Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 21:56

Dampierre, le 6 août 2014

 

COMMENT RETROUVER NOS VISAGES D’HOMMES LORSQU’ILS ONT ETE DEFIGURES ?

 

Aujourd’hui chez les chrétiens c’est une grande fête : celle de la reconnaissance que Jésus, «  le Fils de l’Homme » est transfiguré en présence de trois de ses disciples : Pierre, Jacques et Jean. Cette transfiguration se réalise de manière étonnante : « Son visage devient brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la lumière… » (Mt, 17,2). En même temps, les disciples qui assistent à cet évènement entendent et comprennent que ce « Fils de l’Homme » Jésus, est le Fils bien aimé de Dieu, en qui son Père a mis tout son amour » (Mt 17, 5) Et nous-mêmes nous prenons acte que ce qui s’est dessiné sur le visage de l’Homme-Dieu, est dessiné désormais sur nos visages à nous tous membres de l’humanité. C’est notre acte de foi-confiance. C’est gravé dans nos cœurs. Comment empêcher que ce qui s’est réalisé là soit abimé par nous-mêmes.

 

Au début du mois de juin de l’année dernière, en traversant les territoires palestiniens, afin de me rendre à Bethléem, je suis passé au pied du Mont Tabor où, cet évènement de la transfiguration s’est accompli. Et il y eut quelque chose d’étonnant : l’ânesse Joséphine que j’avais dû retrouver pour accomplir ce voyage n’était pas tellement partante. Elle me faisait marcher très lentement. Elle trainait les sabots. Ça m’énervait. Mais je compris qu’elle faisait cela pour m’aider à voir clair. Elle me disait : « Est-ce que tu prends conscience en passant au pied du Mont Tabor, que vous les humains vous abimez ce qui vous est révélé sur cette montagne … Ne marche pas trop vite … Comprends que vous vous défigurez les uns les autres. Regarde bien durant cette marche que nous sommes en train de faire ce que des hommes font à d’autres hommes.

 

Et de fait, en entrant à Jenine dans le petit peu de « territoires laissés » aux Palestiniens, je découvrais qu’ils sont « occupés « comme me le confirmait le Père Jonny lorsqu’il m’accueillit à Naplouse en compagnie des religieuses de Mère Térésa : « Ici on est en territoire occupé » J’apprenais que des membres du pouvoir israélien, appuyés par les soldats de l’armée Tsaal, vidaient des familles entières de leurs habitations et accaparaient leurs maisons et leurs terres. Ce n’est pas une attitude d’hommes. Notre humanité en est défigurée.

 

Quelques temps après, j’apprenais que des responsables politiques et civils, capturaient l’eau dans les nappes phréatiques des villages palestiniens pour la pulser dans leurs propres villes et leurs colonies. Ils dévitalisaient ainsi le pays  palestinien.

 

J’apprenais encore, quelques temps après, que des hommes empêchaient d’autres hommes de se rendre dans leurs familles, ainsi que sur leurs lieux de travail, quand ils en avaient un, ainsi que dans les lieux de soins, tels que dispensaires et hôpitaux, en érigeant  un mur de séparation de huit mètres de haut. Notre mère la Terre, n’était plus la Terre des hommes.

 

Aujourd’hui, jour de la transfiguration, j’apprends par le journal, que dans   « Gaza, la population redécouvre une vie sans les bombes » Une trêve enfin commence, voilà un mois que le Gazaouis n’ont pas arrêtés d’être pilonnés, emprisonnés, asphyxiés par d’autres hommes. A la manifestation de Besançon l’autre jour, afin d’arrêter cette guerre, quelqu’un qui connait bien Gaza et le drame vécu par ses habitants, nous appelait à proclamer : « Nous sommes tous des Palestiniens » Cinquante jeunes filles et jeunes gens israéliens ont refusé dernièrement d’aller à la conscription. Ils sont devenus refuzniks, refusant de défigurer des Palestiniens.  Mais nous autres, pays européens, nous devons arriver à nous organiser pour empêcher cette guerre. Est-ce que nous ne continuons pas à fabriquer et vendre des armes ? Nous divulguons même sur les ondes au moment des informations la propagande israélienne qui justifie le déluge de bombes sur Gaza, en faisant l’opération « Bordure protectrice ». Bien sûr que nous réprimons aussi l’attitude du Hamas. Nous sommes appelés à dépasser les intérêts communautaristes et confessionnels dans la gestion de tous pays.

 

Nous ne pouvons pas non plus laisser se défigurer le visage de notre humanité par tout ce qui se passe en Irak, en ce moment, où des dizaines de milliers d’Irakiens, appartenant à des minorités religieuses, notamment des chrétiens mais aussi yézidis, vivent un véritable exode. Ils ont été vidés de Mossoul le 10 juin dernier, ils viennent d’être expulsés de Qaraqosh, par les miliciens sunnites de l’Etat Islamique (EI). Ils sont démunis de tout, et fuient vers le Kurdistan, ils sont en danger de mort. (Beaucoup ont déjà été massacrés).

 

Nous jeûnons aujourd’hui, pour prendre conscience que dans notre être d’homme et dans notre peau, qu’au profond de nous, est logée notre capacité d’arrêter de nous massacrer les uns les autres. Je dis : « les uns, les autres, «  car j’ai pris conscience quand j’étais soldat durant la guerre d’Algérie, que, lorsque les Algériens étaient vidés de leurs mechtas durant les opérations jumelles Cigale et Etincelle, afin d’établir le Plan Challes, nous, soldats, nous nous vidions de notre humanité. Quand nous abimions des hommes, nous nous abimions nous-mêmes, nous cessions d’être des hommes nous-mêmes. Le fait de jeûner aide à approfondir cette prise de conscience.

 

Et nous jeûnons aujourd’hui 6 août, aussi afin de commémorer ce qui a été fait à des hommes par d’autres hommes ce jour-là, et empêcher que ça se reproduise : l’éclatement d’une bombe atomique au dessus d’Hiroshima, provoquant la mort de 180 000 personnes. Nous jeunerons aussi le 9 août pour la même raison et dans le même but que l’éclatement d’une même bombe atomique sur Nagasaki, provoquant la mort de 130 000 personnes, ne se renouvelle jamais.

 

Nous ne pouvons pas et n’avons pas le droit de nous maintenir dans de telles menaces de mort, les uns par rapport aux autres, en devenant détenteurs de telles armes de destruction massive. Cette attitude est criminelle, nous sommes aux antipodes de l’humain, de telles déflagrations sont de lamentables défigurations de l’humanité.

 

A Hiroshima et à Nagasaki, c’est toute l’humanité qui a été défigurée.  Tout d’abord, ceux qui ont déclenchés l’éclatement de l’arme nucléaire à l’encontre de toute une cité, de tout un peuple ; en accomplissant de tels crimes, ils ont cessé d’être dans une attitude d’hommes. Certains ne s’en sont pas remis.

 

Et ils ont été défigurés aussi, ceux qui ce jour-là, ont été tués, annihilés, le visage brûlé. Leurs terres ont été rayées de la carte, plus rien ne pourra y pousser. Les survivants, abimés jusque dans leur capacité de mettre au monde des enfants, avec le risque de faire naitre des petits profondément handicapés.

 

Le jeûne est un véritable laboratoire. Nous jeûnons pour chercher comment nous arrêter d’entretenir une telle menace, une telle peur et terreur les uns par rapport aux autres, et nous arrêter de nous défigurer les uns les autres. Afin tout simplement de prendre conscience que nous avons la capacité d’être véritablement des humains les uns envers les autres.

 

Aujourd’hui, jour de la Transfiguration , je prends conscience que nous nous sommes défigurés à Hiroshima et Nagasaki, en prétendant accéder à la paix mondiale,  en mettant à genoux tout un peuple, et en l’annihilant.

 

Aujourd’hui, grâce au jeûne et à l’opinion de tous les amis qui y participent, il y a quelque chose que je vois mieux. En jeûnant,  je refuse de continuer à laisser se défigurer mon visage et à se dénaturer mon regard sur quelqu’ homme que ce soit. Je retrouve mon visage d’homme, parce que je refuse de pactiser avec le gouvernement de mon pays qui continue à se doter d’armes nucléaires  plus performantes. En jeûnant, j’entre aussi en dissidence par rapport à mon Eglise qui continue de cautionner l’armement nucléaire de la France, en maintenant la déclaration de la Conférence des Evêques de France du 8 novembre 1983. Toute notre amitié reconnaissante à vous Jean-Marie MULLER et au M.A.N.V. (Mouvement Alternatif Non Violent)  qui apportez aux membres de l’A.D.N. (Alerte pour le Désarmement Nucléaire) que nous sommes, le ressourcement prophétique, qui nous fait nous envisager les uns les autres en humanité, comme le Christ nous dit que Dieu notre Père nous regarde tous, le jour de la transfiguration.

 

Nous jeûnons dans une humble joie pour retrouver notre dignité, en appelant notre pays à se démunir de l’arme nucléaire.  Invité hier à un repas familial dans un village voisin de Dampierre, un homme de mon âge, sachant nos engagements et que nous jeûnons pour demander l’arrêt de l’armement nucléaire de la France de manière unilatérale, cet homme me racontait que son oncle Raymond lui disait quand il était gamin : «  Au lieu de faire des usines d’armement, on ferait mieux de faire des casseroles, d’y mettre à manger, ainsi, on pourrait nourrir le monde » mais tout de suite après, quelqu’un d’autre  me disait : «  La centrale nucléaire de Creys-Malville … c’est elle qui m’a donné du travail … ça m’a permis d’élever ma famille, mais je sais pourtant que les effets du plutonium mettent 26 000 ans pour ne plus avoir de nocivité. »

 

Nous nous sommes partagés nos questions et réflexions vitales pour l’avenir de l’humanité : Nous nous sommes demandé quel héritage nous laissons à nos enfants et petits enfants ? ils sont là en train de jouer dans la salle à manger au milieu de nous. Leur laisserons-nous une terre qui risque de leur éclater dans les mains et à la figure, les défigurant pour toujours.

 

Je ne suis pas sûr d’être arrivé à nous interpeller, afin d’emprunter un tout autre chemin que celui-là, dans lequel nous sommes embarqués ? J’aurais tellement voulu que nous nous remettions en cause, que quelque-chose de la transfiguration de Jésus apparaisse sur nos visages, dans notre bouche et dans nos cœurs, et que nous nous aidions les uns les autres à « Libérer la France de son arme nucléaire » comme nous y appelle Jean-Marie Muller, que nous cessions de préméditer un crime contre l’humanité et de la défigurer.

 

Ainsi, nous retrouverions nos visages d’hommes, de femmes et d’enfants.

 

En jeûnant, je voudrais que nous nous apprenions à chercher et trouver les chemins pour nous arrêter de programmer et perpétrer notre odieux massacre les uns par les autres. Je suis humblement confiant que nous pouvons être des bâtisseurs et non des casseurs.

 

Telle est notre Transfiguration !

Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 12:44

A Dampierre, les membres d'ADN (Alerte pour le Désarmement Nucléaire) ont commencé à jeûner, ou à se retrouver pour des échanges fructueux ce 1er lundi du mois d'août... Si vous êtes dans la région, n'hésitez pas à les rejoindre tout au long de cette semaine, et en particulier les 6 et 9 août de 16h00 à 19h00.

 

D'autres personnes manifestent aussi en France et dans le monde à l'occasion des catastrophes d'Hiroshima et Nagasaki.

 

      http://actionawe.org/wp-content/uploads/2014/06/hawk21.jpg

 

Des anglaises ont lancé l’initiative d’encercler la base de Burghfield l’équivalent de Valduc en Angleterre) avec une écharpe rose de 11 km pour symboliser et marquer leur refus de la bombe.

Les Françaises en ont tricoté une de 60 mètres, dont 4 mètres par des Côte-d’Oriennes !

Cette écharpe rose sera déroulée à Valduc le 6 août, puis à Paris le 7, puis reliée à l’écharpe de 11 km entre Burghfield et Aldermaston.

 

  • Dominique Lalanne donne RDV au Mur pour la Paix, le mercredi 6 août à 8h pour la cérémonie commémorative du bombardement de Hiroshima, Place Joffre, à Paris, et pour ceux qui le souhaitent de les rejoindre pour jeûner jusqu'au 9 août. Toutes les infos sur www.vigilancehiroshimanagasaki.com

 

Soyez à l'affût d'autres RDV

 

Et voici 2 chansons de Boris Vian, à réécouter...

 


 

 

 

Repost0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 21:24

Chaque premier lundi du mois, des personnes jeûnent pour demander l'arrêt de l'armement nucléaire, et un groupe de jeûneurs et de sympathisants se réunit à Dampierre (Jura). Lors de la rencontre du 7 juillet, le groupe s'est baptisé A.D.N. (Alerte pour le Désarmement Nucléaire).

 

Comme tous les 1ers lundis du mois, les membres de A.D.N. se réuniront lundi 4 août à Dampierre de 16h à 19h. 

Ce lundi 4 août, ouvrira une semaine spéciale : 

Il y a un an, Lulu rentrait à Dampierre après sa marche pour la paix du Jura à Bethléem. Il rentrait pour commémorer les bombardements d'Hiroshima et Nagasaki. Il invitait ses amis à le retrouver sous une tente devant l'église de Dampierre, et à demander avec lui l'arrêt de l'armement nucléaire de la France, par le jeûne. (Voir les CR de ces rencontres sur le blog, ICI, ICI et LA)

 

Cette année encore, vous pouvez vous unir à cette action, en particulier le lundi 4 août, le mercredi 6 août, et le samedi 9 août. 

Des rencontres sont organisées à Dampierre ces 3 jours-là de 16h à 19h mais Lulu sera heureux de vous accueillir tout au long de cette semaine.

 

Soyez nombreux à soutenir cette action, et à manifester votre soutien.

 

D'autres actions en France, notamment à Paris :

Le collectif des "Indignés de l’arme nucléaire", en souvenir des victimes d'Hiroshima et de Nagasaki, appelle à un campement citoyen devant le Ministère de la Défense à Paris le 6 août 2014. Début de l'action à 11h le matin.   Plus d'infos ici.

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire sous cet article pour signler d'autres RDV.

Repost0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 09:24

Plus jamais de bombes nucléaires comme à Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945....

Pour commémorer cette tragédie, et demander l'abolition des armes nucléaires, de nombreuses actions sont possibles. 

 

 

Participer à une marche pour la paix dans le Bitérois dans l'Hérault le 11 aout 2013. Infos Ici 

 

Participer au jeûne international pour l’abolition des armes nucléaires du 6 au 9 août 2013 à Paris.  Ce Jeûne international est organisé en France par La Maison de Vigilance, Armes Nucléaires Stop, Réseau Sortir du Nucléaire en soutien à la campagne internationale ICAN pour l’abolition des armes nucléaires. Bulletin d'information.

 

Et dans le Jura  à DAMPIERRE, participer à un jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France, du 6 au 9 août 2013 avec Antoinette Gillet, Lulu Converset,  Claude et Henryelle Chevassus, Jean-Yves et Annie Millot, des amis du MANV (Mouvement pour une Alternative Non-Violente) et toutes les personnes qui voudront les accompagner et les soutenir 1, 2, 3 ou 4 jours. Plus d'infos prochainement !

 

Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 23:00

Voici une lettre qui a été rédigée par le Collectif Franc-Comtois "Avec Lulu, nous marchons pour la Paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France".

 

Vous pouvez vous l'approprier pour interpeler les évêques de vos diocèses. Vous faites un copier-coller et vous faites la mise en page dans un document word. Sinon, vous pouvez demander que l'on vous envoie cette lettre sous format word. 

  

  

Le 23 Mars 2013

Collectif Franc-Comtois

« Avec Lulu nous marchons pour la Paix

Et le désarmement nucléaire français »

 

Monseigneur Lacrampe, Evêque de Besançon

 

Monseigneur Jordy, évêque de St Claude

 

Monseigneur Schockert, évêque de l’Aire urbaine

 

 

Rassemblés dans un grand élan ce 23 mars 2013 où notre ami Lulu reprend sa marche vers Bethléem pour la Paix et le désarmement nucléaire unilatéral, nous souhaitons votre engagement à nos côtés. Comme l’a rappelé Benoît XVI, l’armement nucléaire est « funeste et dangereux.

 

Les Franc-Comtois subissent de plein fouet la crise économique, et ils attendent des repères nouveaux et un message d’engagement vers une autre société de la part de leurs gouvernants et de leurs pasteurs.

 

La commission épiscopale a validé la motion de la Mission de France reprise ci-dessous.

 

Nous vous demandons de vous positionner face à cette motion, et de faire connaître publiquement votre choix pour ou contre le désarmement nucléaire unilatéral de la France.

 

Avec notre profond respect

Le collectif du 23 mars 2013

 

Motion adoptée par l'Assemblée générale de la Communauté Mission de France - été 2012

 

« Puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.

 

Revêtez l'équipement de Dieu pour le combat, afin de pouvoir tenir contre les manoeuvres du démon » Ep 6,10-11

 

Depuis des décennies, à la suite des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, des millions de femmes et d'hommes, parmi lesquels de nombreux chrétien-ne-s, luttent pour l'élimination de l'arme nucléaire.

 

En France, la dernière prise de position de l'épiscopat sur la question de la dissuasion nucléaire date de 1983 avec le texte Gagner la paix. La Mission de France avait alors réagi en signant le texte Apprendre à bâtir la paix.

 

Depuis le monde a fortement changé et les menaces ne sont plus de même nature. Aussi la Communauté Mission de France a-t-elle décidé de se ressaisir de cette question par l'intermédiaire de quelques uns de ses membres qui se sont réunis  lors de l'Université d'été de 2011. Des échos de cette réunion de l’été 2011 ont paru dans Paroles de mission de décembre 2011.

 

Aujourd’hui, ce groupe de l’été 2011, auquel se sont joints d'autres membres de la Communauté Mission de France, propose ce texte de motion :

 

« - Constatant que notre pays et la planète sont, aujourd'hui et dans les années à venir, confrontés à des menaces économiques, sociales, environnementales et terroristes,

 

-    persuadée que la dissuasion nucléaire ne saurait être une réponse crédible à ces menaces,

 

-    estimant qu'elle est au contraire dangereuse, notamment en incitant à la prolifération, coûteuse, inefficace, illusoire au point d'être devenue une idole des temps actuels, et qu'elle est depuis toujours immorale et contraire au message de l'Evangile par le fait que sa mise en oeuvre conduirait à la mort de centaines de milliers de personnes et à la destruction de vastes territoires,

 

-    ayant entendu le Pape Benoît XVI affirmer, le 1er janvier 2006, que compter sur les armes nucléaires était « funeste et fallacieux »,

 

-    ayant lu les déclarations de Mgr CHULLIKATT, observateur permanent du Saint Siège à l'ONU, faites le 1er juillet 2011, notamment : « L'illégalité de la menace et de l'emploi des armes nucléaires remet sérieusement en question la légalité de posséder des armes nucléaires »,

 

-    ayant ainsi pris acte de l'évolution fondamentale et décisive des responsables de l'Eglise sur cette question,

 

-    confortés de surcroît par le fait que des personnalités telles que Stéphane Hessel ou Albert Jacquard ont signé l'appel à un désarmement nucléaire unilatéral de notre pays, que l'ancien ministre de la défense Paul Quilès, dans son livre « Nucléaire, un mensonge français », et l'ancien premier ministre Michel Rocard se sont récemment prononcés pour « l'abandon de la dissuasion nucléaire »,

 

 

 

la Communauté Mission de France, réunie en Assemblée Générale ce 15 juillet 2012 :

 

 

 

1) dit son accord avec la proposition de Convention d'élimination des armes nucléaires présentée à l'ONU par le Costa Rica et la Malaisie, proposition déjà soutenue par 146 Etas dont le Saint Siège,

 

2) estime que, dans un souci de cohérence avec cet objectif mondial, le désarmement nucléaire unilatéral de la France doit être envisagé sérieusement

 

3) demande à la Conférence des évêques de France de se saisir rapidement de cette question et souhaite qu'ils osent prendre une position qui aille dans le sens des demandes formulées ci-dessus.

 

4) encourage chacun-e de ses membres à devenir signataire de la campagne demandant ce désarmement nucléaire unilatéral (Campagne du Mouvement pour une Alternative Non-violente accessible sur www.fsan.fr) ainsi que de la campagne de soutien à la Convention d'élimination des armes nucléaires (campagne ICAN - Campagne Internationale pour l'Abolition des armes Nucléaires- accessible sur www.icanw.org »)

Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 08:35

Kovilj 30 janvier 2013

 

<<<précédent

 

En avant vous qui m’avez  appris à marcher pour la paix ! (Mt 5, 9)

  Vous-artisans-de-paix.jpg

 

Parmi ceux qui m’ont aussi appris à marcher pour la paix, il y a les gens, les premiers qui m’ont appelé à manifester contre l’armement atomique. C’était en 1961. Je revenais d’Algérie où la guerre continuait de creuser des chemins de terreur. Nous y avions été forcés de marcher pour faire la guerre. Et  durant l’année 1960, en plein Sahara, la France faisait éclater la bombe atomique à Reganne pendant qu’à quelques uns nous essayions d’entrer en résistance par rapport à l’exécution du plan Challes qui consistait à traquer sur les pistes au fond des oueds et sur le flanc des Djebels les membres de l’ALN. En même temps nous avions l’ordre d’expulser  de leurs mechtas de leurs jardins et de leurs oliveraies et donc de leurs cultures vivrières, femmes, enfants et vieillards et de les faire marcher en les poussant comme de vulgaires troupeaux afin de les enfermer et parquer dans des « camps dits de regroupement ». Leurs pistes de toute beauté et leurs sentiers de vie devenaient tout à coup chemins d’exil, d’enfer-mement et de mort. Et nous en étions complices. Mais déjà sur ces sentiers de Kabylie, des Aurès ou de l’Ouarsenis, grâce à des amis « résistants », je pressentais qu’il pouvait en être autrement.

 

Il y avait des choses qui dépendaient de nous, de la manière dont nous osions faire objection.  Ami Jésus ! tu nous faisais comprendre que «  dans ces trains d’enfer où tu étais descendu nous rejoindre », si « il nous avait été dit œil pour œil dent pour dent, tu haïras ton ennemi (Mat 5, 38-43) ou encore «  il faut tous les tuer parce que ces hommes sont nos ennemis », en te fréquentant, tu nous appelais à une toute autre attitude : «  Et bien moi, je vous dis : » Aimez vos ennemis » (Mt 5, 44). Votre interpellation à manifester contre l’armement atomique, Maurice, Georges, Pierre, René, Claude, Pierre, Jacques, Michel, Hubert, Claude, Marcel, Guy, Alain, Hélène et combien d’autres… convergeait avec ce qui avait commencé à naître en mon âme et conscience sur les pistes des djebels algériens. Ça correspondait avec ce que nous avaient transmis «  Mathieu, Luc et les deux autres » de ce qu’ils avaient «  vu et entendu du verbe de vie » lorsqu’avec lui «  ils gravissaient la montagne,  pour y entendre le fameux Sermon ».1° Jean, 1, 3. et Mat 5, 6, 7). Il me revient aussi, Gaby Maire, tes appels à crier sur les toits qu’il nous fallait arrêter de fabriquer et trafiquer les mirages avec le Brésil.. C’était en 1967. Les marches que tu faisais et que tu suscitais pour la paix allaient te conduire à partir au Brésil, épouser la condition des petits et des pauvres et faire «  le choix d’une mort qui conduit à la vie, plutôt qu’une vie qui conduit à la mort ». Tu y seras assassiné le 23 décembre 1989.

 

Tu es de ceux qui m’ont beaucoup appris à marcher pour la paix. C’est depuis ton village natal, Port Lesney, réalisant à cet endroit mon premier campement d’enfant avec toi et une vingtaine de nos camarades et amis du Petit séminaire de Vaux, en direction du Mont Poupet, que je commençai à découvrir que faire la paix en soi et en direction des autres exigeait un certain « déplacement », un surgissement de l’ « illusion d’avoir » en direction du « bien être commun ».

 

Quelqu’un, Jean-Marie Muller va lui aussi beaucoup nous apprendre à marcher pour la paix dans le sillage  de Gandhi, Martin Luther King, Tolstoï et de beaucoup d’autres et parmi eux Jésus.

 

Jean-Marie saura, à partir d’événements qu’il vit, que nous vivons et dont nous sommes témoins et artisans, nous présenter et nous donner en nourriture « les graines de possible » qu’il aura ramassées dans un livre qui va marquer beaucoup d’entre nous : « L’Evangile de la Non-Violence ». Cela va susciter entre autres dans le Jura tout un collectif d’amis  qui tiendront et tiennent encore aujourd’hui à poursuivre ce qu’ils ont commencé en vue d’une paix effective. Combien de marches et démarches en vue d’arrêter les va-t-en- guerre que nous sommes, sont nées au lieu dit «  Le Martinet » entre Vaux et Poligny, chez Jean-Paul et Liliane Girod et leurs enfants. J’aimais, depuis Dole, venir souvent me munir de ce qui alimente et fait tenir, dans une recherche de solution de conflits de manière non-violente. Il faudrait bien que quelqu’un de ce collectif se saisisse d’un crayon et d’un cahier et ramasse, pendant qu’il est temps, ces semences d’action non-violente, ces actes et ces faits constituant notre histoire. «  Ramasser afin que rien ne se perde » (Jean 6, 12). Qu’en pensez-vous Claude et Henryelle, Gilberte, Etiennette, et Anne ? Ça sera nous aider à continuer à marcher pour la paix. C’est dans des groupes comme ceux-là qu’en 1974, notre ami JM Muller appellera des personnes comme Jean-Paul Girod, pour créer le MANV  (Mouvement pour une alternative Non-Violente). Lorsque l’Eglise de Jésus ne se laisse pas réduire à être une boutique mais se met à l’écoute de «  la visée du petit » (PS 13, 6). S’exprimant dans ce qu’on appelle les Mouvements d’action catholique tels que la JOC, l’ACO, le MRJC, le CMR, l’ACE, où l’on est jamais trop petits pour le dire aux grands, les services tels que la PPH (Pastorale des Personnes Handicapées)… alors les petits et les pauvres, ceux à la droite desquels Dieu lui-même se place (Ps 108, 31)  deviennent nos « référents pour la marche du monde, comme nous l’a fait découvrir Joseph Wrezinski dans le mouvement ATD Quart Monde. Ils ont beaucoup été mes maîtres d’apprentissage à marcher pour la paix, celles et  ceux qui, par leurs réunions et rédaction de tracts, jusque tard le soir et déjà très tôt le matin, organisaient marches et manifestations pour enrayer le chômage et le licenciement de camarades à Dole et à Lons et quand, avec Marcel Blondeau nous « allions à Lip » à Besançon…. Ou que les Lip venaient à nous à Foucherans !. C’est les marches et démarches de tous ces hommes et femmes, de tous ces jeunes en JOC et ACE, MRJC, les marcheurs pour l’égalité des droits avec Christian Delorme, le 9 novembre 1983… C’est tout ce souffle de paix sociale qui animait ces gens qui nous a formés et poussés à tricoter des liens avec les éprouvés et les réprouvés, les sans toit, ni loi, ni droit… Nous sommes ce que nous sommes les uns grâce aux autres. Il me vient aussi au coeur la démarche d’Alexis, de Jean-Marc et Marie-Louise, de Bernard, de Jacques, Elisabeth et Rachel et combien d’autres, marchant sur les chemins de Compostelle en quête du sens de la vie, la leur et celle de toute notre humanité. Je pense bien sûr aussi à tous les participants à cette démarche originale qu’est le Cercle de Silence et à tous les adhérents de l’association Siloé où la lutte de chaque jour peut bien être assimilée à une marche quotidienne. Je sens un nombre impressionnant d’amis qui effectivement, parfois avec leurs pieds et certainement avec leur tête, leur cœur et leur conscience se mettent à marcher avec nous, l’âne et moi. Tous les mots, les lettres et messages sur le blog, dessins peintures, articles de journaux, photos, interview radio ou télévisées qui me parviennent et auxquelles j’essaie de répondre, nous signifiant que cette marche pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral sont le fait de nous tous. Je me sens tout petit et heureux, relié à ce grand nombre d’hommes et femmes de bonne volonté, d’enfants avec leurs parents, leurs instituteurs et catéchistes. Et particulièrement en Juillet-Août de l’année 2012 lorsque des amis m’ont fait savoir au moment du douloureux anniversaire de l’éclatement de la bombe atomique sur Hiroshima le 6 août 1945 et sur Nagasaki le 9 août 1945 qu’ils faisaient avec Antoinette Gillet, un jeûne afin  qu’on ne refasse plus jamais ça à notre Humanité. Nos manifestations diverses allaient dans le même sens. Et il est très certain qu’au moment où  nous repartirons en direction de Bethléem, le 23 mars 2013, une fois que les cigognes seront de retour, que l’herbe aura repoussé en Macédoine, un appel à marcher, jeûner, écrire, peindre, afficher, chanter sera exprimé pour signifier que nous marchons dans le sens évolutif de l’Histoire.

 

 à suivre

Repost0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 16:22

Jean-Marie-MULLER

 

Jean-Marie Muller nous a envoyé la réponse qu'il a adressé à Mgr Marc Stenger. (Voir le texte publié sur ce blog le 8 septembre ICI). Lulu, toujours chez ses amis, Nicole et Bracha a pu prendre connaissance de ce courrier. En total accord avec ce texte, Lulu nous demande de le publier.

 

“Ne pas oublier notre responsabilité”

 Mon Cher Marc,

J’ai lu et relu avec la plus grande attention le texte de ta déclaration du 6 août dernier à l’occasion de l’anniversaire de la destruction de Hiroshima et Nagasaki... Pour poursuivre notre dialogue, permets-moi de venir te dire en toute amitié comment je lis ce texte...

Tu soulignes que cet anniversaire nous renvoie à “notre responsabilité par rapport à une politique de désarmement nucléaire” et je souscris bien sûr pleinement à ton affirmation... Je précise simplement que, pour ma part, je comprends qu’il s’agit de la responsabilité de chacun de nous... Mais tu en seras certainement d’accord...

Tu soulignes également que “les puissances nucléaires” – donc chaque puissance nucléaire dont la France... – “sont confrontées à la question de savoir si précisément la possession d’armes nucléaires et la menace stratégique ne signifient pas une violation du droit de la guerre”.... Et poser cette question, c’est déjà y répondre... Et par l’affirmative... A l’évidence, l’arme nucléaire viole les deux principes fondamentaux du droit de la guerre : la “limitation” et la “proportion” de la riposte... Au demeurant, tu ajoutes : “Leur utilisation met en danger l’ensemble de la création”.

 

Tu ne demandes pas si l’emploi des armes nucléaires signifie une violation du droit de la guerre, tu demandes très justement si la “possession” et “la menace” des armes nucléaires signifient une violation du droit de la guerre... J’ose en conclure que la dissuasion nucléaire – qui n’est certes pas l’emploi des armes nucléaires, mais qui est l’emploi de la menace de ces armes et donc la menace de leur emploi - signifie elle-même une violation du droit de la guerre... Et cela concerne tout d’abord la dissuasion nucléaire française qui est de notre responsabilité de citoyens français...

 Tu soulignes encore justement que toute utilisation de l’arme nucléaire provoquerait une catastrophe humaine irréparable...

J’ai remarqué que tu as voulu mettre en avant la responsabilité de “la communauté internationale” : “Un monde sans arme nucléaire, écris-tu, peut exister si la communauté internationale le veut vraiment.” Mais je doute fort qu’il existe réellement “une” communauté internationale dotée d’une volonté politique... Je crains qu’il ne s’agisse que d’un concept largement abstrait...

A aucun moment, tu n’envisages explicitement la responsabilité propre à la France comme l’une des “puissances nucléaires” et tu prends soin de ne pas préconiser le désarmement nucléaire unilatéral de la  France...

Mais tu prends également soin de ne pas tomber dans la facilité de demander explicitement un désarmement ”multilatéral”...

Tu évites encore d’évoquer telle ou telle réduction des armes nucléaires qui ne changerait rien au maintien de la dissuasion...

Est-ce que je me trompe si je pense que, ce faisant, tu as voulu laisser ouverte la porte du désarmement unilatéral ?

C’est pourquoi j’ai la faiblesse de considérer que ta déclaration vient susciter un débat qui prépare le terrain pour un désarmement unilatéral...

A te lire, en effet, le lecteur français responsable ne peut pas ne pas comprendre que sa “responsabilité par rapport à une politique de désarmement nucléaire” est d’abord et avant tout “sa responsabilité par rapport au désarmement nucléaire français”...

Désarmement bien ordonné commence par soi-même...

Tu connais la maxime qui est d’une grande sagesse : “Penser globalement, agir localement”. Dans ta déclaration, tu as voulu faire une analyse globale. Celle-ci est nécessaire et utile. Il nous reste à agir localement en tenant compte de l’analyse globale de la situation internationale.

C’est l’une des exigences de  la “règle d’or” de commencer à faire nous-mêmes ce que nous voudrions que les autres fassent...

Le citoyen français n’a de réel pouvoir de décision que sur la politique de la France....

Quel pouvoir, en effet, a-t-il sur la politique des autres Etats dotés de l’arme nucléaire ?

Tu connais ma position : je suis bien sûr “pour” l’existence d’un monde sans arme nucléaire, “pour” le désarmement mondial”, "pour” le désarmement multilatéral”...

Mais je suis bien obligé, en analysant les politiques affichées par les Etats dotés de l’arme nucléaire, de penser que ce désarmement mondial est impossible dans un avenir prévisible...

Qui peut raisonnablement penser que les dirigeants des empires américains, russes et chinois – pour ne parler que d’eux - accepteront de renoncer à l’arme nucléaire dont ils affirment haut et fort qu’elle est le fondement de leur doctrine de sécurité ? Et ils ont déjà programmé et financé à “grand coût”/à ”grands coups” de milliards la modernisation et le renforcement de leur arsenal nucléaire pour les années à venir...

Seules, en définitive, les sociétés civiles nationales peuvent susciter des opinions publiques nationales capables de créer un rapport de force qui puisse exercer un réel pouvoir de contrainte sur les dirigeants des États dotés. Mais il faut convenir qu’un tel processus n’est guère envisageable dans les pays dotés dont la démocratie est plus qu’incertaine et ils sont nombreux. De ce fait même, la sociétés civile d’un pays “démocratique” comme la France a une responsabilité redoublée.

Dès lors, comment, nous citoyens français, ferons-nous pour ne pas “oublier notre responsabilité par rapport à une politique de désarmement nucléaire” pendant tout le temps où le désarmement mondial ne sera pas possible ?

Faudra-t-il que, pendant tout ce temps, nous continuions à nous accommoder de la préméditation d’un “crime contre l’humanité et la civilisation” (Assemblée générale de l’ONU), d’un “crime contre Dieu et l’homme lui-même” (Concile Vatican II) qui constitue le reniement de toutes les valeurs humaines qui fondent la civilisation ?

Et qu’en serait-il alors de l’enseignement du Sermon prononcé jadis sur une montagne de Galilée ?

Ce n’est pas possible de continuer de collaborer tout simplement parce que ce n’est pas pensable...

D’autant plus que, pendant ce temps, les dangers liés à la double prolifération - verticale et horizontale – ne feront qu’augmenter...

Quand tout est dit, il n’existe pas la moindre raison qui pourrait justifier que nous gardions une arme qui n’est pas une arme légitime de défense mais une arme criminelle de puissance, de destruction, de dévastation et d’anéantissement...

Non seulement l’arme nucléaire ne nous protège d’aucune des menaces qui pèsent sur notre société, mais elle constitue elle-même une menace.

Il serait vain de vouloir rechercher une “alternative” à la dissuasion nucléaire... Il n’existe pas d’”alternative” à un crime contre l’humanité...

De même, sortir du nucléaire militaire ne nécessite aucune “transition”...

Le propre de l’exigence éthique est d’être unilatérale... Je ne saurais attendre que les autres se décident à renoncer à préparer un crime pour décider d’y renoncer moi-même...

Je ne peux pas “oublier ma responsabilité” pendant tout le temps où les autres continueront à l’oublier...

J’en viens donc à conclure que la seule interprétation de ton texte qui sauvegarde sa cohérence éthique et politique est de le lire comme une invitation pressante faite aux citoyens français que nous sommes à renoncer unilatéralement à la dissuasion française...

Sans aucun doute, une pareille décision n’affaiblirait pas notre pays sur la scène internationale, mais lui confèrerait un immense prestige...

Tout particulièrement, je veux espérer que ton intervention ouvre la voie à une réflexion de l’ensemble des évêques français pour qu’ils prennent une telle position lors de l’une de leurs prochaines Assemblées plénières...

Est-il possible d’espérer que les évêques de France fassent une adaptation française de la déclaration faire par le cardinal Keith P O’Brien, président de la Conférence épiscopale écossaise : “Il n’est pas courageux de la part de la Grande-Bretagne d’avoir ces armes de destruction massive. Il est honteux de les détenir. Si notre gouvernement souhaitait être réellement courageux, il abandonnerait unilatéralement sa dissuasion nucléaire, donnant témoignage et élan, pour d’autres nations, à faire de même.” (16.04.2006). Ce qui donne toute sa force à la déclaration du cardinal, c’est qu’il la fit devant les portes de la base militaire de Falasne qui abrite les sous-marins Trident...

Certes, cette parole publique serait éminemment politique et d’aucuns ne manqueraient pas de s’en scandaliser... Mais ce serait le scandale de l’Évangile...

Le vrai scandale serait notre consentement silencieux au meurtre nucléaire...

Par ailleurs, cette parole susciterait une grande espérance partout dans le monde...

S’il fallait comprendre ton texte comme l’expression d'un simple souhait du désarmement mondial, alors il ne saurait avoir quelque impact que ce soit sur la réalité des choses...

Attendre de “la communauté internationale” qu’elle décide l’abolition mondiale des armes nucléaires présente l’inconvénient majeur de diluer la responsabilité de tous les citoyens et de tous les Etats dans une impuissance collective...

Cela dure depuis des décennies et cela risque fort de durer encore des décennies...

Les textes du Concile Vatican II que nous citons datent de cinquante ans et, depuis, rien, strictement rien d’important n’a été accompli dans le voie du désarmement nucléaire...

Ne devons-nous pas penser que face à la préparation du meurtre nucléaire qui se fait en notre nom, il faut que notre parole soit : “Non ? non” et que “ce qu’on y ajoute vient du Malin”  (Matthieu, 5, 37) ?

J’espère que tu ne m’en voudras pas de t’écrire cette lettre en la communiquant à quelques autres personnes...

Il s’agit en quelque sorte d’une lettre “ouverte”, publique comme ton intervention à laquelle elle voudrait répondre...

J’espère que tu me pardonneras mon insistance et mon intransigeance...

Comme tu le sais, je reste très imprégné de mon long compagnonnage avec Guy Riobé...

J’ai la faiblesse de suivre le mauvais exemple de l’ami dont Jésus loue l’importunité...

Car je veux m’efforcer de ne céder ni à la résignation, ni à la désespérance, ni à la colère...

Cependant, je dois t’avouer que j’ai parfois la tentation d’y succomber...

Je te remercie pour la bienveillance de ton attention..

Bon vent sur les routes de ton diocèse...

                                                                 En toute amitié

Jean-Marie

Repost0

Présentation

  • : Lulu en camp volant
  • Lulu en camp volant
  • : Lucien Converset, dit Lulu est prêtre. A 75 ans, il est parti le 25 mars 2012 avec son âne Isidore en direction de Bethléem, où il est arrivé le 17 juin 2013. Il a marché pour la paix et le désarmement nucléaire unilatéral de la France. De retour en France, il poursuit ce combat. Merci à lui ! Pour vous abonner à ce blog, RDV plus bas dans cette colonne. Pour contacter l'administrateur du blog, cliquez sur contact ci-dessous.
  • Contact

Commentaires

Vous pouvez laisser un commentaire sous les articles. Les commentaires sont modérés avant publication. C'est-à-dire que tout commentaire injurieux, insultant publicitaire ou inadéquat n'est pas publié Merci.

Recherche

Désarmement nucléaire

Journée de jeûne pour demander le désarmement nucléaire unilatéral de la France,

tous les 1ers lundis du mois de 14h à 17h en hiver, de 16h à 18h en été, à Dampierre (39) avec un temps de partage et de réflexion animé par Lulu.

Et commémoration des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki entre les 6 et 9 août, chaque année.

L'anti-pub

Les pubs sur les blogs ou les sites que vous consultez sont trop agressives ? Il existe un moyen de respirer à nouveau, en téléchargeant le pare-pub Adblock Plus (clic). Vous ne supprimerez pas les pubs imposées, mais vous ne les verrez plus.