Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 08:35
Assemblée Générale de l'association ADN ce lundi 6 septembre
Assemblée Générale de l'association ADN ce lundi 6 septembre

Vous êtes cordialement invités à notre assemblée générale
Lundi 06 septembre 2021
16 heures
salle de la Mairie de DAMPIERRE
un pot de l'amitié conclura notre rencontre.

 

Agir pour le Désarmement Nucléaire unilatéral de la France
  A.D. N. Franche-Comté

 

L'arme nucléaire, c'est la fin acceptée de l’humanité

Théodore Monod

Ne doutez jamais qu'un petit groupe de personnes peuvent changer le monde. En fait, c'est toujours ainsi que le monde a changé.

Margaret Mead

Repost0
6 août 2021 5 06 /08 /août /2021 07:56

Comme chaque année, à l'occasion de la commémoration des bombardements de Hiroshima et Nagasaki, des militants organisent des journées de jeûne et d'action. Les membres du groupe ADN de Franche-Comté vous invitent à les rejoindre à Dijon, ou à vous informer sur leurs actions.

Commémoration des bombardements de Hiroshima et Nagasaki
Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 09:51
L'arbre aux mille écus à Dampierre en automne et en hiver
L'arbre aux mille écus à Dampierre en automne et en hiver

L'arbre aux mille écus à Dampierre en automne et en hiver

ADN 2021

VŒUX DU PRESIDENT

 

Chers amis d’ADN

 

« Tenir les uns aux autres » comme le font les petites branches du grand arbre qui est sur la place du village ou du quartier de notre ville. Voilà des souhaits de bonne année.

Voilà les miens.

Dans le grand arbre qu’est notre humanité il y a des branches qui ont pris des coups. Ça se comprend qu’elles aient du mal à se manifester.

 

Cependant la sève continue de couler, d’aller de l’une à l’autre branche que nous sommes. La sève nous tient en cohésion les uns avec les autres. Elle nous permet de résister ensemble et d’empêcher que des violences s’institutionnalisent.

C’est tout l’arbre qui est blessé.

C’est toute l’humanité qui souffre.

 

Ainsi nous continuons d’apprendre qu’une part importante de notre budget commun est dirigée dans la fabrication, le commerce et le transport d’armements de plus en plus dangereux, vers des pays affamés. Des millions de gens y meurent de ne pas avoir d’accès à un morceau de terre, à un travail qui permette de construire un toit pour sa famille : Les 3 T : terre - travail – toit.

 

Pour enrayer le coronavirus, nous nous soumettons à des gestes et des temps de confinement – barrières. Et si cela nous faisait chercher et trouver le temps, en ce début d’année, d’aller souhaiter une bonne année à notre Maire, aux membres du conseil municipal et de notre commune, en demandant instamment que le président de notre république signe le TIAN. Ce traité créé entre en vigueur dans les jours qui viennent1 . Ainsi nous travaillerons à sauver tout principe d’humanité.

 

Il est un autre fait qui doit nous toucher et nous faire réagir. Nous payons très cher la recherche du « soldat augmenté ». Ce n’est pas sa solde que l’on augmentera. C’est que des implants seraient inclus dans le corps et le psychisme de jeunes hommes et de jeunes filles. Ils seraient ainsi « sans peur et sans reproche » devant ceux qui sont décrétés ennemis et terroristes. Certainement que nous n’accepterions pas que de telles opérations se réalisent dans l’être des enfants que nous avons mis au monde. Et sur les enfants des autres, nous l’accepterions ? En faisant de nos enfants des «soldats augmentés » ne ferions-nous pas de nous tous une humanité diminuée ?

 

Des amis du groupe d’action non-violente de Dijon sont traduits le 12 février 2021 à 14h30 devant le tribunal de Dion parce qu’ils ont franchi les portes du sanctuaire nucléaire de Valduc où nous sommes allés manifester entre le 6 et le 9 août 2019 et 2020. Comment allons-nous nous organiser afin de signifier notre solidarité à l’engagement de ces militants ?

 

N’est-ce pas une sacrée belle année dans laquelle nous voilà engagés ?
 

 

PS : Aujourd'hui, 1er lundi du mois, jour de jeûne et de réflexion pour le désarmement nucléaire pour les membres et amis du groupe ADN. 

Repost0
12 août 2020 3 12 /08 /août /2020 22:06
Lettre au Président de la République pour le désarmement nucléaire

Lettre au Président de la République pour le désarmement nucléaire en lien avec le Liban

 

Dampierre le 9 /08/2020

Lucien CONVERSET                                                                                        

En union avec les Membres de l’A.D.N. se fédérant à I.C.A.N.

 

                                                                                             MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

 

Du 6 au 9 Août 2020.

 

        Avec les membres de plusieurs associations et mouvement se fédérant avec ICAN, nous revenons d’un jeûne-action devant le C.E.A. de VALDUC, où s’entassent les 290 ogives nucléaires de la France. Vous le savez, une seule de ces ogives si elle venait à éclater provoquerait des drames encore plus graves que ceux qui ont anéanti HIROSHIMA et NAGASAKI.

        Dans nos manifestations nous demandons que notre Président, vous-mêmes, vous vous revêtiez des habits d’un homme de paix, que vous vous déterminiez à signer le T.I.A.N., traité d’interdiction des armes nucléaires, au nom de la France, en notre nom à tous.

        La France doit prendre l’initiative du désarmement nucléaire mondial de manière unilatérale, si nous voulons être efficacement solidaires entre autres de membres du peuple libanais. Ils sont victimes de l’éclatement et de l’embrasement du tas des 2750 tonnes de nitrate d’ammonium qui viennent d’anéantir BEYROUTH.

        Il y a un tas de choses dont il faut nous démunir. Il en va de l’avenir de notre humanité.

    En nous démunissant de notre tas d’ogives nucléaires, nous ôterons le risque d’embrasement nucléaire de l’humanité. Monsieur le Président, vous vous vêtirez alors des habits d’un faiseur de paix. Alors vous pourrez parler au peuple libanais au nom du peuple français, dans votre volonté de retourner au Liban le 1er septembre.

        Croyez, Monsieur le Président, à nos sentiments respectueux et reconnaissants.

Repost0
31 mai 2020 7 31 /05 /mai /2020 21:19

Joignez-vous au groupe ADN par le jeûne, la réflexion ou par téléphone. Car ce lundi 1er juin, les membres se retrouveront en conférence téléphonique à 16h. Demander les codes si vous voulez participer...

 

Plusieurs sujets seront abordés, suivez les liens proposés ci-dessous :

 

Ceux qui ont pu se connecter samedi à la prière du chapelet avec le pape François et tous les sanctuaires mariaux du monde, ont du retenir ce que François a dit dans sa prière finale concernant les dépenses pour l'armement. La voici ci-dessous.

 

Marie très Sainte, touche les consciences pour que les sommes considérables utilisées pour accroître et perfectionner les armements soient au contraire destinées à promouvoir des études adéquates pour prévenir de semblables catastrophes dans l’avenir.

 

Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 13:40

Chaque 1er lundi du mois, le groupe ADN, Association franc-comtoise pour le Désarmement Nucléaire unilatéral de la France, se réunit à Dampierre autour de Lulu, président de l'association. Si à cause du confinement, le groupe ne peut pas se retrouver ce lundi, certains de ses membres jeûnent et continuent de réfléchir et d'agir chacun à sa manière. 

La dernière lettre de Lulu peut aider à la réflexion. 

Pour illustrer cette page, voici un chant "combien de route" en anglais, sous titré, mis en ligne ce dimanche 3 mai, et enregistré par 70 chanteurs et musiciens du monde entier...

Combien de temps les canons tireront-ils, avant d'être bannis à jamais ?

Dampierre le 1er mai 2020

 

« J’AI MAL AUX ENTRAILLES »

(Paroles de la Terre à ses enfants)

 

Ce sont les paroles de notre Mère la Terre que j’ai entendues, en ce matin du 1er mai, au même moment où sonnait l’Angélus au clocher de mon village.

Quelques-uns des enfants de Dieu que nous sommes tous, balbutiaient à la Sainte Vierge les paroles de l’Ange : « Vous êtes bénie entre toutes les femmes... Jésus le fruit de vos entrailles est béni... »

Et voilà qu’en même temps, j’entendais, alors que la cloche continuait à tintinnabuler : « J’ai mal aux entrailles... »

 

C’était le cri de la Terre qui nous disait : « Mes enfants, j’ai mal aux entrailles... depuis que vous avez recommencé les essais nucléaires la semaine dernière, en plein confinement... Pensez-vous que c’est ainsi que vous allez barrer la route au coronavirus. Or, vous vous étiez engagés à ne jamais les refaire en signant le T.N.P. (Traité de Non-Prolifération). Vous aviez arrêté le vacarme et les hurlements des mirages dans le ciel. Enfin j’avais trouvé un peu de repos. Et voilà que vous venez de recommencer !

Vous me rétorquez que ce sont « des essais simulés » que vous venez d’accomplir. Je vous réponds qu’ils n’en sont pas moins « la préméditation d’un crime contre l’Humanité, contre moi votre mère, et contre tous mes enfants, dont vous... »

 

La cloche de l’Angélus allait bientôt s’arrêter. Durant les derniers tintements... j’entendais : «... Le Verbe s’est fait chair... » Et pourquoi donc ? «... pour que de notre chair blessée jaillisse une parole qui nous libère... »

Oh ce que ça me faisait du bien de nous entendre dire que sur nos chemins de douleur durant ce confinement, la petite fille Espérance avait semé des petites graines qui commençaient à germer, à pousser... Des gens, beaucoup de gens avaient inventé, suscité des actes de solidarité... ils avaient ouvert des chemins de liberté... et pas rien que pour quelques privilégiés... Mais pour tout le monde... à commencer par les plus éprouvés... les réprouvés... les oubliés... les damnés... les condamnés...

 

Le silence s’était installé... C’est rigolo... la Terre continuait à me parler... comme une mère à son enfant... Elle me disait : « Tu as du temps devant toi... Prends le pour lire et laisser entrer dans ta chair, dans ta peau, dans ta « compreniotte » ce que les prophètes de ce temps ont su ramasser de la vie des « petites gens »... Ils sont « grandes gens » C’est dans leur vie que se loge la parole de Dieu »

 

Je passai une grande partie de la journée à continuer comme dans un tissage à lancer la navette du téléphone, où à la recevoir... afin de continuer en ce temps de confinement à créer des liens et à en maintenir avec beaucoup...

 

Entre ces appels et ces réceptions de coups de téléphone, j’ai pu lire sous la plume de Christiane RANCE, dans sa chronique du journal La Croix, la bouleversante histoire de NIKITA et VASSILI que TOLSTOÏ raconte dans son livre « MAITRE et SERVITEUR ». VASSILI le maitre, aura vécu une vraie vie, sa vie aura pris du sens au seul moment où il donnera sa vie pour sauver celle de son serviteur NIKITA dont il a fait son ami. »

J’ai un petit peu plus compris que même si je ne suis pas détenteur de beaucoup de capitaux, cependant est ce que je ne joue pas au « maître » dans un domaine où dans un autre ? Pour que ça change sur la planète, je pourrais arrêter de considérer les autres comme mes serviteurs et mettre le tablier autour de mes reins !

 

J’ai aimé relire quelques morceaux de l’histoire de la vie de Boris CYRULNIK... Comment chaque fois où un événement risquait de lui couper le souffle ou lui jouer un mauvais tour, il se solidarisait avec d’autres personnes menacées elles aussi. Ils entraient en résistance... Ils devenaient résilients : « sans doute quand la pandémie sera maîtrisée, nous réfléchirons. Nous discuterons pour savoir comment construire une nouvelle forme de vivre ensemble... A ma naissance, peu avant la seconde guerre mondiale, il n’y avait pas de sécurité sociale ni de système de retraite... Mais après chaque crise il y a des changements culturels... »

 

Puis je me suis demandé où notre ami le pape François va chercher les trésors de sagesse qu’il nous offre chaque fois qu’il endosse une part des événements qui nous tombent dessus. Comme disait le poète latin TERENCE à propos d’un bienfaiteur de l’Humanité, nous pouvons dire de François que « rien de ce qui est humain ne lui est étranger »

En ce premier mai le pape François s’adressait aux frères et sœurs des mouvements et organisations populaires. Avec quel respect et délicatesse je l’ai entendu dire que c’est « dans les périphéries oubliées que résident de véritables poètes sociaux. Je sais que c’est vous qui apportez des solutions dignes aux problèmes les plus graves de ceux qui sont exclus... Vous n’êtes pas reconnus comme il se doit. Dans ce système vous êtes véritablement invisibles. Mais vous revendiquez vos droits au lieu de vous résigner. Vous retroussez vos manches pour le bien commun... votre attitude m’aide, m’interroge et m’apprends beaucoup... »

 

J’ai beaucoup apprécié tout ce qui s’est manifesté de souffle de Justice en cette fête du 1er mai.

Ça m’a fait sortir du confinement, considérer le bien commun, envisager ceux qu’on ne voit pas, les considérer dans leur dignité, empêcher l’arrivée des rapaces et des vautours.

Qu’est-ce que j’étais heureux de percevoir dès avant le déconfinement que des chemins s’ouvraient à nous tous pour empêcher que notre Mère la Terre ait mal à ses entrailles, et qu’elle puisse continuer à nous enfanter.

 

Lulu

Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 20:52
Des petites feuilles pleines de promesse

Des petites feuilles pleines de promesse

Dampierre, le 6 août 2018

 

« VENEZ VITE VOIR, LE PETIT GINKGO BILOBA A POUSSE DES FEUILLES »


Ce sont les mots que Jeannot nous adresse à ma sœur Bernadette et à moi, le 6 août, jour anniversaire du drame d’Hiroshima. Je n’ai pas pu participer à la commémoration organisée ce jour même par le groupe ADN à Ranchot. Mon frère, ma sœur et moi étions à l’enterrement de notre cousine Marie Vittot, dans le pays de notre maman, à Chaux les Passavant - La Grâce Dieu.


En nous dirigeant vers le petit ginkgo biloba, Jeannot commence à raconter :
Jeannot : « le matin on allait pour préparer la réunion (du mouvement ADN-MAN), Toinette me dit « On va aller arroser les pieds du petit ginkgo car il vient de mettre des feuilles »


Lulu : « Jeannot, t’es en train de faire de nous les témoins que ce qui a été cassé et brisé dans nos vies peut se réparer. Une fois encore, c’est l’arbre qui parle aux hommes et femmes que nous sommes. Laisserons-nous notre pâte humaine se pétrir du levain qu’est l’attitude et la parole des petits de notre humanité ? Comment passer de « témoins » des cassures à « artisans » de la réparation ? »


En arrivant vers le petit arbre, nous apercevons tout le long du tronc, de belles feuilles vertes bilobées qui poussent pour la joie de nos yeux.
Jeannot : « J’en revenais pas … En mettant le seau d’eau sur les pieds du petit ginkgo, qu’est-ce que je voyais … l’arbre qui poussait des feuilles … par la chaleur qu’il fait … j’ai compté les feuilles, y en a douze »
Lulu : « Et tu nous annonces ça Jeannot, le jour du 6 août, le jour de la commémoration d’Hiroshima … le jour où le ginkgo biloba a résisté dans la fournaise à l’éclatement de la bombe … Je suis très touché par ce que tu es en train de nous faire découvrir Jeannot … »
Jeannot : «  Va falloir qu’on viennent souvent l’arroser. »


Avec Jeannot et ma sœur Bernadette, nous nous racontons comment, à la ressemblance du petit arbre, nous venons tous de très loin. Nous avons vécu et traversé des évènements et des réalités dont nous disons : «  On en revient pas. En fait, nous sommes en train d’ (en revenir) »


Nous avons été très marqués par la teneur du travail de recherche de ces 3500 jeunes, réalisé pendant le festival de la paix à Micropolis du 2 au 5 août à Besançon, dans le souffle du mouvement MRJC, pour les Français et du  KLJB pour les Allemands.


C’est tout un peuple de jeunes, tendus dans la création d’une humanité plus juste et plus fraternelle qui s’exprimait. Dans plusieurs ateliers, durant ces jours du festival de la paix, ces « jeunes prophètes » ont demandé aux « vieux rêveurs » que sont leurs parents et nous les amis de leurs parents, de nous unir avec eux dans leurs luttes, dans leurs façons de faire, dans leurs recherches, et particulièrement celles de la communication non violente (CNV), afin qu’en « désarmant les Dieux » «  il n’y ait aucun exclu pour la fête » Parmi les signes merveilleux que c’est déjà en train de se réaliser, en voici un : Grégory 13 ans, qui a participé à tout le campement MRJC de marche au pas des ânes de Poligny à Besançon, sert la messe aux côtés de Jean-Luc Bouilleret l’évêque, Daniel Petit, Gaby Rognon et quelques aumôniers MRJC-CMR et Mission de France, qui ont tant ramés depuis des années avec ces 3500 jeunes, pour que notre monde tienne dans son avancée vers la paix et la justice. Tout cela grâce à un désarmement effectif, et dans l’établissement d’une ruralité à trempe humaine.


Jean-Marie Guinchard de la Sommette, le papa de Camille, vient communier. Au moment où je lui donne le corps du Christ, il nous dit avec émotion à Grégory et à moi, « Si Lulu est là, c’est à cause de toi Grégory »


La messe que nous célébrons est un moment de reconnaissance humble et étonnante de joie et de fête. Nous exprimons à notre ami Jésus, que notre confiance en Lui, vient du fait que, par sa manière d’aimer, et par la non-violence qui rayonne de son comportement en humanité, il fait que son Père, n’est plus à nos yeux « le Dieu des armées » mais « un Dieu désarmé ». C’est comme cela que nous l’aimons et que nous pouvons le reconnaitre comme « Notre Père ». Nous entendons les bruits que fait la terre parce qu’on la malmène, et les cris des enfants qui n’en peuvent plus, parce qu’ils sont en manque de pain et de père.


Rosine, Alphonse et moi, nous allons dans l’après-midi de ce dimanche du 5 août, à la fin du festival de la paix, chercher les ânes à Montoille, en dessous du Rosemont, chez Jocelyne et Philippe Louison, qui les ont hébergés dans leur enclos de deux hectares, pendant les 4 jours de la fête, à deux pas de la Malcombe, lieu de l’établissement du campement de plus de 500 tentes des festivaliers. Il y eut beaucoup de facilitateurs pour rendre possible cette proximité et cette faisabilité. Parmi eux, Valentin Perriard et Félicien Ragot. L’accessibilité à cet enclos pour les ânes, rendit possible, la marche ballade avec des enfants et leurs parents, participant au festival, les vendredis et samedis après-midi, le long de la Malcombe, Emmaüs, Roche d’Or, vélo route, long du Doubs, Velote. Un véritable atelier itinérant à chaque fois, signifiant expérimentalement ce que nous cherchons en communication non-violente : déligoter et dénouer les nœuds qui abiment nos êtres, et nous réjouir que grâce à cette libération, nous puissions nous relier les uns aux autres. En découvrant comme l’on vécu et dit Christian de Chergé et ses compagnons de Tibhirine, « qu’en chacun des êtres humains réside le don de l’Esprit, dont la joie secrète sera toujours d’établir la communion et de rétablir la ressemblance en jouant avec les différences »


Il avait été prévu à notre rencontre de l’équipe ADN du lundi 2 juillet, qu’en ramenant les ânes à Dampierre le 5 août au soir, à la fin du festival, grâce au véhicule d’Alphonse, nous rendions possible la petite randonnée qui aurait lieu de Dampierre à Ranchot, dans la journée du 6 août. En effet, nous pensions en nous baladant au pas des ânes, aller voir l’exposition des panneaux préparés par Toinette et Elisabeth, disposés par François et intitulés : « Commémoration des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki » Ce serait une exposition en binôme avec les peintures de Mme Chantal Prin dans la chapelle de Ranchot. Cette dame avait retenu ce lieu d’exposition depuis plusieurs mois. Elle nous permettait d’adjoindre notre exposition à la sienne. Nous ferions jeûne et marche en solidarité avec les victimes de la bombe. Nous invitions toutes les personnes qui se voulaient solidaires des victimes à venir avec nous. Un beau petit livret, réalisé par les membres de notre association franc-comtoise pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France, expliquant à quelles personnes et mouvements nous nous référions dans l’association ADN.


La marche ne pourra pas se réaliser ce 6 août, mais l’exposition dans la chapelle de Ranchot aura lieu, et l’une des personnes référentes de notre lutte sera là, Jean-Marie Muller, fondateur du MAN avec sa femme Hélène, avec leurs enfants et petits-enfants. En effet, Jean-Marie, très fatigué, est venu se reposer aux Calmants chez Marie-Françoise et Claude Bet Garritan pendant la semaine du 5 au 12 août. C’est de là que Jean-Marie viendra avec sa famille animer le débat sur l’urgence d’organiser une défense non violente de notre humanité notamment, en exigeant le désarmement nucléaire de la France de manière unilatérale. Il a commenté le tableau des témoins.


Qu’est-ce que je regrette de n’avoir pu venir vivre une telle journée à Dampierre et Ranchot. En effet, je me trouvais avec ma famille à l’enterrement de notre cousine Marie qui avait lieu le même jour, à la même heure et à 50 kilomètres de distance.


Et Jeannot continue de raconter : « Et puis vous savez pas qui c’est qui était à la chapelle de Ranchot ? Jean-Marie Muller avec sa famille. Même que je me suis dit, quand le Dédé Siclet le journaliste viendra prendre la photo pour mettre un article dans le journal, il faut que je me mette à côté de Jean-Marie, de sa femme et de leurs enfants… Ça va paraitre un de ces jours … Vous verrez dans la semaine … 
Lulu : « Dis voir Jeannot, qui c’est qui était à cette exposition ? »
Jeannot : « Je ne sais pas … Jean-Marie et toute sa famille … Y avait la Toinette, Marie-Françoise, Gilbert et Ginette … François … La Brigitte de Choisey, le Claude a pas pu venir, Jacques Martin n’était pas là, Pierre, je sais pas … Des gens de Fraisans … Je sais pas leurs noms … »
Lulu : «  Jacques et Danielle  … ? »
Jeannot : « Oui, peut-être bien. Jean-Marie a causé. Il était assis parce qu’il était très fatigué … On ira les voir chez Marie-Françoise et Claude du jus de pommes »
Lulu : « Bien sûr ! Demain matin mardi, on ira voir nos amis aux Calmants »


Qu’est-ce que je suis heureux que Jean-Marie soit venu faire une conférence sur la non-violence à Ranchot … dans notre pays, le 6 août, le jour anniversaire où nous jeûnons en pensant aux victimes d’Hiroshima pour qu’il n’y ait plus de menaces d’éclatement de bombes nucléaires sur notre humanité … C’est vraiment la continuation du festival de la paix avec les jeunes du MRJC-KLJB … De quoi est-ce que tu te souviens Jeannot que Jean-Marie a dit dans sa conférence ? »
Jeannot : «  Je sais pas moi … Il a parlé de la violence, il a montré son livre … Je voudrais bien l’avoir »
Lulu : «  Quel livre ? »
Jeannot : « Je sais pas »
Lulu : « Surement son dernier livre : « La violence juste n’existe pas »
Jeannot : « Oui, c’est ça … Je voudrais bien l’avoir … »
Lulu : « On lui demandera quand on ira les voir demain aux Calmants. Ils nous attendent pour promener les enfants au pas des ânes avec la charrette. Qu’est-ce que je suis heureux que nous vivions ces moment-là ensemble … Que tu aies tes congés annuels juste à ce moment-là et que tu sois venu à Dampierre  pour préparer les chemins du campement du MRJC et faire les randonnées au pas des ânes avec la famille de Jean-Marie et Hélène … Qu’est-ce que ça tombe bien !
Jeannot sourit.


Lulu :«  Sais-tu que dans son livre, ce qu’il écrit, ça ressemble à ce que dit le pape François. Ils sont très en communication entre eux … On demandera à Jean-Marie comment ça se fait qu’ils sont reliés comme ça l’un à l’autre, comment ça se fait qu’ils disent et tendent de la même manière à ce qu’avec eux, nous fassions la même chose : «  nous élever en humanité les uns grâce aux autres dans des relations non violentes, en arrêtant de prendre toute la place sur terre, en nous poussant les uns les autres à faire de la place à ceux qui n’en ont pas »


Jeannot sourit encore. Le voici détendu, en paix. Il a comme accompli sa mission. Il vient de raconter à Bernadette et à moi comment il nous a représentés en cette journée du 6 août 2018 où nous n’avons pas pu être là à Dampierre et Ranchot.
Lulu : «  Qu’est-ce que je suis touché que par toi Jeannot, en cette journée du 6 août, nous apprenons que le petit ginkgo biloba a poussé des feuilles, douze … Tu les a comptées sur son tronc. J’ai envie de dire qu’elles se sont reflétées dans l’eau du seau d’eau que tu venais verser sur ses pieds.

 

Par toi aussi, nous apprenons, il se reflète sur ton visage et dans tes paroles, que ce même jour, Jean-Marie était avec sa famille à l’exposition de Ranchot pour exiger le désarmement nucléaire unilatéral de la France… Que ce même jour, Jean-Marie a présenté son dernier livre : «  La violence juste n’existe pas » et que c’est la même chose que ce que déclare le pape François. J’ai encore envie de te dire Jeannot que tu es un des premiers témoins-artisans de tout ce travail … Que c’est à toi aussi que le prix Nobel de la paix a été décerné en septembre 2017 comme à tous ceux qui travaillent à nous démunir de nos violences, et qui s’affilient d’une manière ou d’une autre au mouvement ICAN (Campagne Internationale pour l’abolition des armes nucléaires ) Jeannot, c’est dans la lumière et dans l’amour que l’univers a commencé d’exister … c’est dans la non-violence seulement, que pourra se continuer son achèvement. 
Ma sœur Bernadette nous dit au revoir. Je la remercie pour tout ce qu’elle a rendu possible avec beaucoup de parents de ces jeunes pour la réalisation de ces journées du festival de la paix. Nous partons nous reposer pour être le plus en forme possible durant les rencontres qui nous attendent.


Comment se fait-il que nous ayons été si peu de vieux rêveurs du Jura à répondre à cet appel si plein d’angoisses en même temps que d’espérance, lancé par ces jeunes prophètes … Besançon n’est quand même pas si loin pour que des Jurassiens y accèdent.


Pourquoi si peu de gens de notre diocèse de Saint Claude Poligny, sont venus croiser les pas de ces jeunes faiseurs de paix … travailleurs de la non-violence … ? Pour une fois qu’un réel débat était initié par des jeunes au sujet crucial du désarmement nucléaire de notre pays.


Faudra-t-il encore un autre festival ? Mais sait-on les forces qui sont nécessaires pour lancer et réaliser un tel moment historique ? Le risque ne sera-t-il pas qu’il soit très tard 

Lucien Converset

                                 


 

Repost0
16 août 2018 4 16 /08 /août /2018 06:25
Festival de la paix et Commémoration du 6 août 2018

6 août 2018


L’association ADN commémore la bombe nucléaire d’Hiroshima


Du 2 au 5 août un événement de dimension internationale s’est tenu à Besançon : Le festival pour la paix, organisé par le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne et son équivalent allemand, le KLJB. Près de 5000 jeunes sont venus dire leur volonté de promouvoir la paix, dans leur vie quotidienne comme dans la vie publique.


Notre ami Lulu s’est investi fortement dans cette aventure, organisant une marche au pas des ânes vers Besançon avec des groupes de jeunes du MRJC et de Pax Christi.( Il ne pouvait être avec nous ce lundi suite à un deuil dans sa famille). Marie-Françoise s’est également engagée dans cette aventure comme bénévole, mettant à la disposition du festival sa maîtrise de l’allemand et sa pratique familiale d’une agriculture au service du développement des personnes et du respect de la terre.


Notre rendez-vous annuel de jeûne et d’échange, en lien avec la mobilisation internationale de commémoration d’Hiroshima était donc modeste, beaucoup d’entre nous ayant d’autres contraintes, de famille ou de santé.


Néanmoins, nous nous sommes retrouvés à Dampierre à 10 heures, et nous avons échangé avec les enfants présents sur le sens de cette journée. Louis Pinsard a présenté les actions de mobilisation pour le désarmement nucléaire de la France proposées par le réseau Sortir du Nucléaire, et l’offre de soutien à des actions militantes proposées par Non-Violence 21. 


A 14h30, nous nous sommes retrouvée à la chapelle de Ranchot, où François avait mis en place les panneaux réalisés par Elisabeth sur les fondamentaux de l’ADN (les grands penseurs-acteurs de la Non-Violence, l’action militante via les plantations de Ginkgo-Biloba).


Jean-Marie Muller nous a rejoints avec sa compagne Hélène et leurs enfants. Il a commenté pour nous l’apport de ces précurseurs de la non-violence, insistant sur la richesse et la complexité de la pensée de Gandhi, pour qui la non-violence n’a rien de la passivité, mais au contraire est un outil actif de lutte. Il a rappelé trois événements récents qui auront un impact certain sur le désarmement nucléaire unilatéral :La conférence pour la Paix qui s’est tenue au Vatican – à laquelle JMM a participé – et qui a permis que disparaisse du message de l’Eglise la notion de « guerre juste ».


•    L’intervention le 10 novembre 2017 du pape François  qui a  exprimé un vif sentiment d’inquiétude en considérant les conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques qui découleraient de tout usage des armes nucléaires. C’est pourquoi, a-t-il précisé, « il faut condamner fermement la menace de leur usage, ainsi que leur possession» Cette condamnation de la « possession » des armes nucléaires est décisive, car elle invite chaque Etat à renoncer unilatéralement à la dissuasion nucléaire.


•    Le traité d’interdiction des armes nucléaires proposé par l’ONU en 2017
Cette contribution de Jean-Marie, son éclairage sur les enjeux déterminants  - l’impact qu’aurait l’engagement de la conférence des évêques de France sur l’engagement du pays dans le désarmement nucléaire- nous ont été précieux pour notre mobilisation. Merci à lui.


 

Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 12:35
août 2013, retour de Bethléem et commémoration des bombardements nucléaires à Dampierre

août 2013, retour de Bethléem et commémoration des bombardements nucléaires à Dampierre

En août 2013, Lulu déposait son sac à dos à Dampierre après un périple de 16 mois au pas de l'âne Isidore. C'était une marche pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France qui l'a conduit jusqu'à Bethléem. Ce blog a été créé pour suivre ce périple.

 

A son retour, ses amis étaient heureux de le retrouver pour commémorer avec lui les bombardements nucléaires d'Hiroshima et Nagasaki par 4 jours de jeûne et de débats. Quelques-uns ont eu envie de prolonger cette marche de Lulu en créant le Mouvement francomtois pour le Désarmement Nucléaire unilatéral de la France. Chaque 1er lundi du mois, des membres jeûnent et se retrouvent à Dampierre.

 

Ce lundi 6 août 2018, au retour du festival de la paix qui a lieu à Besançon, le mouvement ADN vous invite à participer à ces commémorations des bombardements au Japon à Dampierre, sur la place de l'église, par un jeûne, une visite, une présence, un message.

 

Ce même jour, à la Chapelle de Ranchot, où sont régulièrement organisées des expositions d'artistes, une place sera laissée pour une petite expo d'ADN présentant les fondamentaux de l'association, les plantations de Ginkgos, et les acteurs de non-violence dont les membres d'ADN s'inspirent.

 

Une marche au pas des ânes conduira des marcheurs de Dampierre à Ranchot en début d'après-midi.

 

Vous serez les bienvenus !

Commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki à Dampierre
Repost0
5 mai 2018 6 05 /05 /mai /2018 16:48
Assemblée Générale de ADN-MAN

Avec les beaux jours, le RDV des membres de l'association ADN-MAN change d'horaire, mais pas de lieu.

 

RDV donc à 16h00 ce lundi 7 mai 

à la salle de la mairie de Dampierre.

 

Ce sera l'Assemblée Générale en présence de Patrick Hubert,

ami de Jean-Marie Muller.

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.