Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 20:06
C'est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba !

Mercredi 4 juillet 2018

 

    Lorsque Jeannot et moi nous avions constaté que le petit Ginkgo Biloba avait été cassé le samedi 23 juin, je me souviens que dans l’immédiat j’avais rêvé que les choses se répareraient. J’avais pensé qu’un des jeunes qui s’était amusé autour du petit arbre ce samedi-là, viendrait un jour reconnaitre : « le petit Ginkgo Biloba, c’est moi qui l’ai cassé. »


J’avais tout d’abord « porté ma plainte » auprès de vous, amis, planteurs de ce petit arbre, symbole de résilience et de résistance pour empêcher que notre humanité soit anéantie par l’arme nucléaire.


Notre peine était grande, car le terrain communal du fait de la plantation de ce petit arbre, était devenu un étonnant jardin public de rencontres, dans la recherche de rapports non violents entre nous tous, en veillant à ce qu’il n’y ait pas d’exclus pour les fêtes et réunions que nous organisions.


Une de nos amies, Toinette, avait alors écrit dans le journal, le Progrès : « Les enfants de la commune apprennent avec le petit Ginkgo Biloba, qu’un arbre ça se soigne, ça s’arrose, parce qu’il doit vivre longtemps. Il les rend heureux, ce Ginkgo Biloba, qui explique le danger de la violence, de la guerre, de la menace nucléaire.»


Nous avions aussi « porté notre plainte » auprès de vous amis de « Palestine Amitié », planteurs de 1000 oliviers pour la paix. Et Rachel qui est en partance pour faire le tour du monde à la rencontre des « jardiniers de paix », avait suggéré : « Comme à la tente des nations en Palestine où nous sommes allés en 2013, quand on constate la casse d’un olivier, on ne se laisse pas abattre. La solidarité s’organise. On replante deux oliviers. »


A la soirée de la journée des voisins, le 1er juillet à Dampierre, à la table mise au pied du petit Ginkgo Biloba tout pantelant, Jeannot et moi nous avions entendu nos convives nous dire : « On a discuté entre voisins avant que vous n’arriviez. On va se cotiser, et vous offrir un Ginkgo Biloba à replanter à l’automne… » J’avais partagé ce fait à la journée de jeûne d’ADN, lundi 2 juillet…


Qu’est-ce que ça nous faisait mal aussi de nous retrouver aux abords d’un petit Ginkgo Biloba brisé, pour préparer le campement MRJC à l’occasion du festival international pour la paix, qui aura lieu du 2 au 5 août à Micropolis à Besançon.


Qu’est-ce que ça allait être douloureux d’apprendre cette cassure du petit arbre à Diana, Marie-Emmanuelle et Lucile, qui avaient tant de cœur à arroser son terrain d’enracinement. Gilbert leur avait annoncé en octobre 2017, alors qu’elles sortaient de l’école, qu’elles avaient reçu le prix Nobel de la paix, décerné à ICAN ( Organisation Internationale pour demander l’arrêt de l’Armement Nucléaire) Gilbert leur avait expliqué : « Le prix Nobel de la paix vous est attribué à vous aussi, puisque de manière très concrète, vous continuez à faire vivre ce symbole de notre lutte non violente pour demander instamment l’arrêt de l’armement nucléaire de la France de manière unilatérale »


Malgré la cassure du petit Ginkgo Biloba, Jeannot s’était dépensé. Il avait trempé de sueur plus d’un maillot de corps afin de rendre accueillant le lieu-dit « La Source », sise en contrebas de la plantation du petit Ginkgo Biloba. C’est au bord de cette source que nous planterons les tentes du campement MRJC et Mission de France, les 30 et 31 juillet.


Oh, elle était toute petite, très petite mon espérance, qu’un jour, un des jeunes qui viennent se rencontrer pour causer à l’endroit où on a planté le petit Ginkgo Biloba, trouve moyen de dire : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba. » Mon espérance était infiniment petite. Mais elle était. Elle était ancrée, enracinée comme la petite graine de la petite fleur qui arrive à pousser dans le désert. Lorsque Christian de Chergé parlait de l’espérance, quand avec ses frères de Tibhirine, ils la cultivaient dans leur jardin intérieur et communautaire, Christian disait : « La petite espérance nous pousse vers ce qui ne se voit pas »


Chers amis planteurs d’arbres, la petite fille espérance qui essayait de se loger au profond de mon être, afin de me pousser à faire confiance qu’un jour, un jeune trouverait moyen de dire que c’était lui qui avait cassé le petit Ginkgo Biloba, et que tout cela pouvait se réparer, eh bien la petite fille espérance vient de faire surgir une joie intense et humble en même temps, en moi et j’en suis confiant, entre nous tous.
Un jeune gars de 15 ans vient de dire : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba ». Ça s’est passé à la source de notre village de Dampierre le mercredi 4 juillet 2018 en fin d’après-midi et voici comment.


Maryse Marchand m’a ramené dans l’après-midi de la réunion du CA de l’association des amis de Gaby Maire. Nous nous sommes redit à cette réunion, combien ça avait été important de nous laisser habiter par la petite fille espérance dans la lutte que nous menions depuis bientôt 30 ans, pour que soit établie la vérité sur la mort de Gaby, afin d’empêcher et enrayer l’impunité des crimes au Brésil. Nous avions maintenu notre relation notamment avec l’avocate Veronica, et un jour d’octobre 2017, nous était parvenue cette déclaration du juge Feu Rosa : 


« Il ne me reste une fois de plus, qu’à demander qu’on m’excuse, excuses pour moi particulièrement amères.
Excusez-moi France, parce que la mort de votre fils Gabriel reste impunie.
Excusez-moi Eglise catholique de France, parce que notre omission a fait d’un père un martyr.
Excusez-moi Père Gabriel, excusez-moi Père pour l’absence de justice.
Excusez-moi !
Ainsi est décrétée l’impunité, je veux dire, la prescription. »


Je viens de dire Au revoir à Maryse, qui repart en direction de Besançon. C’est alors que Jeannot me téléphone en me disant: 
Jean-Luc : « Je suis en panne avec la tondeuse, dans la pâture des ânes à côté de la grotte préhistorique… Faudrait que tu viennes m’aider »
Lucien : « Je descends te retrouver »


Je prends le petit chemin qui est en dessous chez le pépère et la mémère Tabourot. Jeannot a merveilleusement nettoyé ce chemin pour préparer le campement MRJC. C’est un des chemins de mon enfance. J’arrive à la Source de mon village. Malgré la chaleur torride qu’il fait en ce moment, malgré les orages récents qui ont tout chamboulé son pourtour, malgré les détériorations que souvent nous provoquons durant nos séjours à ses côtés, aujourd’hui encore, au moment où je parviens près d’elle, la Source coule toujours paisible et claire. J’aime entendre le chant de l’eau et le gazouillis des oiseaux qui viennent s’y désaltérer. 


Cinq jeunes ados sont là en train de causer. Certains assis sur leur petite moto et d’autres les mains appuyées sur le guidon de leur vélo. Je les salue. J’en reconnais quelques-uns. J’ai parlé l’autre soir avec eux devant l’église que j’avais ouverte le matin même. Je leur avais dit, sans dramatiser, que le petit Ginkgo Biloba avait été cassé. Ils ne s’en étaient pas aperçus. Je leur avais dit que cela nous faisait une grande peine. En effet nous avions planté ce petit arbre avec les membres de l’association ADN, pour tenter d’arrêter le risque de destruction massive de notre humanité, par la folie de l’éclatement de l’arme nucléaire dans le monde… Et parce que nous voulions que cette menace s’arrête, nous demandions à notre pays La France, de stopper la fabrication et le commerce de l’arme nucléaire de manière unilatérale. Je leur avais dit pourquoi nous avions planté ce petit arbre, parce que c’était lui, le petit Ginkgo Biloba, qui avait résisté et repoussé après l’éclatement de la bombe à Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945. Ces jeunes adolescents m’avaient écoutés je crois. J’avais ajouté que ce serait beau, afin de pouvoir réparer la casse du petit arbre, que celui qui l’avait brisé, sans doute malencontreusement, puisse venir nous le dire. Alors, nous pourrions réparer les choses, maintenir le symbole de paix qui règne en cet endroit.


Je souhaite donc de bonnes vacances à ce groupe de jeunes devant la Source. Je continue mon chemin pour aller aider Jeannot à dépanner la tondeuse. Je n’ai pas fait 100 mètres que j’entends l’un de ces jeunes me rappeler : « Lulu ! Lulu ! » Je suis étonné. Je me retourne. Je reviens sur mes pas. Le jeune qui vient de me rappeler fait quelques pas dans ma direction. Nous nous envisageons, son regard, je me souviens est très clair en même temps que très gêné. Il me dit : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba … Je voudrais en replanter un… »  Je luis dis alors : « Ta parole me touche profondément. J’espérais tant que ce jour viendrait où un jeune me dirait ce que tu es en train de me dire : « C’est moi qui ai cassé le petit Ginkgo Biloba. » Je te remercie, je t’embrasse.


Je vois bien que ce jeune est étonné de la manière dont j’accueille sa démarche. Je sens qu’il se passe aussi quelque chose chez les copains. Je leur dit : « Je vous remercie. C’est avec vous que j’avais causé du petit Ginkgo Biloba l’autre soir. Vous avez sans doute aidé votre copain à dire que c’était lui qui avait cassé le petit arbre. Voilà que grâce à vous et avec vous tous, nous allons pouvoir réparer. On fera ça en novembre de cette année, quand la sainte Catherine sera venue. »


En souriant, ce jeune qui m’apporte tellement de paix me dit : « J’ai fait le jus de pommes avec vous à l’école de Ranchot, avec Mme Nicot, quand j’étais gosse. Je lui demande quel est son beau prénom. En entendant sa réponse, je suis heureux de découvrir que je suis ami d’enfance de sa grand-mère. 


Nous nous communiquons nos adresses. En leur disant au revoir, je me dis en moi-même : « qu’est-ce que j’ai bien fait aussi de ne pas me laisser entrainer dans la violence… le soir où, avec Jeannot  nous avions constaté la casse du petit Ginkgo Biloba ». J’avais été tenté de ne plus vouloir ouvrir l’Eglise, de ne pas laisser les jeunes y emprunter des chaises pour s’asseoir et causer… de ne plus causer avec eux… Et voici que j’ai été comme poussé vers ce qui ne se voyait pas. Et voilà que ça a fait naître la démarche de ce jeune grâce aussi à ses copains … Et puis voilà que le sens est retrouvé de continuer à faire démarrer plein de rencontres à partir du petit Ginkgo Biloba. A ses côtés il se raconte et il se comprend tellement de choses; certes il est cassé, mais vient de surgir en nous tous, grâce à la présence de la petite fille espérance, que nous allons pouvoir continuer la création d’une plénitude de liens et de lieux de paix.


Je continue mon chemin pour rejoindre Jeannot, il est en train de peiner à remonter la tondeuse, je lui dis alors ma reconnaissance pour ce que je viens d’apprendre. C’est à toi en premier que je l’annonce, cette bonne nouvelle : « un jeune vient de me dire que c’est lui qui a cassé le petit Ginkgo Biloba. Jeannot, tu y es pour beaucoup dans ce qui vient de se passer, tu m’as appelé pour que je descende t’aider ; je suis alors passé par le petit chemin qui conduit directement à la Source. Tu l’as rudement bien aménagé, à tel point qu’on a envie de le prendre, c’est grâce à ton travail que j’ai rencontré ce groupe de copains. » Jeannot sourit.


Tout en remontant la tondeuse à la maison, je continue de raconter à Jeannot ce qui vient de se dénouer, nous passons alors devant chez Diana.
Diana nous entend passer, elle nous rattrape, elle a le visage triste, elle vient seulement de constater cet après-midi que le petit Ginkgo Biloba était cassé; je ne lui avais pas encore raconté.
Diana: « J’ai eu un peu mal au cœur tout à l’heure quand avec Lucille, j’ai vu que le petit Ginkgo Biloba était cassé; qu’est-ce qui s’est passé ? 
C’est dramatisant comme il est cassé. Est-ce qu’on va pouvoir le faire repousser ?


Nous vivons alors un moment très particulier, j’ai à recevoir et accueillir la peine de Diana et de Lucille, et en même temps, je suis pressé de leur annoncer que grâce à ce que je viens d’entendre de la bouche d’un jeune, on va pouvoir entreprendre une démarche de réparation des dégâts provoqués par la cassure du petit arbre.


Je raconte donc qu’effectivement il y a une dizaine de jours, le petit Ginkgo Biloba était cassé, je lui dis le travail de la petite fille espérance, et très vite je raconte la rencontre avec ce jeune et ses copains qui vient de se réaliser. Diana est heureuse. Elle est comme libérée, elle me dit : « Je repensais en voyant le petit Ginkgo Biloba cassé à toutes les fois où on avait arrosé ses racines avec Marie-Emmanuelle et Lucille, des fois on disait on va arroser le petit arbre pour Fadila, car elle s’était émerveillée devant le petit arbre et elle nous avait demandé, quand vous l’arroserez, vous penserez à moi. »
Comme tous les enfants, Diana est sensible à ce qui est planté, à ce qui grandit dans la tranquillité, à ce qui pousse bien et porte du fruit.


Le petit Ginkgo Biloba a déjà tellement permis que des liens de paix se créent entre beaucoup de gens parmi nous, mais en même temps, Diana est tellement touchée quand quelque chose se casse ou se déchire dans le tissu de relations qu’elle a contribué à créer … Elle a horreur de ce qui abime la vie, sa vie et celle des autres, et particulièrement celle des petits… , qu’elle éclate de joie lorsque je lui annonce que ce jeune est venu nous dire que c’était lui qui avait cassé ce petit arbre, et qu’il voulait en replanter un. Nous allons pouvoir réparer ce qui a été brisé.


D’où ça peut bien venir que quand il nous est arrivé de casser quelque chose, et à plus forte raison une relation, voilà qu’il nous vient de chercher et trouver un chemin de réparation.
Je suis émerveillé d’être témoin comment Diana pense que Dieu peut être la source de tout ce travail d’élévation de notre humanité.


En nous dirigeant, Diana et moi vers le petit Ginkgo Biloba cassé, afin de déposer sur ses pieds un seau d’eau, nous pensons aussi à aller exprimer à Dieu notre reconnaissance.
Diana : « Je voulais te demander: Marie, est-ce que c’est le nom de la femme de Dieu ? 
Lucien: Dieu en qui nous nous confions, toi et moi, n’a pas de femme mais il est relié, il a fait alliance avec toute notre humanité, et quand nous cassons quelque chose entre nous d’important, il maintient son alliance entre Lui et nous.
On le sent bien dans la manière de vivre et d’aimer qui habite Jésus.


Diana me reparle de sa professeur de français, elle nous a raconté tous les kilomètres que les enfants d’Afrique sont obligés de faire à pied pendant de longues heures pour venir à l’école.
Elle nous a fait écouter une chanson ou on entend un enfant africain  dire : « Je veux à manger, je veux la paix »  Diana me dit, c’est dommage qu’on retrouve des oiseaux morts. Quand on en retrouve qui sont blessés, il faut les porter à quelqu’un qui s’en occupe. Mon papa, quand il était jeune, il avait un petit chien, et un jour il l’avait perdu; il pensait qu’il était mort, et voilà qu’il est revenu, qu’est-ce que mon papa était heureux de l’avoir retrouvé.


Je lui dis, qu’est-ce qu’elles sont belles ces histoires, comme celle de Bim le petit âne, où vous, les enfants, vous nous interpellez à savoir réparer ce qui est cassé.
En nous disant au revoir, Diana me dit : « Est-ce c’est un peu sûr qu’on va replanter le petit Ginkgo Biloba ? »

 

Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 21:21
"Jésus, ce non-violent" de Jean Lasserre

Par leur participation à la guerre et à sa préparation, les chrétiens rendent-ils un témoignage fidèle au Christ des Écritures ? Ou bien le trahissent-ils ?

Frédéric Rognon

Jean Lasserre, pasteur et théologien de la non-violence évangélique active, tente par ses écrits de répondre à cette question.


Après La guerre et l'Évangile (1953), Comment les maisons furent fermées (1955) et Les chrétiens et la violence (1965 rééd. 2008), son quatrième livre Jésus, ce non-violent est paru le 7 mai 2018 aux éditions Olivetan (Lyon).


Il contient des écrits inédits tardifs et de jeunesse, des exégèses bibliques de textes souvent instrumentalisés dans le passé pour justifier la violence, ses souvenirs à propos de son ami Dietrich Bonhoeffer, des témoignages de tous ses combats contre les diverses formes de violence et des contributions et témoignages de la rencontre de Trèves en 2003 pour le 20e anniversaire de sa mort.


Profitez d’une offre de souscription spéciale pour toute commande passée avant le 30 juin 2018 : 18 € (au lieu de 24 € prix public). Vous pouvez le commander en ligne sur www.editions-olivetan.com (code promo : C&JL2018)

 

ISBN : 9782354794392

Parution : 07/05/2018

Edition : Editions Olivetan

Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 15:11
Quatre jours d’actions pour le désarmement nucléaire !

PARIS, MONTPELLIER, DIJON, BREST, TOURS, CHERBOURG...

Lundi 6 août 2018 / Jeudi 9 août 2018


Du 6 au 9 août 2018, entre l’anniversaire du bombardement d’Hiroshima et celui de Nagasaki, 4 jours de « jeûne-action » sont organisés dans plusieurs villes de France (Paris, Montpellier, Dijon, Brest, Tours, Cherbourg, etc.). En Allemagne et en Angleterre d’autres jeûnes-actions sont en lien avec nous. Il s’agit d’interpeller l’opinion publique en organisant des actions de rue (clown-activisme, die-in, commémoration, etc.), des conférences, des projections de film, etc.

Nous organisons ce jeûne depuis plus de 30 ans, mais, cet été, nous serons d’autant plus actifs que nous avons reçu le Prix Nobel de la Paix 2017. En effet, nous sommes membres de ICAN (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires) à qui revient la signature d’un traité d’interdiction des armes nucléaire voté à l’ONU par 122 pays en décembre dernier.

Cet été, du 6 au 9 août, rejoignez-nous pour continuer à sensibiliser les décideurs et les citoyens du monde entier.

 

Info publiée sur le site "Sortir du nucléaire" où vous pouvez vous inscrire.

 

Dans le Jura, comme depuis 2013, ce sera à Dampierre avec le mouvement ADN. Le programme bientôt sur ce blog, et pour avoir plus de renseignements écrivez à l'adresse du mouvement :  association2018adn@gmail.com

 

Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 13:50

Le 10 mai, nous vous avons informés de cette marche qui va de Vintimille à Calais. Clic ici. 

 

Plusieurs Jurassiens se référant au groupe ACR (Accueil Citoyen des Réfugiés) participeront à la marche "Nuits-Saint-George/Dijon", le vendredi 1er juin. 

 

3 possibilités :

  • marcher toute la journée (environ 20 kms) entre Nuits St Georges et Dijon
  • marcher 5 kms entre Chenôve et Dijon après 16H
  • venir directement à Dijon retrouver les marcheurs et des militants locaux

Co-voiturage au départ de Dole à 7h30 ce vendredi 1er juin, à la passerelle sur le port de DOLE (Av Lahr)

Pour s'inscrire, contacter Françoise CHATTOT, 03 84 72 72 57 ou par mail chattot.francoise@orange.fr

 

Arrivée de la marche le jeudi 24 mai à Lyon et rencontre avec la marche Pax Christi

Arrivée de la marche le jeudi 24 mai à Lyon et rencontre avec la marche Pax Christi

Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 12:37

Mise à jour du 5 juin : rencontre à Dampierre, salle du Boulodrome, rue du Tissage

 

Quelle joie profonde de savoir et entendre comment Rachel part faire le tour du monde à la rencontre de jardiniers de paix jusqu'au extrémités du monde.

 

Et si, là où nous sommes, c'était aussi une extrémité du monde, au point qu'il dépend de nous que ça soit plus juste dans le monde pour les plus éprouvés et réprouvés de la Terre. N'y-t-il pas urgence à ce que nous nous bougions pour qu'il n'y ait pas d'exclus pour la fête.

 

Rachel présentera son projet à Mont-sous-Vaudrey et à Dampierre dans les prochains jours. (Voir l'affiche)

 

Plus d'infos sur son blog "Citoyens du monde, Jardiniers de la paix"

PDF à télécharger ici

 

 

Avec une humble audace
Repost0
5 mai 2018 6 05 /05 /mai /2018 16:48
Assemblée Générale de ADN-MAN

Avec les beaux jours, le RDV des membres de l'association ADN-MAN change d'horaire, mais pas de lieu.

 

RDV donc à 16h00 ce lundi 7 mai 

à la salle de la mairie de Dampierre.

 

Ce sera l'Assemblée Générale en présence de Patrick Hubert,

ami de Jean-Marie Muller.

 

 

 

Repost0
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 22:06

Réservez votre soirée !

à la MJC de Dole le 15 février avec Paul Quilès

LA BOMBE ET NOUS
film de Xavier-Marie Bonnot (2017, 70’)

Rencontre avec Paul Quilès

Ancien ministre de la Défense,

président de IDN (Initiatives pour le Désarmement nucléaire)
Dédicace de son livre à partir de 19h30


Sommes-nous pris au piège de l’arme nucléaire ? Peut-on vivre sans elle ? Peut-on penser le monde autrement que par un équilibre de la terreur ? Est-elle, au contraire, un gage de paix et de stabilité ? Depuis la naissance même de l’engin ces questions alimentent les peurs les plus terribles et les discours les plus dangereux. Avec des intervenants de tous bords : militaires, scientifiques, historiens, militants, hommes politiques, ce film se propose de porter la réflexion sur l’actualité et l’avenir du nucléaire militaire.

 

Tarifs habituels de 4 € à 7,50 €

 

Voir ici

Repost0
27 janvier 2018 6 27 /01 /janvier /2018 15:22

Le 2 février 2018


à 14h30 chemin de la Passerelle à BREVANS


Plantation de GINKGO-6

 

pour le désarmement nucléaire unilatéral de la France


à l'invitation de la Municipalité de Brevans, 


grâce à la médiation de notre ami Jacques Martin.

 

Venez nombreux !

1 : Dampierre, 2 : Saint-Maur, 3 : Saligney, 4 : Pesmes, 5 : Vevy,
1 : Dampierre, 2 : Saint-Maur, 3 : Saligney, 4 : Pesmes, 5 : Vevy,
1 : Dampierre, 2 : Saint-Maur, 3 : Saligney, 4 : Pesmes, 5 : Vevy,
1 : Dampierre, 2 : Saint-Maur, 3 : Saligney, 4 : Pesmes, 5 : Vevy,
1 : Dampierre, 2 : Saint-Maur, 3 : Saligney, 4 : Pesmes, 5 : Vevy,

1 : Dampierre, 2 : Saint-Maur, 3 : Saligney, 4 : Pesmes, 5 : Vevy,

Repost0
17 janvier 2018 3 17 /01 /janvier /2018 14:44

Rappel : N'oubliez pas !

 

C'est une grande chance d'accueillir à Dole Paul QUILES !

 

Ancien ministre de la défense, il est bien placé pour nous alerter sur les dangers de l'arme nucléaire. 

 

Nous sommes tous invités à cette soirée !

N'hésitez pas à  partager cet événement qui aura lieu

le 15 février 2018 à la MJC de Dole.

 

"La bombe et nous" Film et débat avec Paul Quilès

PS : En discutant avec des journalistes durant le vol pour le Chili, le Pape a exprimé sa peur de voir un incident grave déclencher une guerre nucléaire. François a exprimé sa peur effective d’une situation qui pourrait connaître une évolution imprévue. Il a rappelé l’urgence d’un engagement pour le désarmement nucléaire.

Repost0
19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 12:40
Comment transmettre des "Paroles d'espérance"

Dampierre,  le 28 novembre 2017

 

Chers amis de l’aumônerie catholique des prisons et de l’hebdomadaire « La Vie »

 

C’est chez des amis visiteurs de personnes en prison, dans le Jura, que vient de m’être offert le calendrier « Paroles d’Espérance », pour l’année 2018.


Je me réjouis tout d’abord, en recevant ce calendrier des mains de mes amis, en voyant les photos et en lisant les paroles des 1eres pages : Malala Yousafzai, Vera Baboun, le pape François. Je dis à mes amis : «  Oh, je vois à qui je vais pouvoir offrir ce calendrier en cadeau de bonne année, tout d’abord, à une famille musulmane, où une jeune fille est en train de lire le livre de Malala : «  Moi, Malala, je lutte pour l’éducation » La jeune fille de cette famille a retenu par cœur les mots de Malala : «  Je suis persuadée que les rêves d’aujourd’hui seront les réalités de demain. » Puis, je vois Pierre Rabbhi : «  La sobriété permet de retrouver la vibration de l’enchantement. » Je me dis : «  Je vais pouvoir offrir à des amis de la confédération paysanne ce calendrier pour nous aider à lutter contre l’envahissement mortel du glyphosate. »


Je découvre au fur et à mesure que je tourne les feuilles de « votre calendrier » des noms de gens que je connais, comme Mahatma Gandhi, Vera Baboun, je me dis : «Je vais pouvoir offrir ce calendrier aux amis qui reviennent de Bethléem, aux amis engagés dans le M.A.N.V., mouvement d’action non-violente, dans le mouvement Palestine Amitié, planteurs de 1000 oliviers pour la paix. » Ce calendrier peut aider à lutter de manière non-violente, contre la colonisation d’Israël en Palestine. « C’est vrai qu’un environnement sain peut tellement aider à générer une mentalité saine », et « Je ne veux pour rien au monde étouffer cette voix qui est ma conscience. » Puis je vois les noms, les visages, je lis les paroles de Elie Wiesel, Amadou Hampâté Bâ, Nelson Mandela, Mère Térèsa, Liu Xiaobo, Bernadette Soubirous : «Je ne vivrai pas un instant que je ne le passe en aimant. »


Mais en tournant la page de « votre » calendrier qui était en train de se faire « mien», arrivant au mois d’août, quelle n’est pas ma surprise de trouver le visage de Hélie de Saint Marc avec ses paroles : « De toutes les vertus, la plus importante me parait être le courage ».


Alors, là, je suis sidéré et bouleversé que vous placiez sur nos routes du mois d’août et sur les endroits qui nous emprisonnent, des panneaux indicateurs comme ceux-là. Voudriez-vous revoir les personnes qui se sont arrangées pour se fourvoyer et proposer de telles pages et photos pour votre calendrier. J’éprouve certes un réel respect pour cet homme, Hélie de Saint Marc, comme pour tout homme. Mais à l’instant, il se passe en moi, alors que je suis encore chez mes amis qui m’offrent le calendrier, quelque chose de bouleversant. En effet, les noms des amis à qui j’avais dessein d’offrir votre calendrier, s’effacent de devant mes yeux et cessent d’habiter mon cœur. Une profonde tristesse m’envahit. Je ne pourrai pas leur faire le cadeau de Noël dont il m’était venu l’idée avec enthousiasme. 


En effet, comment proposer aux enfants de mes amis et à eux, comme vous nous le dites à chaque page de ce calendrier : «  Pour en savoir plus, lisez « Aventure et Espérance ». J’avais déjà lu et suis retourné le lire, le livre : « Mémoires d’Hélie de Saint Marc. »


J’ai malheureusement fait la guerre d’Algérie, comme des milliers de jeunes de ma génération. J’ai participé, hélas, à plusieurs opérations dans la dixième division parachutiste où Hélie de Saint Marc était sous-chef d’état-major de 1959 à 1961. A combien de ses enfants, mon pays la France a usurpé la vertu du courage qui habitait, certes, Hélie de Saint Marc, mais aussi le fond de nos êtres de 20 ans à nous tous. Lui comme nous, s’est fait avoir. Notre dignité d’hommes a été bafouée. Car, quand on abîme un autre homme, on s’abîme soi-même aussi. Dans quel but les forces de nos courages étaient mises en valeur ?, puis usurpées ? afin que soit maintenu sur le peuple algérien le joug colonial et que l’Algérie demeure française. C’était le but des opérations que nous avons accomplies sous les ordres du général Challe, dont Hélie de Saint Marc était un des officiers de son état-major.


A ce premier drame s’en ajoute un autre. Des généraux séditieux Challe, Salan, Zeller et Jouhaud, cherchent à prendre le pouvoir … La ville d’Alger tombe entre leurs mains le 22 avril 1961. Le général Challe entraîne dans cette recherche de prise du pouvoir, un nombre important de commandants dont Hélie de Saint Marc, commandant alors le premier R.E.P. (régiment étranger parachutiste) à Zeralda. Hélie de Saint Marc se répète la devise de la légion étrangère : «  Honneur et Fidélité » Et il écrit qu’il s’est dit à ce moment : «  mais l’honneur était-il dans l’obéissance absolue au pouvoir légal, ou dans le refus d’abandonner des populations qui nous avaient fait confiance ? » Pour soutenir le projet du général Challe, il fallut à Hélie de Saint Marc certes, beaucoup de courage, mais ce courage va se vivre et être accaparé dans quel but ? La prise du pouvoir des généraux et des commandants séditieux était bien dans le but de maintenir le pouvoir colonialiste de la France et que l’Algérie continue d’être française. Pour une fin odieuse, on utilisait des moyens nobles tels que le courage.


Cela me semble vicié de toutes parts. Je pense qu’il faut beaucoup de courage dans nos luttes pour nous libérer de la violence, mais  je refuse et fais objection à ce que nos courages et particulièrement quand on a vingt ans, soient utilisés à une fin et dans un but prédateurs. 


En mettant la photo d’Hélie de Saint Marc et en retraçant sa vie, qui est certes passée par les camps exterminateurs de Buchenwald, alors qu’il a à peine 20 ans, sur votre calendrier du mois d’août, en promouvant la vertu de courage qui a certes habité la vie de cet homme , et cela je le respecte profondément, je crains que vous concourriez une fois de plus, comme nous l’avons subi en partant en guerre en Algérie et dans toute guerre, à engager des hommes et des femmes à offrir leurs forces de courage ou à se les faire prendre, pour des causes ignobles et injustes.


J’ai lu intégralement « votre calendrier »  plusieurs fois. Pour bien des raisons et particulièrement celles que je viens de vous exposer, je ne peux pas le faire »mien » Du pape François, vous ne mettez que son visage. Avec tout ce qu’il fait et dit afin de nous aider à nous laisser travailler et habiter par la non-violence, je ne trouve qu’une fois mention de la non-violence dans tout le calendrier. C’est au mois de novembre, dans la relation de la vie de Martin Luther King.


Comment se fait-il que nous n’ayez pas eu idée, de proposer à nos forces de courage de nous engager sur le chemin du général Jacques Paris de Bollardière, qui a fait objection à la torture pendant la bataille d’Alger, des deux religieuses Léonie Duquet et Alice Domont, victimes de la dictature de Vidéla en Argentine ou du prêtre jurassien Gabriel Maire assassiné à Vitoría au Brésil le 23 décembre 1989 en raison de ses engagements avec les sans terres et les enfants des rues, et combien d’autres militants de la non-violence. Je ne vois pas d’écho dans le calendrier aux mouvements non-violents tels que le M.AN.V. ou I.C.A.N. à qui vient d’être décerné le prix Nobel de la paix en raison de sa lutte contre l’armement nucléaire.


Ceci dit, bien sûr que je maintiens mon estime pour ce que j’ai trouvé dans beaucoup de pages de « votre calendrier », mais je me refuse de le faire « mien » et de pouvoir l’offrir. Je suis très triste. Parce que je crois à votre mouvement de libération de nos prisons et de nos enfer-me-ments.


Dans l’attente de vous lire, je vous dis mon estime pour votre travail afin de nous aider à nous libérer de tout ce qui nous fait violence.


                                               Lucien CONVERSET
 

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.