - la veille du décret du jour de capture – dans la famille du jeune homme. Il lui disait : « demain à telle heure arrange-toi pour ne pas être là lorsqu’avec mes collègues je viendrai avec l’ordre de t’emmener. Va te cacher cette nuit afin que demain nous ne te trouvions pas ».


J’étais humblement fier que des gendarmes aient, de manière non-violente, démonté de l’intérieur le système odieux d’emprisonnement d’enfants de mon pays.


Aujourd’hui encore, n’est-ce pas sous l’édiction de lois injustes et scélérates que le gouvernement de mon pays, en ce Noël 2017 et jour de l’an 2018, est venu prendre une famille de Kosovars à leur domicile précaire pour les renvoyer  dans leur pays, où désormais ils courront certainement de grands risques pour leur vie. L’enfant de cette famille était scolarisé dans l’école George Sand à Dole. Un cordon de 8 policiers en armes pour capturer un homme et une femme et leur fils de 9 ans. Comment continuer de laisser  le secrétaire de la Préfecture affirmer « que cette famille acceptait sans difficulté de retourner au Kosovo » et qu’il était logique de les déloger car « ils occupaient un appartement dédié aux demandeurs d’asile ».


Samedi 6 janvier 2018 de notre cercle de silence nous avons voulu faire sortir le cri de ces exclus, nous avons rompu notre cercle de silence. Nous sommes allés devant la sous-préfecture manifester que jamais ce ne soit en notre nom que soient accomplis de tels actes « car nous sommes en démocratie et les actes de notre gouvernement nous engagent ».


Messieurs qu’on nomme grands, vous cherchez à vous justifier d’édicter de telles lois qui grignotent et font disparaître de notre pays la France le droit d’asile le plus élémentaire. Notre conscience nous appelle à constituer des réseaux de résistance non-violente tels que celui que je viens d’évoquer. Messieurs, ne prétendez pas parler en notre nom, au nom du peuple français, quand vous envoyez des policiers et gendarmes accomplir de tels actes de réquisition.


Je dis « Messieurs » parce que j’espère qu’au moins il n’y a pas de femmes dans ces processus qui conduisent notre humanité à l’abîme.


Combien d’enfants, de femmes et d’hommes morts pendant les fêtes, entre la nativité et le jour de l’an, noyés en Méditerranée, faisant de Mare Nostrum - notre mer - ,  mater nostra - notre mère - , le plus grand cimetière marin.

Lucien CONVERSET
Pour le Cercle de silence
Le 8 janvier 2018
 

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.