Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 16:17

Cet article est reposté depuis Les amis de Gabriel MAIRE.

Repost0
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 13:52

Chers amis, 


Joie de me sentir en lien avec vous, et d’avoir été interpellé par les membres de l’association « Amis de Gaby Maire », d’essayer de travailler chaque jour d’ici le 23 décembre, une lettre Echos de Vitoria et de chercher une parole forte de Gaby, nous préparant à la venue de Jésus dans notre vie personnelle, relationnelle et intergénérationnelle. La réalisation qu’un enfant, le Prince de la Paix nous est donné, cela nous aide à voir comment changer, transformer nos comportements à la manière et dans le sillage de Gaby, nous préparer à nous laisser rencontrer par Jésus à Noël. Je trouve passionnant de relire les Echos de Vitória, un chaque jour, ça fait du bien, il y a de la sève de l’Evangile ! Heureux de vous la partager avec vous ! 

En Avent avec Gaby !

Lulu
 

Les phrases que j'ai relevées ces 2 premiers jours :

1) Nous européens, nous avons autant à recevoir qu'à donner !

2) "Quand le pauvre cherche le pauvre, déjà commence notre libération. "

Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 16:42
Pieta Besançon

Pieta Besançon

Samedi Saint 11 avril 2020



 « OU L’AVEZ-VOUS MIS ? »
 (Jésus dans l’évangile de Jean 11, 34)

 

En ce temps-là, c’est la profonde question que Jésus pose aux sœurs de Lazare qui est mort depuis 4 jours. « Conduisez-moi, dit Jésus, là où vous avez déposé ce qui reste du corps de Celui avec qui nous avons vécu tant de moments d’amour et d’amitié, vous et moi. Venez me montrer où vous l’avez mis ! »

 

POURQUOI L’AVEZ-VOUS MIS TOUT CONTRE LE SEIN DE SA MERE ?

En ce samedi nous aussi, nous avons envie de demander aux Saintes femmes qui étaient là quand Joseph d’Arimathie et Nicodème recueillirent « de l’arbre de la mort où Dieu saignait comme un fruit mûr », ce qu’il restait du corps de Jésus : « Pourquoi l’avez-vous mis sur les genoux de sa mère, tout contre son sein de Piéta
?... avant que d’aller le déposer au tombeau ? »



DANS LES MAINS DE QUI ?

En décembre de l’année passée nous sommes partis à VITORIA au BRESIL, quelques amis de Gaby MAIRE et moi. Sur les traces de Gaby, pour le 30ème anniversaire de son assassinat, nous demandions aux amis brésiliens : « où c’est que, avec Gaby vous avez vécu le mariage de ceux-ci ... ? et le baptême de celui-là ... ? et les manifestations pour un bout de Terre, pour le respect des droits des Travailleurs, pour l’obtention du permis de bâtir un Toit, les 3 T dont parle le pape François ... c’était où que vous avez vécu ces manifestations avec Gaby ? où est-ce que Gaby a célébré la dernière messe de mariage ? où est-ce que c’est qu’il est tombé sous la balle meurtrière ? où est-ce que c’est que son corps a été déplacé et déposé peu après ? »

 

Et comme dans l’évangile avec les Saintes femmes il y a eu de merveilleux amis pour nous emmener voir et nous recueillir où Gaby avait vécu, prié, écrit, marché ... où il avait été arrêté, où il était tombé ... Nous nous sommes laissés raconter que comme les autres martyrs d’Amérique Latine, d’Algérie, comme celles et ceux de tous les coins de la Terre, comme celle de Jésus, sa vie n’avait pas été prise, car « il l’avait déjà donnée ».
 

LES SŒURS D’ORCHAMPS, OU ONT-ELLES ETE MISES APRES L’INCENDIE ?

En ce moment d’épreuve, nos amies religieuses d’Orchamps, avec lesquelles vit en communauté sœur Madeleine, institutrice, qui a appris à lire à Jeannot et à beaucoup d’enfants traversant des moments difficiles, ces sœurs vivent un grand désarroi : il leur arrive une double peine en ce drame du coronavirus.


Leur maison commune vient de brûler accidentellement... Elles ont été obligées de sortir et se sauver sans rien pouvoir emporter. Nous nous demandions : « où ont-elles été mises les sœurs ? » Quelle joie de savoir que beaucoup d’artisans du lien social du secteur, se sont laissé embarquer par l’Esprit qui anime toute personne et toute institution quand elles lui ouvrent le déploiement de leurs voilures. Les sœurs dominicaines des campagnes sont à la campagne, dans la maison familiale rurale d’Amange.

 

DANS QUELLE SITUATION NOUS NOUS METTONS LES UNS LES AUTRES ?
 
En ce temps de confinement depuis bientôt un mois en France, pour combien de temps encore et chez nous et dans l’ensemble de la Planète ? Un nombre bouleversant de nos proches sont morts dans nos familles, dans nos communautés, des gens de très loin, inconnus, des gens connus comme Henri TINCQ journaliste au MONDE et à la CROIX, Henri MADELIN, ancien provincial des Jésuites, mon ami Gilbert CHOPARD de Bretonvillers dans le Doubs et puis ces 5 moines capucins de la communauté de Crest dans la Drôme. Le frère Hubert qui les a accompagnés leur « a été présent comme il a pu » dit-il. Continuant à être interviewé dans le journal La Croix du vendredi 10 avril, Hubert dit combien est éprouvant et épuisant d’accompagner des mourants dans ces conditions. « Il y a des moments où on n’en a plus la force. Il n’y a que Jésus et Marie qui peuvent aller jusqu’au bout. Nous devons consentir à être de pauvres gens qui font ce qu’ils peuvent. »
A la communauté de ces frères, nous sommes profondément reconnaissants ... pour l’accueil qu’ils nous avaient fait dans leur petit monastère de TIARET en ALGÉRIE.
C’était quand avec Rachel et Fadila à Pâques 2017 nous étions partis à la recherche de la famille de MOHAMED, « l’ami parti devant ». Christian de CHERGE prieur de TIBHIRINE dit de Mohamed : « un jour il a protégé ma vie en exposant la sienne »

 

A propos de toutes ces personnes qui meurent du coronavirus , et aussi au sujet de celles et ceux qui meurent parce que leurs maisons sont bombardées, il est fondamental que dans notre recherche de solidarité et prière nous entendions cette question : « où les avez-vous mis ? » et aussi cette interrogation à propos de celles et ceux qui donnent leur temps, leur force et leur amour pour les sauver tous ces membres de notre Humanité. « Dans quelles situations nous mettons-nous les uns, les autres ? »


 

OU JESUS A-T-IL BIEN PU ETRE MIS DURANT CES TROIS JOURS ?

Qu’est ce qui restait de l’être de Jésus après sa mort et sa descente de la croix ? Après qu’il fut remis tout contre sa mère, à l’endroit d’où il venait, où fut-il déposé par la suite ? Dans quel creux de la Terre cette autre mère a-t-il été mis ?

 

Je pense et je crois, je fais confiance. Merci à ma mère, à mon père et à ma famille qui m’ont conçu et mis au monde. Merci à l’ Eglise ma mère aussi. Toute ma gratitude à l’une et à l’autre qui ont mis en moi la confiance que durant ces trois jours, Jésus est descendu dans les enfers, « dans les infernaux paluds » de Villon, dans nos enfermements, là où ça nous meut, où ça fait violence les uns entre les autres... où l’on traîne les pieds pour faire et donner la vérité, là où Jésus a-t-il été mis durant ces trois jours... Dans nos embourbements, nos asphyxies et nos confinements.

 

Comme il a dit à Lazare de sortir du tombeau où l’avait précipité la mort, Jésus vient nous tirer de la fausseté de nos rapports les uns avec les autres. 

 

Ma confiance est grande que toute l’Humanité dont je suis est à l’écoute de son allié et de son libérateur. Il nous monte et nous entraine sur le chemin de sa résurrection qui devient aussi la nôtre.

 

Durant ces 3 jours il nous fait grâce. Il fait travailler la force de la conversion au profond de nos êtres, la reconnaissance que nous avons en grande partie fait faillite en nos actes et nos attitudes. La Terre est le seul moyen de transport pour toute l’Humanité. Sur ce vaisseau nous nous sommes comportés comme s'il n’y avait que quelques privilégiés qui pouvaient bénéficier des biens de la Terre, être entourés d’affection et de tendresse, pouvoir accéder à tous les droits. Sans être redevables des devoirs les plus élémentaires.

 

La Terre et l’Humanité n’en pouvaient plus. Pâques ce n’est pas « Sauve qui a de la chance. » C’est : « nous ne pouvons nous en sortir que si c’est tous ensemble que nous nous relions et nous libérons, les uns grâce aux autres. Pas d’exclus pour la fête »

 

Démunissons-nous de nos violences les uns à l’égard des autres, en prenant soin de semer et planter les graines de justice et de paix qui sont en chacun de nous. C’est à ce chantier que Jésus s’est mis à travailler durant ces trois jours. « C’est pour ça que les Saintes femmes qui accompagnaient Marie-Madeleine le prirent pour le jardinier au matin de Pâques » (Jean: 20,15)

Lulu

Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 23:00

N'oubliez pas de consulter le blog de Gaby, l'ami de Lulu. Il y reprend ses notes de voyage en plusieurs épisodes... Vous retrouverez ces lettres sur le plan ici. Clic.

Bonne lecture...

Voyage au Brésil et accueil des Brésiliens en France
Voyage au Brésil et accueil des Brésiliens en France
Repost0
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 15:50

Cet article est reposté depuis Les amis de Gabriel MAIRE.

Certaines personnes ont signalé ne pas pouvoir accéder à la lettre de Lulu témoignant d'une soirée de partage avec les amis brésiliens. Voici une nouvelle façon d'y accéder ci-dessous.... 

Ou un clic ICI

Repost0
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 10:47

Cet article est reposté depuis Les amis de Gabriel MAIRE.

Repost0
9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 15:42

Cet article est reposté depuis Les amis de Gabriel MAIRE.

Repost0
24 décembre 2018 1 24 /12 /décembre /2018 09:13
Lulu avec Frère Jean-Marc, abbé d'Acey. Tableau réalisé par Luiz Quintanilha à Cariacica. Icône des martyrs d'Algérie
Lulu avec Frère Jean-Marc, abbé d'Acey. Tableau réalisé par Luiz Quintanilha à Cariacica. Icône des martyrs d'Algérie
Lulu avec Frère Jean-Marc, abbé d'Acey. Tableau réalisé par Luiz Quintanilha à Cariacica. Icône des martyrs d'Algérie

Lulu avec Frère Jean-Marc, abbé d'Acey. Tableau réalisé par Luiz Quintanilha à Cariacica. Icône des martyrs d'Algérie

Ce mois de décembre a été marqué par des  temps de mémoire des martyrs d'aujourd'hui, à Oran, à Acey, à Cariacica, et ailleurs. 


Le blog des "amis de Gabriel Maire" n'a pas fini de partager les moments forts vécus à Acey ou Cariacica... mais allez déjà admirer la fresque peinte sur la place où a été retrouvé le corps de Gaby il y a 29 ans. Elle a été créée par un artiste : Luiz Quintanilha. C'est un super beau travail ! C'est aussi un geste militant... 

 

Vous trouverez aussi un cadeau réalisé par le groupe du 23 (groupe qui a peint cette fresque et  publié déjà 2 livres) : c'est une vidéo qui reprend la voix de Gaby qui dit le Notre Père en portugais.)

 

Il y a aussi l'homélie de Jean-Marie Bouhans à Acey en attendant d'autres échos de ces journées de mémoire, à Oran, Acey, Cariacica...

Feliz Natal ! Joyeux Noël !  

 

http://amisgaby.over-blog.com/

Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 21:36

Rappel !

Commémoration de l'assassinat de Gabriel Maire, de 10h à 17h.

mise à jour 11/12/2018

mise à jour 11/12/2018

Journée à la carte...

Chacun peut librement participer à un temps ou un autre.  Mais attention ! réservations pour le spectacle à 14h30 (10€/par adulte), contacter l'association "les amis de Gabriel Maire" : amisgaby@yahoo.fr ou par tél 06 28 20 17 20. 

Autres propositions gratuites pour ceux qui n'ont pas de place pour le spectacle.

 

Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 20:06
C'est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba !

Mercredi 4 juillet 2018

 

    Lorsque Jeannot et moi nous avions constaté que le petit Ginkgo Biloba avait été cassé le samedi 23 juin, je me souviens que dans l’immédiat j’avais rêvé que les choses se répareraient. J’avais pensé qu’un des jeunes qui s’était amusé autour du petit arbre ce samedi-là, viendrait un jour reconnaitre : « le petit Ginkgo Biloba, c’est moi qui l’ai cassé. »


J’avais tout d’abord « porté ma plainte » auprès de vous, amis, planteurs de ce petit arbre, symbole de résilience et de résistance pour empêcher que notre humanité soit anéantie par l’arme nucléaire.


Notre peine était grande, car le terrain communal du fait de la plantation de ce petit arbre, était devenu un étonnant jardin public de rencontres, dans la recherche de rapports non violents entre nous tous, en veillant à ce qu’il n’y ait pas d’exclus pour les fêtes et réunions que nous organisions.


Une de nos amies, Toinette, avait alors écrit dans le journal, le Progrès : « Les enfants de la commune apprennent avec le petit Ginkgo Biloba, qu’un arbre ça se soigne, ça s’arrose, parce qu’il doit vivre longtemps. Il les rend heureux, ce Ginkgo Biloba, qui explique le danger de la violence, de la guerre, de la menace nucléaire.»


Nous avions aussi « porté notre plainte » auprès de vous amis de « Palestine Amitié », planteurs de 1000 oliviers pour la paix. Et Rachel qui est en partance pour faire le tour du monde à la rencontre des « jardiniers de paix », avait suggéré : « Comme à la tente des nations en Palestine où nous sommes allés en 2013, quand on constate la casse d’un olivier, on ne se laisse pas abattre. La solidarité s’organise. On replante deux oliviers. »


A la soirée de la journée des voisins, le 1er juillet à Dampierre, à la table mise au pied du petit Ginkgo Biloba tout pantelant, Jeannot et moi nous avions entendu nos convives nous dire : « On a discuté entre voisins avant que vous n’arriviez. On va se cotiser, et vous offrir un Ginkgo Biloba à replanter à l’automne… » J’avais partagé ce fait à la journée de jeûne d’ADN, lundi 2 juillet…


Qu’est-ce que ça nous faisait mal aussi de nous retrouver aux abords d’un petit Ginkgo Biloba brisé, pour préparer le campement MRJC à l’occasion du festival international pour la paix, qui aura lieu du 2 au 5 août à Micropolis à Besançon.


Qu’est-ce que ça allait être douloureux d’apprendre cette cassure du petit arbre à Diana, Marie-Emmanuelle et Lucile, qui avaient tant de cœur à arroser son terrain d’enracinement. Gilbert leur avait annoncé en octobre 2017, alors qu’elles sortaient de l’école, qu’elles avaient reçu le prix Nobel de la paix, décerné à ICAN ( Organisation Internationale pour demander l’arrêt de l’Armement Nucléaire) Gilbert leur avait expliqué : « Le prix Nobel de la paix vous est attribué à vous aussi, puisque de manière très concrète, vous continuez à faire vivre ce symbole de notre lutte non violente pour demander instamment l’arrêt de l’armement nucléaire de la France de manière unilatérale »


Malgré la cassure du petit Ginkgo Biloba, Jeannot s’était dépensé. Il avait trempé de sueur plus d’un maillot de corps afin de rendre accueillant le lieu-dit « La Source », sise en contrebas de la plantation du petit Ginkgo Biloba. C’est au bord de cette source que nous planterons les tentes du campement MRJC et Mission de France, les 30 et 31 juillet.


Oh, elle était toute petite, très petite mon espérance, qu’un jour, un des jeunes qui viennent se rencontrer pour causer à l’endroit où on a planté le petit Ginkgo Biloba, trouve moyen de dire : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba. » Mon espérance était infiniment petite. Mais elle était. Elle était ancrée, enracinée comme la petite graine de la petite fleur qui arrive à pousser dans le désert. Lorsque Christian de Chergé parlait de l’espérance, quand avec ses frères de Tibhirine, ils la cultivaient dans leur jardin intérieur et communautaire, Christian disait : « La petite espérance nous pousse vers ce qui ne se voit pas »


Chers amis planteurs d’arbres, la petite fille espérance qui essayait de se loger au profond de mon être, afin de me pousser à faire confiance qu’un jour, un jeune trouverait moyen de dire que c’était lui qui avait cassé le petit Ginkgo Biloba, et que tout cela pouvait se réparer, eh bien la petite fille espérance vient de faire surgir une joie intense et humble en même temps, en moi et j’en suis confiant, entre nous tous.
Un jeune gars de 15 ans vient de dire : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba ». Ça s’est passé à la source de notre village de Dampierre le mercredi 4 juillet 2018 en fin d’après-midi et voici comment.


Maryse Marchand m’a ramené dans l’après-midi de la réunion du CA de l’association des amis de Gaby Maire. Nous nous sommes redit à cette réunion, combien ça avait été important de nous laisser habiter par la petite fille espérance dans la lutte que nous menions depuis bientôt 30 ans, pour que soit établie la vérité sur la mort de Gaby, afin d’empêcher et enrayer l’impunité des crimes au Brésil. Nous avions maintenu notre relation notamment avec l’avocate Veronica, et un jour d’octobre 2017, nous était parvenue cette déclaration du juge Feu Rosa : 


« Il ne me reste une fois de plus, qu’à demander qu’on m’excuse, excuses pour moi particulièrement amères.
Excusez-moi France, parce que la mort de votre fils Gabriel reste impunie.
Excusez-moi Eglise catholique de France, parce que notre omission a fait d’un père un martyr.
Excusez-moi Père Gabriel, excusez-moi Père pour l’absence de justice.
Excusez-moi !
Ainsi est décrétée l’impunité, je veux dire, la prescription. »


Je viens de dire Au revoir à Maryse, qui repart en direction de Besançon. C’est alors que Jeannot me téléphone en me disant: 
Jean-Luc : « Je suis en panne avec la tondeuse, dans la pâture des ânes à côté de la grotte préhistorique… Faudrait que tu viennes m’aider »
Lucien : « Je descends te retrouver »


Je prends le petit chemin qui est en dessous chez le pépère et la mémère Tabourot. Jeannot a merveilleusement nettoyé ce chemin pour préparer le campement MRJC. C’est un des chemins de mon enfance. J’arrive à la Source de mon village. Malgré la chaleur torride qu’il fait en ce moment, malgré les orages récents qui ont tout chamboulé son pourtour, malgré les détériorations que souvent nous provoquons durant nos séjours à ses côtés, aujourd’hui encore, au moment où je parviens près d’elle, la Source coule toujours paisible et claire. J’aime entendre le chant de l’eau et le gazouillis des oiseaux qui viennent s’y désaltérer. 


Cinq jeunes ados sont là en train de causer. Certains assis sur leur petite moto et d’autres les mains appuyées sur le guidon de leur vélo. Je les salue. J’en reconnais quelques-uns. J’ai parlé l’autre soir avec eux devant l’église que j’avais ouverte le matin même. Je leur avais dit, sans dramatiser, que le petit Ginkgo Biloba avait été cassé. Ils ne s’en étaient pas aperçus. Je leur avais dit que cela nous faisait une grande peine. En effet nous avions planté ce petit arbre avec les membres de l’association ADN, pour tenter d’arrêter le risque de destruction massive de notre humanité, par la folie de l’éclatement de l’arme nucléaire dans le monde… Et parce que nous voulions que cette menace s’arrête, nous demandions à notre pays La France, de stopper la fabrication et le commerce de l’arme nucléaire de manière unilatérale. Je leur avais dit pourquoi nous avions planté ce petit arbre, parce que c’était lui, le petit Ginkgo Biloba, qui avait résisté et repoussé après l’éclatement de la bombe à Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945. Ces jeunes adolescents m’avaient écoutés je crois. J’avais ajouté que ce serait beau, afin de pouvoir réparer la casse du petit arbre, que celui qui l’avait brisé, sans doute malencontreusement, puisse venir nous le dire. Alors, nous pourrions réparer les choses, maintenir le symbole de paix qui règne en cet endroit.


Je souhaite donc de bonnes vacances à ce groupe de jeunes devant la Source. Je continue mon chemin pour aller aider Jeannot à dépanner la tondeuse. Je n’ai pas fait 100 mètres que j’entends l’un de ces jeunes me rappeler : « Lulu ! Lulu ! » Je suis étonné. Je me retourne. Je reviens sur mes pas. Le jeune qui vient de me rappeler fait quelques pas dans ma direction. Nous nous envisageons, son regard, je me souviens est très clair en même temps que très gêné. Il me dit : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba … Je voudrais en replanter un… »  Je luis dis alors : « Ta parole me touche profondément. J’espérais tant que ce jour viendrait où un jeune me dirait ce que tu es en train de me dire : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba. » Je te remercie, je t’embrasse.


Je vois bien que ce jeune est étonné de la manière dont j’accueille sa démarche. Je sens qu’il se passe aussi quelque chose chez les copains. Je leur dit : « Je vous remercie. C’est avec vous que j’avais causé du petit Ginkgo Biloba l’autre soir. Vous avez sans doute aidé votre copain à dire que c’était lui qui avait cassé le petit arbre. Voilà que grâce à vous et avec vous tous, nous allons pouvoir réparer. On fera ça en novembre de cette année, quand la sainte Catherine sera venue. »


En souriant, ce jeune qui m’apporte tellement de paix me dit : « J’ai fait le jus de pommes avec vous à l’école de Ranchot, avec Mme Nicot, quand j’étais gosse. Je lui demande quel est son beau prénom. En entendant sa réponse, je suis heureux de découvrir que je suis ami d’enfance de sa grand-mère. 


Nous nous communiquons nos adresses. En leur disant au revoir, je me dis en moi-même : « qu’est-ce que j’ai bien fait aussi de ne pas me laisser entrainer dans la violence… le soir où, avec Jeannot  nous avions constaté la casse du petit Ginkgo Biloba ». J’avais été tenté de ne plus vouloir ouvrir l’Eglise, de ne pas laisser les jeunes y emprunter des chaises pour s’asseoir et causer… de ne plus causer avec eux… Et voici que j’ai été comme poussé vers ce qui ne se voyait pas. Et voilà que ça a fait naître la démarche de ce jeune grâce aussi à ses copains … Et puis voilà que le sens est retrouvé de continuer à faire démarrer plein de rencontres à partir du petit Ginkgo Biloba. A ses côtés il se raconte et il se comprend tellement de choses; certes il est cassé, mais vient de surgir en nous tous, grâce à la présence de la petite fille espérance, que nous allons pouvoir continuer la création d’une plénitude de liens et de lieux de paix.


Je continue mon chemin pour rejoindre Jeannot, il est en train de peiner à remonter la tondeuse, je lui dis alors ma reconnaissance pour ce que je viens d’apprendre. C’est à toi en premier que je l’annonce, cette bonne nouvelle : « un jeune vient de me dire que c’est lui qui a cassé le petit Ginkgo Biloba. Jeannot, tu y es pour beaucoup dans ce qui vient de se passer, tu m’as appelé pour que je descende t’aider ; je suis alors passé par le petit chemin qui conduit directement à la Source. Tu l’as rudement bien aménagé, à tel point qu’on a envie de le prendre, c’est grâce à ton travail que j’ai rencontré ce groupe de copains. » Jeannot sourit.


Tout en remontant la tondeuse à la maison, je continue de raconter à Jeannot ce qui vient de se dénouer, nous passons alors devant chez Diana.
Diana nous entend passer, elle nous rattrape, elle a le visage triste, elle vient seulement de constater cet après-midi que le petit Ginkgo Biloba était cassé; je ne lui avais pas encore raconté.
Diana: « J’ai eu un peu mal au cœur tout à l’heure quand avec Lucille, j’ai vu que le petit Ginkgo Biloba était cassé; qu’est-ce qui s’est passé ? 
C’est dramatisant comme il est cassé. Est-ce qu’on va pouvoir le faire repousser ?


Nous vivons alors un moment très particulier, j’ai à recevoir et accueillir la peine de Diana et de Lucille, et en même temps, je suis pressé de leur annoncer que grâce à ce que je viens d’entendre de la bouche d’un jeune, on va pouvoir entreprendre une démarche de réparation des dégâts provoqués par la cassure du petit arbre.


Je raconte donc qu’effectivement il y a une dizaine de jours, le petit Ginkgo Biloba était cassé, je lui dis le travail de la petite fille espérance, et très vite je raconte la rencontre avec ce jeune et ses copains qui vient de se réaliser. Diana est heureuse. Elle est comme libérée, elle me dit : « Je repensais en voyant le petit Ginkgo Biloba cassé à toutes les fois où on avait arrosé ses racines avec Marie-Emmanuelle et Lucille, des fois on disait on va arroser le petit arbre pour Fadila, car elle s’était émerveillée devant le petit arbre et elle nous avait demandé, quand vous l’arroserez, vous penserez à moi. »
Comme tous les enfants, Diana est sensible à ce qui est planté, à ce qui grandit dans la tranquillité, à ce qui pousse bien et porte du fruit.


Le petit Ginkgo Biloba a déjà tellement permis que des liens de paix se créent entre beaucoup de gens parmi nous, mais en même temps, Diana est tellement touchée quand quelque chose se casse ou se déchire dans le tissu de relations qu’elle a contribué à créer … Elle a horreur de ce qui abime la vie, sa vie et celle des autres, et particulièrement celle des petits… , qu’elle éclate de joie lorsque je lui annonce que ce jeune est venu nous dire que c’était lui qui avait cassé ce petit arbre, et qu’il voulait en replanter un. Nous allons pouvoir réparer ce qui a été brisé.


D’où ça peut bien venir que quand il nous est arrivé de casser quelque chose, et à plus forte raison une relation, voilà qu’il nous vient de chercher et trouver un chemin de réparation.
Je suis émerveillé d’être témoin comment Diana pense que Dieu peut être la source de tout ce travail d’élévation de notre humanité.


En nous dirigeant, Diana et moi vers le petit Ginkgo Biloba cassé, afin de déposer sur ses pieds un seau d’eau, nous pensons aussi à aller exprimer à Dieu notre reconnaissance.
Diana : « Je voulais te demander: Marie, est-ce que c’est le nom de la femme de Dieu ? 
Lucien: Dieu en qui nous nous confions, toi et moi, n’a pas de femme mais il est relié, il a fait alliance avec toute notre humanité, et quand nous cassons quelque chose entre nous d’important, il maintient son alliance entre Lui et nous.
On le sent bien dans la manière de vivre et d’aimer qui habite Jésus.


Diana me reparle de sa professeur de français, elle nous a raconté tous les kilomètres que les enfants d’Afrique sont obligés de faire à pied pendant de longues heures pour venir à l’école.
Elle nous a fait écouter une chanson ou on entend un enfant africain  dire : « Je veux à manger, je veux la paix »  Diana me dit, c’est dommage qu’on retrouve des oiseaux morts. Quand on en retrouve qui sont blessés, il faut les porter à quelqu’un qui s’en occupe. Mon papa, quand il était jeune, il avait un petit chien, et un jour il l’avait perdu; il pensait qu’il était mort, et voilà qu’il est revenu, qu’est-ce que mon papa était heureux de l’avoir retrouvé.


Je lui dis, qu’est-ce qu’elles sont belles ces histoires, comme celle de Bim le petit âne, où vous, les enfants, vous nous interpellez à savoir réparer ce qui est cassé.
En nous disant au revoir, Diana me dit : « Est-ce c’est un peu sûr qu’on va replanter le petit Ginkgo Biloba ? »

 

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.