Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 08:04

Evêque de Saint-Claude de 2005 à 2011, puis actuellement évêque d'Albi, Mgr Legre a bien sûr connu Lulu. Interpelé par des membres du MAN du diocèse d'Albi, il a fait cette déclaration.

Lulu m'a téléphoné ce matin, et j'ai pu lui lire cette déclaration. Celle-ci l'a beaucoup ému. Pas de soucis de santé, ni de perte d'Isidore et de bagages contrairement à certaines rumeurs.

 A propos des armes nucléaires

Face à la délicate question des armes nucléaires, la position de l’Eglise exprimée par le Pape Benoît XVI à plusieurs occasions est claire. Un désarmement progressif doit être envisagé pour libérer la planète des armes nucléaires. Pour sortir de la spirale de la violence et de son cortège de douleurs, autant que pour protéger la création et respecter l’environnement, les sommes importantes consacrées aux dépenses militaires ainsi qu’au maintien et au développement des arsenaux nucléaires pourraient être utilisées au développement des peuples les plus pauvres.

Cette position originale de l’Eglise dans le concert des nations est peu relayée. Il faut bien reconnaître qu’« une certaine indifférence résignée de l’opinion publique » ne contribue probablement pas à aider les Etats à réagir en faveur de la paix et du bien commun de toute l’humanité.

Des chrétiens tarnais, appartenant au Mouvement pour une Alternative Non-violente, veulent sensibiliser leurs concitoyens sur ces questions qui engagent l’avenir de l’humanité en proposant de signer une pétition*.

Mgr Jean Legrez, op Archevêque d'Albi

*Possibilité de signer cette pétition en ligne sur www.francesansarmesnucleaires.fr.

 

MAN.jpg

Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 16:22

Jean-Marie-MULLER

 

Jean-Marie Muller nous a envoyé la réponse qu'il a adressé à Mgr Marc Stenger. (Voir le texte publié sur ce blog le 8 septembre ICI). Lulu, toujours chez ses amis, Nicole et Bracha a pu prendre connaissance de ce courrier. En total accord avec ce texte, Lulu nous demande de le publier.

 

“Ne pas oublier notre responsabilité”

 Mon Cher Marc,

J’ai lu et relu avec la plus grande attention le texte de ta déclaration du 6 août dernier à l’occasion de l’anniversaire de la destruction de Hiroshima et Nagasaki... Pour poursuivre notre dialogue, permets-moi de venir te dire en toute amitié comment je lis ce texte...

Tu soulignes que cet anniversaire nous renvoie à “notre responsabilité par rapport à une politique de désarmement nucléaire” et je souscris bien sûr pleinement à ton affirmation... Je précise simplement que, pour ma part, je comprends qu’il s’agit de la responsabilité de chacun de nous... Mais tu en seras certainement d’accord...

Tu soulignes également que “les puissances nucléaires” – donc chaque puissance nucléaire dont la France... – “sont confrontées à la question de savoir si précisément la possession d’armes nucléaires et la menace stratégique ne signifient pas une violation du droit de la guerre”.... Et poser cette question, c’est déjà y répondre... Et par l’affirmative... A l’évidence, l’arme nucléaire viole les deux principes fondamentaux du droit de la guerre : la “limitation” et la “proportion” de la riposte... Au demeurant, tu ajoutes : “Leur utilisation met en danger l’ensemble de la création”.

 

Tu ne demandes pas si l’emploi des armes nucléaires signifie une violation du droit de la guerre, tu demandes très justement si la “possession” et “la menace” des armes nucléaires signifient une violation du droit de la guerre... J’ose en conclure que la dissuasion nucléaire – qui n’est certes pas l’emploi des armes nucléaires, mais qui est l’emploi de la menace de ces armes et donc la menace de leur emploi - signifie elle-même une violation du droit de la guerre... Et cela concerne tout d’abord la dissuasion nucléaire française qui est de notre responsabilité de citoyens français...

 Tu soulignes encore justement que toute utilisation de l’arme nucléaire provoquerait une catastrophe humaine irréparable...

J’ai remarqué que tu as voulu mettre en avant la responsabilité de “la communauté internationale” : “Un monde sans arme nucléaire, écris-tu, peut exister si la communauté internationale le veut vraiment.” Mais je doute fort qu’il existe réellement “une” communauté internationale dotée d’une volonté politique... Je crains qu’il ne s’agisse que d’un concept largement abstrait...

A aucun moment, tu n’envisages explicitement la responsabilité propre à la France comme l’une des “puissances nucléaires” et tu prends soin de ne pas préconiser le désarmement nucléaire unilatéral de la  France...

Mais tu prends également soin de ne pas tomber dans la facilité de demander explicitement un désarmement ”multilatéral”...

Tu évites encore d’évoquer telle ou telle réduction des armes nucléaires qui ne changerait rien au maintien de la dissuasion...

Est-ce que je me trompe si je pense que, ce faisant, tu as voulu laisser ouverte la porte du désarmement unilatéral ?

C’est pourquoi j’ai la faiblesse de considérer que ta déclaration vient susciter un débat qui prépare le terrain pour un désarmement unilatéral...

A te lire, en effet, le lecteur français responsable ne peut pas ne pas comprendre que sa “responsabilité par rapport à une politique de désarmement nucléaire” est d’abord et avant tout “sa responsabilité par rapport au désarmement nucléaire français”...

Désarmement bien ordonné commence par soi-même...

Tu connais la maxime qui est d’une grande sagesse : “Penser globalement, agir localement”. Dans ta déclaration, tu as voulu faire une analyse globale. Celle-ci est nécessaire et utile. Il nous reste à agir localement en tenant compte de l’analyse globale de la situation internationale.

C’est l’une des exigences de  la “règle d’or” de commencer à faire nous-mêmes ce que nous voudrions que les autres fassent...

Le citoyen français n’a de réel pouvoir de décision que sur la politique de la France....

Quel pouvoir, en effet, a-t-il sur la politique des autres Etats dotés de l’arme nucléaire ?

Tu connais ma position : je suis bien sûr “pour” l’existence d’un monde sans arme nucléaire, “pour” le désarmement mondial”, "pour” le désarmement multilatéral”...

Mais je suis bien obligé, en analysant les politiques affichées par les Etats dotés de l’arme nucléaire, de penser que ce désarmement mondial est impossible dans un avenir prévisible...

Qui peut raisonnablement penser que les dirigeants des empires américains, russes et chinois – pour ne parler que d’eux - accepteront de renoncer à l’arme nucléaire dont ils affirment haut et fort qu’elle est le fondement de leur doctrine de sécurité ? Et ils ont déjà programmé et financé à “grand coût”/à ”grands coups” de milliards la modernisation et le renforcement de leur arsenal nucléaire pour les années à venir...

Seules, en définitive, les sociétés civiles nationales peuvent susciter des opinions publiques nationales capables de créer un rapport de force qui puisse exercer un réel pouvoir de contrainte sur les dirigeants des États dotés. Mais il faut convenir qu’un tel processus n’est guère envisageable dans les pays dotés dont la démocratie est plus qu’incertaine et ils sont nombreux. De ce fait même, la sociétés civile d’un pays “démocratique” comme la France a une responsabilité redoublée.

Dès lors, comment, nous citoyens français, ferons-nous pour ne pas “oublier notre responsabilité par rapport à une politique de désarmement nucléaire” pendant tout le temps où le désarmement mondial ne sera pas possible ?

Faudra-t-il que, pendant tout ce temps, nous continuions à nous accommoder de la préméditation d’un “crime contre l’humanité et la civilisation” (Assemblée générale de l’ONU), d’un “crime contre Dieu et l’homme lui-même” (Concile Vatican II) qui constitue le reniement de toutes les valeurs humaines qui fondent la civilisation ?

Et qu’en serait-il alors de l’enseignement du Sermon prononcé jadis sur une montagne de Galilée ?

Ce n’est pas possible de continuer de collaborer tout simplement parce que ce n’est pas pensable...

D’autant plus que, pendant ce temps, les dangers liés à la double prolifération - verticale et horizontale – ne feront qu’augmenter...

Quand tout est dit, il n’existe pas la moindre raison qui pourrait justifier que nous gardions une arme qui n’est pas une arme légitime de défense mais une arme criminelle de puissance, de destruction, de dévastation et d’anéantissement...

Non seulement l’arme nucléaire ne nous protège d’aucune des menaces qui pèsent sur notre société, mais elle constitue elle-même une menace.

Il serait vain de vouloir rechercher une “alternative” à la dissuasion nucléaire... Il n’existe pas d’”alternative” à un crime contre l’humanité...

De même, sortir du nucléaire militaire ne nécessite aucune “transition”...

Le propre de l’exigence éthique est d’être unilatérale... Je ne saurais attendre que les autres se décident à renoncer à préparer un crime pour décider d’y renoncer moi-même...

Je ne peux pas “oublier ma responsabilité” pendant tout le temps où les autres continueront à l’oublier...

J’en viens donc à conclure que la seule interprétation de ton texte qui sauvegarde sa cohérence éthique et politique est de le lire comme une invitation pressante faite aux citoyens français que nous sommes à renoncer unilatéralement à la dissuasion française...

Sans aucun doute, une pareille décision n’affaiblirait pas notre pays sur la scène internationale, mais lui confèrerait un immense prestige...

Tout particulièrement, je veux espérer que ton intervention ouvre la voie à une réflexion de l’ensemble des évêques français pour qu’ils prennent une telle position lors de l’une de leurs prochaines Assemblées plénières...

Est-il possible d’espérer que les évêques de France fassent une adaptation française de la déclaration faire par le cardinal Keith P O’Brien, président de la Conférence épiscopale écossaise : “Il n’est pas courageux de la part de la Grande-Bretagne d’avoir ces armes de destruction massive. Il est honteux de les détenir. Si notre gouvernement souhaitait être réellement courageux, il abandonnerait unilatéralement sa dissuasion nucléaire, donnant témoignage et élan, pour d’autres nations, à faire de même.” (16.04.2006). Ce qui donne toute sa force à la déclaration du cardinal, c’est qu’il la fit devant les portes de la base militaire de Falasne qui abrite les sous-marins Trident...

Certes, cette parole publique serait éminemment politique et d’aucuns ne manqueraient pas de s’en scandaliser... Mais ce serait le scandale de l’Évangile...

Le vrai scandale serait notre consentement silencieux au meurtre nucléaire...

Par ailleurs, cette parole susciterait une grande espérance partout dans le monde...

S’il fallait comprendre ton texte comme l’expression d'un simple souhait du désarmement mondial, alors il ne saurait avoir quelque impact que ce soit sur la réalité des choses...

Attendre de “la communauté internationale” qu’elle décide l’abolition mondiale des armes nucléaires présente l’inconvénient majeur de diluer la responsabilité de tous les citoyens et de tous les Etats dans une impuissance collective...

Cela dure depuis des décennies et cela risque fort de durer encore des décennies...

Les textes du Concile Vatican II que nous citons datent de cinquante ans et, depuis, rien, strictement rien d’important n’a été accompli dans le voie du désarmement nucléaire...

Ne devons-nous pas penser que face à la préparation du meurtre nucléaire qui se fait en notre nom, il faut que notre parole soit : “Non ? non” et que “ce qu’on y ajoute vient du Malin”  (Matthieu, 5, 37) ?

J’espère que tu ne m’en voudras pas de t’écrire cette lettre en la communiquant à quelques autres personnes...

Il s’agit en quelque sorte d’une lettre “ouverte”, publique comme ton intervention à laquelle elle voudrait répondre...

J’espère que tu me pardonneras mon insistance et mon intransigeance...

Comme tu le sais, je reste très imprégné de mon long compagnonnage avec Guy Riobé...

J’ai la faiblesse de suivre le mauvais exemple de l’ami dont Jésus loue l’importunité...

Car je veux m’efforcer de ne céder ni à la résignation, ni à la désespérance, ni à la colère...

Cependant, je dois t’avouer que j’ai parfois la tentation d’y succomber...

Je te remercie pour la bienveillance de ton attention..

Bon vent sur les routes de ton diocèse...

                                                                 En toute amitié

Jean-Marie

Repost0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 13:34

 Déclaration de Pax Christi

à l'occasion de l'anniversaire de la destruction de Hiroshima et Nagasaki

 

hiroshima.jpgLes villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki ont été détruites en 1945 par l'arme atomique. En ces jours anniversaires du lancement des bombes atomiques, les 6 et 9 août, nous nous souvenons des hommes et des femmes qui ont perdu leur vie, mais aussi des quelques survivants et de ce qu'a été depuis lors leur destin. Dans la prière et le recueillement nous vénérons leur mémoire et nous voulons affirmer leur éminente dignité par notre promesse de ne jamais les oublier.

Les jours anniversaires d'Hiroshima et de Nagasaki nous renvoient à l'actualité de notre responsabilité par rapport à une politique de désarmement nucléaire. Un monde sans arme nucléaire peut exister si la communauté internationale le veut vraiment. Mais on a l'impression que notre société s'est totalement habituée à regarder l'arme atomique comme un élément constitutif de notre sécurité, qu'on n'a plus aucune considération pour le danger qui y est lié. Le discours politique et les stratégies militaires y contribuent dans la mesure où ils nous présentent aujourd'hui les armes atomiques comme pur moyen de dissuasion, dont l'utilisation n'est en réalité pas du tout prévue, car leur seule existence provoque précisément l'effet dissuasif qu'on veut obtenir.

Les catastrophes humanitaires de Hiroshima et de Nagasaki peuvent cependant se renouveler. Les 20000 éléments d'armement atomique qui existent aujourd'hui sont en partie maintenus prêts pour l'intervention et on n'est pas à l'abri d'un déclenchement non programmé pour cause de défaillance technique ou d'erreur humaine. Et toute intervention d'armes atomiques, qu'elle soit voulue politiquement ou qu'elle ne soit pas intentionnelle, bouleverse massivement et sur la durée l'environnement et la chaine alimentaire. Les organismes d'aide, au regard des destructions que les armes atomiques occasionnent pour l'homme et la nature, ne pourraient absolument rien redresser.

Lors de la conférence de révision du traité de non-prolifération de l'armement nucléaire à Vienne, en mai 2012, le Vatican a attiré de façon très nette avec quinze autres états l'attention sur ce danger et a encouragé les puissances atomiques à vérifier la compatibilité des armes nucléaires avec le droit international et les droits humanitaires. Les puissances nucléaires sont confrontées à la question de savoir si précisément la possession d'armes nucléaires et la menace stratégique ne signifient pas une violation du droit de la guerre. Leur utilisation met en danger l'ensemble de la création. C'est la raison pour laquelle Vatican II a parlé il y a maintenant cinquante ans d'un « délai ... qui nous est concédé d'en haut », « pour que ... nous trouvions les méthodes qui nous permettront de régler nos différends d'une manière plus digne de l'homme ». « La course aux armements est en effet une des plaies les pires de l'humanité et lèse les pauvres d'une manière intolérable ». « Et il est bien à craindre que, si elle persiste, elle n'enfante un jour les désastres mortels dont elle prépare déjà les moyens ». (Concile Vatican II, l'Eglise dans le monde de ce temps §§ 81). Un certain nombre d'épiscopats, dont celui du Japon, l'ont rappelé dans les temps récents.

En cet anniversaire il est important que nous redisions notre volonté de poursuivre notre engagement pour la suppression de tout armement nucléaire. Le sacrifice d'Hiroshima et de Nagasaki demeure un avertissement adressé à toute l'humanité de proscrire à tout jamais l'arme qui apporte la mort.

 

Paris le 6 août 2012

 

+Marc STENGER

Président de Pax Christi France

Evêque de Troyes

Repost0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 08:11

 Dans son article "Comment rompre et faire tomber les nouveaux rideaux de fer ?" Lulu écrivait : "Je repensais à une autre rupture : celle de la ligne MORICE, rideau de fils de fer barbelés entre l'Algérie et la Tunisie. Quand j'ai appris par les accords d'Evian, l'arrêt de la guerre d'Algérie le 9 mars 1962 je m'étais réjoui que soient rompues de telles barrières entre les hommes. Ça fait du bien quand on apprend de telles chutes et ruptures."

 

A la suite de cet article, nous avons reçu un message pour attirer notre attention sur les camps de Harkis, camps de la honte...

Lulu joint au téléphone ce matin à Bajas (Hongrie), m'a dit qu'avant de partir pour son pélerinage vers Bethléem, il avait lu "Mon père, ce Harki" de Dalila Kerchouche, et qu'il désirait que je publie le message de Houcine LOUANCHI...

- Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone... émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H. Louanchi) CLIC

- Vidéo : Le combat d'une vie

 

En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l'isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011.  Vidéo de Anne Gromaire et Jean-Claude Honnorat.

- Infos sur le livre "Mon père ce Harki" 

Harki.jpg

 Dalila Kerchouche journaliste à L’Express, a découvert à l’adolescence que son père avait été, pendant la guerre d’Algérie, un harki, donc, à ses yeux, un traître, un type qui s’était trompé de camp. Interrogé, le père s’est muré dans le silence.
Alors Dalila Kerchouche a décidé de partir à la recherche du passé de ses parents, arrivés en France en juin 62. Ce livre est le récit de cette quête. Quarante ans après, elle a refait le parcours, camp après camp, où les familles de harkis et la sienne en particulier ont été parquées par la France. Aujourd’hui, l’herbe a repoussé et les baraquements rouillent, derniers vestiges d’une horrible machinerie d’exclusion et de désintégration humaine. Pendant plus de dix ans les Kerchouche ont été ballottés d’un lieu à l’autre, dans une misère effrayante, une humiliation constante. Dalila Kerchouche a rencontré ainsi une vieille bergère cévenole qui fut l’amie de ses parents et aida les harkis dans leur misère, un ancien chef de camp pied-noir qui a arraché le foulard de sa mère et tenté de franciser la famille de force, des voisines à qui l’administration enlevait les enfants et dont elle internait abusivement les maris pour les briser...
Et puis Dalila Kerchouche a traversé la Méditerranée pour découvrir les origines du drame. Elle est allée, non sans risques, dans la région de l’Ouarsenis où les islamistes désormais sont menaçants. Elle a retrouvé le village, des membres de la famille qui lui ont raconté ce qui s’était passé. Elle a découvert qui était vraiment son père et son rôle dans la guerre...
  

Repost0
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 09:52
Lulu a toujours été pour moi un guide en humanité et plus encore aujourd'hui en suivant son cheminement pour la paix...
 
Pour Alain, mon fils souffrant d'autisme, une bien tendre main en randonnée !
Avec notre association Autisme Jura, nous organisons un festival à Champagnole le vendredi 14 septembre pour célébrer "l'Autisme grande cause nationale 2012".
 
Autisme-4-septembre-2012.jpg
Il n'aurait pas manqué d'être présent à notre festival... alors, en son absence, nous invitons tous ses amis de cœur à se joindre à nous pour une belle soirée de fraternité !
Yolande
 
 
La présidente : Yolande Letur
Autisme Jura
21, rue Etienne Lamy
39300 Cize
   
Programme :
 
18 h 30 : projection du film ‘Toi et moi on s’appelle par nos prénoms’ + débat avec Driss El Kesri, rédacteur en chef du Papotin.
Ce film réalisé par Marc Lavoine fait dialoguer des personnalités (Simone Veil, Marie-José Pérec, Fadela Amara, Ségolène Royal, Marie-George Buffet, Valérie Lemercier, Justine Levy, Roselyne Bachelot, Rama Yade, Cécille Duflot, Mazarine Pingeot et Zazie) avec les rédacteurs autistes du journal ‘Le Papotin’. Marc Lavoine fait le lien entre le monde des personnalités publiques et celui des personnes avec autisme et raconte cette histoire… d’humanité !
 
19 h 30 : Exposition photos - restauration et buvette animée par le trio ‘Affaire Jazzée’
 
20 h 30 : Laurent Savard présentera son spectacle ‘Le bal des pompiers’ qui aborde par l'humour le thème de la différence, celle de son fils Gabin, autiste et hyperactif "son feu d'artifice permanent". Mais aussi et surtout de tous ceux qui croisent son chemin, pédiatre, psy, potes, … tous différents à l’insu de leur plein gré ! Un spectacle salué unanimement par la critique pour son humour résolument neuf, sa performance d’acteur, sa façon d’aborder le rire vis à vis du handicap, de la différence !
 
22 h 30 : concert de ‘Léon et les Despérados’ "C’est l’histoire d’un mec" nous aurait dit Coluche
Et c’est bien une équipe d’enfoirés (au sens le plus noble du terme) que ces Despérados…
Groupe créé pour un adolescent différent qui, à travers la musique, se construit un monde à sa mesure. Et aujourd’hui, c’est un adulte qui nous offre de le suivre dans la magie de son ressenti de la scène, du blues et du rock & roll.
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 20:10

Un message d'Antoinette Gillet ce matin...

 

Cher Lucien,

Je commence aujourd'hui un jeûne de trois jours en solidarité avec ta lutte, et celle d'autres militants, pour amener la France à renoncer à l'armement nucléaire. J'en fais aussi l'objet d'un combat politique, relayé par les écologistes. Il ne suffit pas de dire "Lulu" pour te témoigner notre solidarité, il faut marcher avec toi en posant des actes qui relaient ton combat.
Merci à toi 

 

Elle accepte que nous publiions un article sur ce blog :

 

Bonjour

Je commence aujourd'hui un jeûne de 3 jours (renouvelables) pour protester contre la folie de maintenir une politique de défense nucléaire, dont Jean-Marie Muller a brillamment démontré dans un article du Monde qu'elle était "immorale, irréaliste, dangereuse et coûteuse".

Ma décision a été inspirée par le combat de J. M. Matagne, de l'action d'ACDN (Action des Citoyens pour un Désarmement Nucléaire).
Mais aussi par une conviction ancrée de longue date (avec Pierre mon mari philosophe, enseignants, nous en avions fait un sujet d'étude pour nos grands élèves du lycée agricole de Poisy), et par l'engagement de notre ami Lucien Converset qui marche vers Bethléem pour la Paix.

Hier, à la proposition lucide de Michel Rocard de renoncer à la défense nucléaire au moins pour économiser 16 milliards d'euros, Gauche et Droite ont refusé en chœur, seuls les écologistes ont soutenu cette proposition.

Je jeûnerai donc avec persévérance pour obtenir un référendum sur le sujet, je jeûnerai solidaire de tous ceux qui partagent cette lutte, et je milite aujourd'hui pour que la Franche-Comté, terre de culture chrétienne, terre de résistance et de bon sens, envoie un signal contagieux de volonté de paix.

Merci de m'y aider.

 

Antoinette GILLET

 

 

 

Vous pouvez retrouver cette action dans le Progrès du 19 juin :

grève de la faim

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.