Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 22:41

à 20h55

HIROSHIMA, LA VÉRITABLE HISTOIRE 

Le 6 août 1945, le monde bascule dans l'ère nucléaire quand la bombe «Little Boy» explose au-dessus de la ville japonaise d'Hiroshima. 80 000 personnes périssent sur le champ et des milliers d'autres succombent de leurs blessures ou des radiations au cours des jours et des années qui suivent. Soixante-dix ans après cet événement, des questions continuent de se poser. Le bombardement d'Hiroshima, et celui de Nagasaki trois jours plus tard, ont été présentés comme un mal nécessaire par les Américains pour forcer les Japonais à capituler. Les objectifs de Truman étaient autres : tester la bombe sur le terrain et devancer les Soviétiques dans la course à l'armement.

extrait de telérama

 

Voir le commentaire de la Croix ici

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:47
Hiroshima-Nagasaki... Plus jamais ça !

Commémoration des 70 ans d’HIROSHIMA et NAGASAKI

 

 

A.D.N.

 

Association Franc-Comtoise

pour le Désarmement Nucléaire unilatéral de la France,

et son président Lucien CONVERSET

vous invitent, à 3 jours de jeûne et de réflexion,

 

le Lundi 3 août 2015,

comme tous les 1ers lundis du mois

de 16h00 à 19h00 à la salle de la mairie de DAMPIERRE

 

 et les Jeudi 6 août et Dimanche 9 août 2015

de 10h00 à 20h00

place du 8 mai, face à l’église de DAMPIERRE

 

sur le thème “Défi de la non violence dans le monde aujourd’hui” 

à partir des rencontres d’avril avec le philosophe J.M.MULLER.

 

 

Venez jeûner, écouter, participer, échanger, vous renseigner, cheminer avec nous pour mieux comprendre le chemin vers lequel s’engage notre société.

 

 

"Nos différences sont une force qui doit nous enrichir."

Repost0
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 14:31

Dans la Croix du 15 juillet, Patrick HUBERT, porte-parole du MAN (Mouvement pour une alternative non-violente) signe cet article que vous pouvez retrouver sur le site de la Croix et celui de "France sans armes nucléaires".

 

Le désarmement nucléaire unilatéral : un impératif politique et moral !

 

 

Les gouvernements français successifs affirment que notre politique de dissuasion nucléaire est le fondement de notre sécurité, justifiant ainsi les sommes investies chaque année – de 3,5 à 4 milliards d'euros – dans la maintenance et la modernisation de ces armes, au mépris du respect de l'article VI du traité de non-prolifération (TNP). Celui-ci stipule en effet que les États dotés de l'arme nucléaire signataires du TNP doivent « de bonne foi » s'engager dans le désarmement total.

 

Mais sur quoi repose cette affirmation ? N'est-elle pas plutôt l'expression d'une addiction à l'arme nucléaire et d'une croyance idolâtrique sans fondement rationnel? Car, depuis le début du XXIe siècle, quel rôle a objectivement joué la menace de l'emploi de l'arme nucléaire, sur laquelle est basée la dissuasion nucléaire, dans la défense des valeurs et des intérêts vitaux de la société française? Cette menace est-elle d'une quelconque efficacité pour empêcher l'expansion de Daech en Syrie et en Irak, pour juguler les avancées de Boko Haram en Afrique ou pour dissuader d'éventuels groupes terroristes d'agir sur notre sol? Pense-t-on qu'un jour un président français déclenchera le feu nucléaire pour faire comprendre à un dirigeant russe qu'il est allé trop loin en Ukraine? N'est-ce pas plutôt en envoyant encore nos soldats sur divers théâtres d'opération ou en déployant des troupes sur le sol français (plan Vigipirate) que nous nous efforçons d'agir contre ces menaces?

 

Pourquoi ces questions ne sont-elles jamais posées aux citoyens français pourtant les premiers concernés? Il serait pourtant urgent de réfléchir aux moyens de défendre efficacement les valeurs chahutées de notre République inscrites sur les frontons de nos mairies. De réfléchir aux conditions à mettre en œuvre pour faire société dans le respect de la diversité des composantes de notre nation, dans le prolongement de l'esprit dans lequel agissaient les quatre personnalités récemment entrées au Panthéon.

 

L'échec, à New York en mai, de la conférence d'examen du TNP oblige à repenser les moyens d'atteindre l'objectif de la disparition espérée des armes nucléaires de la surface de notre planète. Une analyse détaillée (1) conduit à affirmer qu'un traité d'interdiction des armes nucléaires (TIAN), souhaité par nombre d'acteurs de la société civile dans le monde, est reporté aux calendes grecques faute, pour les États non dotés de ces armes, de pouvoir l'imposer aux neuf États actuellement dotés… qui n'en veulent surtout pas! Pourtant, l'arme nucléaire provoque la prolifération verticale (le développement constant de la technologie nucléaire militaire) et horizontale (l'acquisition des armes nucléaires par un nombre croissant d'États) et multiplie les risques d'accident. Par les dépenses qu'elle occasionne au détriment des causes vitales et urgentes (lutte contre la misère notamment), elle engendre l'instabilité et l'insécurité liée à l'émergence de forces politiques radicales ou d'États quasi incontrôlables.

 

Or, posséder l'arme nucléaire est aujourd'hui non seulement inutile et inefficace mais, surtout, immoral. Parce que, si notre sécurité est réellement assurée par ces armes, pourquoi continuer à dénier à d'autres pays le droit à une sécurité similaire? Parce que la posséder et menacer de l'utiliser est menacer de commettre un crime contre l'humanité (résolution de l'ONU de 1961).

 

Dans le contexte géopolitique actuel, la France et la Grande-Bretagne sont les deux pays qui pourraient le plus facilement renoncer à leur arsenal nucléaire et enclencher un processus vertueux dans la société internationale. C'est pourquoi il est impératif pour les citoyens français, soucieux à la fois d'assurer la sécurité du pays et de défendre les valeurs qui en sont le fondement, de contraindre nos dirigeants au désarmement nucléaire unilatéral de la France. Non seulement notre pays serait grandi par une telle décision, mais l'ensemble des peuples verrait ainsi grandir l'espoir d'une disparition générale de ces armes de destruction massive. Le désarmement unilatéral est donc un impératif politique, moral, éthique et… urgent!

 

(1) Voir, par exemple, www.fsan.fr

 

Repost0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 13:21

À propos de l’encyclique du pape François sur l’écologie

 

Jean-Marie MULLER*

L’arme nucléaire menace d’autodestruction notre maison commune

Le 18 juin 2015, le pape François a publié une lettre encyclique consacrée à l’écologie qui a été unanimement saluée comme un document majeur. Avec lucidité et gravité, l’évêque de Rome s’inquiète des dégâts irréversibles causés à la terre. Il demande aux hommes qui habitent cette planète de s’unir et de se mobiliser pour relever « le défi urgent de sauvegarder notre maison commune » et, pour cela, de « sortir de la spirale d’autodestruction dans laquelle nous nous enfonçons ». À travers une approche intégrale, le texte souligne les multiples dangers qui s’accumulent sur la nature et l’environnement.

 

Il souligne que le développement des sciences a donné aux hommes « un terrible pouvoir » : « Jamais l’humanité n’a eu autant de pouvoir sur elle-même et rien ne garantit qu’elle s’en servira toujours bien, surtout si l’on considère la manière dont elle est en train de l’utiliser. Il suffit de se souvenir des bombes atomiques lancées en plein XXe siècle, (…) sans oublier qu’aujourd’hui la guerre possède des instruments toujours plus mortifères. » 

 

Ainsi, parmi les menaces qui pèsent sur « notre terre opprimée et dévastée », François dénonce tout particulièrement « la guerre qui produit toujours de graves dommages à l’environnement ». Il souligne que « les risques deviennent gigantesques quand on pense aux armes nucléaires ainsi qu’aux armes biologiques ». Il cite alors Jean-Paul II qui, dans son message pour la Journée mondiale de la paix 1990, affirmait : « Malgré l’interdiction par des accords internationaux de la guerre chimique et biologique, en réalité la recherche continue dans les laboratoires pour développer de nouvelles armes offensives capables d’altérer les équilibres naturels. »

 

L’évêque  de Rome consacre un paragraphe entier à la Charte de la Terre. Ce document est une déclaration internationale qui entend affirmer les valeurs et les principes fondamentaux pour construire un monde juste, durable et pacifique au XXIe siècle. Le texte final a été approuvé dans les locaux de l’UNESCO à Paris en mars 2000. Parmi ces insistances, cette Charte énonçe ces recommandations qui rejoignent très précisément le sujet de l’encyclique :

 

«  - Démilitariser les systèmes de sécurité nationale, les amener à une position défensive non provocatrice et convertir les ressources militaires à des projets pacifiques, notamment à la restauration écologique.

 

 - Éliminer les armes nucléaires, biologiques et toxiques, ainsi que toutes autres armes de destruction massive. «

 

 Malheureusement, François se trouve obligé de reconnaître que les terriens n’ont pas été capables de relever ces défis. La Charte de la Terre, écrit-il, « nous invitait tous à tourner le dos à une étape d’autodestruction et à prendre un nouveau départ, mais nous n’avons pas encore développé une conscience universelle qui le rende possible ».

 

Lors de la Conférence des États parties chargée d’examiner le Traité de non prolifération des armes nucléaires (TNP) qui s’est tenue à New York du 27 avril au 22 mai 2015, l’archevêque Bernadito Auza, le représentant du Saint Siège auprès des Nations Unies, a fait une critique sévère de la politique menée par les États dotés de l’arme nucléaire. « L’échec à mettre en œuvre de bonne foi les obligations contenues dans le TNP constitue une réelle menace pour la survie de l’humanité. » Soulignant que la question de la sécurité nationale revient souvent dans les discussions portant sur les armes nucléaires, l’archevêque s’interroge en ces termes :  « N’est-il pas urgent de  revisiter de manière transparente la définition faite par les États, spécialement par les États dotés de l’arme nucléaire, de leur sécurité nationale ? » Enfin, Bernadito Auza souligne que « l’absence de mesures concrètes et efficaces en faveur du désarmement nucléaire conduira tôt ou tard à de réels risques de prolifération nucléaire ».

 

Il convient de noter qu’en mettant en avant la notion de « sécurité nationale », le représentant du Vatican interpelle chaque nation et non pas la communauté internationale. C’est donc à chaque Église nationale des États nucléaires qu’il revient de prendre leur responsabilité. Soit elles continuent à s’accommoder de la préméditation d’un crime contre la terre et l’humanité en ne dénonçant pas la dissuasion nucléaire comme étant moralement inacceptable et écologiquement intolérable, soit elles décident d’assumer leur responsabilité en exigeant – en toute laïcité, comme organisation de la société civile - le désarmement nucléaire unilatéral de leur pays.

 

L’Église de France est donc directement concernée.

 

* Philosophe et écrivain.

Lauréat 2013 du Prix international de la fondation indienne Jamnalal Bajaj

pour la promotion des valeurs gandhiennes.

www.jean-marie-muller.fr

 

Repost0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 20:43
Photo empruntée ici : http://huff.to/1Hwg4w4

Photo empruntée ici : http://huff.to/1Hwg4w4

Dampierre le 27 mai 2015

 

Monsieur François Hollande, Président de la République française,

 

 

Lorsque j’ai appris, il y a quelques mois, que vous preniez l’initiative de faire entrer au Panthéon, Geneviève De Gaulle- Anthonioz, Germaine Tillion, Pierre Brossolette, et Jean Zay, je vous ai remercié au profond de mon être. Je viens vous l’exprimer par cette lettre.

 

Votre décision, m’a fortement interpelé, à intensifier la lecture des ouvrages écrits par ces personnes, ou par d’autres à leurs sujets. Cela m’aide ainsi, à faire entrer davantage en moi, l’esprit et le souffle de résistance, qui habitent ces quatre personnes.

 

Il est 13 heures 30 en ce jour ou je commence à vous écrire. Humblement et dans la fraternité qui nous relie, au sein de la République dont vous êtes le Président, je voudrais vous souffler une idée, pour le discours que vous allez prononcer tout à l’heure :

« Et si vous deveniez, dans le sillage de ces quatre personnes que vous faites entrer au Panthéon, un chef d’Etat qui déclare la paix ! »

 

Vous l’avez reconnu, j’ai repris cette idée chez Théodore MONOD.

 

Je vous ai déjà écrit à plusieurs reprises des lettres, dans ce sens là, lorsque je m’étais mis en marche pour la paix, en 2012 - 2013 avec mon âne Isidore en direction de Bethléem, afin de puiser là-bas, à la source de la paix. Mais j’apprenais, en entrant à Bethléem, qu’il y a entre Israël et la France, un trafic et un marchandage des armes que nous fabriquons, et notamment des armes nucléaires.

Nous courons et faisons courir le risque de faire éclater notre berceau qu’est la Terre, et de faire sombrer notre Humanité dans l’abime. Notre responsabilité est très grande.

 

Avec mes amis du M.A.N. et d’ A.D.N. (Mouvement alternatif de la non violence) et (Action pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France) nous pensons et disons que faire entrer des résistants au Panthéon, comme nous le faisons aujourd’hui, ça nous engage à faire entrer en nous, en nos attitudes et comportements, personnels et collectifs, engagements et comportements étatiques, leur esprit de résistance à la violence et particulièrement à la violence qu’ est la guerre, à la guerre nucléaire notamment, qui pourrit nos relations avec les autres états, dotés ou non de l’arme nucléaire. C’est pourquoi nous demandons que la France arrête l’armement nucléaire de manière unilatérale.

 

Je vous écris dans la fraternité, l’estime et le respect que j’ai pour votre personne et pour la responsabilité qu’est la vôtre, celle de Président de notre République.

Je termine ma lettre, après avoir vu le reportage télévisé, de l’entrée des quatre résistants dans le Panthéon. J’ai profondément écouté votre discours. Je l’apprécie beaucoup.

 

Et si vous y ajoutiez, ce qui nous vient de Théodore MONOD et qui est attendu par tant de monde :

« Aujourd’hui, moi, Président de la République française, en faisant entrer des résistants au Panthéon, je déclare la paix en résistant et renonçant à l’armement nucléaire de la France de manière unilatérale. »

 

En ce jour je trouve ces mots dans le livre de Germaine TILLION,

« Les ennemis complémentaires », livre écrit en 1960 :

« Partout où nos troupes gagnent, la France perd. »

 

Ne pensez vous pas, qu’en supprimant notre arsenal nucléaire, nous contribuerions à barrer la route, aux comportements terroristes de Daesch, de Boko Haram et autres. Nous participerions à l’arrêt de la misère, de la faim, de la pauvreté dans le sillage du mouvement ATD Quart Monde et nous serions créateurs d’emplois, et enfin, nous serions fidèles à notre engagement au TNP (traité de non prolifération des armes nucléaires.)

 

La France en entrant dans la résistance, et dans le renoncement à l’arme nucléaire de manière unilatérale « libèrerait l’humanité de la prison des armes nucléaires. »

 

Croyez Monsieur Le Président de la République, à mes sentiments de respect, d’amitié reconnaissante.

 

Lucien CONVERSET

Repost0
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 08:00

Après l’échec de la Conférence d‘examen du TNP,

le désarmement mondial est désormais impensable

L’humanité est prisonnière des armes nucléaires

Jean-Marie Muller*

 

Du 27 avril au 22 mai 2015, s’est tenu à New York la neuvième Conférence des États parties chargée d’examiner le Traité sur la nonprolifération des armes nucléaires (TNP).

Cette Conférence s’est terminée par un échec total, aucun document final n’ayant pu être adopté à l’unanimité, mais surtout aucune perspective n’ayant été ouverte vers l’élimination des armes nucléaires. Cet échec est un événement dramatique qui est lourd des menaces les plus graves pour l’avenir même de l’humanité. La détermination affichée par les États dotés de l’arme nucléaire à vouloir maintenir leur arsenal condamne l’humanité à être prisonnière des armes nucléaires. Cet échec est véritablement l’échec même de la civilisation. Nos enfants vont devoir vivre sous la menace d’un crime contre toute l’humanité. À l’évidence, et tous les observateurs en conviennent, depuis la précédente Conférence d’examen de 2010, aucun progrès n’avait été réalisé par les États dotés de l’arme nucléaire pour mettre en œuvre l’obligation de négocier de bonne foi un désarmement nucléaire complet. Dans le document final de la Conférence de 2010, pour la première fois, les États membres du TNP reconnaissaient « les conséquences humanitaires catastrophiques de tout emploi des armes nucléaires », que celui-ci soit intentionnel ou accidentel. Et le même document pressait les États dotés de prendre les mesures nécessaires pour 2 éliminer les armes nucléaires. Dans leurs interventions au cours du « débat général » de cette Conférence de 2015, les représentants de ces États ont fait preuve de la plus parfaite mauvaise foi pour laisser croire qu’ils étaient fidèles à leur engagement de parvenir à un monde sans armes nucléaires. L’enfer nucléaire est pavé de bonnes intentions en faveur du désarmement. Mais la réalité, c’est l’enfer. À les entendre développer la même rhétorique pour exprimer leur autosatisfaction et leur autocongratulation, il était d’ores et déjà devenu clair que cette Conférence de 2015 serait un échec. Il est surréaliste d’entendre ces dirigeants politiques proclamer que l’arme nucléaire garantit la sécurité de leur nation alors qu’elle menace la sécurité du monde. Dès lors que les États dotés assurent qu’ils satisfont pleinement à leurs obligations de désarmement stipulées par le TNP tout en maintenant leur arsenal nucléaire, tout processus de désarmement multilatéral se trouve totalement bloqué. À travers ces déclarations, rien, strictement rien, ne permet d’envisager dans un avenir proche ou lointain un changement de politique de la part des États nucléaires. En réalité, le désarmement nucléaire mondial est désormais impensable. À vrai dire, cet échec était prévisible après l’échec de la troisième Conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires qui s’était tenu à Vienne les 8 et 9 décembre 2014. Et nous l’avions prévu.

 

Pour lire la lettre intégrale de Jean-Marie, un clic ici.

Repost0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 22:58

Attention ! retenez les horaires d'été !

 

C'est de 16h00 à 19h00, à la salle de réunion de la mairie de Dampierre (39), que les militants pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France, se retrouvent pour échanger et approfondir leur réflexion.

 

 

Repost0
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 11:26

Aujourd'hui, le groupe A.D.N. (Alerte pour le Désarmement Nucléaire) se retrouve de 14h00 à 17h00 à Dampierre (salle de la mairie)

- partage d'infos sur ce qui se vit ici ou ailleurs pour un monde sans violence.

- mises au point des rencontres avec Jean-Marie MULLER la semaine prochaine.

 

Vous pouvez vous associer à cette démarche par le jeûne ou toute autre action, par le partage d'infos, et en invitant vos amis et proches aux conférences de Jean-Marie : Le défi de la non-violence aujourd'hui.

 

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 14:13

Rappel : à ne pas manquer ! Il reste Dole et Besançon pour écouter Jean-Marie Muller et participer au débat.

 

Alerte Désarmement Nucléaire

 

invite en Franche-Comté

 

 

Jean Marie MULLER

 

Pour une conférence debat

 

Le défi de la non-violence aujourd’hui

 

 

A POLIGNY

Le mercredi 15 avril 2015 à 20H00

A la salle des fêtes

 

A DOLE

Le jeudi 16 avril 2015 à 20H00

A la M.J.C.

 

A BESANCON

Le vendredi 17 avril 2015 à 20H00

A la salle Battant

 

Avec dédicaces - Entrée libre

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 15:08

Comme chaque premier lundi du mois, nous sommes invités à nous unir au jeûne et (ou) la réflexion du groupe A.D.N. (Alerte Désarmement Nucléaire) le lundi 2 mars.

 

Pour ceux qui le peuvent, RDV à la salle de réunion de la mairie de Dampierre de 14h00 à 17h00, ce lundi 2 mars.

 

Au programme :

- lecture et échange à partir de la lettre de Jean-Marie MULLER : La foi nucélaire de François HOLLANDE. 

- Pour alimenter notre débat, Yves nous invite à écouter l'émission "A quoi sert la dissuasion nucléaire française ?" réalisée par Francetv Info. 

 

Mirage.jpg


- Préparation et organisation de la visite de Jean-Marie MULLER du 14 au 18 avril 2015.

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.